Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les programmeurs seniors seraient sacrifiés sur l'autel du jeunisme
L'entreprenariat deviendrait leur seule chance d'avoir un bon travail

Le , par Cedric Chevalier

26PARTAGES

11  0 
Avec Gordon Fowler

Le destin des programmeurs est funeste. Le monde de l’emploi ne respecterait pas les cheveux blancs et gris, d'après Vivek Wadhwa, entrepreneur d’origine indienne ayant fait ses études à Harvard. « Avec l’âge, la valeur d’un programmeur se dévalue sur le marché de l’emploi, il devient plus difficile pour ce dernier d’obtenir un job » constate-t-il.

Les entreprises sont plus friandes des programmeurs plus jeunes. Même si ceux-ci ne bénéficient pas d’une solide expérience, ils ont une meilleure cote que les programmeurs âgés.

Entre recruter un programmeur sénior expérimenté et un jeune en début de carrière, le choix de l’entreprise serait vite fait. Les jeunes sont plus enthousiastes, et facilement exploitables.

À l’inverse, pour l’entreprise, recruter un programmeur senior coûte plus cher que former un jeune sans expérience. « C’est pareil dans l’industrie logicielle. Les investisseurs de la Silicon Valley parlent de la jeunesse comme d’un atout majeur pour entrepreneuriat », fait remarquer Vivek.

Que faire alors ?

La seule voie de salut pour les programmeurs âgés serait l’auto-emploi.

Finies les tendances du genre « je suis programmeur pas agent marketing », ou encore « la comptabilité ce ne sont pas trop mes affaires ». Vivek recommande vivement d’avoir des compétences dans des domaines variés, afin d'accroître sa valeur sur le marché de l’emploi, et de collecter le maximum de contacts possible lorsqu'on est encore en fonction dans une entreprise. Car ceux-ci seront d’une très grande aide pour la suite de la carrière professionnelle du programmeur. « À tous ceux dont les cheveux prennent la teinte grise, diversifiez vos formations : devenez entrepreneur, mettez vos compétences à jour ».

Le monde de l’emploi est ingrat et les choses ne seraient pas prêtes de changer.

Avec une seule solution pour échapper à la voie de garage : prendre conscience des « plus sombres secrets de l'industrie IT » et s’adapter.

Source : The Tech Industry’s Darkest Secret: It’s All About Age

Et vous ?

Êtes-vous d’accord avec la vision de cet entrepreneur ?
Existe-t-il une autre voie de sortie pour les programmeurs seniors ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de free07
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 8:53
Citation Envoyé par Cedric Chevalier Voir le message

Entre recruter un programmeur sénior expérimenté et un jeune en début de carrière, le choix de l’entreprise serait vite fait. Les jeunes sont plus enthousiastes, et facilement exploitables.

A l’inverse, pour l’entreprise, recruter un programmeur senior coûte plus cher que former un jeune sans expérience. « C’est pareil dans l’industrie logicielle. Les investisseurs de la Silicon Valley parlent de la jeunesse comme d’un atout majeur pour entrepreneuriat », fait remarquer Vivek.
Les jeunes sont plus enthousiastes ? Ouais, j'y crois pas, en fait cela n'a rien à voir avec l'âge, ce sont les projets qui rendent enthousiastes, je fais de l'info depuis 30 ans et si j'ai un projet intéressant, il me semble que je suis aussi enthousiaste qu'à 20 ans .
La seule différence que je vois, c'est que je ne sacrifie plus mes loisirs et ma vie familiale, je ne fais plus des 70 heures par semaine de boulot mais en même temps, avec l’expérience acquise, ce que je faisais en 70 heures, je le fais maintenant en 35 heures, voir moins...
Quid du développeur sans expérience qui va passer plusieurs heures sur un problème, la ou le senior expérimenté n'y passera que quelques minutes ?

Je crois que les entreprises qui ont cet état d'esprit se trompe lourdement.
Ils ont l'impression de gagner de l'argent en embauchant pas de seniors expérimentés, mais au bout du compte ? En gagnent ils vraiment ?
Tout ceci ne sont que des idées reçues.
12  0 
Avatar de noOneIsInnocent
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/06/2013 à 23:15
franchement tout le monde parle de nouvelles technos, de nouveaux langages de programmation
Mais avant de faire du code, il faut d'abord comprendre le fonctionnel, mettre en place l'architecture, penser l'algorithme et après tu peux pondre ton code
Si le développeur n'as rien compris aux 3 premiers points c'est même pas la peine qu'il aille plus loin ! et ce quelque soit l'âge du développeur et son expérience
11  0 
Avatar de pierre++
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/07/2013 à 12:33
Après plusieurs premiers métiers j'ai découvert l'informatique il y a 30 ans à l'age de 26 ans, et poussé mes études dans ce domaine jusqu'au doctorat (cours du soir, formation continue etc).
Tout marchait à peu près bien jusqu'à la fameuse explosion de la "bulle internet" en 2000.
Malgré bien sûr les plans sociaux des sociétés comme cela a été déjà cité ici DEC/COMPAQ/HP etc.
A partir de 2000 j'ai enchainé travail dans des startups, à mon compte (consultant) etc et même essayé de créer ma propre entreprise (sarl).
Mais il ne faut pas rêver, cette expérience n'intéresse pas les recruteurs. Un responsable de Cap me disait déjà il y a quelques années qu'ils ne recrutaient (à part quelques rares exceptions) personne au-dessus de 35 ans.
En dehors du salaire qui devrait logiquement être plus élevé, la raison est aussi que d'être encadré par des jeunes ayant moins d'expérience pose aussi problème.
Je l'ai vécu personnellement dans une grande entreprise où j'avais été recruté pour remettre de l'ordre dans un projet important (plus de 40 personnes) qui dérivait.
Le responsable du projet dont je dépendais avait 18 ans de moins que moi. J'ai fait un audit (bien que ce n'était pas mon rôle exact) du projet. Le principal problème venait du manque d'expérience de ce chef de projet qui n'arrivait pas à définir des objectifs suffisamment précis et des dead-lines en conséquence, bref qui naviguait à vue. Il avait été nommé à ce poste car c'était le meilleur développeur/team-lead de l'équipe qui avait grossi avec le projet (je simplifie). J'en ai parlé avec lui sans qu'il veuille changer quoi que ce soit dans sa façon de travailler. J'ai porté mes conclusions à la direction (il m'avait quand même embauché pour essayer de remettre le projet sur des rails) qui a soutenu ce responsable qu'elle avait choisi et moi j'ai préféré partir plutôt que de faire du travail inutile. J'ai quand même suivi de loin le projet et pu constaté que les conclusions que j'avais formulé sur la dérive et ses implications financières ont été vérifié au détriment de l'entreprise.
Tout cela pour dire qu'en dehors même de la compétence technique pure des développeurs, l'expérience n'est pas utilisée par les entreprises, et à leur détriment.
Maintenant je comprends que des jeunes sortant de l'école et encore habitués à passer des tests en série puissent avoir de meilleurs résultats à ceux-ci que des séniors comme moi.
Je rappelle simplement que ce n'est pas (plus) au nombre de lignes de code pondu par heure que l'on peut évaluer un bon développeur, et qu'à ce niveau les tests utilisés par les entreprises et bien souvent sans rapport avec le travail proposé, ne renseigne pas vraiment sur la qualité du candidat. J'ai aussi été chargé de recrutement je peux donc aussi en parler.
La reconversion des ingénieurs aux cheveux gris pose aussi problème, car généralement les techniciens ne font pas de bon commerciaux (c'est un autre métier :-)). Ou alors changer complètement d'activité à 55 ans, mais quel métier/secteur autorise cela???
7  0 
Avatar de steflinux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 13/06/2013 à 19:57
Discrimination massive en fonction de l'âge en informatique ? Oui.
Et de toutes façons à ce qui peut être constaté sur le terrain tous les jours.

La solution est-elle l'entreprenariat ? Rarement. Avec un taux d'échec de 90 - 95% dans la plupart les pays occidentaux, mieux vaut bien maîtriser son affaire...
7  1 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/06/2013 à 18:35
Citation Envoyé par Cedric Chevalier Voir le message

Que faire alors ? La seule voie de salut pour les programmeurs âgés c’est l’auto emploi. Fini les tendances du genre « je suis programmeur pas agent marketing », ou encore « la comptabilité ce ne sont pas trop mes affaires ».
Et pour ceux qui sont justement rebutés par ces aspects et qui ne souhaitent pas être leur propre patron, il ne reste plus qu'à prévoir formation et reconversion dans d'autres métiers parfois bien loin de l'informatique.
5  0 
Avatar de noOneIsInnocent
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 11:01
Bonjour à tous,

ce qui me surprend c'est que tout le monde parle de quantité de travail, de capacité à apprendre des nouvelles technos etc
mais je n'ai pas encore lu de remarque sur la qualité du livrable qui a une répercussion sur l'image de la société etc...
et c'est tout aussi important que le quantitatif sinon plus
6  1 
Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 11:21
Citation Envoyé par Cedric Chevalier Voir le message
Vivek recommande vivement d’avoir des compétences dans des domaines variés, afin d'accroître sa valeur sur le marché de l’emploi,[...]
Ou comment perdre sa vie à la gagner.
5  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 22:30
Citation Envoyé par Nicam Voir le message
Je ne crache pas sur les jeunes, bien au contraire, ils ont souvent un regard frais, sont souvent super culottés (dans le bon sens du terme) et codent à la vitesse de la lumière.

.
aaach les gens qui codent plus vite que la lumière tout un programme !
Il faut qu'ils arrêtent l'informatique au plus vite ..
Comment bousiller tout un projet informatique en 10 leçons....

Avec du code ignoble pour monter des usines-à-gaz....

Pour ce qui est des gens qui codent à la vitesse de la lumière il faut reprendre derrière souvent tout le travail.
Parce que comme ils codent à la vitesse de la lumière ,que le projet informatique il a été développé comme on pense,il a été développé avec les pieds eh bien aucune architecture,aucune structure.
Donc lorsqu'il faut ajouter des fonctionnalités au projet résultat des courses il faut tout mettre à la poubelle, refactoriser les morceaux de code..
donc tout cela prend du temps et de l'argent pour l'entreprise.

Le problème des mentalités en France ( et peut-être ailleurs aussi ) c'est qu'on confond réalisation de projet informatique avec débit à la chaîne de prêt-à-porter made in China..
On valorise comme étant très performants les gens qui débitent du code à la vitesse de la lumière comme tu écris
Après y'a qu'à voir comment tournent les projets informatiques..
5  0 
Avatar de CHbox
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 8:36
En règle général en info c'est bien connu, le profil favorisé c'est 25-35(40) ans avec soit 3ans d'xp soit un diplôme d'ingénieur minimum, en dessous on est trop inexpérimenté et la formation coute cher, au dessus on est trop vieux et donc incapable de se renouveler (ce n'est pas mon avis que j'exprime là mais la mentalité).

Alors en effet, pas le choix, il faut évoluer et tenter de monter son affaire, c'est difficile j'imagine bien et je me demande si le jour venu j'en serais capable, mais si on veut rester un minimum tech c'est la seule solution (ou alors trouver une bonne planque, ça reste faisable, mais impossible de bouger après). Je me demande si ce secteur est condamné à faire face à de telles problématiques ou si les mentalités changeront.
4  0 
Avatar de fredoche
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/06/2013 à 10:52
On peut voir les choses autrement, je sais pas si c'est si funeste que ça.

Moi j'ai commencé dans ce job à 28 ans, je vais en avoir 42. Je sais que suis périmé pour beaucoup.
Et pourtant en 14 ans j' en ai appris des choses, et j'en apprends encore tous les jours, plus difficilement peut-être maintenant.

Après il faut assumer ses choix et les conforts que l'on peut s'offrir dans ce métier. Si c'est un métier à obsolescence programmée, autant l'anticiper et faire avec.
Je bosse là où j'aime vivre, loin des grandes villes et des boucheries de gros, et ça c'est cool.
Je suis dans cette tranche des 10% des salariés les mieux payés en France, voir http://www.inegalites.fr/spip.php?article1457 , et ça c'est pas rien.
Dans le même esprit j'ai pu constituer un bon patrimoine durant ces années, et pour avoir fait le tour des banques ce mois-ci, je peux vous assurer qu'on est plutôt (très) bien accueilli.

Je me casse pas le corps et le cul, j'ai pas de cals aux mains à cause du job (par contre à cause de mes hobbies). J'ai un bon fauteuil, un bon écran, et je fais bien à peu près ce que je veux de mes heures de boulot, la preuve sur ce message...

J'ai fait d'autres choses avant, j'en ferais surement d'autres après. C'était moins bien payé avant, ça le sera peut être après.

Et ce qui est appréciable dans ce métier, de mon point de vue, c'est que j'ai pu parvenir à ce statut par mes compétences, pas par mes diplômes, puisque je n'en ai pas ou presque dans le domaine. Donc pour celui qui veut c'est possible, ce qui n'est pas vrai dans tous les domaines.

Donc voilà ça a été une chance (que j'ai bien provoquée tout de même) mais j'espère que j'en aurai d'autres dans d'autres domaines, parce que moi je me vois pas faire ça pendant 30 ans. Il y a des fois où je me fais carrément chier, et il y a tellement d'autres choses à faire, au moins aussi intéressantes.

Alors faut pas faire la fine bouche, et savourer l'instant présent. Pour beaucoup de gens, moins bien lotis que nous, l'avenir n'est pas plus garanti. La réalité c'est aussi un chomage fort pour les plus de 50 ans, et de plus de longue durée... la retraite est encore loin...

Donc profitez tant que vous pouvez, en prenant en compte que ce n'est jamais qu'un temps de vie.
4  0