Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les robots de plus en plus dominants dans l'industrie manufacturière suisse
Face à un franc fort et des salaires élevés

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

8  0 
Automatiser ou périr, c’est la nouvelle réalité à laquelle sont confrontées les entreprises de l’industrie manufacturière en Suisse. Ces dernières ne projettent pas d’ajouter de nouveaux emplois pour les humains, au moins à court terme, et se tournent de plus en plus vers les robots. Les raisons ? Le pays subit les effets d’un franc fort et les salaires moyens annuels en Suisse sont parmi les plus élevés dans le monde. D’après les données de l’OCDE, en 2015, les Suisses gagnaient en moyenne 58 000$ par an, soit beaucoup plus que leurs pairs en Europe.


Avec l'introduction de l'euro, la Banque Nationale suisse (BNS) a adapté sa politique en fonction de l'évolution de la monnaie européenne pour soutenir l'économie suisse. À cette époque, le taux de change est de 1,50 franc suisse (CHF) pour 1 EUR, et est resté stable jusqu'en août 2011 où l'euro baisse fortement pour atteindre un taux record de 1,007 CHF/EUR. À la suite de cette évaluation massive du franc suisse par rapport à l'euro et aux principales monnaies mondiales, la BNS fixe un taux plancher pour protéger l'économie suisse des effets du franc fort. Ce taux plancher finit toutefois par être aboli en janvier 2015, et le franc suisse se retrouve alors à quasi parité avec l'euro, l'un étant légèrement plus fort que l'autre ou vice versa au gré des fluctuations du marché.

Face à un franc fort et des salaires annuels moyens parmi les plus élevés dans le monde, les entreprises suisses qui cherchent à développer leurs activités font face à un choix simple : ajouter des robots ou sortir du pays. Certains ont choisi de fermer des usines dans le pays, afin de déplacer leur production dans d’autres pays. Mais bon nombre ont opté pour l’automatisation. C’est le cas du fabricant de parfums Firmenich International SA, qui grâce à des investissements dans l’automatisation au cours des trois dernières années, a augmenté sa capacité d'un tiers sans personnel supplémentaire. Si Firmenich est resté en place, sa nouvelle installation est automatisée à 90 %. « L'automatisation est impérative si nous voulons rester compétitifs », a déclaré Gilbert Ghostine, directeur général de Firmenich. « L'usine automatisée nous a aidés à être plus flexibles et à répondre à la demande accrue, tout en maintenant les prix sous contrôle », a ajouté Anthony Schofield, qui supervise leur nouvelle usine.

D’autres entreprises essaient de pousser l’automation le plus loin possible pour rester rentables. C’est le cas du confiseur suisse Ricola AG : « Nous essayons vraiment d'automatiser non seulement nos sites de production, mais aussi notre back-office », a affirmé son directeur financier, Andreas Lindner.

Fin mars 2016, plus d'un an après la suppression du taux de change plancher entre l’euro et le franc suisse, le secteur des machines, de l'électricité et du métal en Suisse a enregistré une réduction de 3 % de son personnel à temps plein et à temps partiel par rapport à l'année précédente, d'après le lobby de l'industrie Swissmem.

Aujourd’hui, près de la moitié de tous les employés de l'industrie manufacturière suisse occupe des emplois hautement automatisés, d’après un sondage réalisé par le cabinet Deloitte en 2016. L'année précédente, un autre sondage de Deloitte, auprès de 400 entreprises suisses de construction de machines, a révélé que 70 % des répondants avaient augmenté l'automatisation en réponse au franc fort.

L’exemple de la Suisse montre encore une fois qu’en dépit des avantages attribués, de manière générale, aux robots et à l’intelligence artificielle, les conséquences négatives sur l’emploi sont bien réelles et déjà visibles. Pour le moment, ce sont les emplois manufacturiers et les moins qualifiés qui semblent plus touchés, mais de nombreux rapports montrent que des emplois intellectuels et plus qualifiés sont déjà menacés.

Si elle vient comme réponse à un franc fort et des salaires moyens élevés en Suisse, l'automatisation peut être dans de nombreux pays une solution permettant à des entreprises de faire face à des pressions similaires pour stimuler leur productivité et rester compétitives et rentables.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Comment limiter l’impact négatif de l’automatisation sur l’emploi ?
Faut-il nécessairement réfléchir à un revenu universel de base ou à un impôt sur le travail des robots ?

Voir aussi :

Le Parlement européen adopte le rapport sur la robotique, en écartant les questions d'impôt sur le travail des robots et de revenu universel de base
Emploi : l'intelligence artificielle suscite des craintes dans le secteur bancaire français, des emplois seraient menacés d'après le syndicat SNB
New York : une étude du MIT montre qu'environ 3 000 véhicules autonomes suffiraient pour remplacer les taxis pour une ville plus verte

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 19/02/2017 à 15:29
Autant l'article que certains commentaires qui en découlent présentent une vision de la Suisse qui ne correspond pas à la réalité!!!

1. Il n'y a pas une invasion de robots dans les entreprises suisses comme le laisse supposer l'article. Les entreprises suisses, avant même celles de France, ont fortement délocalisé leur centres de production dans des pays à faibles coûts (Pays de l'Est, Chine, Inde). Elles ont même un coup d'avance: La Chine devenant trop chère, les entreprises suisses délocalisent leur sites chinois pour des pays encore moins chers: La Malaisie ou le Vietnam. L'usage de robots n'est qu'un "détail de l'histoire", il n'y a qu'un nombre infime de sociétés suisses qui ont gardé de la production en Suisse. Les délocalisations ne se limitent d'ailleurs plus à la production mais s'étend aux services: Syngenta à virer ses comptables travaillant à Bâles pour les remplacer par des Polonais... en Pologne! La Zürich Assurance a licencié ses 300 informaticiens de Zurich pour les remplacer par des équipes à Bratislava en Slovaquie!!!

2. Dire que les français sont des feignasses et que les suisses sont des génies qui font tout juste est simplement ridicule, une affirmation a peine digne d'un troll... La Suisse et la France ont simplement une expérience, une culture, un état d'esprit différents! Le Suisse a une approche "germanique", protestante (on doit mériter par le travail et l'effort) alors que le Français est méditerrannéen, bon vivant... Chacune des approches a des avantages et des inconvénients mais on ne peut pas dire pour autant que l'une est supérieure à l'autre.

Exemple: 60% des "feignasses" françaises sont propriétaires de leur logement alors que seuls 37% des Suisses peuvent accéder à la propriété!!! Apparemment, la France va pas si mail et la Suisse pas si bien, non?
4  0 
Avatar de Lyons
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/02/2017 à 14:56
L’exemple de la Suisse montre encore une fois qu’en dépit des avantages attribués, de manière générale, aux robots et à l’intelligence artificielle, les conséquences négatives sur l’emploi sont bien réelles et déjà visibles. Pour le moment, ce sont les emplois manufacturiers et les moins qualifiés qui semblent plus touchés, mais de nombreux rapports montrent que des emplois intellectuels et plus qualifiés sont déjà menacés.
Je suis moyennement d'accord. L'industrie suisse est une industrie à forte valeur ajoutée où on aime garder un contrôle qualité humain important. Ce qui menace principalement l'emploi dans les régions industrielles c'est la perte d'intérêt pour la qualité et le "Swissmade". Ça n'intéresse plus personne de payer 10 fois plus cher pour avoir de la qualité alors que l'équivalent chinois coûte 5 euros.
3  0 
Avatar de KEKE93
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/02/2017 à 9:35
De toute façon, vu ce qu'il reste de l'industrie manufacturière en France...C'est l'hécatombe depuis la fin des années 70.

A titre d'exemple, ( je l'ai lu il y a trois ans ), un pays comme l'Italie, avec un PNB inférieur à celui de la France, a plus de PME industrielles que la France; incroyable non?
2  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 22:33
Citation Envoyé par Beanux Voir le message
Il vaudrait presque mieux que cela ne le soit pas.
Même dans ce cas, l'étiquetage et les raccourcis ne sont pas beaucoup mieux...
2  0 
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 8:07
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Je ne sais pas ce qu'il en est en Suisse, mais en France, acheter un logement revient à peine plus cher (en termes de mensualités) que d'en louer un. Ceci explique probablement cela.
Le problème est la somme de fonds propre à mettre pour lancer un hypothèque : 20% du montant de l'achat...
En centre ville, pour T2, compter au bas mot 600'000 CHF (soit 120'000 de fonds propres)
1  0 
Avatar de blbird
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 9:44
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
La fin des usines avec des ouvriers en France c'est aussi le résultat de la mise en place des lois Mitterrand par les ministres communistes.

Maintenant il y à plus qu'à élire Hamon pour taxer les robots, et on aura plus non plus d'usines automatisées on aura même plus besoin des techniciens et ingénieur pour gérer ou créer les usines robotisées, ils auront plus qu'à quitter la France pour avoir un job, et on aura 50% de chômage en France, il restera plus que l'emploi local pour amuser les touristes : cuisiniers, serveurs, femmes de chambres, et prostituées, comme en Grèce.
Bravo la gauche
[...]
Le Suisse est honnête, intelligent et travailleur, il vote à droite et tous le pays est devenu très riche. Le Suisse est sage et il sait que plus il y à de riches plus il y à d’investissement et de richesses pour tous.
Le Français est con, voleur et feignant, il ne pense qu'à faire gréve, ne rien foutre, voler l'argent des riches avec l'ISF, il vote à gauche ou pour des escrocs démagos et continuera à voter à gauche jusqu'à la ruine totale.
Le Cubain est con et influençable, il croie aux belles paroles utopiques de gauche, le pays est ruiné.
J'ose espérer que c'est du second degré, rassure-moi?
1  0 
Avatar de Beanux
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/02/2017 à 2:10
Citation Envoyé par TallyHo Voir le message
Même dans ce cas, l'étiquetage et les raccourcis ne sont pas beaucoup mieux...
Certes, tout as tout à fait raison, mais je tolère assez mal cette propagande politique gratuite. Donc, pour moi, il a son étiquette et tant pis pour le qu'en dira-t'on.

Comme si l'économie était le centre de tout et que tout devrait être géré par et pour l'économie.
Faut arrêter a un moment.
Autant se faire remplacer par un robot, on ne sera jamais aussi efficace, ça se dégage facilement une fois cassé, et au moins on ne sera plus la pour se plaindre.

edit: Mes excuses TallyHo, j'ai pris le message pour moi, alors que ce n'était pas le cas
2  1 
Avatar de MABROUKI
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/02/2017 à 16:38

Mingolito
les Suisses qui sont bien plus intelligents, sage et matures que les Français ont su préserver
Les Suisses ,les Belges ,les Hollandais ,la Finlande ,Monaco bref les petits pays ,comme nos voisins les Tunisiens ne sont pas plus intelligents que les Français mais c'est leur perception de ce bas monde qui est différente :ils voient le monde comme une opportunité, alors que les grands pays le voient comme un gros bifteck à bouffer...

Les Suisses come les Belges qui ne sont ni Français ni Allemands mais les 2 à la fois, ont pris leur modèle de chez leurs voisins teutons probablement...
Le monde entier est une immense opportunité pour un Suisse ...!!!
2  1 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 21/02/2017 à 17:30
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
Le monde entier est une immense opportunité pour un Suisse ...!!!
Alors que pour un Français, le monde entier... C'est simplement ceux qui n'ont rien compris et... qui ne parlent même pas français!
1  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/02/2017 à 21:51
La mondialisation va se réguler d'elle même automatiquement. La Chine dispose d'un fort potentiel de demande à satisfaire. Sans la politique de l'enfant unique, la paupérisation serait terrible : 1000 fois plus qu'aujourd'hui.
L'Inde devient le pays à la croissance démographique la plus forte mondialement et va concurrencer les pays industrialisés avec un niveau de paupérisation le plus élevé de la planète.
La croissance démographique exponentielle actuelle va cruellement connaître une décroissance du fait du manque de ressources naturelles.

Au lycée, les éco-gestion nous chambraient, nous les automaticiens, sur le fait de fabriquer des chômeurs auquel j'ai répondu mettez des préservatifs et utilisez des contraceptifs pour arrêter de pondre de la demande obligeant à automatiser à outrance pour y répondre.

Reste le délai d'acceptation de cette simple règle qui passe par la compréhension inhumaine je n'en doute pas mais terriblement réaliste. Pas besoin de taxe ou de revenu universel. Juste de capote et de pilule voire d'IVG.
2  2