IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Technologies rétro ou modernes : de quel bord êtes-vous ? Appareils connectés à Internet dans les domiciles ou pas ?
Ecrans tactiles ou boutons ? La panoplie de possibilités déroute

Le , par Patrick Ruiz

217PARTAGES

11  0 
Bien que les services de vente et de marketing veuillent faire croire que l’on gagne à mettre à jour nos appareils de façon régulière, les cas de retour en toute conscience à des technologies rétro pourraient aller croissant au sein de la population des consommateurs. Les récents cas de rétropédalage des constructeurs automobiles des écrans tactiles vers les boutons physiques soutiennent cette perspective. Les questions de sécurité en lien avec l’adoption des appareils connectés à Internet en rajoutent une couche.

Volkswagen est revenu sur sa décision de passer au tout tactile pour le contrôle des opérations à l’intérieur de ses véhicules

Volkswagen est revenu sur sa décision de passer au tout tactile pour le contrôle des opérations à l’intérieur de ses véhicules. En d’autres termes, le constructeur automobile allemand est de retour aux racines avec des boutons à disposition des conducteurs. Et cela débute avec la présentation de la nouvelle Volkswagen iD.2 qui arrive dans un contexte de questionnements sur les avantages et les inconvénients des approches boutons et écrans tactiles.

Cela fait quelques années que Volkswagen tente de donner un nouveau visage à ses intérieurs. Sous la direction de l'ancien PDG Herbert Diess, le constructeur allemand a décidé de suivre les traces de Tesla et de centraliser une grande majorité de ses commandes sur l'écran d'infodivertissement. Il a également supprimé les boutons physiques de ses volants et les a remplacés par des boutons capacitifs tactiles. Le constructeur automobile a dû revenir sur cette décision suite à des plaintes des consommateurs.

Une rangée de boutons physiques rétroéclairés se trouve désormais directement accessible sous l'écran tactile du concept ID.2. Ces boutons permettent aux clients d'accéder facilement aux commandes de chauffage, de ventilation et de climatisation les plus utilisées, ce qui, même si cela ne concerne pas toutes les commandes de la voiture, est un pas dans la bonne direction. La voiture sera en sus équipée d'un bouton de volume manuel et d'un grand bouton central qui fournit des commandes complémentaires pour d'autres aspects du véhicule.


La décision fait suite à des études comparatives qui ont débouché sur la conclusion que les écrans tactiles suscitent des criantes en matière de sécurité des conducteurs

Le magazine automobile suédois Vi Bilägare a testé en profondeur le système IHM (interface homme-machine) de onze voitures moderne l’an dernier et est arrivé à la conclusion selon laquelle ce choix de conception affecte de façon considérable la sécurité au volant. En effet, la formule écran tactile induit une rallonge du temps nécessaire pour effectuer des actions qui seraient simples via un simple bouton. Le rapport indique que la voiture la moins performante a besoin de 1400 mètres pour effectuer les mêmes tâches pour lesquelles la voiture la plus performante n'a besoin que de 300 mètres.

Vi Bilägare a mesuré le temps nécessaire à un conducteur pour effectuer différentes tâches simples à partir d'un écran tactile, comme changer de station de radio ou régler la climatisation. En même temps, la voiture était conduite à 110 km/h. En parallèle, l'équipe de testeurs a jaugé une voiture sans écran tactile, une Volvo V70 de 17 ans, à des fins de comparaison. Un aspect important de ce test est que les conducteurs ont eu le temps d'apprendre à connaître les voitures et leurs systèmes d'infodivertissement avant le début du test. L'équipe a fait plusieurs constats, à commencer par la complexité des écrans.

Tesla n'a pas été le premier à introduire un écran tactile, mais la société a toujours proposé des écrans tactiles plus grands que la plupart des constructeurs, contenant davantage de fonctionnalités de la voiture. Le SUV électrique BMW iX offre également un écran tactile, mais pas aussi grand que celui de Tesla, et aussi plus de boutons physiques. Mais ce ne serait pas la garantie d'un système facile à utiliser. Selon l'équipe, le système d'infodivertissement de la BMW a beaucoup de fonctionnalités, mais il a aussi l'une des interfaces utilisateur les plus complexes et compliquées jamais conçues.


Le rapport souligne que, par souci d'économie, les commandes tactiles de la climatisation situées sous l'écran dans la nouvelle ID.3 de Volkswagen et la Leon de Seat ne sont pas rétroéclairées, ce qui les rend totalement invisibles la nuit. En outre, le test a révélé que l'affirmation des constructeurs automobiles selon laquelle plusieurs fonctions peuvent désormais être activées par la voix n'est pas totalement vraie. Les systèmes de commande vocale ne seraient pas toujours faciles à utiliser et ne fonctionneraient pas comme annoncé. L'équipe n'a donc pas pris en compte ses systèmes lors de l'expérience. Voici les principales observations de l'équipe :

  • la voiture la plus facile à comprendre et à utiliser, et de loin, est la Volvo V70 2005. Les quatre tâches sont accomplies en dix secondes chrono, pendant lesquelles la voiture est conduite sur 306 mètres à 110 km/h ;
  • à l'autre extrémité de l'échelle, la voiture électrique chinoise MG Marvel R obtient des résultats bien pires. Le conducteur a besoin de 44,6 secondes pour accomplir toutes les tâches, pendant lesquelles la voiture a parcouru 1 372 mètres, soit plus de quatre fois la distance par rapport à la vielle Volvo ;
  • la BMW iX et la Seat Leon sont plus performantes, mais toutes deux sont encore trop compliquées. Le conducteur a besoin de près d'un kilomètre pour effectuer les tâches. L'équipe rappelle qu'il peut se passer beaucoup de choses dans le trafic pendant ce temps ;
  • la Dacia Sandero et la Volvo C40 ont de bonnes performances bien qu'elles soient toutes deux équipées d'écrans tactiles. Cependant, elles ne sont pas surchargées de fonctionnalités. Volvo semble montrer qu'un écran tactile n'a pas besoin d'être compliqué.


L'équipe a en sus mesuré l'angle nécessaire pour que le conducteur regarde vers le bas pour actionner les commandes de l'écran tactile. En photographiant le même conducteur dans toutes les voitures testées, l'équipe a constaté que le conducteur doit abaisser sa ligne de vision d'au moins 56 degrés pour voir l'extrémité inférieure de l'écran tactile ultra-large. En comparaison, le conducteur baisse sa ligne de vision de seulement 20 degrés dans la Mercedes GLB qui dispose d'un petit écran incrusté dans le tableau de bord.


Les avantages potentiels des écrans tactiles sont plus évidents pour le constructeur comme le souligne un observateur : « Les boutons physiques doivent être conçus, testés, redessinés et validés très tôt dans le processus de conception d'un nouveau modèle, de sorte qu'il reste du temps pour déterminer comment fabriquer ou se procurer toutes les pièces, comment elles s'intègrent au reste des systèmes de la voiture, et comment elles seront câblées et assemblées. Imaginez seulement quel serait l'impact si, tard dans le processus, une nouvelle fonctionnalité devait être ajoutée. Il faudrait pratiquement l'oublier et l'ajouter lors de la prochaine itération du modèle. Avec un écran tactile, toutes ces dépendances disparaissent. L'équipe chargée du matériel n’a qu’à indiquer qu’il y aura un écran tactile capacitif de la taille d'un iPad pour l'infodivertissement et un autre de taille personnalisée ici pour le groupe d'instruments. Les spécialistes du logiciel peuvent concevoir l'interface utilisateur de manière indépendante, en procédant à des modifications jusqu'au tout dernier moment, ou même après le dernier moment si la voiture peut être mise à jour. »

En d’autres termes, les écrans tactiles et les commandes tactiles offrent certains attraits aux constructeurs automobiles. Ils permettent de contrôler un grand nombre de fonctions avec une interface compacte et évolutive. Une poignée de commandes tactiles et un écran tactile peuvent également être moins chers et plus faciles à mettre en œuvre que de remplir des boutons dans toute la cabine. De plus, pendant un certain temps, ils ont été le signe qu'un constructeur automobile évoluait avec son temps.

Après la dernière décennie, cependant, les gens se lassent de ces nouveautés. Les commandes tactiles sont, dans l'ensemble, moins réactives et moins pratiques que les simples boutons d'antan. C'est avant même d'envisager la frustration d'avoir à plonger dans un système de menu juste pour allumer un siège chauffant. C’est la raison de la multiplication des retours à la vieille école chez de plus en plus de constructeurs.

Faut-il de même ramener le clavier physique sur les smartphones ?

Les téléphones étaient au départ uniquement pourvus de claviers physiques. La donne a changé avec l’arrivée des smartphones : on a eu droit, notamment grâce à Nokia, à une molette latérale cliquable, puis BlackBerry est arrivé avec sa petite boule cliquable permettant de faire évoluer une souris. Depuis, on a des interfaces tactiles qui simplifient la vie dans la plupart des usages. Néanmoins, un bastion semble résister : la saisie de texte. Faut-il alors ramener le clavier physique sur les smartphones ? C’est ce que laisse penser la société Clicks Technology en lançant un étui-clavier pour iPhone.

L’ensemble se connecte au téléphone de l’utilisateur via un mécanisme assez simpliste. Il suffit de glisser le téléphone à l'intérieur, d’aligner avec soin le port d'alimentation du téléphone avec le connecteur USB-C ou Lightning qui dépasse du bord intérieur, et d’insérer l'étui autour de la partie supérieure. Clicks n'utilise pas le Bluetooth et ne contient pas de batterie, mais s'alimente directement à partir du téléphone. D'après le site web de l’entreprise, l'étui prend en charge la recharge rapide pass-through sur l'iPhone 15 Pro.

Grosso modo, l’initiative vient raviver les échanges contradictoires sur la question de savoir si les écrans tactiles peuvent se suffire à eux-mêmes. En effet, si l’écran tactile permet de remplacer la souris via la combinaison des opérations de clic avec le doigt et de défilement, pour le clavier le débat demeure. Le clavier offre pour principal avantage la possibilité de taper du texte de manière naturelle et rapide, ce qui n’est pas le cas de l’écran tactile qui oblige l’utilisateur à regarder les touches (car ne les sentant pas sous les doigts).

Les concepteurs mettent un inconvénient additionnel en avant dans une vidéo sur le nouvel étui : la taille. Les clicks donneront à l'iPhone des proportions semblables à celles d'une télécommande pour téléviseur, ce qui devrait constituer une gêne pour les utilisateurs. L'étui ne dispose pas non plus d'un aimant intégré, de sorte que les accessoires MagSafe tels que les chargeurs et les portefeuilles ne s'y accrocheront pas très bien. Néanmoins, la recharge sans fil devrait toujours fonctionner.


L’entreprise précise qu'une application dédiée, bientôt disponible sur l'App Store d'Apple, « continuera d'apporter de nouvelles fonctionnalités au clavier au fil du temps ». L'étui sera d'abord disponible en deux couleurs - bumblebee (jaune) et London sky (gris-bleu) - et les concepteurs indiquent que les premiers acheteurs recevront des Founders Editions de l'étui. Ils bénéficieront ainsi d’un support VIP et d'un accès anticipé aux nouvelles couleurs.

L'équipe qui a créé Clicks comprend d'anciens employés d'Apple, de BlackBerry et de Google, selon l'annonce de l'entreprise. Cette dernière qualifie de « bizarre » l'abandon des touches physiques dans les smartphones, étant donné que les créateurs utilisent des claviers sur leurs ordinateurs portables et d'autres appareils.

« Clicks apporte la tactilité et la précision d'un clavier physique sur l'iPhone afin que les utilisateurs n'aient pas à attendre de retourner à leur bureau pour créer ou communiquer avec le retour d'information satisfaisant que seuls les vrais boutons peuvent fournir », déclare les concepteurs de cette solution.

Quid des appareils connectés à Internet ? Faut-il en avoir dans son domicile ?

Faut-il ou pas avoir des appareils connectés à Internet dans son domicile ? L’Internet des objets est-il plus une menace qu’il n’est utile ? La blague qui suit et dans laquelle on retrouve des avis de consommateurs et de travailleurs de la filière technologique donne des pistes de réflexion. Un « ma maison entière est intelligente » fait face à un « le seul appareil connecté dans ma maison est une imprimante et je garde un pistolet à côté pour pouvoir tirer dessus si elle fait un bruit que je ne reconnais pas. »


L’un des débats les plus importants lorsqu’on parle des dispositifs connectés à Internet est celui de leur utilité face aux risques liés à leur utilisation, notamment, le piratage et l’intrusion dans la vie privée de leurs possesseurs. Les dispositifs connectés d'Amazon font partie de ceux qui ravivent les échanges contradictoires à ce propos.

En effet, des procureurs fédéraux ont accusé deux hommes d'avoir participé à une série d'attaques contre plus d'une douzaine de propriétaires de caméras de sécurité Ring. Ils les ont compromises et se sont servi de cet accès pour diffuser en direct l'intervention de la police sur les médias sociaux. Kya Christian Nelson, 21 ans, de Racine (Wisconsin), et James Thomas Andrew McCarty, 20 ans, de Charlotte (Caroline du Nord), ont eu accès à 12 caméras Ring après avoir compromis les comptes Yahoo Mail de chaque propriétaire, selon un acte d'accusation déposé dans le district central de Californie. En une seule semaine, à partir du 7 novembre 2020, les hommes ont passé de faux appels d'urgence aux services de police locaux de chaque propriétaire, dans le but d'attirer une réponse armée et ont même procédé à la diffusion en direct de la réaction de la police.

De plus, l’entreprise (Amazon) fait savoir aux utilisateurs qu’elle se réserve le droit de faire parvenir les vidéos de leur intimité aux forces de l’ordre en cas de force majeure. Elle a d’ailleurs fourni un nombre record de vidéos au gouvernement l’an dernier.

« Comme indiqué dans les directives de Ring relatives à l'application de la loi, Ring se réserve le droit de répondre immédiatement aux demandes d'information urgentes des forces de l'ordre dans les cas impliquant un danger imminent de mort ou de blessure physique grave pour toute personne. Les demandes de divulgation d'urgence doivent être accompagnées d'un formulaire de demande d'urgence dûment rempli. Sur la base des informations fournies dans le formulaire de demande d'urgence et des circonstances décrites par l'agent, Ring détermine de bonne foi si la demande répond à la norme bien connue, fondée sur la loi fédérale, selon laquelle il existe un danger imminent de mort ou de blessure physique grave pour toute personne nécessitant la divulgation d'informations sans délai », précise l’entreprise en réponse au questionnaire d’un sénateur.

Les Amazon Ring sont en principe des solutions de sécurité intelligentes qui permettent à des tiers de surveiller leurs domiciles depuis n’importe quel lieu. Avec une sonnette connectée Ring, il est possible d’échanger avec des personnes se trouvant devant la sonnette (équipée d’une caméra) depuis un FireTV, un Echo Show, un Echo Spot ou un haut-parleur Echo. C’est une espèce d’œil en permanence ouvert sur ce qui se passe aux alentours et à l’intérieur d’un domicile. Les équipes d’Amazon ont accès à ces contenus vidéo et l’entreprise fait savoir qu’elle entretient une infrastructure réseau via laquelle elle les met à disposition des forces de l’ordre.

Brian Huseman, cadre d'Amazon, déclare, dans une récente lettre, que Ring a partagé des vidéos de ces sonnettes connectées au moins 11 fois avec les autorités américaines jusqu'à présent en 2022, ce, sans le consentement du propriétaire de l'appareil. Ce sont là les chiffres pour ce qui est des demandes d’information dites urgentes. Dans ces cas, pas besoin non plus pour la police de produire un mandat.



C’est pour de tels cas de figure qu’Eugène Kaspersky a fait une sortie pour prévenir de ce que l’Internet des objets pourrait rapidement devenir l’Internet des menaces. Sa sortie faisait suite à un rapport de l’entreprise Darktrace selon lequel des pirates s’étaient appuyés sur un thermomètre connecté – utilisé au sein d’un aquarium – pour pénétrer le réseau d’un casino.

Darktrace avait rapporté que les pirates avaient pu extirper 10 Go de données. « Les attaquants se sont appuyés sur le thermostat pour s’infiltrer dans le réseau. Ils ont ensuite pu mettre la main sur la base de données des parieurs et l’ont exfiltré par le même canal jusqu’au cloud », avait indiqué Nicole Eagan – CEO de Darktrace. D’ailleurs, pour cette dernière, « on est désormais submergés d’objets connectés : les thermostats, les systèmes de réfrigération et de conditionnement d’air, sans compter les dispositifs Alexa qui font de plus en plus leur apparition dans les bureaux. Il y a tout simplement trop d’objets connectés. Cette situation augmente la surface d’attaques dont la plupart ne peuvent être contrées par les systèmes de défense conventionnels. »


Avec les objets connectés, il y a d’abord le problème de la qualité qui se pose. Robert Hannigan, ex-directeur de l’agence d’espionnage britannique, touche à cet aspect en faisant une corrélation digne d’intérêt : « J’ai vu une banque se faire pirater au travers de ses caméras CCTV simplement parce qu’on fait primer le coût sur la qualité au moment d’acquérir ces dispositifs.

Il y a ensuite le savoir-faire des intégrateurs système, c’est-à-dire, des personnes chargées d’insérer ces dispositifs à un existant. Dans le cas de ce casino, ce volet soulève la question de savoir si les personnes à qui cette tâche était dévolue se sont entourées de toutes les précautions de sécurité au moment de l’intégration du thermostat connecté. En substance, il s’agit de vérifier que ces derniers ont procédé à la séparation du réseau de l’aquarium du reste du système informatique.

Le rapport de Darktrace avait apporté réponse à cette interrogation en soulignant que « pour s’assurer de la séparation d’avec le réseau commercial, le casino a placé l’aquarium derrière un réseau privé virtuel afin de l’isoler. » Suffisant ? La réponse est non puisque Darktrace avait pu faire les constats qui avait valu publication de ce cas de piratage informatique.

« Le modèle de communication de l’aquarium avec le reste du système informatique était en accord avec celui d’autres dispositifs configurés de façon similaire. Par contre, notre intelligence artificielle a détecté d’énormes irrégularités pour ce qui est des échanges avec l’extérieur », avait indiqué Darktrace dans son rapport.

De 2016 à 2017, on a beaucoup parlé de Mirai, un malware qui s’appuyait sur des dispositifs de l’IoT pour créer des réseaux de zombies. Cette évocation a, à chaque fois, posé le problème de la vulnérabilité des objets connectés. Ce qu’il faut également dire c’est que la faillibilité est le propre de tous les systèmes informatiques. L’opérateur humain ayant connaissance de cet état de choses doit donc faire primer sa capacité à faire les bons choix pour contribuer à sécuriser son environnement.

Sources : Amazon, Darktrace, video iD.2, Clicks

Et vous ?

De quelles technologies rétro continuez-vous de faire usage au quotidien ? Pour quelles raisons ?
Pour ou contre les interfaces entièrement ou majoritairement tactiles au sein des voitures ?
Pour ou contre le retour des claviers physiques sur les smartphones ?
Que pensez-vous de la solution Clicks pour iPhone ? Quelles sont les attentes que vous avez à formuler pour une future itération ?
Faut-il ou pas avoir des appareils connectés à Internet dans son domicile ?

Voir aussi :

Le levier de vitesse à écran tactile de Tesla est-il une très mauvaise idée ? La NHTSA déclare que cela répond aux normes de conformité et ne viole pas les règles

L'unité de conduite autonome de General Motors voudrait déployer des véhicules sans volant, rétroviseurs ou pédales en 2023. Elle a déposé une demande auprès du régulateur NHTSA

Les États-Unis suppriment l'exigence de commandes manuelles pour les véhicules entièrement automatisés, les véhicules autonomes sans volant ni pédales sont désormais autorisés

Elon Musk déclare que Tesla espère produire un robotaxi sans volant ni pédales en 2024, et qu'un trajet en robotaxi Tesla coûtera moins cher qu'un ticket de bus subventionné

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de _toma_
Membre actif https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 16:42
3615 MaVie :
J'ai 40 ans.
J'ai fait des études en électronique et en informatique.
Mon chemin de vie fait que j'ai travaillé dans plein de domaines mais carrément pas dans ceux-là.
Mes passions pour les technologies sont toujours là et elles m'ont aidées dans tous les métiers que j'ai fait.

Pour moi la réponse est clairement "je préfère les technologies rétro".

Si j'adore toujours autant les technologies, c'est que mon émerveillement face à leur fonctionnement est resté intact.
Mais depuis une bonne dizaine d'années je suis de plus en plus consterné par l'utilisation qu'on en fait. Sans doute que ça va de paire avec la démocratisation de l'outil :
- Plus aucune prise de recul vis à vis des conséquences que peut avoir la technologie (vie privée, perte de savoir faire...)
- Plus aucune réflexion quant à la nécessité ou non d'une technologie, on ne les met pas en application parce qu'il le faut mais parce qu'on le peut

Je pense que ces travers sont en grande partie dus au fait que, dans la conception des technos, le marketing a pris une place de plus en plus importante et qu'il fonctionne suivant des règles qui n'ont absolument rien à voir avec ce qui pourrait satisfaire un utilisateur avancé :
- il faut toujours présenter des "nouveautés", peut importe leur utilité
- il faut vendre ces "nouveautés" à un maximum de monde
Partant de ces constats, la conclusion est simple : les stratégies commerciales consistent à vendre le plus d'objets technologiques possible à des gens qui n'en auront sûrement pas besoin et qui de toute façon ne sauront pas comment ils fonctionnent.

Bref, je rêve d'un monde où on serait entourés d'outils technologiques et pas d'objets technologiques.
Non pas que les outils technologiques n'existent plus mais ils sont de plus en plus noyés au milieu de trucs dont j'ai pas encore compris à quoi ils pourraient bien servir (mais je prends bien note que je suis minoritaire et que quelques milliards d'autres humains ont l'air d'avoir compris à quoi ça sert ).

Edit : ha bah fallait pas mettre 1h pour rédiger un message, ça recoupe un peu ce qu'à dit totozor juste avant .
8  0 
Avatar de Cortomatt
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 14:55
c'est bien plus pratique de tourner un bouton pour le chauffage que d'aller chercher dans un menu pour ensuite cliquer 10 fois sur un bouton
6  0 
Avatar de tatayo
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 13:46
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

De quelles technologies rétro continuez-vous de faire usage au quotidien ? Pour quelles raisons ?
Une brosse à dents manuelle ? Parce que ça ne tombe pas en panne, ça ne fait pas de bruit (je me lève TRES tôt)…
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Pour ou contre les interfaces entièrement ou majoritairement tactiles au sein des voitures ?
Totalement contre, sans le côté "tactile" des boutons physique, il faut quitte rla route des yeux pour "viser juste".
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Pour ou contre le retour des claviers physiques sur les smartphones ?
Ni pour ni contre, bien au contraire. Mais il faut avouer que le clavier tactile prend de la place.
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Que pensez-vous de la solution Clicks pour iPhone ? Quelles sont les attentes que vous avez à formuler pour une future itération ?
Connais pas, et vu que c'est pour iPhone je n'ai pas envie de connaître.
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Faut-il ou pas avoir des appareils connectés à Internet dans son domicile ?
Je ne vois pas pourquoi il "faudrait" avoir des appareils connectés.
Je ne vois pas trop pourquoi mon frigo, mon grille-pain, mon gaufrier… devraient être connectés.
D'ailleurs, à part la Box, les smartphones et autre tablettes/PC, je n'ai rien de connecté chez moi.

Tatayo.
5  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 13:59
Je partage l'avis exprimé par Tatayo. Pourquoi vouloir tout connecter ... le plaisir d'avoir de la publicité sans doute.
Le tout tactile est une absurdité dans l'automobile. Il devrait y avoir une intervention du législateur à ce niveau.
5  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 15:27
De quelles technologies rétro continuez-vous de faire usage au quotidien ? Pour quelles raisons ?
Ca veut dire quoi rétro?
J'utilise assez peu de choses démodées hormis mon système son (platine vinyl, ampli, enceintes).
Pour le reste c'est ancien mais ça me semble rester dans la norme, grande télé (pas connectée), lave linge et lave vaisselles de moins de 5 ans à boutons etc.
Mais si on parle de technologie ancestrale, oui ma serrure est physique et clefopilotée
Pour ou contre les interfaces entièrement ou majoritairement tactiles au sein des voitures ?
Pour moi la grande force du tactile est qu'on sait avoir un ensemble de "bouton" qui changent en fonction de la situation, ce qui fait gagner une place montre pour nos smartphone.
Pour le reste je n'y vois que des inconvénients : on es obligé de regarder pour appuyer, la durée de vie est plus courte et le remplacement compliqué.
Pour ou contre le retour des claviers physiques sur les smartphones ?
Contre les claviers T9 d'antant mais plutôt pour les claviers des blackberry, j'ai visiblement des gros doigts et j'ajoutes régulièrement des lettres inopinément.
Ceci dit le clavier physique réquisitionnerait une bonne partie de nos écrans actuels, ce qui ne me pose pas plus problème que ça.
Que pensez-vous de la solution Clicks pour iPhone ? Quelles sont les attentes que vous avez à formuler pour une future itération ?
Les GSM actuel sont déjà énormes (il ne rentrent pas dans toutes les poches de pantalon), y ajouter un clavier qui semble fixe est une aberration.
En Belgique on dit GSM mais en France téléphone portable, cet adjectif a un sens. Pourquoi avoir un téléphone qui n'est ergonomique que quand on y ajoute plein de gadgets?
Faut-il ou pas avoir des appareils connectés à Internet dans son domicile ?
Pour moi la question n'est pas "faut-il" mais "pourquoi" et "A quel prix".
Les appareils connectés apportent peu et semblent être des passoires en sécurité.
Les gens achètent des sonnettes, des babyphones, des caméras à l'intérieurs, des enceintes avec un micro etc sans avoir aucune idée de ce qu'en font les vendeurs/producteurs et ce qu'est capable d'en faire quelqu'un qui se donne un peu de mal. Ca m'échappe vraiment.
Les seules choses connectées chez moi sont 1 modem, 1 ordinateur et 1 téléphone. Si je n'ai rien de plus ce n'est pas par parano, c'est parce que je n'en ai pas l'utilité.
2  0