IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les Stablecoins ont permis de réaliser 40 milliards de dollars de cryptocriminalité depuis 2022
Ces stablecoins ont été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023

Le , par Bruno

504PARTAGES

3  0 
Les stablecoins, des cryptomonnaies liées à une valeur stable comme le dollar américain, ont gagné en popularité mais ont également été utilisés de manière disproportionnée dans des activités illicites. Selon un rapport de Chainalysis, ces stablecoins ont été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023, représentant un total de 40 milliards de dollars sur les années 2022 et 2023. L'évasion des sanctions a été la principale catégorie de criminalité, avec 83 % des paiements en cryptomonnaie vers des pays sanctionnés et 84 % vers des individus et entreprises spécifiquement sanctionnés. Tether, le stablecoin le plus populaire, a été particulièrement mis en avant, notamment dans des escroqueries de type « Pig butchering ». Bien que Tether ait la capacité de geler des fonds criminels, les données indiquent que son impact est limité face à l'ampleur des transactions illicites en stablecoins.

Un stablecoin est un actif numérique qui réplique la valeur faciale d’une monnaie fiduciaire, souvent le dollar, comme Tether (USDT) ou Libra de Facebook. Les stablecoins ont été imaginés comme un outil pour se prémunir contre la forte volatilité du marché des cryptomonnaies. Aussi, le point commun entre tous ces actifs est qu’ils ont été créés pour protéger leurs porteurs des fluctuations spéculatives. 2023 a été une année de reprise pour les cryptomonnaies, le secteur ayant rebondi après les scandales, les explosions et les baisses de prix de 2022. Avec le rebond des actifs cryptographiques et la croissance de l'activité du marché au cours de l'année 2023, beaucoup pensent que l'hiver de la cryptomonnaie se termine et qu'une nouvelle phase de croissance pourrait bientôt arriver. Mais qu'est-ce que tout cela signifie pour la criminalité liée aux cryptomonnaies ?


En 2023, la valeur reçue par les adresses de cryptomonnaies illicites a chuté de manière significative, pour atteindre un total de 24,2 milliards de dollars. Comme toujours, il convient de préciser que ces chiffres sont des estimations de la limite inférieure basées sur les flux entrants vers les adresses illicites qui ont été identifiées. Dans un an, ces totaux seront presque certainement plus élevés, car nous identifierons davantage d'adresses illicites et intégrerons leur activité historique dans nos estimations.

Par exemple, lorsque les chercheurs ont publié notre Crypto Crime Report l'année dernière, nous avons estimé à 20,6 milliards de dollars le volume des transactions illicites pour 2022. Un an plus tard, notre estimation actualisée pour 2022 est de 39,6 milliards de dollars. Une grande partie de cette croissance est due à l'identification d'adresses précédemment inconnues et très actives hébergées par des services sanctionnés, ainsi qu'à l'ajout à nos totaux illicites de volumes de transactions associés à des services situés dans des juridictions sanctionnées.

Outre l'identification de nouvelles adresses illicites, une autre raison essentielle explique que le nouveau total soit beaucoup plus élevé : Nous comptons désormais les 8,7 milliards de dollars de créances sur FTX dans nos chiffres de 2022. Dans le rapport de l'année dernière, nous avions indiqué que nous n'inclurions pas les volumes de transactions associés à FTX et à d'autres sociétés qui se sont effondrées cette année-là dans des circonstances prétendument frauduleuses dans nos totaux illicites tant que les procédures judiciaires n'auraient pas abouti. Depuis, un jury a reconnu l'ancien PDG de FTX coupable de fraude.

En règle générale, nous n'incluons que les activités mesurables sur la chaîne dans nos estimations des activités illicites. Dans le cas de FTX, il est impossible d'utiliser les seules données de la chaîne pour mesurer l'ampleur de l'activité frauduleuse, car il n'y a aucun moyen d'isoler les mouvements illégitimes des fonds des utilisateurs. C'est pourquoi nous pensons que les 8,7 milliards de dollars de créances sur FTX constituent la meilleure estimation possible. Compte tenu de la taille et de l'impact de la situation de FTX, nous la traitons comme une exception à notre méthodologie habituelle sur la chaîne. Si les tribunaux prononcent des condamnations dans des affaires similaires en cours, nous prévoyons d'inclure également leur activité dans nos données sur les transactions illicites à l'avenir.

Tous les autres totaux excluent les recettes provenant de la criminalité non liée au cryptomonnaie, comme le trafic de drogue conventionnel dans lequel le cryptomonnaie est utilisé comme moyen de paiement. Ces transactions sont pratiquement impossibles à distinguer des transactions licites dans les données de la chaîne. Bien entendu, les forces de l'ordre disposant d'un contexte hors chaîne peuvent toujours enquêter sur ces flux à l'aide des solutions de Chainalysis. Dans les cas où nous sommes en mesure de confirmer de telles informations, nous comptons les transactions comme illicites dans nos données, mais il y a très certainement de nombreux cas où ce n'est pas le cas, et donc les chiffres ne seraient pas reflétés dans nos totaux.

Outre la réduction de la valeur absolue de l'activité illicite, notre estimation de la part de l'ensemble du volume des transactions en cryptomonnaies associée à l'activité illicite a également diminué, passant de 0,42 % en 2022 à 0,34 % en 2022.


On peut constater également une évolution des types d'actifs impliqués dans la criminalité liée aux cryptomonnaies.

Volume des transactions illicites par type, 2018 - 2023


Jusqu'en 2021, le bitcoin a régné en maître en tant que cryptomonnaie de prédilection des cybercriminels, probablement en raison de sa grande liquidité. Mais la situation a changé au cours des deux dernières années, les stablecoins représentant désormais la majorité du volume des transactions illicites. Ce changement s'accompagne également d'une augmentation récente de la part des stablecoins dans l'ensemble de l'activité cryptographique, y compris l'activité légitime. Cependant, la prédominance des stablecoins n'est pas le cas pour toutes les formes de criminalité basées sur les cryptomonnaies.

Volume des transactions illicites par catégorie de crime et par type d'actif, 2023


Certaines formes d'activités illicites liées aux crypto-monnaies, telles que les ventes sur le marché du darknet et l'extorsion par ransomware, se déroulent encore principalement en bitcoins. D'autres, comme l'escroquerie et les transactions associées à des entités sanctionnées, se sont déplacées vers les stablecoins. Il se trouve que ces formes de criminalité cryptographique sont les plus importantes en termes de volume de transactions, ce qui explique la tendance générale.

Les entités sanctionnées, ainsi que celles qui opèrent dans des juridictions sanctionnées ou qui sont impliquées dans le financement du terrorisme, sont également davantage incitées à utiliser les stablecoins, car elles peuvent avoir plus de difficultés à accéder au dollar américain par des moyens traditionnels, mais souhaitent tout de même bénéficier de la stabilité qu'ils procurent. Toutefois, les émetteurs de stablecoins peuvent geler les fonds lorsqu'ils ont connaissance de leur utilisation illicite, comme l'a fait récemment Tether avec des adresses liées au terrorisme et à la guerre en Israël et en Ukraine.

L'escroquerie et les fonds volés en forte baisse

Les revenus issus de l'escroquerie et du piratage de cryptomonnaies ont tous deux chuté de manière significative en 2023, le total des revenus illicites ayant respectivement baissé de 29,2 % et de 54,3 %.

Comme nous le verrons plus loin dans notre section sur les escroqueries, de nombreux escrocs de la crypto-monnaie ont désormais adopté des tactiques d'escroquerie romanesques, ciblant des individus et établissant des relations avec eux afin de leur présenter des opportunités d'investissement frauduleuses, plutôt que d'en faire la publicité à grande échelle, ce qui les rend souvent plus difficiles à démasquer. Bien que le FBI ait publié des données montrant que les signalements d'escroqueries à l'investissement dans les cryptomonnaies aux États-Unis ont augmenté d'année en année jusqu'en 2022, nos mesures sur la chaîne suggèrent que les revenus d'escroquerie à l'échelle mondiale ont tendance à diminuer depuis 2021. Nous pensons que cela correspond à la tendance de longue date selon laquelle l'escroquerie est plus fructueuse lorsque les marchés sont à la hausse, que l'exubérance est élevée et que les gens ont l'impression de manquer une occasion de s'enrichir rapidement.

Bien entendu, l'impact des escroqueries à la romance sur les victimes est dévastateur et ne doit pas être sous-estimé. Bien que l'augmentation des signalements - du moins aux États-Unis - soit un bon signe, nous pensons que les informations sur les escroqueries sentimentales en particulier sont sous-estimées. Nous émettons l'hypothèse que les dommages réels de l'escroquerie sont plus importants que ne le montrent les rapports du FBI et nos mesures sur la chaîne, mais dans l'ensemble, l'escroquerie est en baisse, compte tenu de la dynamique générale du marché.

Le piratage de cryptomonnaies, en revanche, est beaucoup plus difficile à dissimuler pour les criminels, car les observateurs du secteur peuvent rapidement repérer les flux inhabituels provenant d'un service ou d'un protocole donné lorsqu'un piratage se produit. Comme nous le verrons plus loin, la baisse des fonds volés est due en grande partie à une chute brutale du piratage de DeFi. Cette baisse pourrait représenter l'inversion d'une tendance inquiétante à long terme, et pourrait signifier que les protocoles DeFi améliorent leurs pratiques de sécurité. Cela dit, les mesures relatives aux fonds volés sont fortement influencées par des valeurs aberrantes, et un piratage de grande ampleur pourrait à nouveau modifier la tendance.

Augmentation de l'activité des marchés des rançongiciels et du darknet

Les rançongiciels et les marchés du darknet, en revanche, sont deux des formes les plus importantes de cryptocriminalité qui ont vu leurs revenus augmenter en 2023, contrairement aux tendances générales. La croissance des revenus des rançongiciels est décevante après les fortes baisses que nous avons couvertes l'année dernière, et suggère que les attaquants de rançongiciels se sont peut-être adaptés aux améliorations de la cybersécurité des organisations, une tendance que nous avons rapportée pour la première fois plus tôt cette année.

De même, la croissance des revenus du marché du darknet de cette année fait suite à une baisse des revenus en 2022. Cette baisse est due en grande partie à la fermeture d'Hydra, qui était de loin le marché le plus dominant au monde, capturant plus de 90 % de tous les revenus du marché du darknet à son apogée. Bien qu'aucun marché n'ait encore émergé pour prendre sa place, le secteur dans son ensemble est en train de se redresser, le revenu total remontant vers ses plus hauts niveaux de 2021.

Les transactions avec des entités sanctionnées sont à l'origine de la majeure partie de l'activité illicite

La tendance la plus évidente qui se dégage de l'examen du volume des transactions illicites est sans doute la prédominance des transactions liées à des sanctions. Les entités et juridictions sanctionnées ont représenté ensemble un volume de transactions d'une valeur de 14,9 milliards de dollars en 2023, soit 61,5 % de l'ensemble du volume de transactions illicites que nous avons mesuré au cours de l'année. La majeure partie de ce total est due à des services de cryptomonnaies qui ont été sanctionnés par l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor des États-Unis, ou qui sont situés dans des juridictions sanctionnées, et qui peuvent continuer à opérer parce qu'ils se trouvent dans des juridictions où les sanctions américaines ne sont pas appliquées.

Si ces services peuvent être et ont été utilisés à des fins malveillantes, cela signifie également qu'une partie des 14,9 milliards de dollars de transactions liées aux sanctions comprend l'activité d'utilisateurs moyens de cryptomonnaies qui se trouvent résider dans ces juridictions. Par exemple, l'échange Garantex basé en Russie, qui a été sanctionné par l'OFAC et l'OFSI au Royaume-Uni pour avoir facilité le blanchiment d'argent pour le compte d'attaquants de ransomware et d'autres cybercriminels, a été l'un des plus grands moteurs du volume de transactions associé aux entités sanctionnées en 2023.

Garantex poursuit ses activités parce que la Russie n'applique pas les sanctions américaines. Cela signifie-t-il que tout le volume de transactions de Garantex est associé à des rançongiciels et au blanchiment d'argent ? Non. Néanmoins, l'exposition à Garantex présente un risque sérieux de sanctions pour les plateformes de cryptomonnaies soumises à la juridiction des États-Unis ou du Royaume-Uni, ce qui signifie que ces plateformes doivent rester encore plus vigilantes et rechercher l'exposition à Garantex afin d'être en conformité.

L'utilisation disproportionnée des stablecoins dans des activités illicites, comme révélé par le rapport de Chainalysis, soulève des préoccupations sérieuses quant à la légitimité et à la stabilité de ces crypto-monnaies. L'évasion des sanctions, représentant une part importante de ces transactions criminelles, remet en question l'efficacité des mesures internationales visant à restreindre les activités financières de pays, individus et entreprises spécifiquement sanctionnés.

Le fait que les stablecoins aient été impliqués dans 70 % des transactions d'escroquerie en cryptomonnaie en 2023 souligne la nécessité d'une réglementation plus stricte et de mécanismes de surveillance renforcés pour prévenir l'utilisation abusive de ces actifs numériques. La popularité croissante des stablecoins parmi les criminels met en lumière les défis auxquels sont confrontés les organismes de réglementation et les forces de l'ordre pour maintenir l'intégrité du marché des cryptomonnaies.

Tether, en tant que stablecoin le plus populaire, est spécifiquement mentionné dans des escroqueries de type « Pig butchering ». Bien que la capacité de Tether à geler des fonds criminels soit un pas dans la bonne direction, les données suggèrent que cela ne suffit pas à endiguer le flot des transactions illicites en stablecoins. La nature anonyme et décentralisée des crypto-monnaies pose un défi supplémentaire, rendant difficile la poursuite des criminels et la prévention de leurs activités.

Il est impératif que l'industrie des cryptomonnaies travaille en étroite collaboration avec les régulateurs pour mettre en place des normes plus strictes et des mécanismes de contrôle plus efficaces. Les entreprises émettrices de stablecoins, comme Tether Holdings, doivent prendre des mesures proactives pour renforcer la conformité et la transparence, afin de prévenir l'utilisation abusive de leurs actifs numériques à des fins criminelles.

Source : Chainalysis

Et vous ?

Est-ce que les conclusions tirées des recherches publiées par Chainalysis sont pertinentes ?

Quelle est la part de responsabilité des émetteurs de Stablecoins dans la prévention de leur utilisation pour des activités illicites, et quelles actions peuvent-ils entreprendre pour renforcer la sécurité ?

Comment les autorités de régulation peuvent-elles améliorer la surveillance des transactions en stablecoins afin de détecter plus efficacement les activités criminelles ?

Existe-t-il des différences significatives entre les stablecoins en termes de vulnérabilité à l'utilisation illicite, et comment ces différences pourraient-elles orienter les futures réglementations ?

Voir aussi :

Crypto.com, la bourse de cryptomonnaies, va retirer Tether de la circulation au Canada, pour se conformer à l'autorité de régulation de l'Ontario

PayPal lance PYUSD, un stablecoin en dollars américains, devenant ainsi la première entreprise de technologie financière à adopter les monnaies numériques pour les paiements et les transferts

Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister, l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Gluups
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 6:59
Il semble que les autorités aient décidé de s'attaquer au problème :
lepoint.fr
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/02/2024 à 19:44
En effet, dans tout les cas, une peine de 100 ans est grotesque et barbare. Et surtout absurde.
0  0