IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister,
L'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

Le , par Mathis Lucas

562PARTAGES

9  0 
La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.

Changpeng Zhao, Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison, Gary Wang ne sont que quatre des noms les plus connus liés à des scandales de fraude et d'escroquerie sur le marché des cryptomonnaies. L'on a assisté à une sorte de nettoyage dans l'univers des actifs numériques au cours des dernières années, avec la descente aux enfers de plusieurs personnes autrefois présentées comme des rois de la cryptomonnaie. Des milliers d'investisseurs ont perdu des dizaines de milliards de dollars après l'effondrement de plusieurs entreprises de cryptomonnaies (leur nombre est difficile à estimer), mais ils ne semblent malheureusement pas au bout de leurs peines.

Hyperverse figure parmi les entreprises de cryptomonnaies qui se sont effondrées au cours des dernières années. Sa chute a entrainé environ 1,3 milliard de dollars de pertes pour les investisseurs. Selon les analystes, les investisseurs lésés semblent tous avoir été manipulés depuis le début. Pendant des années, il y a eu de nombreuses allégations selon lesquelles Steven Reece Lewis, présenté comme le directeur général de HyperVerse, n'est pas une personne réelle, mais une invention. Après enquête, le média britannique The Guardian a confirmé qu'aucune des organisations citées dans le curriculum vitæ de Steven Reece Lewis ne peut trouver de trace de lui.


Selon les conclusions de l'enquête, les qualifications du mystérieux Reece Lewis semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans HyperVerse. Dans une vidéo datant de décembre 2021, Reece Lewis a été présenté comme PDG et vanté pour avoir acquis une solide réputation dans le monde de la finance et la technologie avant de rejoindre HyperVerse. Selon le profil qui est dressé dans la vidéo, Reece Lewis est censé être passé d'un emploi au sein de la banque d'investissement Goldman Sachs à la vente d'une société de développement Web à l'éditeur Adobe avant de lancer sa propre startup informatique.

En fouillant dans son cursus universitaire, l'enquête n'a découvert aucune mention de Reece Lewis dans les universités qu'il aurait fréquentées. (L'université de Leeds et l'université de Cambridge n'avaient aucune trace de lui dans leurs bases de données.) Son parcours professionnel semble tout aussi suspect. Adobe n'a aucune trace d'une quelconque acquisition d'une entreprise appartenant à Steven Reece Lewis dans aucun de ses dossiers publics et Goldman Sachs n'a trouvé aucune trace d'un Reece Lewis ayant travaillé pour l'entreprise. L'enquête a également révélé que Reece Lewis n'a aucune présence en ligne en dehors de la vidéo promotionnelle.

Mais il apparaît qu'un compte Twitter au nom de Reece Lewis a été créé un mois avant la publication de la vidéo de 2021. Des personnalités influentes - comme le cofondateur d'Apple Steve Wozniak et l'acteur américain Chuck Norris - ont soutenu Reece Lewis en tant que leader solide de HyperVerse. L'entreprise de Reece Lewis proposait une vision audacieuse censée concurrencer le métavers de Facebook en créant une nouvelle frontière d'un univers galactique et en donnant vie à un monde virtuel complet. Le chanteur Lance Bass soutenait également le projet. Mais aucun d'eux n'a été en mesure d'affirmer qu'ils avaient déjà vu ou parlé à Reece Lewis.

En 2022, Andrew Penman, un journaliste du tabloïde britannique The Mirror, a tenté de tirer la sonnette d'alarme en affirmant que ces trois célébrités, qui ont soutenu Reece Lewis, ont refusé de confirmer qu'elles l'avaient déjà connu. « Je soupçonne qu'il est le fruit de l'imagination de quelqu'un, créé pour donner un faux sentiment de sécurité à cette imposture. Je n'ai trouvé aucune trace de cette personne autre qu'un compte Twitter ouvert l'année dernière, et HyperVerse a refusé de répondre à mes questions à son sujet ou même de me donner une adresse électronique pour que je puisse lui poser des questions directement », a écrit Penman à l'époque.

L'enquête n'a pas pu déterminer exactement comment ces célébrités ont été recrutées, mais il est important de noter qu'elles peuvent toutes être embauchées sur la plateforme de vidéos personnalisées Cameo. Selon l'enquête, les influenceurs restent tous aujourd'hui silencieux sur l'identité de Reece Lewis. Aucune de ces personnalités n'a jamais confirmé avoir rencontré ou parlé à Reece Lewis. Tout comme cela a été le cas avec les investisseurs, le journaliste a suggéré en 2022 que les acteurs et les influenceurs avaient probablement été innocemment trompés lorsqu'ils ont accepté de soutenir HyperVerse. Rien ne permet toutefois de confirmer cette théorie.

Après son effondrement, HyperVerse a été accusé d'avoir mis en place un système Ponzi. La société aurait fonctionné sous différents noms, notamment HyperFund et HyperVerse. Elle aurait été fondée par Sam Lee - autrefois surnommé "le prince héritier du bitcoin" en Australie - et Zijing "Ryan" Xu, qui s'est présenté comme "l'un des quatre rois du bitcoin en Chine". Les deux hommes sont connus comme les deux des fondateurs de la société australienne de bitcoins Blockchain Global, qui s'est effondrée. Blockchain Global a été placé sous administration judiciaire en 2021 et selon les documents judiciaires, il doit 58 millions de dollars à ses créanciers.

Lee a refusé de répondre aux questions concernant Reece Lewis dans le cadre de l'enquête. Au lieu de cela, Lee a contesté les déclarations concernant son implication en tant que fondateur présumé d'HyperVerse, les qualifiant de fausses et erronées. Il aurait déclaré que "les gens n'arrêtaient pas d'inventer des histoires sur Internet". Les rumeurs concernant l'existence de Reece Lewis circulent depuis des années sur la toile. Mais malgré les mises en garde des autorités de régulation internationales, l'enquête a révélé que les autorités de régulation australiennes ont reconnu tardivement que HyperTech ou ses systèmes affiliés étaient suspects.

L'un des premiers rapports alléguant que Reece Lewis n'est pas réel est apparu sur Reddit il y a deux ans. Un utilisateur appelé "roamingandy" a critiqué Zijing Xu pour avoir disparu et a écrit : « le nouveau directeur général de HyperVerse, Steven Reece Lewis, présenté comme un expert en affaires, n'existe pas en dehors d'une vidéo créée par HyperVerse lui-même. Il n'est pas sur LinkedIn ni sur Twitter et il n'y a aucune mention de lui au conseil d'administration d'une entreprise précédente ». Enfin de compte, l'enquête n'a pas été en mesure de vérifier l'identité de Steven Reece Lewis et le média britannique a conclu que cette personne n'existe pas.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des allégations concernant l'existence du directeur général de HyperVerse ?
Selon vous, les éléments de l'enquête suffisent-ils pour conclure que cette personne n'existe pas ?
Que pensez-vous des célébrités impliquées dans la promotion du métavers de HyperVerse ?
Selon vous, le paysage des cryptomonnaies sera-t-il un jour sûr ou est-il condamné à rester tel quel ?

Voir aussi

Scandales de la cryptomonnaie en 2023 : de Changpeng Zhao à Sam Bankman-Fried, l'année des leaders de la cryptomonnaie déchus, devenir milliardaire puis tout perdre ne ferait pas rêver

Changpeng Zhao, PDG de Binance, a démissionné et plaidé coupable d'avoir enfreint les lois US contre le blanchiment d'argent, mettant fin à une enquête de plusieurs années sur les cryptomonnaies

Le fondateur de Celsius Network, une société de prêt de cryptomonnaie, arrêté et accusé de fraude, un autre scandale qui révèle la face sombre des cryptomonnaies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Gluups
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 1:28
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.
Voilà le genre de chose qu'il est intéressant de vérifier avant de donner des sous, plutôt qu'après les avoir perdus.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
3  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 10:22
Citation Envoyé par Gluups Voir le message
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
Fillion est bien d'accord avec toi !
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 13:11
Ce qui serait un peu gros, ce serait de le prendre comme seul coupable.

C'est un montage très classique. Certaines citées état en Asie pour ne pas les nommer sont spécialisées dans l'hébergement de ce genre de fraudes financières. C'est des montages avec des dizaines de sociétés écran imbriquées qui ont 0 fonds propres. S'il y a une enquête, les autorités locales traînent des pieds pendant des années pour donner le nom du propriétaire de la société écran (mais pour les dizaines d'autres il faut ouvrir une autre procédure à chaque fois). Le "propriétaire" de la société, c'est toujours un pauvre type auquel on a donné 3 sous pour qu'il mette son nom sans comprendre ce qu'il signe.
Quand on veut tracer l'argent, il ne fait que transiter d'une société écran à l'autre.

Ce type, c'est juste un comédien en effet, parmi d'autres prête-nom qui ont été recrutés.

Donc, les investisseurs de 1er ordre qui choisissent ce genre de sociétés, il savent (ou devraient) savoir dans quoi ils mettent la main. Ensuite, ce sont eux qui trouvent des client pigeons pour leur faire confiance.

Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal"
c'est sans doute la seule chose vraie que son agent lui a révélée.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 14/04/2024 à 1:29
Il prend le risque d'avoir plus, là où 25 ans c'est peu comparer à ce qu'il aurais été susceptible d'avoir.
1  0 
Avatar de Gluups
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 6:59
Il semble que les autorités aient décidé de s'attaquer au problème :
lepoint.fr
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/02/2024 à 19:44
En effet, dans tout les cas, une peine de 100 ans est grotesque et barbare. Et surtout absurde.
0  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 3:35
Ce qui honnêtement est que dalle compte tenu de l'ampleur de la fraude et des lois américaines. Mais bon, c'est toujours mieux qu'Elizabeth Holmes.
1  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/03/2024 à 21:44
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
Ce qui honnêtement est que dalle compte tenu de l'ampleur de la fraude et des lois américaines. Mais bon, c'est toujours mieux qu'Elizabeth Holmes.
Mouais... A mon avis, on a le temps de voir passer 25 ans de prison... Je doute que SBF n'ai pas le temps de réfléchir.
0  0