IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le propriétaire de Parler, l'alternative « anti-censure » à Twitter, a licencié environ 75% du personnel selon un rapport.
Une opération qui a commencé après l'annulation du rachat par Kanye West

Le , par Stéphane le calme

171PARTAGES

13  0 
Parlement Technologies, la société mère de la plateforme de médias sociaux « sans censure » Parler, a licencié la majorité de son personnel et la plupart de ses directeurs généraux au cours des dernières semaines selon un rapport de The Verge. La purge soudaine du personnel a remis en question l'avenir de Parler, l'une des premières alternatives conservatrices aux plateformes grand public.

Parlement Technologies a commencé à licencier des travailleurs fin novembre, selon plusieurs sources proches du dossier. Ces licenciements se sont poursuivis au moins jusqu'à la fin décembre, lorsqu'environ 75 % des employés ont été licenciés au total, laissant environ 20 employés travailler à la fois chez Parler et dans l'entreprise de services cloud de la société mère. La majorité des dirigeants de l'entreprise, y compris ses responsables de la technologie, des opérations et du marketing, ont également été licenciés, selon une source proche du dossier.


Parler se décrit comme politiquement indépendant, mais le site, peu modéré, est devenu populaire auprès des utilisateurs conservateurs qui ont été soit bannis des grands sites, soit en désaccord avec les politiques de vérification des faits et de modération de plateformes comme Twitter et Facebook. Parler est l'une des nombreuses plateformes de médias sociaux favorables à la droite à émerger sous l'ère de Donald Trump. L'accent mis par Parler sur la liberté d'expression en a fait un pôle d'attraction pour les théoriciens de la conspiration. La plateforme a été accusée d'avoir aidé les organisateurs d'émeutes à planifier et à coordonner la prise d'assaut du Capitole qui a eu lieu le 6 janvier 2021.

Il faut dire que Parler a été fondée en 2018 au plus fort de la guerre de l'ancien président Donald Trump contre les plateformes de médias sociaux en raison de leur prétendue discrimination à l'égard des utilisateurs conservateurs. La plateforme s'est présentée comme une alternative de « liberté d'expression » aux plateformes plus courantes comme Facebook et Twitter, offrant ce qu'elle a présenté comme des politiques de modération anti-censure.

L'application a gagné en popularité tout au long du cycle de l'élection présidentielle de 2020, enregistrant plus de 7 000 nouveaux utilisateurs par minute à son apogée en novembre de cette année-là. Mais à la suite de l'émeute meurtrière du 6 janvier au Capitole des États-Unis, Apple et Google ont expulsé l'application de leurs magasins d'applications après avoir critiqué son utilisation pour planifier et coordonner l'attaque. Ces décisions ont empêché les nouveaux utilisateurs de télécharger l'application, stoppant ainsi la croissance des utilisateurs.

Parler est revenu au magasin d'Apple quatre mois après son interdiction une fois qu'il a fourni une liste de politiques de modération remaniées. Mais à ce moment-là, la propre plateforme de médias sociaux de Trump faisait l'objet de rumeurs de lancement, et une poignée d'applications rivales, comme Gettr et Rumble, étaient entrées sur le marché des médias sociaux « sans censure ».

La croissance des utilisateurs de Parler est restée anémique alors que des concurrents émergeaient.

Pour mémoire, en janvier 2021, Amazon a refusé de continuer à fournir ses services d’hébergement cloud au site après que le géant de la technologie a déterminé que Parler n'en faisait pas assez pour modérer et supprimer les incitations à la violence. Parler a été coupé en raison de son «*manque de volonté et de son incapacité à retirer des serveurs d'Amazon Web Services les contenus qui menacent la sécurité publique, par exemple, l'incitation et la planification du viol, de la torture et de l'assassinat de fonctionnaires et de citoyens*», a déclaré Amazon.

L'application avait également été retirée de l'App Store d'Apple et du Play Store de Google, rendant le téléchargement de l'application sur les smartphones impossible pour les nouveaux utilisateurs.

Parler a cherché à réduire sa dépendance à l'égard des technologies d'autres entreprises en établissant sa propre infrastructure en interne. Tirant parti de son historique de mise hors ligne, la société a annoncé en septembre dernier qu'elle formait une nouvelle entreprise, Parlement Technologies, qui hébergerait sa plateforme sociale et une nouvelle activité de services cloud « non résiliables ». Parlement Technologies a acquis l'infrastructure cloud en achetant Dynascale, une société basée en Californie, pour 16 millions de dollars de nouveau financement. En lançant sa division infrastructure internet, Parlement Technologies a souligné sa volonté de soutenir la liberté d'expression selon sa perspective.


Un David devant les Goliath que sont Twitter et Facebook

Parler a pris de l'importance après l'élection présidentielle américaine de 2020, lorsque des politiciens conservateurs et des stars des médias ont commencé à défendre Parler comme une alternative à Facebook et Twitter et aux politiques de modération de contenu respectives de ces plateformes. Le 9 novembre 2020, Parler comptait plus de 5 millions d'utilisateurs actifs, soit une multiplication par huit par rapport à la semaine précédente, selon une déclaration de l'époque de John Matze, son PDG de l'époque.

Mais certains de ces comptes sont depuis devenus inactifs. Après la récente annonce de vente de Parler, la société a envoyé des e-mails à des centaines de VIP, dont certains ont ensuite déclaré aux médias qu'ils avaient peu d'associations avec le site.

Parler a compté environ 1,3 million de visites sur le site au mois d'août, selon le traceur d'analyse de site Web Similarweb. Cela se compare aux 6,8 milliards de visites du site de Twitter en août et aux 18,2 milliards de Facebook.


Même d'autres applications alternatives comme Gettr de Gettr Usa Inc. et Truth Social de Trump Media & Technology Group Corp. (fondée par l'ancien président Donald Trump) ont devancé Parler par des marges importantes en termes de visites de sites. En août, Truth Social a enregistré 9 millions de visites sur le site et Gettr en a enregistré 7,2 millions, selon Similarweb.

De plus, après l'acquisition de DynaScale, Parlement Technologies a tenté de vendre Parler à un acheteur consentant. Un acheteur potentiel a déclaré que la plateforme ne comptait qu'environ 50 000 utilisateurs actifs quotidiens en octobre 2022.

Les plateformes qui sont plus spécialisées ont tendance à être plus difficiles à développer, a déclaré Eric Dahan, PDG et cofondateur d'Open Influence, une société de marketing d'influence qui travaille avec des créateurs de contenu : « Je ne le vois pas vraiment avoir une adoption massive, mais je le vois avoir un public de niche très actif », a-t-il déclaré. « Il est vraiment difficile de lancer une plateforme sociale. Et il est encore plus difficile d'en maintenir une nouvelle, car ces plateformes existantes ont tellement de résistance. Il doit donc y avoir quelque chose d'intrinsèquement unique dans l'ensemble de fonctionnalités [de Parler] ».

En plus du contenu, les plateformes de médias sociaux monétisées dépendent généralement de la publicité. La base d'annonces de Parler ressemblerait probablement à celle des annonceurs qui peuplent les ondes des émissions de radio ou de télévision de droite, a déclaré Will Duffield, analyste de la parole et de la gouvernance d'Internet au Cato Institute, un groupe de réflexion sur la liberté d'expression basé à Washington, D.C.

« De nombreuses entreprises servent la droite qui pourraient avoir l'impression d'être victimes de discrimination sur Twitter », a déclaré Duffield. « Et donc vous n'avez pas besoin de beaucoup plus que cela - des suppléments et des publicités sur les armes à feu... Je pense qu'il y a beaucoup de place pour des plateformes de niche financées par la publicité ».

Fin octobre, le traceur d'analyse de site Web Similarweb estimait que Parler génère entre 2 et 5 millions de dollars par an grâce à sa publicité, ses ventes de marchandises et son marché de jetons non fongibles.

Un marché de la publicité en ligne de plus en plus difficile affecte également les plateformes de médias sociaux grand public telles que Twitter et Snapchat, qui ont augmenté le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens, mais ont encore du mal à monétiser leurs fonctionnalités principales.


Un rachat par Kanye West qui n'aura pas mis long feu

Kanye West, le musicien désormais connu sous le nom Ye, a amorcé l'opération de rachat de Parler le 17 octobre. L'acquisition a été annoncée par Parler dans un communiqué de presse, qui précisait alors que la plateforme a conclu avec Ye un accord de principe qui devrait être finalisé dans le courant de l'année 2021. « Dans un monde où les opinions conservatrices sont considérées comme controversées, nous devons nous assurer que nous avons le droit de nous exprimer librement », a déclaré Ye dans le communiqué de presse.

Dans un communiqué de presse, George Farmer, PDG de Parlement Technologies, a déclaré que l'opération allait « changer le monde, et changer la façon dont le monde pense à la liberté d'expression ». Il a ajouté : « Ye fait une avancée révolutionnaire dans l'espace médiatique de la liberté d'expression et n'aura plus jamais à craindre d'être retiré des médias sociaux. Une fois de plus, Ye prouve qu'il a une longueur d'avance sur les médias traditionnels. Le Parlement sera honoré de l'aider à atteindre ses objectifs ».

Mais l'accord de Kanye West pour acheter le réseau social Parler n'aura duré qu'un mois

Le propriétaire de Parler a annoncé la fin de l'accord peu après que Kanye West après qu'il ait déclaré « Je vois de bonnes choses chez Hitler » lors d'une apparition dans l'émission Infowars d'Alex Jones. Kanye West a été également suspendu de Twitter peu après avoir posté une image d'une croix gammée à l'intérieur de l'étoile de David.

Dans une déclaration envoyée par courriel à plusieurs organismes de presse, Parlement Technologies a déclaré qu'elle « a convenu mutuellement avec Ye de mettre fin à l'intention de vente de Parler. Cette décision a été prise dans l'intérêt des deux parties à la mi-novembre. Parler continuera à poursuivre les opportunités futures de croissance et l'évolution de la plateforme pour notre communauté dynamique ».

Parler et Ye avaient annoncé un accord de fusion le 17 octobre dernier. L'accord a été conclu après que Ye ait fait des publications antisémites qui ont fait verrouiller son compte Twitter, le mettant en mode lecture seule tout en le laissant visible au public. Le compte Twitter de Ye a été débloqué fin octobre, au moment où l'acquisition de Twitter par Elon Musk était finalisée. Musk a soutenu Ye publiquement, mais a déclaré que le déblocage du compte avait eu lieu avant l'acquisition et que Twitter « ne m'a pas consulté ni informé ».

On ne sait pas combien de personnes sont actuellement employées pour travailler sur la plateforme de médias sociaux Parler ni où elle se dirige à partir d'ici. Au moment de la publication, l'entreprise n'a plus qu'un seul poste à pourvoir sur son site Web*: gérer les installations de son centre de données à Los Angeles.

Et vous ?

Que pensez-vous de Parler ?
Le réseau social est-il désormais une coque vide vouée à disparaître ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous de la stratégie visant à s'éloigner de la dépendance des grandes entreprises technologiques en rachetant à coup de millions de dollars Dynascale malgré une croissance anémique des utilisateurs déjà bien peu nombreux ?

Voir aussi :

Parler affirme qu'il est de retour sans la "Big Tech" après avoir été viré d'Amazon Web Services, et avoir passé plus d'un mois hors service
Le compte Parler de John Matze, son cofondateur et ancien PDG, aurait été bloqué, après qu'il a demandé à ses followers de le suivre sur l'application de messagerie Telegram

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Prox_13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 16:14
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
Je pense que les 3/4 des politiciens cochent minimum 3 cases à cette liste
Donc les 3/4 des politiciens devraient être bannis, tout simplement. Niveler vers le bas, ça va un moment.
1  0 
Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 17:37
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
Donc les 3/4 des politiciens devraient être bannis, tout simplement. Niveler vers le bas, ça va un moment.
Ce n'est pas vraiment mon propos...
Je dis juste que l'on pourrait reprocher la même chose à 3/4 des politiciens... (sauf l'incitation à envahir le capitole bien-sûr).
2  1 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 8:01
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quelle lecture faites-vous de la situation ?
Trump is back in the business.
Se faire virer de facebook et Twitter lui a bien rendu service sur le coup, ça soutient sa position de complotiste.
Mais il y a aussi perdu pas mal de visibilité, ce qui pose problème en période de campagne, donc il essaye de revenir.
Facebook se retrouve devant une situation compliquée qu'elle voudrait apolitique mais qui le sera quel que soit le choix qu'elle fera.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Donald Trump devrait-il revenir sur Facebook selon vous ? Pourquoi ?
Ma réponse simple est non, parce que ce mec est toxique (ce qui ne veut pas dire que ses concurrents ne le sont pas)
Maintenant s'il se présente c'est une autre histoire, ne pas lui donner accès à facebook devient une décision politique (de le désavantager), mais on sait tous qu'il va sortir une dinguerie qui va relancer la question du ban des candidats.

Je me demande s'il ne gagne pas quelle que soit la décision:
Il est débanni il gagne une tribune gigantesque
Il reste banni et ça amplifie sa position complotiste "l'ordre mondial essaye encore de me museler en voici une preuve"
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous du fait que des représentants aient contacté Facebook pour lui demander de maintenir Donald Trump loin de ses plateformes ? Êtes-vous d'accord avec leur manœuvre ? Dans quelle mesure ?
Je penses que la manœuvre est vraiment maladroite :
Suggérer la décision que devrait prendre facebook c'est empêcher toute sortie apolitique de facebook du sujet, ce qui est probablement son envie première.
Après le "camp du bien" est contre Trump donc que chacun pose ses pions maintenant est peut être un moyen de contraindre facebook à choisir le "bien".
Je ne sais pas trop, ce niveau de stratégie n'est pas ma spécialité et me rebute un peu.
2  2 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/01/2023 à 15:16
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Trump is back in the business.Je me demande s'il ne gagne pas quelle que soit la décision:
Il est débanni il gagne une tribune gigantesque
Il reste banni et ça amplifie sa position complotiste "l'ordre mondial essaye encore de me museler en voici une preuve"
Je penses que la manœuvre est vraiment maladroite :
Suggérer la décision que devrait prendre facebook c'est empêcher toute sortie apolitique de facebook du sujet, ce qui est probablement son envie première.
Après le "camp du bien" est contre Trump donc que chacun pose ses pions maintenant est peut être un moyen de contraindre facebook à choisir le "bien".
Je ne sais pas trop, ce niveau de stratégie n'est pas ma spécialité et me rebute un peu.
En plus, il faut prendre en compte le fait que si il n'est pas débanni, il auras quant même une visibilité avec Twitter. Donc clairement il gagne dans les deux cas.
Quant à ces histoires de "camp du bien" c'est vraiment ridicule, tout ça c'est du spectacle. Tout ce que je vois entre les deux forces politiques américaines, ce sont des oligarques contre d'autres oligarques.
0  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 8:46
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Trump s'est fait lyncher et il ne le mérite pas, il n'a rien fait de mal
Donald Trump n'a rien fait de mal, vraiment ?


Liste non exhaustive !

3  3 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 8:00
Citation Envoyé par Anthony Voir le message
le mémo décrit comment des plateformes comme Facebook et Twitter, des sites de streaming comme YouTube et Twitch et des réseaux marginaux de tailles plus modestes comme Parler, Gab et 4chan ont permis d’organiser l’insurrection.
[...]
« Ces plateformes ont permis la mobilisation d’extrémistes sur des sites plus petits et ont attisé les griefs des conservateurs sur des sites plus grands et plus traditionnels. »
On peut dire de même des producteurs de GSM, d'ordinateurs, d'armes, de voitures et de cagoules.
Leurs services sont capables d'empêcher des exaction venant de pays étrangers mais sont incapable de protéger le pays de ses propres menaces? Laissez moi rire.
Identifier le problème des réseaux sociaux est un vrai besoin mais ignorer les autres et tout simplement de la mauvaise foi et un manque complet d'autocritique.

Pour quels objectifs:
Encourager la censure privée
Mettre en place des portes plus si dérobées que ça
Interdire le cryptage de bout en bout
etc...
0  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 8:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les garde-fous comprendront « des sanctions accrues en cas de récidive [...]Dans le cas où M. Trump publie d'autres contenus en infraction, le contenu sera supprimé et il sera suspendu pendant un mois à deux ans, selon la gravité de l'infraction ».
Combien de temps Trump a été banni?
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
un peu plus de deux ans après avoir été suspendu des plateformes
Je n'ai plus d'autre question votre honneur.
0  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 15:24
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Non, ça c'est la légende du "tous pourris", c'est très facile de propager ce genre de rumeurs, mais ce n'est heureusement pas le cas.
Et quand c'est le cas, les premiers coupables sont les électeurs qui votent pour ceux dont la corruption est avérée (jugement à l'appui).
Je ne suis pas d'accord avec ça, je trouve que ce raisonnement peut mener à la droite qui demande pourquoi on descend dans la rue pour une réforme que Macron, pour qui on a voté, avait promis.
Et ma réponse est simple (même si j'ai sincèrement du mal à la défendre) : on a voté pour le moins dangereux, on a oublié son programme nauséabond, son mépris etc, on s'est bouché le nez et on a mis le bulletin dans l'urne en lui promettant de se retrouver dans la rue.

A gauche on est relativement épargné mais il y a des endroits où c'est compliqué d'être de droite et de voter pour un gars qui n'a pas poussé le bouchon trop loin avec une collègue ou avec l'argent public.
0  0 
Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 14:09
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Je pense que les 3/4 des politiciens coche minimum 3 cases à cette liste
2  3 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 15:52
Pensez-vous que le fait de ne pas avoir censuré les incitations à la révolte était une stratégie des médias sociaux pour obtenir plus de trafic sur leurs plateformes ?
Oui. Trump a tenu des propos dignes du troll et de la fake news comme les russes ne se sont pas ingérés dans l'élection de 2016 alors même que le patron de Wagner l'a reconnu et qu'ils continueront à le faire avant les midterms (source lefigaro.fr). Trump est populiste donc attire du monde donc génère du trafic. Les médias sociaux en ont profité jusqu'à ce que le drame se produise : 5 morts chez les manifestants et un parmi les forces de l'ordre (crise cardiaque). Donc en réintégrant Trump et ses suiveurs, j'espère que Meta et Twitter sont prêts à le rebannir mais cette fois avant une émeute.
2  3