IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des femmes portent plainte contre Apple, elles affirment que des AirTags ont aidé leurs harceleurs,
Mettant ainsi leur sécurité en danger

Le , par Nancy Rey

71PARTAGES

7  0 
Les deux femmes, identifiées comme Lauren Hughes et "Jane Doe", accusent Apple d'avoir mis sur le marché un dispositif dangereux par négligence, d'avoir minimisé les inquiétudes concernant les menaces entourant les AirTags et d'avoir présenté de manière inexacte la sécurité du produit en le qualifiant de "résistant aux harceleurs". Les deux femmes qui affirment que leurs anciens partenaires romantiques ont utilisé les dispositifs AirTag de la société pour suivre leurs allées et venues, mettant ainsi leur sécurité en danger. La proposition de recours collectif a été déposée lundi devant le tribunal fédéral de San Francisco au nom d'une femme du Texas et d'une autre de New York. Elles demandent des dommages-intérêts non précisés.


« Arme de choix des harceleurs »

« Avec un prix de seulement 29 dollars, il est devenu l'arme de choix des harceleurs et des abuseurs », allègue la plainte. Hughes, du comté de Travis, au Texas, a déclaré avoir été harcelée par un ex-petit ami qui l'a suivie à l'aide d'AirTags après la fin de leur relation de trois mois. Après que son harceleur présumé a laissé des objets à son domicile, elle a décidé de déménager et s'est installée temporairement dans un hôtel, où elle a reçu une notification sur son iPhone indiquant qu'un AirTag inconnu la suivait.

Hughes a découvert par la suite que son harceleur avait attaché un AirTag déguisé à l'un des pneus de sa voiture, selon la plainte, qui a été déposée auprès du tribunal fédéral de district de Californie. L'appareil avait été coloré avec un sharpie et emballé dans du plastique. Les employés du magasin Apple n'ont pas pu dire à Hughes depuis combien de temps l'appareil était fixé à son véhicule, selon la plainte. Hughes a par la suite déménagé dans une nouvelle résidence, et les publications de son ex sur les médias sociaux indiquent qu'il l'y avait suivie également, selon la plainte.

La seconde plaignante, nommée dans le procès sous le nom de Jane Doe, a déclaré que son ex-mari, qui la harcelait et la questionnait sur ses allées et venues, avait placé un AirTag dans le sac à dos de son enfant, selon le procès. Bien qu'elle ait tenté de le désactiver, un autre AirTag est apparu à sa place, selon la plainte. « Madame Doe continue à craindre pour sa sécurité - au minimum, son harceleur a démontré sa volonté de continuer à utiliser des AirTags pour la suivre, la harceler et la menacer, et continue à utiliser des AirTags pour trouver l'emplacement de la plaignante… Elle cherche à intenter cette action de manière anonyme en raison du risque réel que son identification l'expose à un risque accru de harcèlement ou de préjudice physique », a déclaré la plaignante.

L'AirTag comme un produit inoffensif et même 'à l'épreuve des harceleurs

Apple est allée jusqu'à déclarer, dans de nombreux médias, que les AirTags étaient « à l'épreuve des harceleurs », indique la plainte, citant un article de Fast Company du 22 avril 2021 basé sur des entretiens avec des dirigeants d'Apple, ainsi que des articles faisant référence à ces entretiens dans The Telegraph et 9to5Mac. « Ces représentations, et d'autres, faisaient partie d'une campagne de presse intentionnelle et coordonnée de la part d'Apple, dans laquelle ses dirigeants et ses publicistes cherchaient activement à décrire l'AirTag comme un produit inoffensif et même 'à l'épreuve des harceleurs'. Ainsi, non seulement Apple n'a pas divulgué de manière adéquate les risques associés à l'AirTag, mais elle a induit le public et la presse en erreur quant à ces risques ».

Pourtant, l'expression "stalker-proof" (à l'épreuve des harceleurs) n'a pas été attribuée directement à un dirigeant d'Apple dans aucun des articles cités. La phrase apparaît sans guillemets dans le sous-titre de l'article de Fast Company, ce qui indique qu'il s'agit d'une construction éditoriale, et entre guillemets dans les articles citant l'interview originale, vraisemblablement pour attribuer la phrase à l'interview source. Les dirigeants d'Apple ont certainement défendu leur technologie et parlé des fonctions de lutte contre le harcèlement. Mais aucun membre de l'entreprise n'est cité dans la plainte ou dans les articles référencés comme ayant prononcé cette phrase sur l'enregistrement.

Les mesures de protection prises par Apple sont qualifiées de terriblement inadéquates

En 2021, Apple a lancé l'AirTag, un localisateur Bluetooth à 29 dollars qui se fixe à des objets tels que des clés, des portefeuilles, des ordinateurs portables ou même une voiture et aide les utilisateurs à les retrouver en donnant à presque tout une empreinte numérique qui permet de le retrouver sur une carte. Mais peu après son lancement, certains experts ont mis en garde contre le fait que ces appareils pourraient être utilisés pour suivre des personnes sans leur consentement. Ce n'est pas la première fois que des AirTags sont prétendument utilisés pour un suivi non désiré. En juin, une femme de l'Indiana en aurait utilisé un pour suivre et finalement tuer son petit ami à cause d'une liaison présumée, selon les rapports. Ils auraient également été utilisés pour voler des voitures.

Au début de l'année, Apple a ajouté des garanties supplémentaires à l'AirTag afin de réduire le nombre de suivis non désirés. Dans un billet de blog, Apple a déclaré avoir travaillé avec des groupes de sécurité et des organismes d'application de la loi pour identifier d'autres moyens de mettre à jour ses avertissements de sécurité AirTag, notamment en alertant les gens plus tôt et plus fort si le petit tracker Bluetooth est soupçonné de suivre quelqu'un.

« Nous avons pris conscience que des personnes peuvent recevoir des alertes de suivi indésirables pour des raisons bénignes, comme lorsqu'elles empruntent les clés de quelqu'un avec un AirTag attaché, ou lorsqu'elles voyagent dans une voiture avec les AirPods d'un membre de la famille laissés à l'intérieur. Nous avons également vu des rapports de mauvais acteurs tentant d'utiliser AirTag à des fins malveillantes ou criminelles… Nous condamnons dans les termes les plus forts possible toute utilisation malveillante de nos produits », a déclaré l'entreprise dans un communiqué à l'époque.

Mais la nouvelle action en justice allègue que ces mesures de protection ont peu fait pour protéger les victimes. « Bien qu'Apple ait intégré des mesures de protection dans le produit AirTag, elles sont terriblement inadéquates et ne font pas grand-chose, si ce n'est rien, pour avertir rapidement les personnes si elles sont suivies », a déclaré la société. En avril 2022, au moins 150 rapports de police ont été déposés pour harcèlement impliquant un AirTag, indique la plainte, faisant valoir que le nombre réel de ces incidents est probablement beaucoup plus élevé.

L'action en justice cherche à être reconnue comme une action collective représentant toute personne aux États-Unis suivie sans son consentement par un AirTag. Elle allègue des violations de la loi sur la protection de l'Internet des enfants et du droit constitutionnel à la vie privée de la Californie, ainsi que des lois commerciales de la Californie et de New York. Elle accuse également Apple d'actes de négligence, de négligence, d'intrusion sur l'exclusion et de responsabilité du fait des produits.

Source : Plainte

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
À votre avis, Apple doit-elle abandonner les AirTags ?

Voir aussi :

Un homme arrêté, accusé d'avoir tenté de suivre une femme à l'aide d'une Apple Watch fixée au pneu de sa voiture

Une femme accusée d'avoir tué son petit ami après l'avoir retrouvé grâce à l'AirTag d'Apple, Apple a récemment mis en place des mesures de lutte contre le harcèlement

Des AirTags silencieux avec des haut-parleurs désactivés font leur apparition en vente en ligne, de sérieux problèmes de confidentialité persistent pour l'un des produits les plus controversés d'Apple

Comment un propriétaire de Scooter a-t-il pu retrouver son engin volé grâce à un Apple AirTag dissimulé ? Le dispositif de suivi d'Apple séduit déjà les consommateurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NilsDW
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 11:16
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
"Des femmes portent plainte contre Laguiole, elles affirment que des couteaux ont aidé leurs harceleurs, mettant ainsi leur sécurité en danger."
Laguiole n'a (à ma connaissance) jamais affirmé que ses couteaux ne peuvent pas être utilisé par des harceleurs.

Alors qu'Apple, d'après l'article, si:
Apple est allée jusqu'à déclarer, dans de nombreux médias, que les AirTags étaient « à l'épreuve des harceleurs »
4  1 
Avatar de Prox_13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 12:18
Citation Envoyé par NilsDW Voir le message
Laguiole n'a (à ma connaissance) jamais affirmé que ses couteaux ne peuvent pas être utilisé par des harceleurs.

Alors qu'Apple, d'après l'article, si:
" Les AirTags étaient « à l'épreuve des harceleurs » "

Je sais pas ce qui est le plus magique dans cette situation;

La personne qui harcèle, mais bon, elle n'est pas trop inquiétée parce qu'elle n'a pas dit qu'elle n'allait pas le faire.
Le vendeur qui revend un produit avec le même problème en disant qu'en fait c'est bon, alors que le défaut est inné au produit.
La personne qui achète un produit déjà accusé d'avoir un problème, parce que le vendeur a dit qu'en fait c'est bon. (Mais surprise, en fait ça n'a jamais été adressé)

Après, je comprends quand dans un milieu ultra-légiféré comme le sont les États-Unis, c'est normal que les gens se servent du système comme d'une arme plutôt qu'une protection.
C'est la situation lunaire qui me fait rire

Mais vous savez ce que c'est le mieux ? Apple n'a manifestement jamais dit ça : "[...] aucun membre de l'entreprise n'est cité dans la plainte ou dans les articles référencés comme ayant prononcé cette phrase sur l'enregistrement."
2  0 
Avatar de leulapin
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 16:20
L'article indique que c'est apple qui a alerté une des plaignantes qu'elle était suivie...

De ce fait, se retourner contre apple est un peu paradoxal non?

Courage à elles en tous cas ! :/
1  0 
Avatar de Prox_13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 11:00
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Des femmes portent plainte contre Apple, elles affirment que des AirTags ont aidé leurs harceleurs, mettant ainsi leur sécurité en danger
"Des femmes portent plainte contre Laguiole, elles affirment que des couteaux ont aidé leurs harceleurs, mettant ainsi leur sécurité en danger."

Alors oui, je suis d'accord que les produits doivent être régulé, qu'Apple n'est pas entièrement innocent, mais de là à les accuser à la place des harceleurs et nous faire croire que ce n'est pas une histoire d'argent...
1  4 
Avatar de Erviewthink
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 07/12/2022 à 13:02
Bientôt des femmes vont porter plainte contre les fabricants de chaussures car leurs harceleurs en portent. Le problème ce n'est pas les air tag les chaussures et même le couteau, c'est ce que les personnes en font. Elles se trompent de combat, le problème ce sont les harceleurs pas les air tag.
1  5