IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Waymo lance le service de robot-taxi, sans conducteur de secours, qui serait le plus avancé au monde,
Les véhicules autonomes de Google ont été impliqués dans au moins 16 accidents à ce jour

Le , par Bruno

111PARTAGES

5  0 
Waymo a ouvert au grand public son service de covoiturage sans chauffeur dans le centre-ville de Phoenix. Auparavant, l'entreprise n'exploitait un service commercial sans conducteur de secours au volant que pour les participants à son programme de « testeurs de confiance ». Elle intervient un jour après que Waymo ait obtenu son permis de déploiement sans conducteur auprès du California Department of Motor Vehicles, ce qui lui permet de facturer des services autonomes, comme la livraison, à San Francisco. Plus important encore, il s'agit d'une condition préalable à l'obtention du permis de déploiement sans conducteur de la California Public Utilities Commission, dont Waymo a besoin pour exploiter un service commercial de robotaxi dans la ville.

« Si nous voulons que les robots fassent plus de choses pour nous, comme nous conduire ou nous livrer des objets, nous devrons peut-être leur attribuer un rôle dans la loi », déclare l'avocat John Frank Weaver, auteur du livre Robots Are People, Too, dans un article publié sur Slate.

Waymo est une société américaine de développement de technologies de conduite autonome. C'est une filiale du groupe Alphabet, la société mère de Google. Elle teste actuellement des voitures autonomes avec ou sans aucun conducteur de sécurité derrière le volant dans certaines rues aux États-Unis. Pour rappel, les voitures autonomes sont des véhicules utilisant un système de conduite entièrement automatisé pouvant répondre aux exigences qu'un conducteur humain pourrait gérer. Le concept a fait couler beaucoup d’encre et de salives ces dernières années.

Selon une enquête de l'Association Américaine de l'Automobile (AAA), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis, il en ressort que seuls 14 % des conducteurs feraient confiance à un véhicule entièrement autonome. Cependant, 86 % ont explicitement déclaré qu'ils auraient peur de rouler dans un véhicule qui se conduit tout seul. 80 % déclarent vouloir que les systèmes de sécurité actuels des véhicules, comme le freinage d'urgence automatique et l'assistance au maintien de la trajectoire, fonctionnent mieux. Plus de la moitié, soit 58 % disent vouloir ces systèmes automatiques dans leur prochain véhicule.


Waymo teste des véhicules autonomes à San Francisco depuis une décennie, remontant à l'époque où ce n'était encore qu'un projet excentrique au sein de la division X de Google. En 2017, l'entreprise a lancé un service de covoiturage limité à l'extérieur de Phoenix, qui a finalement grandi pour inclure plus de 300 véhicules. C'est ainsi que les choses sont restées pendant plusieurs années, Waymo concentrant méticuleusement ses efforts sur une petite zone de service en Arizona. Finalement, la société a étendu ses tests près du siège de Google à Mountain View pour inclure les rues denses et complexes de San Francisco.

« Les gens sont prêts à adopter les nouvelles technologies automobiles, surtout si elles rendent la conduite plus sûre », a déclaré Greg Brannon, directeur de l'ingénierie automobile et des relations industrielles de l'AAA. « Les consommateurs savent clairement ce qu'ils veulent et si les constructeurs automobiles saisissent cette occasion pour offrir une meilleure expérience, cela ouvrira la voie aux véhicules de demain ». Près de 96 % des modèles de véhicules de 2020 étaient équipés d'au moins un système avancé d'aide à la conduite (ADAS) tel que le freinage d'urgence automatique, l'alerte dans l'angle mort ou l'assistance au maintien de la trajectoire. Les consommateurs qui achètent un véhicule neuf auront probablement au moins un de ces types de systèmes de sécurité et, dans de nombreux cas, il pourrait s'agir de leur première interaction avec une technologie automobile plus avancée.

L'enquête de l'AAA sur les voitures autonomes mesure le sentiment des consommateurs à l'égard des nouvelles technologies automobiles, en se concentrant sur les voitures à conduite autonome. Alors que l'intérêt des gens pour une voiture dotée d'une technologie plus avancée augmente, ils ont encore du mal à accepter l'idée d'une automatisation complète des véhicules.

Le service de Waymo dans le centre-ville de Phoenix reflétera celui qu'il exploite à Chandler, en Arizona, depuis 2020. Il s'agira d'un service payant réservé aux conducteurs, disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour toute personne qui télécharge l'application et hèle un trajet dans la zone de service de Waymo. Waymo a déclaré qu'il s'agissait d'une étape importante, car elle prévoit d'étendre le service à une partie encore plus importante du centre-ville dans les mois à venir.

Au début du mois, Waymo a également lancé des trajets, avec un conducteur sur le siège avant, vers l'aéroport de Phoenix depuis le centre-ville. Le service n'est actuellement disponible que pour les testeurs de confiance, mais il est probable qu'il s'étendra en utilisant la même recette que Waymo a utilisée au cours de ses nombreuses expansions.

Citation Envoyé par Waymo
Phoenix occupe une place spéciale dans notre cœur à Waymo, car c'est là que nous avons été la première entreprise à lancer un service public de covoiturage sans humain au volant il y a plus de deux ans. C'est pourquoi nous sommes ravis de passer à l'étape suivante en lançant les tout premiers trajets payants de l'industrie vers et depuis un aéroport à l'aéroport international Sky Harbor de Phoenix, à partir d'aujourd'hui.

Phoenix est la cinquième ville des États-Unis en termes de population et l'une des villes à la croissance la plus rapide du pays. L'aéroport international Sky Harbor de Phoenix est également l'un des dix aéroports les plus fréquentés au monde, et les trajets en covoiturage opérés par des humains depuis et vers les aéroports sont parmi les plus populaires. Nous voyons une grande opportunité de fournir un service que les usagers de la région de Phoenix vont adorer.

Nous commencerons par proposer des trajets avec un spécialiste autonome sur le siège du conducteur, puis nous retirerons ce spécialiste au fil des semaines.
Annoncée comme l’une des prouesses technologiques de ces dernières années, la révolution des voitures autonomes prévue pour janvier 2021 n’aura pas tenu sa promesse. Toutefois, la technologie des véhicules est de plus en plus avancée et le jour où les routes seront pleines de voitures qui se conduisent toutes seules sans personne derrière le volant pourrait être plus proche que jamais.

Qui devrait être responsable en cas d’accident - vous ou Google ?

À l'heure actuelle, des entreprises comme Google, qui exploitent des voitures à conduite autonome, se trouvent dans une drôle de situation. Imaginons que Google vous vende une voiture autonome. Et qu'elle ait un accident. Qui devrait être responsable des dommages - vous ou Google ? L'algorithme qui pilote la voiture, sans parler des capteurs et de tous les systèmes de contrôle, est un produit de Google.

Même les collaborateurs de l'entreprise ont fait valoir que les contraventions ne devraient pas être infligées aux occupants de la voiture, mais à Google lui-même. Avec Waymo, des entreprises telles que Google ont déjà mis au point des prototypes de conduite autonome. Bien que ces véhicules soient conçus avec des dispositifs de sécurité automobile avancés visant à prévenir les accidents, ils ne sont pas sans défaut.

En fait, les véhicules à conduite autonome de Google ont été impliqués dans au moins 16 accidents à ce jour, dont deux à Austin, selon les rapports mensuels sur les accidents de voiture du projet Google Self-Driving Car. Tout cela soulève la question de la responsabilité en cas d’accident d’un véhicule autonome. Comme l'indique l'Insurance Information Institute, nombreux sont ceux qui pensent que l'accent sera mis sur la responsabilité du fabricant plutôt que sur la responsabilité personnelle, au fur et à mesure que les véhicules à conduite autonome circuleront sur les routes et seront impliqués dans des accidents.

En d'autres termes, lorsqu'un accident de voiture est causé par une erreur humaine, la victime peut déposer une plainte fondée sur la négligence du conducteur. C'est la base de la plupart des plaintes pour accident de voiture qui sont déposées aujourd'hui. Toutefois, si la voiture était en pilotage automatique et essentiellement « sans conducteur » au moment de l'accident, le conducteur peut ne pas avoir été négligent. Au contraire, la cause de l'accident peut être un défaut du véhicule. Il s'ensuit que la responsabilité incomberait au fabricant du véhicule.

Si la responsabilité doit être transférée, un impact sur l'assurance est certain. L'étude RAND suggère que les conducteurs devront continuer à souscrire une assurance responsabilité civile, mais que la couverture pourrait changer au fil du temps. D'autres types d'assurance, comme l'assurance tous risques, pourraient même devenir moins coûteux.

Un article de The Atlantic suggère que « si nous traitons avec les robots comme s'ils étaient de vraies personnes, la loi devrait reconnaître que ces interactions sont comme nos interactions avec de vraies personnes. » Mais dans une situation réelle, une voiture autonome peut nécessiter un entretien particulier ou être utilisée uniquement dans certaines zones. Il se pourrait donc que le logiciel ne soit pas responsable, mais que le propriétaire le soit.

« Si nous voulons que les robots fassent plus de choses pour nous, comme nous conduire ou nous livrer des objets, nous devrons peut-être leur attribuer un rôle dans la loi », déclare l'avocat John Frank Weaver, auteur du livre Robots Are People, Too, dans un article publié sur Slate.

Le consultant en design Brian Sherwood a déclaré que l'idée qu'un « accident' est la faute d'un 'robot' est absurde ». Et il a affirmé que si nous n'attribuons pas la responsabilité aux personnes, il y aura « une évasion massive de la responsabilité ». Ce qui est intéressant, cependant, c'est que la responsabilité d'une voiture autonome en circulation aujourd'hui incomberait déjà à une personne non humaine, sous la forme d'une société.

Peut-être, selon Weaver, le fait de faire des robots des entités juridiques distinctes peut nous aider à clarifier leur rôle dans nos vies pour une situation comme celle-ci. Ainsi, dans le cas d'une voiture autonome qui fait ce qu'il faut, mais qui a quand même un accident, cette voiture, en tant que personne morale, aurait sa propre assurance. En d'autres termes, les dommages seraient payés par l'entité juridique de la voiture.

Une autre option consiste à ce que des entreprises comme Google développent des modèles commerciaux et opérationnels qui leur permettent à la fois de réduire et d'assumer des risques massifs en capturant les récompenses correspondantes. Ainsi, au lieu de vendre à quiconque une voiture à conduite autonome, Google exploiterait elle-même une flotte de véhicules ultrasécurisés. La conception de la voiture de Google - minuscule, légère et à vitesse limitée - semble indiquer que Google se prépare à un monde où aucun accident grave ne peut se produire sous sa surveillance.

Le maire de Phoenix, Kate Gallego, a déclaré : « Phoenix est à la tête de la nation en matière de démonstration de la technologie, de la science et de la sécurité des véhicules autonomes. L'avenir des voyages est là, et le service Waymo One à l'aéroport international Sky Harbor de Phoenix marque l'engagement de notre ville envers l'innovation et les avancées technologiques qui auront un impact sur le monde. »

Source : Waymo

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Waymo prendra-t-elle une avance sur ses concurrents Uber et Lyft, avec ce nouveau service ?

Voir aussi :

86 % des conducteurs ont peur de rouler dans des voitures autonomes, selon une enquête de l'Association Américaine de l'Automobile

Voitures autonomes : pourquoi la révolution annoncée se fait-elle toujours attendre ? Uber et Waymo se seraient-elles ravisées ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !