IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Voitures autonomes : pourquoi la révolution annoncée se fait toujours attendre ?
Uber et Waymo se seraient-elles ravisées ?

Le , par Bruno

57PARTAGES

5  0 
Annoncé comme l’une des prouesses technologiques de ces dernières années, la révolution des voitures autonomes prévue pour janvier 2021 n’aura pas tenu sa promesse. Pour rappel, les voitures autonomes sont des véhicules utilisant un système de conduite entièrement automatisé pouvant répondre aux exigences qu'un conducteur humain pourrait gérer. Le concept a fait couler beaucoup d’encre et de salives ces dernières années. Toutefois, au regard des dernières avancées dans ce secteur, l’on serait tenté de dire que peu de gens croient encore à ce projet.

En effet, Uber, leader mondial de la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur, aurait choisi de reculer face à ses projets de voitures autonomes. L’entreprise a annoncé dans un communiqué diffusé lundi 7 décembre, avoir vendu sa division de conduite autonome, ATG, à Aurora une start-up soutenue par Amazon et Hyundai. Le montant de la transaction n’a pas été précisé. Selon les termes de l’accord, les deux entreprises resteront liées : Uber investira 400 millions de dollars (environ 330 millions d’euros) dans Aurora et en détiendra 26 %, tandis que son directeur général, Dara Khosrowshahi, rejoindra le conseil d’administration de la start-up.

Selon Dara Khosrowshahi, Directeur général d’Uber, la décision de vendre ATG ne signifie pas que la société ne croit plus aux véhicules à conduite autonome. « Peu de technologies sont autant prometteuses dans l’amélioration de notre quotidien, accessibles et respectueux de l’environnement en ce qui concerne le transport », a déclaré Khosrowshahi. Comme Dara Khosrowshahi, les personnes qui nourrissent le rêve de véhicules autonomes estiment que la conduite autonome regorge de nombreux avantages.


Un de ces avantages potentiels est qu'ils pourraient offrir une sécurité accrue sur la route. L’erreur humaine étant responsable de plus de 90 % des accidents de la route, les véhicules automatisés pourraient potentiellement diminuer le nombre de victimes, car le logiciel utilisé dans ces véhicules est susceptible de faire moins d'erreurs que les humains. Une diminution du nombre d'accidents pourrait également réduire les embouteillages, ce qui constitue un autre avantage potentiel des véhicules autonomes.

Un autre avantage possible de la conduite autonome est que les personnes qui ne sont pas en mesure de conduire en raison de facteurs tels que l'âge et le handicap pourraient utiliser des voitures automatisées comme systèmes de transport personnels. Les autres avantages d'une voiture autonome étant l'élimination de la fatigue au volant et la possibilité de dormir pendant les trajets de nuit.

Aujourd’hui, les voitures autonomes deviennent une réalité après un effort constant de recherche et de développement menés depuis un certains nombres d’années. Cependant, la conception d'un système totalement autonome pour les voitures sans conducteur pose de nombreux défis. Parmi lesquels :

  • les conditions routières : les conditions routières peuvent être très imprévisibles et varier d'un endroit à l'autre. Dans certains cas, il existe des routes larges, lisses et marquées. Dans d'autres cas, les conditions routières sont très détériorées. Les voies ne sont pas définies, des routes montagneuses et des tunnels où les signaux extérieurs de direction ne sont pas très clairs ;
  • Les conditions météorologiques : les conditions météorologiques jouent un autre rôle important. Il peut s'agir d'un temps ensoleillé et clair ou d'un temps pluvieux et orageux. Les voitures autonomes devraient fonctionner dans toutes sortes de conditions météorologiques ;
  • Responsabilité en cas d'accident : L'aspect le plus important des voitures autonomes est la responsabilité en cas d'accident. Qui sera responsable d’un accident causé par une voiture autonome ?

Face à ces défis qui semble prendre le pas sur les rêves de voitures autonomes, un certain nombre de personnes tendent à se raviser. Le professeur Nick Reed, un consultant en transport qui a mené des essais d'auto-conduite au Royaume-Uni, déclare : « Les perspectives ont changé depuis 2015, date à laquelle l'engouement était probablement à son comble. La réalité fait face aux défis et a la complexité ». Selon M. Reed, la conduite automatisée pourrait encore se faire dans les cinq prochaines années sur des autoroutes dont les voies sont clairement indiquées, limitées aux véhicules allant tous dans la même direction. L'utilisation généralisée dans les villes reste un peu plus incertaine, dit-il : « Mais les avantages restent réels ».

Waymo, le projet de voiture sans conducteur de Google qui a longtemps entretenu le rêve de voitures autonomes est une autre illustration de promesses manquées pour 2021. Après avoir impressionné le monde entier avec des images de voitures qui se conduisent seules, la suite du projet n’aurait fini que par accoucher d’une souris. En octobre dernier, Waymo a annoncé que le public pouvait désormais profiter des taxis entièrement sans conducteur. La portée étant limitée à la banlieue de Phoenix, en Arizona, dont chaque centimètre du trajet a été préalablement scanné par les ordinateurs de Waymo.


Le lancement d'un service de taxi autonome par Ford a également été reporté d'au moins un an à 2022 en raison de la pandémie. « Globalement, la Covid-19 a retardé les essais et les lancements de véhicules connectés et autonomes », a expliqué Mike Hawes, directeur général de la Society of Motor Manufacturers and Traders. Alexandra Smyth, qui dirige les systèmes autonomes à la Royal Academy of Engineering, a déclaré : « Il y a eu beaucoup de progrès et de développements intéressants. Avec des règlements et des codes de pratique, tous ces composants importants qu’on trouve à côté de la technologie elle-même. Mais en réalité, il y aura toujours des erreurs et des choses qui ne fonctionneront pas comme nous l'espérions. La non acceptation par le grand public reste un obstacle majeur ».

Les craintes ont été alimentées après que la voiture autome d'Uber ait tué un piéton en Arizona au États-Unis en 2018. Malgré les prises de positions favorables d'Elon Musk, Président-directeur général (PDG) de la société SpaceX et directeur général de la société Tesla, et les rumeurs selon lesquelles Apple serait en train de développer un véhicule autonome, il serait difficile de voir les gouvernements adopter des lois en faveur des véhicule autonomes. Selon Christian Wolmar, l'auteur de Driverless Cars : On a Road to Now here ? Les gens ne sont pas prêts à faire confiance aux programmes conduisant les véhicules autonomes - ce n'est tout simplement pas un concept viable. « Je pense que de plus en plus de personnes sont sceptiques quant à l’idée selon laquelle nous serons bientôt tous dans des robot-cars ».


Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre les voitures autonomes ? Pourquoi ?

Voir aussi :

Honda sera le premier à produire en masse des voitures autonomes de niveau 3, la Honda Legend sera la première production de cette catégorie et sera vendue au Japon avant la fin mars 2021

Les voitures autonomes ne pourraient empêcher qu'un tiers des accidents aux États-Unis, selon une récente étude

La cour d'appel de Californie décide qu'Uber et Lyft doivent reclasser les chauffeurs en tant qu'employés, suspendant les sociétés à une mesure de vote en novembre

Uber abandonne ses rêves de dominer le secteur de voiture autonome, et vend la division ATG que le fondateur avait autrefois saluée comme essentielle pour l'avenir de l'entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/01/2021 à 22:14
Voitures autonomes : pourquoi la révolution annoncée se fait toujours attendre ?
Parce que lorsque l'on pose la mauvaise question, on ne peut obtenir qu'une mauvaise réponse!

Toute personne qui a eu à automatiser une processus lié au monde réel sait qu'il est impossible de prévoir tous les cas qui peuvent subvenir.

Dans le cas de la voiture autonome, on prend le problème à l'envers: Alors que l'être humain est très efficace pour identifier les cas particuliers et non-prévisibles, on se propose de le remplacer par des capteurs qui sont par définition limités (c'est ainsi que l'on a vu une Telsa s'écraser contre un camion à cause d'un simple reflet dû au soleil, que l'on a vu des navettes autonomes plantés les freins à cause d'une feuille morte qui se jette sous leur roues, etc.). Alors que l'être humain ne peut pas rester concentré à ne rien faire, on lui dit "la voiture va être autonome... Tu as juste à rester prêt à intervenir au cas où".

La vraie révolution pour la voiture, c'est une voiture conduite par un être humain et une intelligence artificielle qui veille pour corriger ses erreurs (limitation d'une vitesse trop élevée, maintien des distances, correction d'une trajectoire si un chauffeur fatigué s’endort au volant, etc.)
7  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/01/2021 à 15:25
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Êtes-vous pour ou contre les voitures autonomes ? Pourquoi ?
Dans certaines conditions, la conduite manuelle est un vrai plaisir.
Cela est d'autant plus vrai lorsque l'on a le privilège d'être dans une belle voiture avec une mécanique d'exception

Par contre, dans 99% des cas, c'est plus chiant qu'autre chose, faut bien l'avouer.
Que ça soit en ville avec l'avalanche d'informations entre les panneaux, les travaux de voirie, les piétons, les vélos, les trottinettes, les dos-d'âne, ...
Ou encore sur l'autoroute à se faire chier en ligne droite à vitesse constante durant des heures... ennui mortel

Personnellement, je ne vois que des avantages à la conduite autonome.
Dans des conditions très précises, elle est déjà en place et y pas grand monde pour s'en plaindre (avion en vitesse de croisière, paquebot en vitesse de croisière, métro, ...).

Par contre, y a quelques années, quand tout le monde s'émerveillait sur l'avènement des voitures autonomes, j'ai tjrs fait parti des sceptiques.
Non pas parce que je ne crois pas en cette techno (que je trouve fabuleuse et pleine de promesse) mais par réalité technique.
Nous sommes encore loin du compte.
La route est un monde incroyablement complexe et varié et l'état actuel de notre technologie ne permet pas, encore, de tout gérer en temps réel (et encore moins d'anticiper).
De plus, au delà de la technologie, y a tout le juridique à la traîne.
Une fois qu'on aura une voiture réellement fiable en condition de test (et en production de masse possible), faudra compter 5 à 10 ans (voir plus encore) avant que cette dernière ne soit autorisée au grand public sur les routes (projets de lois divers, accord d'assurance, etc.)
Et ça, rien que pour 1 pays alors dans un contexte tel que l'UE
En 2015, fallait vraiment être naïf pour croire que ça se développerait à grande échelle sur un laps de temps de 5 à 10 ans

Il était important de regarder en détail qui faisait ces prédictions enthousiaste et leurs intérêts.
Et là, on constate, curieusement !sic, que ces déclarations étaient à destination des investisseurs et uniquement eux.
C'est un jeu de bourse pour avoir des sous pour la recherche et le dev de l'entreprise.
En aucun cas une prédiction fiable basée sur les avancées réelles de la technologie.

Quand on voit que des feuilles mortes en automne peuvent retarder un train en 2020 après +200 ans d'existence des chemins de fer, faut être sacrément naïf pour croire que va savoir gérer ce sujet là (parmi 1000 autres) pour les voitures en moins d'une décennie.
6  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 9:01
De mon point de vue, c'est surtout la responsabilité en cas d'accident qui doit donner a réfléchir, ça est le fait qu'il suffit de peux de chose pour en dégrader une et la rendre inopérante (en disant ça je pense surtout au service de taxis autonome). Quand on voit dans certaine ville comment les vélos en libre service finisse...
2  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 15:44
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
De mon point de vue, c'est surtout la responsabilité en cas d'accident qui doit donner a réfléchir
C'est bien évidemment un problème pour le constructeur.
Jusqu'à présent, en cas d'accident, on établit les responsabilités des conducteurs, mais le fabriquant du véhicule n'est jamais mis en cause -- sauf dans certains cas de mal-façons ou d'automatismes.
Dans le cas d'un véhicule qui conduit seul, tout le monde va se retourner contre le constructeur.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/01/2021 à 10:03
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Êtes-vous pour ou contre les voitures autonomes ? Pourquoi ?
Sous certains aspects ça pourrait être intéressant, par exemple si le propriétaire de la voiture autonome pouvait lui demander de réaliser des "courses Uber" pendant qu'il est au travail ou la nuit quand il dort.
Au final la voiture se rembourserait toute seule ^^

Ou alors il pourrait y avoir un système de voitures partagées. La plupart du temps les voitures sont garées et ne bougent pas, pendant ce temps là d'autres personnes pourraient les utiliser.
Il faudrait réserver à l'avance (j'ai besoin qu'une voiture vienne me chercher au point A à 08:10, qu'elle m'emmène au point B, puis qu'elle revienne me chercher à 16:40).
Par contre si tout le monde arrive au boulot ou repart du boulot au même moment, ça ne fonctionne pas. Il faut décaler ses horaires le plus possible pour éviter les heures de pointes.

Les voitures autonomes seraient également pratique pour sortir, parce que là il faut que quelqu'un ne consomme pas d'alcool. Dans les petites villes il n'y a pas de taxi, ni de transport en commun. (donc c'est très compliqué d'aller au restaurant, ou a un concert)
Ce serait cool de s'assoir sur la banquette arrière et de laisser la voiture rentrer toute seule.
2  0 
Avatar de Dominik94
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/01/2021 à 5:45
Pour Uber, ça se comprend financièrement parlant : actuellement l'investissement du véhicule est fait par les chauffeurs. Et donc le nombre de véhicules pouvant être à disposition des clients n'a aucun impact financier sur Uber.
S'ils devaient avoir des véhicules autonomes pour remplacer les chauffeurs, ils ne pourraient avoir autant de véhicules à disposition des clients en même temps. Et une fois le client emmené du centre de Paris à Orly, leur véhicule se retrouverait à Orly et donc les clients attendant un uber sur Paris ne pourraient être servis avec un délais correct.
Alors qu'actuellement, ils ont pléthore de chauffeurs qui attendent d'avoir des clients.

Et de manière générale pour les véhicules autonomes, il se pose un gros problème au niveau des algorithmes : quand un évènement imprévu surgit, par exemple un rocher qui tombe sur notre voie sur une route de montagne. Un humain va faire un écart pour l'éviter. Mais le véhicule autonome va voir qu'en face il y a 1 voiture avec 3 personnes dedans et nous, nous sommes seul dans notre voiture. Pour éviter de tuer ces 3 personnes, l'algorithme va décider de nous sacrifier, soit en fonçant sur le rocher, soit en chutant dans le ravin.
1  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/01/2021 à 9:30
Citation Envoyé par cpcdos Voir le message
Mais tout ce qui concerne la décision logicielle aux événements physiques, la loi oblige d'avoir une sorte de boîte noire pour enregistrer tout les événements du logiciel (qui au passage devra être homologué) quand il y aura un incident, il sera possible d'extraire la séquence avant pendant et après dans la Black box et ainsi savoir s'il s'agit d'une mauvaise perception, mauvaise décision, ou si le logiciel a bien réagit et pas l'humain en face vis versa..
Attention, il n'y a pas une loi, mais une par pays/groupe de pays, qui est libre de mettre ce qu'il veut dedans.
Et puis on sait bien que même ces logiciels ne seront pas tous prouvés mathématiquement, que des bugs seront toujours possibles, etc...

La question n'est pas de savoir qui va gagner ou perdre le procès, mais simplement de savoir s'il y aura un procès, et la réponse est oui. Avec un conducteur humain, il n'y a pas de procès contre le constructeur. Avec un véhicule autonome, il y en a -- ça a déjà été le cas contre Renault avec les régulateurs de vitesse qui se seraient soit-disant bloques (il y a longtemps déjà). Je ne me souviens pas de l'issue, je ne sais même pas si ça a aboutit ou pas, mais par contre je me souviens qu'à l'époque la confiance envers ce constructeur en avait pris un coup.
1  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 14:31
Citation Envoyé par clorr Voir le message
Et pour les chercheurs qui développent ces systèmes, toute la question est de savoir jusqu'ou aller dans la sécurité ou non.
Lorsqu'on analyse les accidents qui ont eu lieu, c'est effectivement le problème : dans plusieurs cas, le logiciel avait bien détecté le danger / la personne à éviter, mais les paramètres de sécurité n'en ont pas tenu compte. C'est un peu dommage quand même...

Pour le reste, que ce soit la performance des capteurs en toutes conditions météo ou le tri entre objets inoffensifs ou dangereux, cela ne me semble pas un problème insolvable. Cela nécessitera encore qq années de progrès, mais rien d'impossible à surmonter à priori.
Rien d'insurmontable, mais lorsque tu vois qu'une tesla confond un drapeau "COOP" avec un feu tricolore, on sent qu'il y a des progrès à faire effectivement.
Et je ne parle pas des gens qui peignent de "faux" panneaux de réduction de vitesse aux abords de certaines routes : ces panneaux sont ignorés par les humains qui voient bien que ce sont des faux, mais pas par les véhicules qui se mettent à rouler à la vitesse indiquée (souvent 10 ou 20).
Et de tous les autres cas que l'on découvre seulement.

Vraiment, je ne pense pas qu'on soit prêt. Peut-être faudrait-il limiter les débuts à des endroits plus simples, comme les autoroutes ?
1  0 
Avatar de cpcdos
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 1:24
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Dans le cas d'un véhicule qui conduit seul, tout le monde va se retourner contre le constructeur.
En effet c'est ce que le public vont retenir. Mais la close qui est présente pour la plupart des entreprises de voiture autonome (dont la mienne) le véhicule acheté par un client est responsable de la maintenance de base du véhicule (frein, huile, pneu, les éventuels taches et déchets sur les lidars, caméras etc..) s'il y a un problème avec cela, ça "sera de sa faute"

Mais tout ce qui concerne la décision logicielle aux événements physiques, la loi oblige d'avoir une sorte de boîte noire pour enregistrer tout les événements du logiciel (qui au passage devra être homologué) quand il y aura un incident, il sera possible d'extraire la séquence avant pendant et après dans la Black box et ainsi savoir s'il s'agit d'une mauvaise perception, mauvaise décision, ou si le logiciel a bien réagit et pas l'humain en face vis versa..
0  0 
Avatar de clorr
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 11:33
A mon avis, le plus gros problème de la conduite autonome relève de la question de la prise de risque.

Lorsque vous roulez à 50km/h le long d'un trottoir avec des piétons, vous prenez un risque qu'en tant qu'humain vous considérez le risque comme acceptable car vous considérez que les piétons ne vont pas se jeter sous vous roues, ce qui est vrai 99,999999% du temps. Pour un ordinateur, qui va calculer le risque d'impact en permanence, rouler dans ces conditions est un enfer car chaque mouvement des piétons peut faire fluctuer le risque. Et pour les chercheurs qui développent ces systèmes, toute la question est de savoir jusqu'ou aller dans la sécurité ou non.

Pour le reste, que ce soit la performance des capteurs en toutes conditions météo ou le tri entre objets inoffensifs ou dangereux, cela ne me semble pas un problème insolvable. Cela nécessitera encore qq années de progrès, mais rien d'impossible à surmonter à priori.
0  0