IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La fondatrice du mouvement Girls Who Code condamne l'interdiction de ses livres dans un district scolaire :
"Il s'agit de contrôler les femmes et cela commence par le contrôle de nos filles"

Le , par Nancy Rey

116PARTAGES

10  0 
Reshma Saujani, la fondatrice de Girls Who Code, a condamné le district scolaire de Central York en Pennsylvanie pour avoir interdit une série de livres publiée par son entreprise. La série "The Girls Who Code", qui relate les aventures d'un groupe de jeunes filles dans le cadre d'un club de codage à leur école, a récemment été ajoutée à l'index des interdictions de livres scolaires de PEN America. L'interdiction vieille d'un an a refait surface le week-end dernier après que Pen America a publié l'index national des livres interdits pour l'année scolaire 2021-2022.


Les livres "interdits" sont les quatre premiers de la série Girls Who Code : The Friendship Code; Team BFF: Race to the Finish!; Girls Who Code, Lights, Music, Code!; and Spotlight on Coding Club! Les quatre tomes proviennent de l'organisation à but non lucratif Girls Who Code, qui dit s'efforcer de combler le fossé entre les sexes dans l'industrie technologique et de changer l'image de « ce à quoi ressemble et ce que fait un programmeur ». L'association poursuit son objectif grâce à ses livres, ses camps d'été, ses programmes d'immersion, ses clubs de codage parascolaires, etc.

Reshma Saujani a fondé Girls Who Code en 2012, « pour combler l'écart entre les sexes dans le domaine de la technologie et changer l'image de ce à quoi ressemble et ce que fait un programmeur informatique », selon le site Web. Elle a déclaré qu'elle était « juste choquée » lorsqu'elle a entendu parler de l'interdiction pour la première fois. « Il s'agit de contrôler les femmes et cela commence par le contrôle de nos filles et des informations auxquelles elles ont accès ».

Elle a expliqué que son association internationale à but non lucratif utilise ces histoires pour apprendre aux enfants à coder. « Cela ressemblait beaucoup à une attaque directe contre le mouvement que nous avons construit pour que les filles codent. En particulier dans les districts qui ne disposent pas de la technologie ou qui ont un Wi-Fi disparate, les livres sont un excellent moyen d'apprendre à coder et un moyen d'égaliser l'accès au codage, a-t-elle déclaré.

La série de livres vient d'être ajoutée à l'Index of School Book Bans de PEN America, une liste nationale complète de la littérature interdite qui a été restreinte ou diminuée pour des périodes limitées ou indéfinies au cours de la dernière année scolaire. L'index est mis à jour chaque année par l'organisation, qui défend la protection de la liberté d'expression par la promotion de la littérature et des droits de l'homme. La dernière mise à jour concerne les livres interdits pendant la période allant du 1er juillet 2021 au 30 juin 2022.

La fondatrice de Girls Who Code, Reshma Saujani, a attribué l'interdiction à un groupe appelé "Moms for Liberty" (MFL), qui défend les droits des parents dans les écoles et le contrôle du matériel pédagogique. Elle a ensuite tweeté : « Peut-être qu'ils ne veulent pas que les filles apprennent à coder parce que c'est un moyen d'être économiquement sûr ». Saujani a également promis de lutter contre la prétendue interdiction par le biais de son autre association à but non lucratif, Marshall Plan for Moms.

La position de Moms for Liberty

Moms for Liberty a nié être à l'origine de toute tentative d'interdiction des livres pour enfants, et a déclaré que les livres sont aujourd'hui disponibles dans les bibliothèques scolaires du district. Nous notons que PEN a spécifiquement dit "salles de classe" et non "bibliothèques", et que MFL a reconnu qu'elle cherchait à "sélectionner" le matériel auquel les enfants ont accès, un mot plus doux qu'"interdire". « Les allégations selon lesquelles Moms for Liberty a travaillé à l'interdiction de Girls Who Code sont totalement fausses. De plus, le district scolaire de Central York a confirmé que le livre se trouve actuellement sur les étagères des bibliothèques », ont déclaré les cofondatrices de MFL, Tina Descovich et Tiffany Justice.

Ce qui semble s'être passé, c'est que la série Girls Who Code est apparue sur une liste de livres et d'autres matériels établie par le district scolaire de Central York que les enseignants étaient autorisés à utiliser en classe. Cette liste s'intitulait "Diversity Resource List" (liste de ressources sur la diversité), car elle était axée sur des titres écrits par ou sur des personnes de couleur ; en effet, la série Girls Who Code met en scène des protagonistes qui sont de jeunes filles de couleur.

Lorsque cette liste a suscité un certain tollé (apparemment en raison du contenu du matériel) le conseil d'administration du district a demandé aux enseignants de ne pas utiliser la série de livres tant qu'elle n'avait pas été vérifiée. Cette décision a été interprétée par les défenseurs de la liberté d'expression et de la diversité comme une interdiction. Puis, en septembre de l'année dernière, environ un an après la rétention de la liste et au milieu des critiques et de la colère de la communauté, le district scolaire a finalement approuvé la liste. Ainsi, Girls Who Code est aujourd'hui autorisé dans les salles de classe.

L'un des points de discorde réside dans le fait que Girls Who Code figurait sur une liste de matériel pédagogique approuvé établie avant la liste de ressources sur la diversité et que, lorsque cette dernière a été gelée, la liste précédente a été maintenue. Ainsi, Girls Who Code aurait été autorisé dans les classes. Toutefois, le livre figurait également sur la liste des ressources en matière de diversité, en tant qu'exemple de littérature diversifiée, ce qui a pu être considéré comme une interdiction.

PEN America a insisté sur le fait que ces livres avaient été interdits à un moment donné et a confirmé que ceux-ci avaient été rétablis en septembre 2021. « Ces livres ont été interdits dans le centre de York en 2021. Nous comprenons qu'ils ont été rétablis l'automne dernier, y compris la série Girls Who Code, après un tollé significatif de la communauté », a dit le groupe dans une déclaration.

Saujani ajoute que le retrait des livres ne nuit pas seulement à la visibilité des femmes dans les domaines technologiques, mais aussi à la diversité dans l'industrie, car de nombreux protagonistes de la série sont de jeunes filles de couleur. « Vous ne pouvez pas être ce que vous ne pouvez pas voir. Ils ne veulent pas que les filles apprennent à coder parce que c'est un moyen d'être économiquement sûr », a-t-elle déclaré.

Les auteurs des livres Girls Who Code (Stacia Deutsch, Michelle Schusterman et Jo Whittemore) se sont joints à Saujani pour dénoncer l'interdiction. « Oui. J'ai été banni. Parce que certaines personnes choisissent de ne pas se concentrer sur le fait que ces livres sont géniaux et inspirants, et choisissent plutôt la peur », a écrit Whittemore sur Twitter samedi.

Après avoir appris l'interdiction, Saujani a déclaré avoir contacté le président du district scolaire de Central York et plusieurs enseignants de la région pour comprendre pourquoi les livres avaient été interdits. « C'est l'occasion de réaliser l'ampleur de ce mouvement contre nos enfants et à quel point nous devons nous battre. C'est l'occasion de créer plus de clubs, d'amener plus de filles à coder, et d'amener plus de filles à devenir économiquement libres », a déclaré Saujani.

Source : PEN America's Index of School Book Bans, Twitter (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
À votre avis les raisons évoquées plus haut sont elles suffisantes pour interdire ou suspendre un livre ?
Partagez-vous le point de vue de Reshma Saujani, qui pense que les livres ont été suspendus par ce que « Peut-être qu'ils ne veulent pas que les filles apprennent à coder parce que c'est un moyen d'être économiquement sûr » ?

Voir aussi :

La moitié des femmes dans l'IT quittent leur emploi avant 35 ans selon une enquête, dont la majorité des répondantes désignent la culture d'entreprise non inclusive comme la cause

Des employés ont utilisé le système de vidéosurveillance de leur société pour harceler leurs collègues féminins, le système serait facilement accessible par les employés réguliers

Un rapport sur la situation des femmes dans le secteur des technologies décrit le harcèlement et la discrimination dans la Silicon Valley, près de 50% des femmes dans ce secteur ont déjà été harcelées

Les femmes sont égales aux hommes en matière de compétences informatiques, mais il existe toujours un écart entre les sexes pour ce qui est de la confiance en soi, d'après une nouvelle recherche

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 12:31
Je sais pas ce qu'il est en est au USA , mais quand je vois les profils des étudiant(e)s qui passent chez nous , croire qu'il y'a un complots pour interdire aux femmes si possible de couleur de coder afin de les rendre dépendante financièrement de l'homme blanc , me semble très légèrement exagéré.
10  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 15:31
De prime abord, j'ai plutôt l'impression que la fondatrice de "Girls Who Code" cherche avant tout à monter en épingle ce qui s'apparente à un léger dysfonctionnement bureaucratique, comme on le constate dans toutes les administrations, ce mélange de lenteur et de principe de précaution, afin de faire le buzz autour de ses bouquins.
D'ailleurs, ces derniers peuvent être remplis des meilleurs intentions du monde, cela n'empêche pas qu'ils peuvent très bien être médiocres d'un point de vue éducatif.
10  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 11:58
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Tout ça ressemble à des associations détentrices de la morale qui se font un guerre stérile.
Les américains....
Je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer.
8  0 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 13:06
Cet ouvrage n'a pas l'air fort subversif de prime abord. Pourquoi l'interdire ?
3  0 
Avatar de ludovicdeluna
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 17:41
Depuis moins d'un an aujourd'hui, il y a une accélération des bans d'ouvrages littéraires (BD et livres) dès que l'histoire de fond met en scène des homos, des noirs ou des juifs. Je sais, Netflix est à l'opposé. Mais là, on ne parle pas de Netflix.

La BD de Maus qui traite de l'occupation Nazi vécu par des juifs et mis en scène par des personnages imaginaires a été partiellement banni aux états-unis. D'autres ouvrages ont suivit car on parlait d'homo-sexualité ou on abordait la traite négrière.

Cela porte un nom : le puritanisme. Et c'est un fléau aux USA.

Cet ouvrage en à fait les frais car il met en scène des noirs. Les filles ne sont pas le problème. C'est qu'elles sont noirs le problème. Elles auraient été blanches, il n'y aurait jamais eut une ligne dans la presse ni de bannissement.

Remarquez que la PEN America fait valoir un problème de gestion - sans autre excuse. Si l'organisation n'avait pas fait tout ce tapage médiatique, ces ouvrages seraient restés dans la liste des livres bannis (à l'origine, il n'y avait pas de date de fin de bannissement).

Pour en savoir plus sur le phénomène :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle...causte-censure
3  0 
Avatar de Forge
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 21:44
Pardon si j'ai l'air de tomber des nues, mais ce qui me choque le plus dans cette annonce, c'est qu'il puisse y avoir, dans un pays dit civilisé, au XXIe siècle, une (des !?) liste de livres interdits.
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 16:15
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Tout ça ressemble à des associations détentrices de la morale qui se font un guerre stérile.
Les américains....
Je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer.
Ton propos semble parfaitement définir les états unis de 2022.
0  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/09/2022 à 8:12
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
De prime abord, j'ai plutôt l'impression que la fondatrice de "Girls Who Code" cherche avant tout à monter en épingle ce qui s'apparente à un léger dysfonctionnement bureaucratique, comme on le constate dans toutes les administrations, ce mélange de lenteur et de principe de précaution, afin de faire le buzz autour de ses bouquins.
[Complotiste ON]étrangement les dysfoncitonnements bureaucratiques vont plus dans un sens que dans l'autre[Complotiste OFF]
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
D'ailleurs, ces derniers peuvent être remplis des meilleurs intentions du monde, cela n'empêche pas qu'ils peuvent très bien être médiocres d'un point de vue éducatif.
Mon expérience scolaire me dit que plus un livre est de qualité d'un point de vue éducatif moins il est lisible.
Combien de daubes mes profs m'ont forcé à lire?
Ce bouquin qui racontait la vie d'un jeune paysan au moyen age, très instructif mais 500 pages de rien
Ce bouquin sur le nord, il était tellement passionnant que mes parents se relayaient pour me le lire tellement il les soulait. Je ne me souviens de rien
Cette croute qui raconte la vie de mineurs

Dans toute ma scolarité j'ai aimé un livre imposé pour une bonne 10aine de bouquins soporifiques au possible.
Je devais aussi faire des fiches de lecture sur des livres que je choissais, ou comment pousser un enfant à s'autoflageler. Fiche de lecture qu'il fallait parfois présenter devant les camarades de classe : Jean Eude 9 ans présente Notre dame de paris de Victor Hugo 10 000 pages, totozor présnte le grand réparateur de OnSaitPasQui 200 pages et fait bien rire toute la classe (prof compris). Merci les profs de Francais...

OK, je suis dyslexique ce qui a probablement rendu tout ça plus difficile à vivre mais bon...
1  1 
Avatar de selmanjo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/10/2022 à 15:14
Encore des doutes, c'est que derrière se trouve une mauvaise intention. C'est purement des bêtises de notre époque !
0  0 
Avatar de droggo
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/10/2022 à 19:12
Bonjour,
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Je sais pas ce qu'il est en est au USA , mais quand je vois les profils des étudiant(e)s qui passent chez nous , croire qu'il y'a un complots pour interdire aux femmes si possible de couleur de coder afin de les rendre dépendante financièrement de l'homme blanc , me semble très légèrement exagéré.
Tu devrais aller vivre quelques mois au US, en évitant NY, qui est une exception, et tu comprendrais : ils ne sont pas loin de revenir au lynchage !!!
0  0