Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés ont utilisé le système de vidéosurveillance de leur société pour harceler leurs collègues féminins,
Le système serait facilement accessible par les employés réguliers

Le , par Bill Fassinou

172PARTAGES

5  0 
Verkada, un fournisseur de système de sécurité situé à San Mateo dans la Silicon Valley, est au cœur d’un scandale de harcèlement sexuel après que des employés ont utilisé le système de vidéosurveillance de la société pour prendre des photos de leurs homologues féminins, tout en les partageant via un canal Slack avec des commentaires sexuels graphiques. En raison de ses agissements, l’entreprise, qui est une licorne de la Silicon Valley, est désormais accusée de sexisme et de discrimination.

Selon un rapport d’IPVM, un cabinet américain fournissant des rapports et des informations sur les systèmes de vidéosurveillance, l’incident remonte à l’année passée lorsque les directeurs commerciaux de Verkada ont utilisé le système de vidéosurveillance de la société pour prendre des photos de collègues féminines. Le rapport d’IPVM estime que tout cela s’est produit à cause de la politique d’embauche de Verkada et la facilité d’accès au système de vidéosurveillance de l’entreprise, combinées à d’autres facteurs qui ont créé un environnement de travail peu désirable.

Il s’avère en effet que Verkada ait été construit sur une formule consistant à embaucher ce que l’on appelle de “grands athlètes de la vente” et à “copier” l'ancien modèle d'EMC qui consiste à embaucher “la moitié de l'équipe de football”. Selon le président de Verkada, Hans Robertson, cela permet de rendre “la culture vraiment amusante pour les ventes”. En effet, Robertson s'est vanté d'avoir embauché “beaucoup d'athlètes de la vente” de Verkada provenant d'une petite et riche banlieue de Bay Area (baie de San Francisco). Cela dit, cette tactique a porté un coup aux relations sociales dans l’entreprise.

Selon certains témoignages d’anciens et actuels employés de Verkada, cela a créé un environnement de travail qui rappelle une maison de fraternité, où règnent à la fois le sexisme, l'alcoolisme ainsi que la discrimination. Les employés actuels et anciens de Verkada disent que ces problèmes ont tous atteint leur paroxysme avec l'incident Slack, qui a révélé le favoritisme de Verkada envers cette “équipe d'élite de vendeurs”. À tout ceci s’ajoute le fait que le système de surveillance est facilement accessible aux employés réguliers de Verkada qui peuvent ainsi le montrer à des clients potentiels.

Des employés prennent leurs collègues féminins en photo

Ainsi, en 2019, un groupe d'hommes de Verkada a accédé au système pour capturer des images d'employées à leur insu et partager des photos d'elles sous-titrées avec des blagues sexuelles dans un canal Slack. « Il s’agit d’un logiciel qui met en évidence les visages et donne, par exemple, une vue de Brady Bunch, l'une des choses que fait Verkada est la recherche de visages et leur comparaison », a déclaré une source. Selon le rapport d’IPVM, un directeur des ventes a envoyé une photo particulièrement inquiétante qui comportait une blague sur le fait de “gicler”.


« Face match... trouvez-moi une giclée », a écrit le responsable des ventes dans le canal Slack. La blague portait en effet sur la photo d’une employée de Verkada, la bouche grande ouverte. Après que l'incident Slack ait été rapporté aux RH, le PDG de Verkada, Filip Kaliszan, a donné aux employés du canal Slack le choix de quitter l'entreprise ou voir leurs stock-options d'actions réduites. Selon le rapport d’IPVM, tous ont choisi de rester et ont par conséquent accepté d’être frappés par la réduction des stock-options. Cette résolution n’était pas satisfaisante aux yeux de plusieurs employés.

« J'ai été choqué. À mon avis, il ne s’agit pas uniquement d’un délit pouvant donner lieu à un licenciement, c'est un délit qui met fin à une carrière », a déclaré un employé à IPVM. En outre, lors d'une réunion de l'entreprise, plus de 100 employés ont posé une question sur l'incident, le plaçant en tête de liste, mais elle n'a pas été traitée. « Dans l'ensemble, l'incident a été stratégiquement évité », a déclaré une source à IPVM. L’incident ouvre une nouvelle fois le débat sur le harcèlement sexuel et la discrimination liée au genre dans les entreprises technologiques.

Verkada favoriserait cet agissement de certains employés

Selon certaines employées interrogées par IPVM, les “gars ont le droit de tout faire, sans être inquiétés pour autant”. Elles estiment que Verkada est très protecteur envers un groupe de vendeurs, dont les membres viennent de Danville. Ils bénéficieraient de grandes faveurs de la part de la société. « Il y a une certaine équipe de Danville, ils peuvent faire ce qu'ils veulent - la compagnie va fermer les yeux », a déclaré une source, ajoutant que c'est parce qu’ils apportent une tonne de revenus. « Ils sont dans les hautes sphères et donc vous ne pouvez pas vous débarrasser de l'un d'entre eux, vous devez vous débarrasser de tous ».

Une autre source a déclaré que l'incident Slack a créé un précédent assez horrible. Elle a noté que si vous faites partie du groupe de gars, alors vous êtes protégé. Selon elle, si c’était dans une autre société technologique de la Silicon Valley, vous auriez été viré. « Si vous ne faisiez pas partie des cinq ou six mêmes personnes qui ont toutes grandi ensemble à Danville, alors vous n'iriez pas loin », a déclaré une source à IPVM, ajoutant qu'il y avait bien sûr quelques exceptions, mais ceux qui obtenaient les promotions les plus faciles se trouvaient tous dans le même cercle.

Comme de précédents rapports sur la situation des femmes dans l'IT, le rapport d’IPVM souligne également une éventuelle “culture des frères” qui règne au sein des entreprises IT et qui empêche les femmes de s’épanouir dans ses organisations. De nombreuses sources ont indiqué que le service des ventes de Verkada ressemblait à une fraternité, ajoutant que boire et crier pour célébrer les ventes étaient monnaie courante. Un rapport paru le mois passé, publié par Accenture et Girls Who Code, rapportait déjà qu’il existait un pareil comportement dans les entreprises IT.

Accenture et Girls Who Code ont rapporté que la “culture des frères” sévit actuellement dans la technologie et empêche les femmes de se sentir à l’aise dans le secteur. Selon les deux organisations, un grand nombre de femmes ont désigné la culture d’entreprise non inclusive comme étant un facteur clé qui les empêche d’évoluer dans l’IT et qui les pousse à abandonner trop tôt leur carrière technologique. Selon Accenture et Girls Who Code, il est devenu courant que les femmes travaillant dans l’IT ayant été victimes de harcèlement sexuel et l’ayant signalé aux RH reçoivent encore des sanctions.

Selon Eddie Vasquez, qui a travaillé pendant quelques mois à Verkada en tant qu'entrepreneur, l'atmosphère au sein de la boîte était “toxique”. Il a déclaré qu’il était “surpris” par la consommation régulière d'alcool, qui comportait parfois des commentaires obscènes sur les femmes. « Verkada était l'un des environnements de travail les plus toxiques et les moins professionnels dont je faisais partie. Je confirme qu'il y avait une sorte de culture de fraternité et tout ça. J'ai vu des hommes commenter ce que les femmes portaient, dont des pantalons de yoga ou un certain haut, [disant des choses] comme ça au travail ou pendant qu'elles buvaient. C'était vraiment inapproprié », a-t-il déclaré.

Dans une déclaration aux employés ce mois-ci, les dirigeants de Verkada ont déclaré que le problème a été bien étudié et que les responsables ont reçu la sanction qui convient à leur rôle dans l’incident. Selon IPVM, sans aucun doute, Verkada essaie de gérer et de rectifier le sexisme, la discrimination et les défis culturels auxquels ils sont confrontés. La question est de savoir dans quelle mesure ils y parviendront et dans quelle mesure ils sont prêts à faire un compromis entre la croissance des ventes et l'établissement d'une meilleure culture d'entreprise.

Source : IPVM

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

La moitié des femmes dans l'IT quittent leur emploi avant 35 ans selon une enquête, dont la majorité des répondantes désignent la culture d'entreprise non inclusive comme la cause

La France Insoumise veut une taxe sur l'utilisation commerciale des œuvres du domaine public pour soutenir ceux vivant des métiers de la création

Un rapport sur la situation des femmes dans le secteur des technologies décrit le harcèlement et la discrimination dans la Silicon Valley, près de 50% des femmes dans ce secteur ont déjà été harcelées


Les femmes sont égales aux hommes en matière de compétences informatiques, mais il existe toujours un écart entre les sexes pour ce qui est de la confiance en soi, d'après une nouvelle recherche

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/10/2020 à 13:54
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les employés actuels et anciens de Verkada disent que ces problèmes ont tous atteint leur paroxysme avec l'incident Slack, qui a révélé le favoritisme de Verkada envers cette “équipe d'élite de vendeurs”.
C'est toujours les élites !
À chaque fois il y a des gens qui se croient tout permis parce qu'ils sont plus haut dans la hiérarchie :


C'est ça le problème :
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Selon certaines employées interrogées par IPVM, les “gars ont le droit de tout faire, sans être inquiétés pour autant”. Elles estiment que Verkada est très protecteur envers un groupe de vendeurs, dont les membres viennent de Danville. Ils bénéficieraient de grandes faveurs de la part de la société. « Il y a une certaine équipe de Danville, ils peuvent faire ce qu'ils veulent - la compagnie va fermer les yeux », a déclaré une source, ajoutant que c'est parce qu’ils apportent une tonne de revenus. « Ils sont dans les hautes sphères et donc vous ne pouvez pas vous débarrasser de l'un d'entre eux, vous devez vous débarrasser de tous ».
4  0 
Avatar de Jeff_67
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/10/2020 à 14:01
Pour que ce je connais de l'IT en Région Parisienne, dans les boîtes où j'ai bossé, l'ambiance était globalement pas ouf. Ce n'était pas des boy's clubs misogynes à proprement parler, je n'ai jamais eu vent d'abus aussi graves que décrit dans cet article. Mais je comprends tout à fait pourquoi beaucoup de femmes n'arrivent pas à s'épanouir dans ce genre de société.

En 20 ans de carrière entre l'industrie et l'IT, j'ai remarqué que de plus en plus de femmes travaillaient dans l'industrie (on part de loin il est vrai), et elles sont de plus en plus nombreuses à occuper des postes à responsabilités. Par contre, la proportion de femmes n'a pratiquement pas bougé dans l'IT en 20 ans (20 à 30% du contingent).
3  0 
Avatar de tom_45
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/10/2020 à 15:10
Un employé a juste mis une photo de sa collègue sur un canal slack avec une blague sexiste !
(et je parie que dans ce canal, il y a des milliers de photos d'hommes avec des blagues qui ne posent aucun soucis ...)
C'est quasiment le nazisme.
Et ça ne suffirait pas de le virer, il faudrait même mettre fin à sa carrière. Et pourquoi pas la peine de mort ?
On y arrive petit à petit mais surement, à considérer le regard d'un homme comme un viol.
Bref de pire en pire d’être un homme dans cette société misandre.

Plus sérieusement, je suis bien content qu’il n'y a pas de parité dans la justice et qu'elle soit principalement féminin qui ne se soumettent donc pas à la dicta populaire. Car ce genre de type sera sanctionné par son entreprise, lynché par les médias et toute la société, mais il ne sera pas condamné pour ça devant la justice et lui restera les prudhommes ...
3  7