IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Interpol publie une notice rouge pour le fondateur de l'entreprise crypto Terraform Labs, Do Kwon,
Après l'effondrement de TerraUSD et Luna qui a coûté 40 milliards de dollars aux investisseurs

Le , par Stéphane le calme

92PARTAGES

3  0 
Comme suite à une demande des procureurs sud-coréens, Interpol a publié une notice rouge pour le fondateur de Terraform Labs, Do Kwon, demandant aux forces de l'ordre du monde entier de rechercher et d'arrêter Kwon à la suite de l'effondrement de sa société de blockchain qui a coûté 40 milliards de dollars aux investisseurs. La société de Do Kwon a supervisé l'un des plus grands effondrements de l'histoire de la crypto en mai lorsque ses cryptomonnaies, TerraUSD et Luna, ont perdu 99% de leur valeur en une semaine, anéantissant les 40 milliards de dollars combinés du marché de Terra. Une situation qui a provoqué un tollé en ligne et poussé les procureurs à ouvrir des enquêtes sur Kwon et ses collègues. Il fait face à des accusations en Corée du Sud, ont annoncé les procureurs.

Les autorités sud-coréennes ont émis des mandats la semaine dernière contre Kwon et cinq autres personnes le 14 septembre, alléguant que leur travail sur les produits crypto de Terraform Labs violait les lois commerciales du pays. Tous les six se trouvaient à Singapour à l'époque. La police de Singapour pense que Kwon n'est plus sur son territoire, selon les médias.


Après que les autorités coréennes ont émis un mandat d'arrêt contre Kwon il y a un peu plus d'une semaine, il a tweeté qu'il n'était « pas en fuite » ou « quelque chose de similaire ». Cependant, les procureurs ont déclaré qu'ils pensaient que Kwon avait quitté la Corée pour « échapper à l'enquête », car il leur avait dit par l'intermédiaire de ses avocats qu'il n'avait pas l'intention de comparaître avant l'interrogatoire. « Il est clairement en fuite, car les membres de sa famille et les principaux responsables financiers de l'entreprise sont également partis pour le même pays [Singapour] au même moment », ont-ils déclaré.


« Nous sommes en train de nous défendre dans plusieurs juridictions - nous nous sommes tenus à une barre d'intégrité extrêmement élevée et nous sommes impatients de clarifier la vérité au cours des prochains mois », a déclaré Do Kown à l'époque.

Kwon et d'autres employés de Terraform Labs font l'objet d'une enquête pour fraude financière et évasion fiscale suite à l'effondrement de ses stablecoins, TerraUSD et Luna. Les investisseurs, dont beaucoup ont perdu leurs économies à la suite de l'effondrement, ont déposé des plaintes l'accusant de diriger un système de Ponzi. Le crash du jeton Luna a également joué un rôle dans l'effondrement du fonds spéculatif cryptographique Three Arrows Capital.

Interpol a publié une notice rouge pour Do Kwon, demandant aux forces de l'ordre du monde entier de rechercher et d'arrêter le fondateur de Terraform Labs dont le démarrage de la blockchain s'est effondré plus tôt cette année.

Pour mémoire, les notices rouges concernent les fugitifs recherchés dans le cadre de poursuites ou afin qu’ils purgent leur peine. Une notice rouge consiste à demander aux services chargés de l’application de la loi du monde entier de localiser et de procéder à l’arrestation provisoire d’une personne dans l’attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire.

L'avis contre Kwon pourrait cependant créer un mauvais précédent pour l'industrie de la cryptographie et nuire à l'innovation, surtout si Kwon n'a pas sciemment fraudé les investisseurs et les clients, ont déclaré plusieurs dirigeants de l'industrie dans ces dernières semaines.

« Ayant rencontré Do Kwon … laissant de côté sa nature humaine … Je pense que la criminalisation de Terra est un dangereux précédent », a déclaré Haseeb Qureshi, associé directeur du fonds d'investissement crypto Dragonfly, dans un récent podcast. Qureshi, cependant, a averti que lui, comme beaucoup d'autres, ne connaît pas tous les détails.

Plus tôt cette année, Do Kwon a déménagé de Corée à Singapour, mais des responsables sud-coréens ont déclaré qu'il n'y résidait plus.

Les procureurs sud-coréens ont redoublé d'efforts sur leur enquête portant sur Kwon ces dernières semaines, affirmant plus tôt ce mois-ci que l'entrepreneur ne « coopérait pas » et était « évidemment en fuite », un jour après que Kwon ait indiqué le contraire. Ils ont demandé à Interpol, l'organisation policière mondiale, d'émettre une notice rouge pour Kwon au début du mois.

La société Terraform Labs de Do Kwon a levé plus de 200 millions de dollars auprès d'entreprises d'investissement établies pour construire des projets basés sur Luna, une cryptomonnaie, et TerraUSD, un « stablecoin algorithmique » indexé sur la valeur d'un dollar américain. Plutôt que de détenir des réserves de liquidités, d'obligations ou d'autres actifs, TerraUSD a automatiquement échangé Luna pour maintenir son ancrage.

Luna a atteint un prix de 116 $ au début de 2021. Kwon a fini par acquérir 3,5 milliards de dollars de bitcoins via la Luna Foundation Guard à but non lucratif, conçue pour soutenir Luna et TerraUSD contre la volatilité du marché.

Cela n'a pas fonctionné. Début mai, le prix de Terra a chuté à quelques centimes lors d'une vente rapide, tandis que Luna s'est effondrée de 80 $ à moins de 2 cents. La Luna Foundation Guard a vendu et distribué la quasi-totalité de ses 80 000 bitcoins, économisant un peu plus de 300 pour indemniser les investisseurs. L'organisation a nié les allégations selon lesquelles elle aurait renfloué les plus grands investisseurs « baleines » de Luna avec les jetons, bien qu'elle n'en ait jamais fourni la preuve.

Ci-dessous, un passage publié en mai qui donne plus de détails sur l'enchaînement des évènements :

Les cryptomonnaies ont été emportées dans un mouvement de vente d'actifs à risque, qui s'est accéléré la semaine dernière après que des données ont montré que l'inflation était en hausse aux États-Unis, ce qui a renforcé les craintes des investisseurs quant à l'impact économique d'un resserrement agressif des banques centrales. Selon les données de CoinMarketCap, la vente a porté la valeur marchande combinée de toutes les cryptomonnaies à 1,2 billion de dollars, soit moins de la moitié de ce qu'elle était en novembre dernier. Ce dérèglement du marché des cryptomonnaies a également entraîné l'effondrement brutal du stablecoin UST.

Après plus d'un an sans variation majeure, l'UST, l'un des plus grands stablecoins du monde, a d'abord chuté à 70 cents, puis à moins de 30 cents mercredi après-midi. Sa valeur est tombée à 9 cents à la fin de la semaine dernière. Les investisseurs étaient impatients de savoir ce que la Luna Foundation Guard était advenu des 3 milliards de dollars en bitcoins achetés par la société de cryptomonnaie Terra (développeur du stablecoin UST et de sa cryptomonnaie sœur Luna) pour soutenir son stablecoin qui a échoué. La Luna Foundation Guard a finalement déclaré que ces bitcoins avaient été pour la plupart vendus.

En effet, la fondation avait accumulé plus de 80 000 bitcoins, qui valaient près de 3 milliards de dollars la semaine dernière, ainsi que d'autres jetons, notamment BNB, Tether, USDC, etc. Le créateur de Terra, Do Kwon, avait promis d'utiliser les bitcoins en cas de chute spectaculaire de la valeur de l'UST. Ainsi lundi, dans une série de tweets, la Luna Foundation Guard a déclaré avoir transféré 52 189 bitcoins pour "échanger avec une contrepartie" lorsque la valeur de l'UST est tombée en dessous du seuil prévu de 1 dollar. Toujours selon la fondation, 33 206 bitcoins auraient été vendus directement par Terra dans un ultime effort pour défendre la parité.

Lundi, la fondation ne disposait plus que de 313 bitcoins dans sa réserve, d'une valeur d'environ 9,3 millions de dollars. Elle a déclaré qu'elle utiliserait le reste de ses 85 millions de dollars d'actifs cryptographiques - les autres pièces qui ne sont pas des bitcoins - pour "dédommager les utilisateurs restants" d'UST. « Nous sommes toujours en train de débattre des différentes méthodes de distribution, des mises à jour suivront bientôt », a déclaré la Luna Foundation Guard. À la suite de l'effondrement soudain de TerraUSD, la valeur de plusieurs autres monnaies stables a commencé à connaître des problèmes.

L'UST est ce que l'on appelle un stablecoin. Contrairement à Tether et USDC, qui détiennent des actifs fiat dans une réserve pour soutenir leurs jetons, l'UST s'appuie sur un ensemble complexe de codes, couplé à un jeton flottant appelé Luna, pour équilibrer l'offre et la demande et stabiliser le prix. Lorsque l'UST a commencé à chuter en dessous d'un dollar la semaine dernière, Luna a également commencé à se vendre, entraînant un cercle vicieux qui a fait plonger l'UST à moins de 30 cents tandis que Luna perdait toute valeur. Selon les données de CoinGecko, l'UST ne vaut maintenant plus que 9 cents.

« Le gros problème lorsque vous avez affaire à un stablecoin partiellement garanti comme l'UST, c'est que votre garantie dure - le bitcoin, dans ce cas - va avoir beaucoup plus de valeur pour [les investisseurs] que votre jeton de gouvernance », a déclaré Frances Coppola, un économiste indépendant. Selon les données sur les prix de CoinMarketCap, le Tether, un stablecoin adossé à des réserves qui est censé être rattaché au dollar américain dans une proportion de 1:1, a chuté jusqu'à 95 cents au début de la semaine dernière. Vendredi, il s'échangeait à nouveau à 1 dollar.

Kwon est devenu connu comme une figure arrogante et agressive sur « crypto Twitter » et dans les cercles financiers décentralisés. Il a nommé sa première fille Luna, d'après son jeton. Il s'est souvent moqué et a balayé les critiques en les qualifiant de « pauvres », y compris celle d'un économiste britannique qui a remis en question la stabilité de Terra lors d'une vente. Après l'effondrement, Kwon a publiquement prévu de relancer Terra en tant que Terra 2.0.

Plus tôt ce mois-ci, un autre jeton crypto lié à Kwon a été lancé : "JailKwon", un jeton meme qui prétend qu'il utilisera les bénéfices pour offrir une formation sur la sécurité crypto et l'analyse du marché. Il a atteint une capitalisation record de plus de 300 000 dollars le jour où le mandat d'arrêt de Kwon a été émis.

Sources : Do Kwon, Yonhap

Et vous ?

Que pensez-vous de l'attitude du fondateur de Terraform Labs, Do Kwon, face à ces accusations ?
Partagez-vous le sentiment des victimes qui pensent qu'il s'agit la d'une pyramide de Ponzi ?
D'une manière plus générale, partagez-vous l'avis de ceux qui voient une pyramide de Ponzi dans les crypto ? Dans quelle mesure ?
« L'avis contre Kwon pourrait cependant créer un mauvais précédent pour l'industrie de la cryptographie et nuire à l'innovation, surtout si Kwon n'a pas sciemment fraudé les investisseurs et les clients », que pensez-vous de cette perspective des dirigeants de l'industrie crypto ?

Voir aussi :

Binance a promu Terra comme un investissement "sécurisé" avant l'effondrement de 40 milliards de dollars, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !