Developpez.com

Le Club des Développeurs et IT Pro

La Floride porte la bataille sur la réglementation des médias sociaux devant la Cour suprême,

Afin qu'elle décide si un État peut réglementer la façon dont les réseaux sociaux modèrent le contenu

Le 2022-09-22 15:44:07, par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
La Floride a déposé mercredi un dossier demandant à la Cour suprême des États-Unis de revenir sur la décision prise à l'encontre de sa loi controversée sur les médias sociaux, après que la cour d'appel du 11e circuit l'a annulée en mai, la jugeant inconstitutionnelle. Le procureur général de Floride veut que la Cour suprême décide si les États ont le droit de réglementer la manière dont les sociétés de médias sociaux modèrent le contenu de leurs services. Si la Cour statue en faveur de la Floride, elle pourra interdire aux plateformes de médias sociaux telles que Facebook, Twitter et YouTube de bloquer ou de limiter certains types de discours politiques.

La loi de la Floride impose, entre autres, une amende de 250 000 dollars par jour aux entreprises de médias sociaux qui bloquent un candidat politique au niveau de l'État pendant plus de deux semaines, ou une amende de 25 000 dollars par jour pour le blocage d'un candidat à une élection locale. La loi permettrait également aux utilisateurs de médias sociaux de réclamer jusqu'à 100 000 dollars de dommages et intérêts en cas d'application incohérente de la modération du contenu. En mai, la cour d'appel fédérale du 11e circuit a déterminé qu'il était inconstitutionnel pour l'État d'empêcher les entreprises d'interdire certains contenus politiques.

Alors que la cour a annulé la majeure partie de la loi floridienne, la cour d'appel américaine du 5e circuit a confirmé une loi parallèle au Texas, connue sous le nom de House Bill 20, en statuant qu'elle ne violait pas les droits du premier amendement des sites de médias sociaux. Par contre, le tribunal qui a examiné la loi de Floride a estimé que les sociétés de médias sociaux relevaient du Premier amendement lorsqu'il s'agit de prendre des décisions concernant la modération du contenu. La cour d'appel fédérale du 11e circuit a déclaré que la modération des contenus ne relevait pas de l'État, mais des règles des plateformes.



« Nous concluons que les activités de modération du contenu des plateformes de médias sociaux - autoriser, supprimer, classer par ordre de priorité et déprioriser les utilisateurs et les messages - constituent un "discours" au sens du premier amendement », a écrit le panel de juges dans sa décision. Mais la Floride a décidé de porter l'affaire devant la Cour suprême des États-Unis. Elle demande à la Cour suprême de déterminer si le premier amendement interdit aux États de forcer les plateformes à héberger des discours qu'elles ne veulent pas héberger, notamment des articles ou des messages de politiciens qu'elles considèrent comme violant leurs règles.

« Ce clivage irréconciliable justifie l'examen de cette Cour », a écrit Ashley Moody, procureur général de Floride, dans la requête adressée à la Cour suprême. La pétition constitue le test le plus sérieux à ce jour des affirmations selon lesquelles les entreprises de la Silicon Valley censurent illégalement les points de vue conservateurs, un point de vue qui a pris de l'ampleur à droite après que les principaux sites de médias sociaux ont suspendu Donald Trump en janvier 2021. Selon les analystes, si la Cour suprême accepte d'entendre l'affaire, sa décision pourrait avoir de vastes répercussions sur l'avenir de la démocratie et des élections.

NetChoice, un groupe industriel qui défend les intérêts de Meta, Google, Twitter et d'autres sociétés technologiques, s'est dit confiant dans le fait que la Cour suprême trancherait en sa faveur la lutte au niveau de l'État sur la modération du contenu, bien qu'il soit difficile de prédire comment les choses se passeront. « Nous sommes d'accord avec la Floride pour dire que la Cour suprême des États-Unis devrait entendre cette affaire. Nous sommes impatients de voir la Floride devant la Cour et de voir la décision du tribunal inférieur confirmée », a déclaré mercredi Carl Szabo, vice-président et avocat général de NetChoice.

Les détracteurs des lois sur les médias sociaux de l'État mettent en garde contre le fait que la restriction de la liberté des plateformes de modérer le contenu pourrait entraîner un torrent de discours haineux, de désinformation et d'autres documents violents. « La question de l'interaction entre les droits du premier amendement des entreprises de médias sociaux et les droits d'expression de leurs utilisateurs est importante et non résolue. C'est une question vraiment majeure : comment réguler les plateformes de médias sociaux ? », a déclaré Genevieve Lakier, professeure à la faculté de droit de l'université de Chicago.

La bataille juridique autour de la loi de Floride a commencé en mai 2021, lorsque NetChoice et la Computer & Communications Industry Association (CCIA), un autre groupe industriel qui représente aussi les principales entreprises de médias sociaux, ont intenté une action en justice pour empêcher l'entrée en vigueur de la loi. Les entreprises ont remporté de grandes victoires lorsqu'un juge fédéral a bloqué l'entrée en vigueur de la loi en juin de l'année dernière, puis lorsque le 11e circuit a confirmé une grande partie de cette décision. Les entreprises technologiques espèrent qu'elles verront un résultat similaire à la Cour suprême.

« Je pense que cela pourrait façonner le fonctionnement d'Internet de manière très significative. Si ces lois sont maintenues, elles vont obliger les plateformes à héberger beaucoup de discours qu'elles ne veulent pas héberger », a expliqué Lakier. L'État de Floride fait valoir en effet que les entreprises de médias sociaux sont devenues si puissantes que leurs décisions de modération de contenu, telles que la décision de supprimer des affirmations sans fondement sur l'origine du coronavirus, "faussent le marché des idées". Les autorités de l'État soutiennent que cela donne à l'État un intérêt impérieux à les réglementer.

Comme le souligne la pétition de la Floride, certains membres de la Cour suprême ont déjà manifesté leur intérêt pour les questions en jeu. Dans une dissidence d'une décision de la Cour suprême qui a accordé un sursis d'urgence sur la loi texane sur les médias sociaux, le juge Samuel Alito a écrit que l'affaire soulevait des questions de grande importance" qui "méritent clairement l'examen de cette cour". Le juge Alito a ajouté : « il n'est pas du tout évident de savoir comment nos précédents, qui datent d'avant l'ère de l'Internet, devraient s'appliquer aux grandes entreprises de médias sociaux ».

Les cinq membres de la majorité, dont le juge en chef John Roberts Jr. et les juges Stephen G. Breyer, Sonia Sotomayor, Brett Kavanaugh et Amy Coney Barrett, n'ont pas motivé leur décision. De l'autre côté, NetChoice soutient que ces décisions constituent un exercice de discrétion éditoriale semblable aux décisions éditoriales des journaux et des chaînes de télévision, qui sont considérées comme des discours protégés par le premier amendement. Cela placerait la barre très haut sur le plan juridique pour qu'un gouvernement puisse interférer avec ces décisions.

Une décision de la Cour suprême aurait des conséquences qui s'étendent bien au-delà de la Floride. Selon une analyse de juillet de CCIA, plus de 100 projets de loi relatifs à la modération du contenu des médias sociaux ont été déposés dans les législatures des États du pays. De nombreuses législatures d'État ont déjà suspendu leurs travaux jusqu'en 2023 et suivent de près l'issue du litige concernant les lois de la Floride et du Texas.

Bien que les premières lois sur la réglementation du contenu des médias sociaux aient été adoptées dans des États conservateurs, les États libéraux leur emboîtent le pas avec des lois visant à imposer une plus grande transparence sur la manière dont les entreprises réagissent aux discours menaçants et haineux.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la réglementation de la Floride ?
Selon vous, les gouvernements devraient-ils dicter aux réseaux sociaux la façon dont ils doivent modérer le contenu sur leurs plateformes ?

Voir aussi

Une cour d'appel juge inconstitutionnelle la loi de Floride sur les médias sociaux, dans le même temps, Zuckerberg de nouveau poursuivi pour son rôle présumé dans le Cambridge Analytica

Facebook est poursuivi en justice par certains de ses actionnaires à cause du scandale de Cambridge Analytica

Des groupes de professionnels de la technologie intentent un procès contre la Floride, afin de stopper la nouvelle loi SB 7072 contre les réseaux sociaux, qui suspendent les comptes des politiciens

Une ex-employée de Cambridge Analytica écrit au parlement britannique, et accable Facebook et son ancien employeur
  Discussion forum
  Poster une réponse
  • sanderbe
    Membre éclairé
    Bonsoir

    La Floride porte la bataille sur la réglementation des médias sociaux devant la Cour suprême afin qu'elle décide si un État peut réglementer la façon dont les réseaux sociaux modèrent le contenu

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Tout à fait un état peut imposer à une société la façon dont on modère les réseaux sociaux. Une plate forme comme Facebook jusqu'au petit forum du fin fond du web est censé garder une pluralité et neutralité des avis.

    Si Facebook se mets à chasser des avis "politiques" contraire aux idéaux des dirigeants , c'est illégal .

    Supposons que Facebook soit de droite et des utilisateurs de gauche. Si les utilisateurs de gauche sont censurés abusivement, Facebook est hors la loi. Une entreprise n'a pas à faire de discrimination sur des idéaux politiques (comme la religion, l'origine ethnique, l'orientation sexuelle ... ) .

    Un marchand de vélo ne pas plutôt servir un écolo qui aime rouler à vélo, qu'une personne de droite qui roule aussi à vélo.

    C'est absurde comme raisonnement, pourtant c'est ce que fait Facebook et d'autre.

    Que pensez-vous de la réglementation de la Floride ?
    La Floride ne fait que conserver un juste milieu, pour contrer la censure abusive.

    Selon vous, les gouvernements devraient-ils dicter aux réseaux sociaux la façon dont ils doivent modérer le contenu sur leurs plateformes ?
    Puis quoi encore ? Facebook devrait être plutôt d'un bord politique que l'autre ? Cela s'appelle de la censure ou une dictature ! Ce serait le retour du ministère de la vérité, de vertu , de la police de la pensée ^^

    Non le problème de fond que je constate , c'est que Facebook (et d'autres réseaux sociaux), se sont aventurés à accepter la politique et la théologie sur leur plateforme ... au même titre que tout ce qui a une valeur mercantile ...

    Je vais me répéter. Depuis quand un discours politique ou une prière religieuse ont des valeurs marchandes ?

    Ce qui prouve bien que laisser prospérer les discours politiques et la théologiques sur n'importe quel site peut vite déraper ^^

    Charge aux élus de mettre l'infra internet (site, forum, blog, site participatif ...) en place pour que le débat politique (voir religieux) puisse se faire dans de bonne condition ... Et non pas de manière sauvage sur Facebook ou je ne sais quel autre site web.