IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

De nombreux pays développés considèrent la désinformation en ligne comme une « menace majeure »,
Elle est pratiquement à égalité avec les cyberattaques en tant que principale préoccupation

Le , par Bruno

162PARTAGES

3  0 
Une étude menée par Pew Research Center sur 24 525 personnes révèle de nombreux pays développés considèrent la désinformation en ligne comme une « menace majeure ». Alors que le changement climatique est la préoccupation la plus importante pour la plupart des pays, avec une médiane de 75 % des personnes interrogées déclarant qu'il s'agit d'une menace majeure. La désinformation suit de près, avec une médiane de 70 % de répondants qui la considèrent comme une menace majeure.

Pew Research Center est un centre de recherche qui fournit des statistiques et des informations sociales sous forme de démographie, sondage d'opinion et d’analyse de contenu. Parmi les 19 pays interrogés, le changement climatique et la désinformation en ligne figurent en tête des menaces majeures.

Principales menaces dans le monde


Une précédente étude publiée par Pew Research Center cette année a montré que la désinformation est pratiquement à égalité avec le piratage informatique en tant que principale préoccupation, avec environ sept personnes sur dix déclarant qu'il s'agit d'une menace majeure. À l'inverse des autres pays interrogés, les États-Unis ont classé le changement climatique comme la menace la plus faible parmi les options disponibles.

La plupart des gens sont préoccupés par la désinformation. Après plusieurs années éprouvantes de désinformation sur les élections et la pandémie de coronavirus, 70 % des personnes interrogées pensent aujourd'hui que les fausses informations diffusées en ligne constituent une menace majeure. Ils sont 26 % à penser qu'il s'agit d'une menace mineure et seulement 2 % à dire que ce n'est pas une menace.

Les cyberattaques et la désinformation constituent la principale préoccupation des personnes interrogées par le Pew Research Center aux États-Unis. Le changement climatique mondial arrive en dernière position, avec seulement 54 % des personnes interrogées estimant qu'il s'agit d'une menace majeure.

Principales menaces pour les Américains


La désinformation est présentée et diffusée dans l’intention délibérée de tromper le public. Les conséquences de la désinformation sur nos sociétés sont potentiellement très graves, en ce qu'elle érode la confiance du public dans les institutions, les médias traditionnels et numériques, et nuit à nos démocraties en empêchant une prise de décision réfléchie et éclairée.

Le président Joe Biden a déclaré en juillet 2021 que des plateformes comme Facebook tuent des gens en autorisant la désinformation sur le vaccin Covid-19 sur leurs services. Des professionnels de santé étayent ces propos du président américain ; à l’instar du docteur Nahid Bhadelia, une experte en maladies infectieuses, qui a déclaré : « Je pense que les médias sociaux jouent un rôle important dans l'amplification de la désinformation, ce qui conduit les gens à ne pas se faire vacciner, ce qui les tue ».

L'ancienne journaliste de CNN et militante Maria Ressa, qui a reçu le prix Nobel de la paix en octobre 2021, a reproché à Facebook de diffuser des informations erronées et mensongères empreintes de colère et de haine. Facebook, que Ressa a qualifié de plus grand distributeur de nouvelles au monde, est « biaisé contre les faits » et « biaisé contre le journalisme », ce qui constitue une menace pour la démocratie, car la plateforme continue de permettre aux mauvais acteurs de semer la désinformation.

La journaliste chevronnée et directrice du site d'information philippin Rappler a déclaré dans une interview après avoir remporté le prix que les algorithmes de Facebook « donnent la priorité à la diffusion de mensonges empreints de colère et de haine plutôt qu'aux faits. » Plutôt en 2016, avec la recrudescence des critiques auxquelles elle était confrontée et qui étaient relatives aux fausses informations diffusées sur son réseau social, Facebook a annoncé le lancement d’outils pour lutter efficacement contre les fausses informations.

Dans le monde entier, les jeunes sont moins préoccupés par les fausses informations. L'enquête a révélé que les jeunes ont tendance à considérer les fausses informations comme moins inquiétantes que leurs homologues plus âgés. Ce résultat s'aligne sur des recherches antérieures montrant que les jeunes sont moins susceptibles de partager des informations erronées en ligne et qu'ils ont plus confiance pour naviguer dans les fausses informations sur les médias sociaux.

Les jeunes sont moins susceptibles de considérer la désinformation en ligne comme une « menace majeure », tandis que les personnes plus âgées sont plus susceptibles de la considérer comme une préoccupation majeure. Les chercheurs ont également signalé que les personnes moins instruites et celles qui se trouvent dans une situation plus vulnérable (en raison, par exemple, de faibles revenus ou d'une mauvaise santé) étaient plus susceptibles de croire aux fausses informations et de les partager.

Les opinions des jeunes et des moins jeunes sur la désinformation


« Nous savons que les personnes âgées sont plus préoccupées par les cyberattaques et la diffusion de fausses informations en ligne », a déclaré Poushter, Directeur associé de la recherche sur les attitudes mondiales pour Pew « Cela pourrait signifier qu'il s'agit en grande partie de technologie ». Les résultats de cette enquête révèlent également que les États-Unis figurent parmi les pays les plus préoccupés par la désinformation en ligne. Les Allemands sont les plus inquiets, 75 % d'entre eux estimant qu'il s'agit d'une menace majeure. Seuls 42 % des Israéliens accordent une telle importance à ce problème, ce qui est le chiffre le plus bas parmi les pays interrogés.

En France, Buster.Ai, une start up française, utilise l’intelligence artificielle pour lutter contre la désinformation. Elle a développé une solution technologique basée sur les programmes de l'intelligence artificielle, pour permettre à tous les professionnels du contrôle des faits, aux entreprises françaises, aux milieux financiers et aux médias de vérifier les informations, les affirmations, et les documents diffusés en ligne.

À partir d'une affirmation formulée en langage naturel par un candidat sur une radio ou une télé, par exemple, la technologie de la jeune pousse est capable d'aller la comparer avec un ensemble de sources fiables et référencées. Le système, en quasi-temps réel, pioche alors dans les bases de données des agences de presse, des autres médias, des contenus encyclopédiques, des ressources scientifiques, des données statistiques, des données gouvernementales pour voir celles qui soutiennent ou réfutent la teneur des propos qui ont été formulés.

Source : Pew Research Center

Et vous ?

Trouvez-vous pertinents les résultats de cette recherche ?

L'intelligence artificielle peut-elle lutter efficacement contre la désinformation en ligne ?

Voir aussi :

Facebook annonce de nouveaux outils pour lutter contre la désinformation sur son site, les utilisateurs pourront désormais signaler les fakes news

Biden déclare que les plateformes comme Facebook tuent les gens avec les fausses informations COVID-19, plus de pression dans la lutte de la Maison-Blanche contre la désinformation sur les vaccins

Facebook, Google, Microsoft et Twitter approuvent le code australien de lutte contre la désinformation et s'engagent à rendre publiques les mesures prises pour lutter contre la désinformation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 9:21
Je pense qu'il faut modifier le titre de cette news de la façon suivante, pour être plus prêt de la vérité.

De nombreux pays développés considèrent la désinformation en ligne comme une « menace majeure » si elle n'est pas de leur fait
Voilà, c'est mieux ainsi.
8  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 11:43
Vaste sujet et très complexe...

En ce qui concerne le complotisme, il faut distinguer ceux qui disent que la terre est plate avec ceux qui disent que la guerre en Ukraine est de la faute des américains :
La terre est plate, c'est fait qui est prouvé et non discutable.
La guerre en est de la faute des américains : si on se place du point de vue des occidentaux, la guerre est la faute des russes qui ont envahie l’Ukraine. Si on se place du point de vu Russe ou Chinois, effectivement, le coup d'etat fomenté en 2014 par la CIA à Maidan est à l'origine des troubles en Ukraine et in-fine de la guerre que nous avons sous les yeux. On peut en débattre, c'est donc pas une théorie du complot.

En ce qui concerne l'article, on ne peut qu'être d'accord à un détail pres : la désinformation n'est pas seulement en ligne mais aussi à la télévision ou à la radio. Le nombre de fois ou il y a de la désinformation dans les médias officiels est incroyable et sans jamais de mea culpa, comme le stipule la Charte de Munich dans le devoir n°6 de la Charte : "Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte".
Des exemples, il y en a à la pelle : de la mort de Martin Bouygue, à Al Qaeda en Iran, etc..

Ce qui parait choquant, c'est que ce sont ces mêmes médias (qui se trompent ou qui trompent), qui s'autorisent à donner des bons points aux infos et debunker les fake news.

Si véritablement on voulait avoir des informations non orientés et le plus juste possible, il faudrait remettre en cause tout ce système médiatique, mais ca c'est une autre histoire !

Et pour conclure, seul des gens éduqués et qui ont un esprit critique développé ont la possibilité de faire le tri entre propagande/fake news/bonne info. Mais c'est pas en les abrutissant avec des émission tv débiles qu'on va y arriver c'est certains.
6  1 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 11:29
Le soucis n'est pas en soi la désinformation mais le nombre de personnes prêt à croire ces fausses infos sans le moindre esprit d'analyse/critique.
4  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 9:15
Le complotisme n'est pas une spécificité française, j'en veux pour preuve Donald Trump et ses supporters, convaincus ou feignant de l'être que leur défaite à l'élection présidentielle est due à un complot.
Les négateurs du climat sont également nombreux à croire à un complot mondial , et ils sont nombreux outre atlantique !
3  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 12:28
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
En ce qui concerne le complotisme, il faut distinguer ceux qui disent que la terre est plate avec ceux qui disent que la guerre en Ukraine est de la faute des américains
Je suis d'accord

Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
La terre est plate, c'est fait qui est prouvé et non discutable.
Moi, je la voyait plutôt ronde, mais si tu dis qu'elle est plate et que c'est un prouvé et non discutable

Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
La guerre en est de la faute des américains : si on se place du point de vue des occidentaux, la guerre est la faute des russes qui ont envahie l’Ukraine. Si on se place du point de vu Russe ou Chinois, effectivement, le coup d'etat fomenté en 2014 par la CIA à Maidan est à l'origine des troubles en Ukraine et in-fine de la guerre que nous avons sous les yeux. On peut en débattre, c'est donc pas une théorie du complot.
C'est la Russie qui a déclenché les hostilités, pas les américains. Parler de coup d'état fomenté par la CIA pour un soulèvement populaire anti-russe, c'est un peu poussé le bouchon, je trouve. Que les américains et les européens aient aider le mouvement initial, surement. De là à l'initialiser, c'est loin d'être sûr. Et, les russes n'ont pas grand-chose à reprocher aux occidentaux, quand on regarde ce qu'ils ont fait en Syrie.

Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Et pour conclure, seul des gens éduqués et qui ont un esprit critique développé ont la possibilité de faire le tri entre propagande/fake news/bonne info. Mais c'est pas en les abrutissant avec des émission tv débiles qu'on va y arriver c'est certains.
La TV a une part de responsabilité, c'est indéniable, mais l'éducation nationale aussi. Plutôt que de faire ingurgiter des informations à nos enfants, apprenons leurs à réfléchir par eux-même. Ça sera plus utile. Mais, les États préfèrent des gens qui ont l'habitude de gober ce qu'on leur présente, c'est plus simple à manipuler.
2  0 
Avatar de blbird
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 19:28
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
La guerre en est de la faute des américains : si on se place du point de vue des occidentaux, la guerre est la faute des russes qui ont envahie l’Ukraine. Si on se place du point de vu Russe ou Chinois, effectivement, le coup d'etat fomenté en 2014 par la CIA à Maidan est à l'origine des troubles en Ukraine et in-fine de la guerre que nous avons sous les yeux. On peut en débattre, c'est donc pas une théorie du complot.
La CIA, et qui que ce soit aux E-U, n'a absolument pas le pouvoir de lancer une telle révolution, avec autant de morts, dans un pays de l'Est, il faut arrêter de fantasmer sur des arguments Russes. Et même si les américains ont certainement été en faveur d'un mouvement initial en faveur de l'Ouest, il n'y aucune raison pour que cela finisse en attaque militaire aussi massive de la Russie en Ukraine. Poutine l'aurait fait, d'une manière ou d'une autre, avec les excuses toutes plus bidons les unes que les autres, mais qui l'arrangent. Les excuses de la minorité à protéger, on les connait, ce sont les même qu'Hitler lors de la 2nde GM : amusant non?

Ce n'est clairement pas de la faute des E-U ni de n'importe quel autre pays si la Russie a envahit l'Ukraine. C'est la faute à Poutine et à son impérialisme violent depuis 20 ans.
3  1 
Avatar de dnaura
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 10:55
Il n'y aurait pas eu de printemps arabe si l'on avait mis en place une censure contre la désinformation sur FB en 2011: en Tunisie le gouvernement BenAli etait soutenu par la France (pays développé) ...
1  0 
Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 13:15
Citation Envoyé par nirgal76 Voir le message
Le soucis n'est pas en soi la désinformation mais le nombre de personnes prêt à croire ces fausses infos sans le moindre esprit d'analyse/critique.
Y compris lorsque c'est une fausse info inventée de toutes pièces :

1  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/09/2022 à 14:15
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Moi, je la voyait plutôt ronde, mais si tu dis qu'elle est plate et que c'est un prouvé et non discutable
Je suis un complotiste
1  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/09/2022 à 10:34
le problème c'est quand ce sont les membres du gouvernement du dit pays qui raconte des fake news loin de la réalité. On fait quoi ? on mets en prison et on change de président toute les semaines ?

C'est le business modèle d'un politicien, raconter des crack à un électorat assez large pour se faire élire.
1  0