IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les réseaux sociaux sont-ils vraiment nuisibles ? Ils nous ont rendus « exceptionnellement stupides »,
Estime Jonathan Haidt, psychologue social

Le , par Bruno

412PARTAGES

19  0 
Les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides », estime Jonathan Haidt, psychologue social à l'école de commerce de l'université de New York. Dans un article paru dans The Atlantic en avril, Haidt a affirmé que les grandes plateformes de réseaux sociaux « ont involontairement dissous le mortier de la confiance, de la croyance dans les institutions et des histoires partagées qui ont permis à une démocratie séculaire vaste et diverse de rester unie ».

Les débuts de l'internet dans les années 1990, avec ses salons de discussion, ses panneaux d'affichage et son courrier électronique, illustrent la thèse du non-zéro, tout comme la première vague de plateformes de médias sociaux, lancée vers 2003. Myspace, Friendster et Facebook ont permis de se connecter facilement avec des amis et des inconnus pour parler d'intérêts communs, gratuitement et à une échelle jamais imaginée auparavant.


En 2008, Facebook s'est imposé comme la plateforme dominante, avec plus de 100 millions d'utilisateurs mensuels, en passe d'atteindre les 3 milliards d'utilisateurs actuels. Au cours de la première décennie du nouveau siècle, les médias sociaux ont été largement considérés comme une bénédiction pour la démocratie. Quel dictateur pourrait imposer sa volonté à des citoyens interconnectés ? Quel régime pourrait construire un mur pour empêcher l'accès à l'internet ?

Le point culminant de l'optimisme techno-démocratique a sans doute été 2011, une année qui a commencé avec le printemps arabe et s'est terminée avec le mouvement mondial Occupy. C'est aussi l'année où Google Translate est devenu disponible sur pratiquement tous les smartphones. Le monde n’a jamais été aussi proche d'être "un seul peuple", et nous avions effectivement surmonté la malédiction de la division par la langue. Pour les optimistes techno-démocrates, cela semblait n'être que le début de ce que l'humanité pouvait faire.

En février 2012, alors qu'il se préparait à rendre Facebook public, Mark Zuckerberg a réfléchi à cette époque extraordinaire et a exposé ses projets. « Aujourd'hui, notre société a atteint un autre point de basculement, a-t-il écrit dans une lettre aux investisseurs. Facebook espérait reconnecter la façon dont les gens diffusent et consomment l'information ». En leur donnant « le pouvoir de partager, il les aiderait à transformer une fois de plus nombre de nos institutions et industries fondamentales. »

Au cours des dix années qui ont suivi, Zuckerberg a fait exactement ce qu'il avait dit qu'il ferait. Il a modifié la façon dont nous diffusons et consommons l'information, il a transformé nos institutions et il nous a fait franchir le point de basculement. Les choses ne se sont pas passées comme il l'avait prévu. Sean Parker, ancien président de Facebook, a attiré l’attention sur le phénomène : les réseaux sociaux seraient conçus pour exploiter les vulnérabilités humaines.

Avant 2009, Facebook offrait aux utilisateurs une frise chronologique simple : un flux continu de contenu généré par leurs amis et leurs relations, avec les publications les plus récentes en haut et les plus anciennes en bas. Le volume de ce flux était souvent écrasant, mais il était le reflet exact de ce que les autres publiaient. La situation a commencé à changer en 2009, lorsque Facebook a proposé aux utilisateurs de "J'aime" publiquement des publications en cliquant sur un bouton.


La même année, Twitter a introduit quelque chose d'encore plus puissant : le bouton "Retweet", qui permet aux utilisateurs de soutenir publiquement un message tout en le partageant avec tous leurs followers. Facebook a rapidement copié cette innovation avec son propre bouton "Partager", qui est devenu disponible pour les utilisateurs de smartphones en 2012. Les boutons "J'aime" et "Partager" sont rapidement devenus des fonctionnalités standard de la plupart des autres plateformes.

Peu après que son bouton "J'aime" a commencé à produire des données sur ce qui "engage" le plus ses utilisateurs, Facebook a mis au point des algorithmes pour proposer à chaque utilisateur le contenu le plus susceptible de générer un "j'aime" ou une autre interaction, en incluant éventuellement le "partage". Des recherches ultérieures ont montré que les messages qui déclenchent des émotions, en particulier la colère contre les groupes marginaux, sont les plus susceptibles d'être partagés.

En 2013, les réseaux sociaux étaient devenus un nouveau jeu, avec une dynamique différente de celle de 2008. Si vous étiez habile ou chanceux, vous pouviez créer un post qui allait "devenir viral" et vous rendre "célèbre sur Internet" pendant quelques jours. Si vous commettiez une erreur, vous pouviez vous retrouver enseveli sous des commentaires haineux. Vos messages atteignaient la gloire ou l'ignominie en fonction des clics de milliers d'inconnus, et vous contribuiez à votre tour à ce jeu par des milliers de clics.

Ce nouveau jeu encourageait la malhonnêteté et la dynamique de foule : les utilisateurs étaient guidés non seulement par leurs véritables préférences, mais aussi par leurs expériences passées en matière de récompense et de punition, et par leur prédiction de la réaction des autres à chaque nouvelle action. L'un des ingénieurs de Twitter qui avaient travaillé sur le bouton "Retweet" a révélé plus tard qu'il regrettait sa contribution parce qu'elle avait rendu Twitter plus méchant. En voyant les foules Twitter se former grâce à l'utilisation de ce nouvel outil, il s'est dit : « Nous venons peut-être de donner une arme chargée à un enfant de 4 ans. »

« En tant que psychologue social qui étudie les émotions, la moralité et la politique, j'ai vu cela se produire également. Les plateformes nouvellement retouchées étaient presque parfaitement conçues pour faire ressortir notre moi le plus moraliste et le moins réfléchi. Le volume de l'indignation était choquant », déclare Jonathan Haidt.


Les réseaux sociaux ont à la fois amplifié et armé la frivolité. Des études universitaires récentes suggèrent que les médias sociaux ont un effet corrosif sur la confiance dans les gouvernements, les médias d'information, les personnes et les institutions en général. Un document de travail qui offre l'examen le plus complet de la recherche, dirigé par les spécialistes en sciences sociales Philipp Lorenz-Spreen et Lisa Oswald, conclut que « la grande majorité des associations signalées entre l'utilisation des médias numériques et la confiance semblent être préjudiciables à la démocratie ».

La littérature est complexe, certaines études montrent des avantages, en particulier dans les démocraties moins développées, mais l'examen a révélé que, dans l'ensemble, les médias sociaux amplifient la polarisation politique, fomentent le populisme, en particulier le populisme de droite, et sont associés à la diffusion de fausses informations.

Les programmes d'histoire ont souvent suscité des controverses politiques, mais Facebook et Twitter permettent aux parents de s'indigner chaque jour d'une nouvelle partie des cours d'histoire de leurs enfants, ainsi que des cours de mathématiques et des sélections littéraires, et de tout nouveau changement pédagogique partout dans le pays. Les motivations des enseignants et des administrateurs sont remises en question, et des lois ou des réformes de programmes trop ambitieuses s'ensuivent parfois, ce qui a pour effet d'affaiblir l'éducation et de réduire encore davantage la confiance en elle.

L'ancien analyste de la CIA Martin Gurri a prédit ces effets de fracturation dans son livre de 2014, The Revolt of the Public. L'analyse de Gurri se concentrait sur les effets de subversion de l'autorité par la croissance exponentielle de l'information, à partir d'Internet dans les années 1990. Écrivant il y a près de dix ans, Gurri pouvait déjà voir le pouvoir des réseaux sociaux comme un solvant universel, brisant les liens et affaiblissant les institutions partout où il s'étendait. Il notait que les réseaux distribués « peuvent protester et renverser, mais jamais gouverner ».

Les réseaux sociaux ont donné la parole à des personnes qui l'avaient peu auparavant, et ils ont permis de tenir plus facilement les puissants responsables de leurs méfaits, non seulement en politique, mais aussi dans les affaires, les arts, le monde universitaire et ailleurs. Avant Twitter, les harceleurs sexuels auraient pu être dénoncés dans des billets de blog anonymes, mais il est difficile d'imaginer que le mouvement #MeToo aurait eu autant de succès sans l'amélioration virale offerte par les grandes plateformes. Cependant, la "responsabilité" déformée des médias sociaux a également entraîné l'injustice et le dysfonctionnement politique de trois manières.

Premièrement, les réseaux sociaux donnent plus de pouvoir aux trolls et aux provocateurs tout en réduisant au silence les bons citoyens. Les recherches menées par les politologues Alexander Bor et Michael Bang Petersen ont révélé qu'un petit sous-ensemble de personnes présentes sur les plateformes de médias sociaux est très soucieux d'acquérir un statut et sont prêtes à recourir à l'agression pour y parvenir.

Ils admettent que, dans leurs discussions en ligne, ils jurent souvent, se moquent de leurs adversaires et se font bloquer par d'autres utilisateurs ou signaler pour des commentaires inappropriés. Dans huit études, Bor et Petersen ont constaté que le fait d'être en ligne ne rendait pas la plupart des gens plus agressifs ou hostiles ; au contraire, il permettait à un petit nombre de personnes agressives de s'en prendre à un nombre beaucoup plus important de victimes.

Deuxièmement, les réseaux sociaux donnent plus de pouvoir et de voix aux extrémistes politiques tout en réduisant le pouvoir et la voix de la majorité modérée. L'étude "Hidden Tribes", réalisée par le groupe pro-démocratie More in Common, a interrogé 8 000 personnes en 2017 et 2018 et a identifié sept groupes partageant des croyances et des comportements. Celui le plus à droite, connu sous le nom de "conservateurs dévoués", comprenait 6 % de la population américaine. Le groupe le plus à gauche, les "militants progressistes", comprenait 8 % de la population. Les militants progressistes étaient de loin le groupe le plus prolifique sur les médias sociaux : 70 % d'entre eux avaient partagé du contenu politique au cours de l'année précédente. Les conservateurs dévoués suivaient, avec 56 %.

Troisièmement, les réseaux sociaux députent tout le monde pour administrer la justice sans procédure régulière. Les plateformes comme Twitter se transforment en un véritable lieu, où les justiciers n'ont aucune responsabilité. Une attaque réussie attire un barrage de "likes" et de frappes successives. Les plateformes à viralité accrue facilitent ainsi les punitions collectives massives pour des délits mineurs ou imaginaires, avec des conséquences réelles, notamment la perte d'emploi de personnes innocentes et leur suicide par la honte. Lorsque notre espace public est régi par la dynamique de la foule et non par une procédure régulière, nous n'obtenons pas la justice et l'inclusion ; nous obtenons une société qui ignore le contexte, la proportionnalité, la pitié et la vérité.

Barack Obama a prononcé en avril un discours, à l'université de Stanford, où il a accusé les grandes plateformes d'avoir largement amplifié « les pires instincts de l'humanité ». Il a soutenu pendant son propos qu’il est temps de « choisir un camp » sur la question de savoir si les entreprises de médias sociaux doivent être réglementées par le gouvernement et rendues plus responsables du contenu publié sur leurs services. Il estime que la "désinformation" en ligne menace l'avenir de la liberté dans le monde. Dans le même ordre d’idées, les États membres de l'UE, la Commission et le Parlement ont finalisé samedi une nouvelle législation qui permettra de mieux lutter contre les dérives de l'internet comme les discours de haine, les campagnes de désinformation ou la vente de produits contrefaits.

Selon Jonathan Haidt, les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides ». Cela est plus visible dans les nombreuses théories du complot qui se répandent dans les médias. « "Pizzagate", QAnon, la croyance que les vaccins contiennent des puces électroniques, la conviction que Donald Trump a été réélu, il est difficile d'imaginer que ces idées ou systèmes de croyances atteignent les niveaux qu'ils ont atteints sans Facebook et Twitter. »

Source : An article by Jonathan Haidt

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

À votre avis, cette étude est-elle pertinente ?

Voir aussi :

Une étude révèle les principales inquiétudes des parents concernant les réseaux sociaux, qui seraient conçus pour exploiter les vulnérabilités humaines et donc des adolescents

Les réseaux sociaux non réglementés constituent une menace pour la démocratie, déplore Barack Obama, qui appelle chacun à "choisir son camp"

Éviter de s'exposer sur les réseaux sociaux peut augmenter vos chances de réussir, car ces plateformes sont de plus en plus utilisées par les recruteurs et employeurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 7:47
Il y a une méprise dans l'opinion publique sur ce qu'est la liberté d'expression.

La liberté d'expression consiste à laisser tout un chacun s'exprimer. Et c'est le cas, n'importe-qui est libre d'écrire où il veux en ligne. Par contre, la liberté d'expression ne protège pas des conséquences quand on raconte des conneries ou qu'on tient des propos qui tombent sous le coup de la loi (diffamation, racisme, etc.).

Si un journal tient des propos diffamatoires ou autres à votre égard, vous pouvez engager des poursuites et le faire condamner sans même que l'auteur des faits ne soit identifié. Il devrait en être de même pour les réseaux sociaux.
11  0 
Avatar de Chouteau
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 15:04
J'ai coupé tous les réseau sociaux à l'issue du bannissement de Trump (encore président) des réseaux sociaux.
ça a été comme un révélateur pour moi, sans procès une société privée pouvait couper la parole à un président élu.
J'y ai vu un énorme danger (trop de pouvoir concentré pour un tout petit nombre de personnes non élues).

Depuis je perds moins de temps de cerveau à lire ou voir des infos sans importance et je me concentre plutôt sur des sites que j'ai choisi moi meme, comme ce magnifique forum
10  2 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 12:24
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Je ne suis pas d'accord. L'unique problème est la centralisation des RS, qui rend impossible de poursuivre les auteurs de diffamation/racisme. Ce que vous proposez risque d'inciter à une modération automatique, avec un risque de fermeture des espaces décentralisés (y compris Developpez.net).
J'ai pas vu de contenu raciste, homophobe ou diffamatoire sur dv.net. Soit la modération est incroyablement efficace, soit il est possible d'avoir des débats apaisés sans besoin de contrôle serré ni restrictions sévères.

On peut bien trouver un compromis entre l'actuel laxisme sur les RS et l'inquisition espagnole non ?
6  0 
Avatar de grint54
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/06/2022 à 17:55
Le principal problème des réseaux sociaux c'est les notifications incessantes perturbatrices. Le deuxième problème c'est le buz.

Les réseaux sociaux ont permis aux arnaqueurs de tous poils de sévir en toute impunité. L'article résume bien le fait que au départ, les réseaux sociaux c'était un plus pour tout le monde et que malheureusement maintenant, les réseaux sociaux c'est une plaie, une verrue dans le paysage. Tout ça, à cause de ce satané appât du gain. D'ailleurs, l'argent est la cause de tous les maux de la terre.

L'intelligence artificielle a permis le détournement continuelle des réseaux sociaux au profit de quelques uns au détriment des peuples.

Vous noterez qu'il eut été aisé en même temps que la création du bouton "j'aime" d'y ajouter un bouton " je n'aime pas". Mais ça, pas question ! Pourquoi ? Mystère...

Le buz est la plaie de notre début de ce siècle.

Quel vilain mot le buz.

Faire le buz c'est usurper, arnaquer, trahir, mentir...

Influenceur là aussi un mot qui sonne faux. Les influenceurs ont pour unique but d'avoir des followers de plus en plus nombreux afin de réaliser de plus en plus de gains financiers avec l'aval des réseaux sociaux. Quand vous tombez sur influenceur, faites comme moi, zappez. Les influenceurs n'ont aucune utilité, ce sont des nuisibles.

Comme je l'ai toujours dis, notre devise devrait être la suivante : " Servez vous des réseaux sociaux et non l'inverse".
6  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 12:32
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
]Selon Jonathan Haidt, les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides ». Cela est plus visible dans les nombreuses théories du complot qui se répandent dans les médias. « "Pizzagate", QAnon, la croyance que les vaccins contiennent des puces électroniques, la conviction que Donald Trump a été réélu, il est difficile d'imaginer que ces idées ou systèmes de croyance atteignent les niveaux qu'ils ont atteints sans Facebook et Twitter. »
Oui mes réseaux sociaux rendent certains profondément cons.
Je vois des gens plonger avec enthousiasme dans le cercle vicieux mais je vois surtout des gens prendre du recul avec les réseaux sociaux (quitter facebook dont le feed est difficilement paramétrable, bien maitriser les sujets que remontent Twitter) ou alors les regarder comme un divertissement (l'équivalent de notre secret story)

J'ai entendu dernièrement une femme qui poste pas mal sur twitter dire que de temps en temps elle balance un gros troll, désactive ses notifications et ses dm pendant quelques jours et reconnaitre que ceux qu'elles veut trigger font de même. L'idée étant de trigger l'adversaire sans l'être quand il essaye de le faire.
C'est une sorte de match de catch d'idée, tout le monde que c'est faux mais ça augmente quand même la consommation de pop corn.

Est ce que ça rend Twitter plus malin? Bien sur que non
Est ce que ça rend twitter plus con? On voit de la connerie mais ce n'est que de la joute verbale entre les adversaires. La question est pour les lecteurs qui ne voient pas le jeux qu'il y a derrière.
Et je vois des gens commencer à décrypter ça sous cet angle, ce qui permet aussi d'éviter que certains tombent dans le piège.
5  0 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 18:28
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Par contre, la liberté d'expression ne protège pas des conséquences quand on raconte des conneries ou qu'on tient des propos qui tombent sous le coup de la loi (diffamation, racisme, etc.).
non, désolé, raconter des conneries ou tenir des propos qui tombent sous le coup de la loi ne sont pas à mettre dans le même sac.
de plus, cette phrase c'est l'argument préférer des sjw et autres débiles en tout genre pour attaquer, doxxer, nuire et autres quand des propos ne leur plaisent pas.

quand tu ne contreviens pas à la loi, et/ou déclare des trucs d'utilité publique, la liberté d'expression doit protéger celui qui l'utilise, si les propos ne te plaisent pas, libre à toi d'aussi utiliser ta liberté d'expression, en dehors de ça, il est, en tout cas dans des contrées civilisées, interdit de nuire à quelqu'un.
5  0 
Avatar de Claude40
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2022 à 12:41
Les réseaux sociaux n'ont pas rendu les gens stupides. Ils ont permi à des gens stupides ou mal intentionnés d'avoir une plus grande audience, alors qu'ils débitaient autrefois leurs sornettes au bistrot du coin, avec trois ou quatre personnes pour les écouter.
5  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 11:12
Quand on regarde l'histoire, on se rend vite compte que tous les régimes politiques (démocratiques ou non) sont tombés à cause d’inégalités sociales exacerbées. On vit dans une époque ou les inégalités sociales n'ont jamais été aussi fortes.
Dans ce contexte, pas besoin des RS pour déclencher une révolte.

Concernant ces études, la plupart me semblent pertinentes ; je salut notamment l'étude "Hidden Tribes" et le passage "les réseaux sociaux députent tout le monde pour administrer la justice sans procédure régulière".

Cependant, certains termes employés (par exemple "bons citoyens" me dérangent énormément.
4  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 11:14
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Il y a une méprise dans l'opinion publique sur ce qu'est la liberté d'expression.

La liberté d'expression consiste à laisser tout un chacun s'exprimer. Et c'est le cas, n'importe-qui est libre d'écrire où il veux en ligne. Par contre, la liberté d'expression ne protège pas des conséquences quand on raconte des conneries ou qu'on tient des propos qui tombent sous le coup de la loi (diffamation, racisme, etc.).

Si un journal tient des propos diffamatoires ou autres à votre égard, vous pouvez engager des poursuites et le faire condamner sans même que l'auteur des faits ne soit identifié. Il devrait en être de même pour les réseaux sociaux.
Je ne suis pas d'accord. L'unique problème est la centralisation des RS, qui rend impossible de poursuivre les auteurs de diffamation/racisme. Ce que vous proposez risque d'inciter à une modération automatique, avec un risque de fermeture des espaces décentralisés (y compris Developpez.net).
3  0 
Avatar de beepee
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 12:06
comme l'a dit Coluche, la réponse est dans la question. tout le monde l'a fait passer pour un con alors qu'il n'a été qu'un grand philosophe en utilisant les mots du peuple. à chaque fois que je passe sur son mémorial à Opio, je m'arrête. Coluche, tu nous manques. il y aurait tant de cons qui seraient partis grâce à Toi. Ici, il y a aussi des gros c...
2  0