IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les réseaux sociaux non réglementés constituent une menace pour la démocratie, déplore Barack Obama
Qui appelle chacun à "choisir son camp"

Le , par Nancy Rey

374PARTAGES

16  1 
Barack Obama a prononcé jeudi dernier un discours, à l'université de Stanford, où il a accusé les grandes plateformes d'avoir largement amplifié « les pires instincts de l'humanité ». Il a soutenu pendant son propos qu’il est temps de « choisir un camp » sur la question de savoir si les entreprises de médias sociaux doivent être réglementées par le gouvernement et rendues plus responsables du contenu publié sur leurs services. Il estime que la "désinformation" en ligne menace l'avenir de la liberté dans le monde. Dans le même ordre d’idées, les États membres de l'UE, la Commission et le Parlement ont finalisé samedi une nouvelle législation qui permettra de mieux lutter contre les dérives de l'internet comme les discours de haine, les campagnes de désinformation ou la vente de produits contrefaits.


L'une « des plus grandes raisons de l'affaiblissement des démocraties est le changement profond qui s'opère dans la façon dont nous communiquons et consommons l'information. Chacun d'entre nous, qu'il travaille dans une entreprise technologique ou qu'il consomme des médias sociaux, qu'il soit parent, législateur, annonceur sur l'une de ces plateformes, le moment est venu de choisir son camp. Nous avons un choix à faire en ce moment. Est-ce que nous laissons notre démocratie s'étioler ou est-ce que nous la rendons meilleure ? », a déclaré Obama à l'auditoire dans un discours-programme prononcé lors d'un symposium du Cyber Policy Center de Stanford.

Les raisons qui ont poussé l’ancien président à entrer dans le débat politique après sa présidence n'ont pas été précisées. Le leader démocrate a reconnu qu'il n'aurait « peut-être pas été élu » sans des sites comme MySpace ou Facebook, et a évoqué le travail bénéfique de sensibilisation et de mobilisation réalisé par des militants dans le monde entier, au travers des réseaux. Mais il a surtout détaillé le revers du succès de Facebook ou YouTube, dont le modèle économique (la publicité ciblée à grande échelle) repose sur l'économie de l'attention. « Malheureusement, ce sont les contenus inflammatoires, polarisants qui attirent l'attention et encouragent la participation des utilisateurs », a-t-il noté.


Depuis qu'Obama a quitté la Maison-Blanche en 2017, les politiciens, les experts politiques, les journalistes et les personnalités du monde de la technologie se concentrent de plus en plus sur des concepts tels que la "désinformation" (information qui se trouve être fausse) et la "désinformation" (information qui est délibérément et malicieusement fausse) pour tenter d'expliquer la croissance des théories du complot et la perte de confiance dans les institutions aux États-Unis.

Ces préoccupations n'ont fait que croître au cours des deux dernières années, alors que des conspirations mortelles se sont répandues sur la sécurité des vaccins COVID-19 et qu'une foule de partisans de Trump a pris d'assaut le Capitole des États-Unis pour tenter de renverser l'élection du président Joe Biden en 2020. « Des gens comme le président russe Vladimir Poutine et l'ancien conseiller de Trump Steve Bannon, d'ailleurs, comprennent qu'il n'est pas nécessaire que les gens croient ces informations pour affaiblir les institutions démocratiques. Il suffit d'inonder la place publique d'un pays avec suffisamment d'eaux usées brutes. Il suffit de soulever suffisamment de questions, de répandre suffisamment de saletés, d'implanter suffisamment de théories du complot pour que les citoyens ne sachent plus quoi croire », a déclaré Obama.

Obama a imputé une partie du problème aux entreprises technologiques, qui, selon lui, ont intérêt à promouvoir les contenus attrayants et à ne pas expulser les utilisateurs de leurs services, même s'il estime que de nombreux leaders technologiques font des efforts de bonne foi pour améliorer leurs services. « Il faut applaudir, mais je pense aussi que des décisions comme celle-ci ne devraient pas être laissées uniquement aux intérêts privés. Ces décisions nous concernent tous, et comme toute autre industrie qui a un impact important dans notre société, cela signifie que ces grandes plateformes doivent être soumises à un certain niveau de surveillance et de réglementation publique », a déclaré Obama.

L’Europe durcit la législation

L'entrée d'Obama dans le débat politique sur la réglementation des médias sociaux intervient à un moment où les visions s'affrontent au niveau mondial sur les attentes envers les entreprises technologiques pour modérer le contenu ou bannir les utilisateurs qui partagent des discours potentiellement dangereux.

Aux États-Unis, où de nombreuses entreprises technologiques ont abandonné les idéaux absolutistes de liberté d'expression au cours des dernières décennies en faveur de politiques de modération du contenu plus soigneusement adaptées. Dans des pays autoritaires comme la Russie et la Chine, où les droits d'expression sont fortement restreints, les autorités ont réglementé de manière stricte les contenus critiques à l'égard des responsables ou des politiques du gouvernement. Dans ses remarques jeudi, Obama a cité à plusieurs reprises les mesures de répression internes prises par la Russie à l'encontre de la liberté d'expression et du journalisme indépendant dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine comme un exemple du pire scénario de « ce qui se passe lorsque les sociétés perdent la trace de ce qui est vrai ».

Les États membres de l'UE, la Commission et le Parlement ont finalisé samedi une nouvelle législation qui permettra de mieux lutter contre les dérives de l'internet comme les discours de haine, les campagnes de désinformation ou la vente de produits contrefaits. Un accord a été trouvé entre les institutions européennes au sujet du Règlement des services numériques ("Digital Services Act", DSA) qui imposera aux grandes plateformes, comme Facebook (Meta) ou Amazon, de mieux éradiquer les contenus illicites et dangereux en ligne, a annoncé sur Twitter le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton, initiateur du projet avec sa collègue à la Concurrence Margrethe Vestager. « Cet accord est historique. Nos nouvelles règles vont protéger les utilisateurs en ligne, assurer la liberté d'expression et des opportunités pour les entreprises », s'est félicitée la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen,

Le règlement sur les services numériques constitue l'un des deux volets d'un plan d'envergure présenté en décembre 2020 par l'exécutif européen. Le premier volet, qui règlemente les marchés numériques ("Digital*Markets Act", DMA), s'attaque aux pratiques anticoncurrentielles, il a été conclu fin mars. Le DSA, lui, met à jour la directive e-commerce née il y a 20 ans quand les plateformes géantes étaient encore embryonnaires. L’objectif ici est de mettre fin aux dérives des réseaux sociaux qui ont souvent défrayé la chronique.

La face sombre d'internet concerne aussi les plateformes de vente envahies de produits contrefaits ou défectueux, qui peuvent s'avérer dangereux à l'instar des jouets d'enfants ne respectant pas les normes de sécurité. Le nouveau règlement institue l'obligation de retirer "promptement" tout contenu illicite (selon les lois nationales et européennes) dès qu'une plateforme en a connaissance. Il contraint les réseaux sociaux à suspendre les utilisateurs violant "fréquemment" la loi.

Dans un clin d'œil à la croissance de l'activisme des travailleurs dans le secteur de la technologie, Barrack Obama a déclaré que les travailleurs de ce secteur avaient également un rôle à jouer en demandant des comptes à leurs employeurs. « Vous pouvez plaider pour le changement, vous pouvez faire partie de cette refonte. Et si ce n'est pas le cas, vous pouvez voter avec vos pieds et aller travailler avec des entreprises qui essaient de faire ce qu'il faut », a déclaré Obama.

Source : Barack Obama

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations de l’ancien président américain ? Partagez-vous ses opinions ?

Voir aussi :

Barack Obama : les sociétés de médias sociaux « font des choix éditoriaux, qu'elles les aient ou non enfouis dans des algorithmes », elles devraient être réglementées d'une certaine manière

Pour Mark Zuckerberg, il n'est pas question d'envisager le démantèlement de Facebook, le PDG penche plutôt pour une « régulation d'internet »

USA : la FCC va passer à l'action pour affaiblir le bouclier juridique des médias sociaux. Ils n'ont pas droit « à une immunité spéciale refusée aux autres médias »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 7:47
Il y a une méprise dans l'opinion publique sur ce qu'est la liberté d'expression.

La liberté d'expression consiste à laisser tout un chacun s'exprimer. Et c'est le cas, n'importe-qui est libre d'écrire où il veux en ligne. Par contre, la liberté d'expression ne protège pas des conséquences quand on raconte des conneries ou qu'on tient des propos qui tombent sous le coup de la loi (diffamation, racisme, etc.).

Si un journal tient des propos diffamatoires ou autres à votre égard, vous pouvez engager des poursuites et le faire condamner sans même que l'auteur des faits ne soit identifié. Il devrait en être de même pour les réseaux sociaux.
11  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/04/2022 à 10:30
Je suis à la fois d'accord et à la fois méfiant.

Les lois que les l'UE s'apprêtent à prendre peuvent être bonnes et mauvaises.

Qu'est-ce que l'on considère comme "fausses informations" ? Quand c'est le gouvernement qui ment, comme en Russie actuellement, mais aussi en France quand on parle de vandalisme des Gilets Jaunes, alors que ce sont des groupuscules comme les Blacks block qui sont responsables de ces actes de vandalisme. Quand le gouvernement protège les policiers qui commettent des actes répréhensibles (une fois encore ce qui s'est passé lors des manifs des Gilets Jaunes est consternant). On peut aussi se souvenir des mensonges du gouvernement sur le fait que les masques n'étaient pas utiles contre le Covid-19.

Quelles autorités vont décidées que telle information est "fausse" et telle autre est "vraie" ?

Quand le gouvernement et les médias "officiels" mentent sciemment ou pas, qui va pouvoir les dénoncer sans encourir les foudres de la loi ?

Aujourd'hui, dans nos "démocraties", il existe encore un semblant d'opposition, politique et journalistique, capable de dénoncer ces mensonges d'état, mais demain ? Avec un Macron au pouvoir, ce petit Benito de bacs à sable, les libertés sont de plus en plus bafouées et remises en question. Il faut être très vigilant quand aux lois qui interdisent tels ou tels propos. Même si, au demeurant, elles peuvent paraître pleine de bonnes intentions. Ce qui s'est déroulé au Capitole américain a été traumatisant pour les américains, mais réagir à un fait divers n'est jamais une bonne solution.

L'enfer est pavé de bonnes intentions. Si on veut lutter contre la désinformation, le complotisme, et autres fléaux se répandant aisément sur la toile, il faudrait déjà :
  • Rétablir la confiance dans les médias, en ayant de vrais médias indépendants
  • Rétablir la confiance dans les personnages politiques
  • Que ces personnages politiques cessent de procéder de la même manière que ceux qu'ils blâment en répondant illico-presto, au moindre "tweet", à la dernière publication sur Facebook, Tik-tok, instagram, tweeter, sans faire la moindre recherche, sans chercher à savoir d'où vient cette publication, sans aucune vérification, juste pour faire le buzz !

Lutter contre la désinformation, c'est avant tout répondre à celles-ci par des informations fiables et vérifiées. Certes, ça n'empêchera pas quelques imbéciles de croire n'importe quoi, parce que "on ne peut pas faire confiance au gouvernement, à la police, aux scientifiques -qui sont à la solde du gouvernement ou des multinationales -, aux journalistes - n'importe quel journaliste. Mais, ça permettra de faire réfléchir ceux qui en sont capables et surtout d'opposer des faits vérifiables à des rumeurs, des croyances sorties de l'imagination d'illuminés.
Plus on interdira, censurera, plus ces illuminés du bulbe auront "raison", puisque leurs seuls arguments sont : "Les institutions nous mentent", "Le gouvernement nous cache des choses", "les journalistes sont complices", ...

Bref, le sujet est important, il est nécessaire de lutter contre ces trucs, mais la loi est-elle vraiment la solution ?
13  3 
Avatar de Chouteau
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 15:04
J'ai coupé tous les réseau sociaux à l'issue du bannissement de Trump (encore président) des réseaux sociaux.
ça a été comme un révélateur pour moi, sans procès une société privée pouvait couper la parole à un président élu.
J'y ai vu un énorme danger (trop de pouvoir concentré pour un tout petit nombre de personnes non élues).

Depuis je perds moins de temps de cerveau à lire ou voir des infos sans importance et je me concentre plutôt sur des sites que j'ai choisi moi meme, comme ce magnifique forum
10  2 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 12:24
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Je ne suis pas d'accord. L'unique problème est la centralisation des RS, qui rend impossible de poursuivre les auteurs de diffamation/racisme. Ce que vous proposez risque d'inciter à une modération automatique, avec un risque de fermeture des espaces décentralisés (y compris Developpez.net).
J'ai pas vu de contenu raciste, homophobe ou diffamatoire sur dv.net. Soit la modération est incroyablement efficace, soit il est possible d'avoir des débats apaisés sans besoin de contrôle serré ni restrictions sévères.

On peut bien trouver un compromis entre l'actuel laxisme sur les RS et l'inquisition espagnole non ?
6  0 
Avatar de grint54
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/06/2022 à 17:55
Le principal problème des réseaux sociaux c'est les notifications incessantes perturbatrices. Le deuxième problème c'est le buz.

Les réseaux sociaux ont permis aux arnaqueurs de tous poils de sévir en toute impunité. L'article résume bien le fait que au départ, les réseaux sociaux c'était un plus pour tout le monde et que malheureusement maintenant, les réseaux sociaux c'est une plaie, une verrue dans le paysage. Tout ça, à cause de ce satané appât du gain. D'ailleurs, l'argent est la cause de tous les maux de la terre.

L'intelligence artificielle a permis le détournement continuelle des réseaux sociaux au profit de quelques uns au détriment des peuples.

Vous noterez qu'il eut été aisé en même temps que la création du bouton "j'aime" d'y ajouter un bouton " je n'aime pas". Mais ça, pas question ! Pourquoi ? Mystère...

Le buz est la plaie de notre début de ce siècle.

Quel vilain mot le buz.

Faire le buz c'est usurper, arnaquer, trahir, mentir...

Influenceur là aussi un mot qui sonne faux. Les influenceurs ont pour unique but d'avoir des followers de plus en plus nombreux afin de réaliser de plus en plus de gains financiers avec l'aval des réseaux sociaux. Quand vous tombez sur influenceur, faites comme moi, zappez. Les influenceurs n'ont aucune utilité, ce sont des nuisibles.

Comme je l'ai toujours dis, notre devise devrait être la suivante : " Servez vous des réseaux sociaux et non l'inverse".
6  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/04/2022 à 14:13
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Avec votre logique, il faudrait aussi interdire de diffuser une information à son voisin. L’aboutissement de votre logique, se sont les le pays qui surveille les gens dans la moindre action, jusqu’à envoyer des "mouchard" dans certain lieu public.
Votre discours me rappelle la Chine, qui a interdit aux citoyens de s'exprimer sans un "permis de réseau social" (je ne retrouve plus la source). Et pour finir : https://www.lemonde.fr/pixels/articl...3_4408996.html
Votre discours emploie la même logique que les pires dictatures, car elle suppose une "incapacité par défaut" des citoyens de s'exprimer.
J'ai du mal avec votre logique pour arriver à une telle conclusion. La remarque d'escartefigue me parait très juste au contraire. L'anonymat permet de dire ce que l'on veut sans prendre le risque d'être inquiété, poursuivi ou simplement jugé (par les siens) pour ses propos.

Je pense que nombre de personnes balançant des énormités sur les réseaux sociaux, forum, ... sous un pseudo, n'auraient pas le même discours dans un lieu public. Le risque serait d'être lu par des amis, des collègues, des clients qui seraient surpris et choqués par les affirmations tenues, et de devoir s'expliquer. Là, aucun risque. Personne ne me connait, alors je peux balancer les pires saloperies, je ne risque rien.

Je ne vois pas en quoi, ça a un rapport avec le permis social chinois, ou l'installation de mouchard. C'est juste d'être responsable des propos comme on en est responsable dans une réunion publique.
Quand on diffuse une information à son voisin, on n'est pas anonyme. Le voisin vous connait.
7  2 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 12:32
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
]Selon Jonathan Haidt, les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides ». Cela est plus visible dans les nombreuses théories du complot qui se répandent dans les médias. « "Pizzagate", QAnon, la croyance que les vaccins contiennent des puces électroniques, la conviction que Donald Trump a été réélu, il est difficile d'imaginer que ces idées ou systèmes de croyance atteignent les niveaux qu'ils ont atteints sans Facebook et Twitter. »
Oui mes réseaux sociaux rendent certains profondément cons.
Je vois des gens plonger avec enthousiasme dans le cercle vicieux mais je vois surtout des gens prendre du recul avec les réseaux sociaux (quitter facebook dont le feed est difficilement paramétrable, bien maitriser les sujets que remontent Twitter) ou alors les regarder comme un divertissement (l'équivalent de notre secret story)

J'ai entendu dernièrement une femme qui poste pas mal sur twitter dire que de temps en temps elle balance un gros troll, désactive ses notifications et ses dm pendant quelques jours et reconnaitre que ceux qu'elles veut trigger font de même. L'idée étant de trigger l'adversaire sans l'être quand il essaye de le faire.
C'est une sorte de match de catch d'idée, tout le monde que c'est faux mais ça augmente quand même la consommation de pop corn.

Est ce que ça rend Twitter plus malin? Bien sur que non
Est ce que ça rend twitter plus con? On voit de la connerie mais ce n'est que de la joute verbale entre les adversaires. La question est pour les lecteurs qui ne voient pas le jeux qu'il y a derrière.
Et je vois des gens commencer à décrypter ça sous cet angle, ce qui permet aussi d'éviter que certains tombent dans le piège.
5  0 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2022 à 18:28
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Par contre, la liberté d'expression ne protège pas des conséquences quand on raconte des conneries ou qu'on tient des propos qui tombent sous le coup de la loi (diffamation, racisme, etc.).
non, désolé, raconter des conneries ou tenir des propos qui tombent sous le coup de la loi ne sont pas à mettre dans le même sac.
de plus, cette phrase c'est l'argument préférer des sjw et autres débiles en tout genre pour attaquer, doxxer, nuire et autres quand des propos ne leur plaisent pas.

quand tu ne contreviens pas à la loi, et/ou déclare des trucs d'utilité publique, la liberté d'expression doit protéger celui qui l'utilise, si les propos ne te plaisent pas, libre à toi d'aussi utiliser ta liberté d'expression, en dehors de ça, il est, en tout cas dans des contrées civilisées, interdit de nuire à quelqu'un.
5  0 
Avatar de Claude40
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2022 à 12:41
Les réseaux sociaux n'ont pas rendu les gens stupides. Ils ont permi à des gens stupides ou mal intentionnés d'avoir une plus grande audience, alors qu'ils débitaient autrefois leurs sornettes au bistrot du coin, avec trois ou quatre personnes pour les écouter.
5  0 
Avatar de d_d_v
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/04/2022 à 11:57
La menace pour la démocratie (qui en fait n'a jamais existé), ce sont les gouvernants corrompus et traîtres ainsi que les médias détenus par la caste d'ultra riches. Il suffit de voir (enfin pour ceux qui ont une tv) le narratif autour du covid et de l'ukraine diffusé et contrôlé par ces médias.
Avec le rachat de twitter par Elon Musk, qui fait un peu bande à part et a l'air de s'amuser comme un petit fou à semer la zizanie, on va bien s'amuser.
10  6