IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie s'empare de l'internet ukrainien, le trafic en provenance de l'Ukraine est soumis à la censure
Et à la surveillance de la Russie

Le , par Bruno

134PARTAGES

6  1 
Les pages Web de la ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, ont cessé de se charger sur les appareils des utilisateurs à la mi-journée du 30 mai. Durant 1 heure, toute personne se connectant à Internet avec Kherson Telecom, connu localement sous le nom de SkyNet, n'a pas pu appeler ses proches, découvrir les dernières nouvelles ou télécharger des images sur Instagram.

Lorsque les pages web ont recommencé à fonctionner, tout semblait normal. Mais en coulisses, tout avait changé : désormais, tout le trafic Internet passait par un fournisseur russe et la puissante machine de censure en ligne de Vladimir Poutine.


Depuis la fin du mois de mai, les 280 000 habitants de la ville portuaire occupée et de ses environs sont confrontés à des interruptions constantes du trafic en ligne, les fournisseurs d'accès à Internet étant contraints de réacheminer leurs connexions via l'infrastructure russe. Selon de hauts responsables ukrainiens, de nombreux fournisseurs d'accès à Internet ukrainiens sont désormais contraints de basculer leurs services vers des fournisseurs russes et d'exposer leurs clients au vaste réseau de surveillance et de censure du pays.

Les sociétés Internet ont reçu l'ordre de réacheminer les connexions sous l'œil attentif des Russes ou de fermer complètement leurs connexions, selon les responsables. En outre, de nouvelles cartes SIM de téléphones portables sans marque utilisant des numéros russes circulent dans la région, poussant encore plus les gens vers les réseaux russes. La prise de contrôle des serveurs, des câbles et des tours de téléphonie mobile, tous considérés comme des infrastructures critiques, qui permettent aux gens d'accéder librement au Web est considérée comme l'une des premières étapes de la « russification » des zones occupées.

« Nous comprenons qu'il s'agit d'une violation flagrante des droits de l'homme », déclare Victor Zhora, directeur adjoint de l'agence ukrainienne de cybersécurité, connue sous le nom de Services d'État pour les communications spéciales et la protection de l'information (SSSCIP). « Puisque tout le trafic sera contrôlé par les services spéciaux russes, il sera surveillé, et les Russes limiteront l'accès aux ressources d'information qui partagent de véritables informations. »

KhersonTelecom a d'abord basculé son trafic Internet vers un réseau russe le 30 avril, avant de revenir à des connexions ukrainiennes durant le mois de mai. Cependant, les choses semblent avoir changé définitivement depuis le 30 mai. L'ensemble du trafic de KhersonTelecom est désormais acheminé par Miranda Media, une société basée en Crimée, elle-même liée au fournisseur national russe de télécommunications Rostelecom.



(Miranda Media a été créée après l'annexion de la Crimée par Poutine en 2014.) Le lendemain du dernier changement effectué par KhersonTelecom, le média russe contrôlé par l'État RIA Novosti a déclaré que les régions de Kherson et de Zaporizhzhia étaient officiellement en train de passer à des connexions Internet russes.

Zhora indique que dans les régions occupées de l'Ukraine y compris Kherson, Luhansk, Donetsk et Zaporizhzhia, il existe un patchwork d'environ 1 200 fournisseurs d'accès Internet différents. « Nous comprenons que la plupart d'entre eux sont obligés de se connecter aux infrastructures de télécommunications russes et de réacheminer le trafic », explique Zhora.

Pour Liliia Malon, commissaire de l'autorité ukrainienne de régulation des télécommunications, il existe des cas de routage massif du trafic des opérateurs ukrainiens à travers les canaux russes. « Les réseaux ukrainiens sont partiellement bloqués ou complètement déconnectés ».

L'analyse technique confirme que les connexions commutent. La société de surveillance Internet Cloudflare a observé que le trafic de KhersonTelecom passait par Miranda Media pendant plus de deux semaines en juin. Doug Madory, directeur de l'analyse Internet de la société de surveillance Kentik, a observé environ une demi-douzaine de réseaux à Kherson se connectant au fournisseur. « Il ne s'agit pas d'un phénomène ponctuel », affirme Madory. « Tous les deux jours, il y a une autre entreprise qui passe au transit russe depuis l'Ukraine ».

Depuis le début de la guerre en février, la perturbation ou la mise hors service de l'infrastructure Internet est une tactique courante, le contrôle du flux d'informations est une arme puissante. Des missiles russes ont détruit des tours de télévision, une cyberattaque contre un système de satellites a eu des répercussions dans toute l'Europe et la désinformation a tenté de briser le moral des Ukrainiens.

Des responsables ukrainiens ont demandé à l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisation clef dans le fonctionnement de l'internet, de déconnecter tous les sites russes du réseau informatique mondial. « Cher Monsieur le Président et Directeur Général, en tant que représentant de l'Ukraine au GAC ICANN, je vous envoie cette lettre au nom du peuple ukrainien, vous demandant de répondre à un besoin urgent d'introduire des sanctions strictes contre la Fédération de Russie dans le domaine de la régulation des DNS, en réponse à ses actes d'agression envers l'Ukraine et ses citoyens », a écrit Nabok, Andriy, représentant de l'Ukraine à ICANN.

La demande de l'Ukraine a été rejetée, « le fonctionnement de l'Internet n'est pas politisé », selon l'ICANN. « Dans notre rôle de coordinateur technique des identificateurs uniques pour l'Internet, nous prenons des mesures pour nous assurer que le fonctionnement de l'Internet n'est pas politisé, et nous n'avons aucun pouvoir de sanction. En fait, l'ICANN a été créée pour garantir le fonctionnement de l'Internet, et non pour que son rôle de coordination soit utilisé pour l'empêcher de fonctionner », souligne le patron de l’ICANN.

Malgré les fréquentes coupures d'Internet, le riche écosystème ukrainien de sociétés Internet s'est mobilisé pour que les gens restent en ligne. SpaceX a procédé à l’envoi d’un camion rempli de terminaux Starlink en Ukraine selon une image tweetée par le ministre du pays en charge du numérique. Alors que les troupes ukrainiennes lancent avec succès des contre-attaques contre l'occupation russe dans le sud du pays, Kherson reste contrôlée par les forces d'invasion.

« C'est une chose de prendre le contrôle d'une ville et de contrôler les lignes d'approvisionnement de la ville, le flux de nourriture ou de carburant », explique David Belson, responsable de l'analyse des données chez Cloudflare, qui a écrit sur le contrôle d'Internet à Kherson. Mais, dit-il, « contrôler l'accès à Internet et être capable de manipuler l'accès à Internet dans une zone occupée » est un "nouveau front" dans le conflit.

Les forces russes s'emparent des systèmes Internet de plusieurs façons. Tout d'abord, il y a l'accès physique les troupes s'emparent des équipements. Les porte-parole de deux des plus grands fournisseurs d'accès Internet ukrainiens, Kyivstar et Lifecell, affirment que leurs équipements à Kherson ont été mis hors service par les forces d'occupation russes et qu'ils n'ont aucun accès pour restaurer ou réparer les équipements.

(Tout au long de la guerre, les ingénieurs Internet ont travaillé au milieu des bombardements et des attaques pour réparer les équipements endommagés). Selon le SSSCIP, 20 % des infrastructures de télécommunications de l'ensemble de l'Ukraine ont été endommagées ou détruites, et des dizaines de milliers de kilomètres de réseaux de fibres optiques ne fonctionnent pas.

Une fois que les forces russes ont pris le contrôle des équipements, elles demandent au personnel ukrainien de reconfigurer les réseaux pour Miranda Media, explique Zhora. « Dans le cas où les employés locaux de ces fournisseurs d'accès ne sont pas disposés à les aider à effectuer la reconfiguration, ils sont en mesure de le faire eux-mêmes », précise Zhora.

Le SSSCIP, ajoute-t-il, a conseillé aux employés de ne pas risquer leur vie ou celle de leur famille. « Nous espérons que nous serons bientôt en mesure de libérer ces terres et que cette période temporaire de chantage à l'égard de ces opérateurs passera », déclare Zhora, ajoutant qu'il est peu probable que les communications dans la région puissent être rétablies avant la libération des zones.

Pour l'instant, cela signifie au moins que les connexions seront acheminées par la Russie. Lorsque Gudz Dmitry Alexandrovich, propriétaire de KhersonTelecom, a basculé sa connexion vers Miranda Media pour la première fois au début du mois de mai, il affirme que certains clients l'ont remercié parce qu'il permettait aux gens de se connecter, tandis que d'autres l'ont réprimandé pour s'être connectés au service russe.

« Le 30 mai à nouveau, comme le 30 avril, tout est tombé et seules les chaînes de Miranda fonctionnent », déclare Alexandrovich dans un chat en ligne traduit. Dans un long post Facebook publié sur la page de l'entreprise début mai, il a affirmé vouloir aider les gens et a partagé des photos de foules se rassemblant devant les bureaux de KhersonTelecom pour se connecter au Wi-Fi.

La Russie tente également de contrôler les connexions mobiles. Ces dernières semaines, une mystérieuse nouvelle société de téléphonie mobile a fait son apparition à Kherson. Les images montrent des cartes SIM vierges, totalement blanches et sans marque, en vente. On sait peu de choses sur ces cartes SIM, mais le réseau mobile semble utiliser le préfixe russe +7 au début d'un numéro. Des vidéos montreraient des foules de citoyens se rassemblant pour récupérer les cartes SIM. « Les forces russes réalisent qu'elles sont désavantagées si elles continuent à utiliser les réseaux mobiles ukrainiens », explique Cathal Daid, directeur technique de la société de sécurité mobile Enea AdaptiveMobile Security.

L'entreprise a vu deux opérateurs mobiles séparatistes de Donetsk et de Louhansk étendre le territoire qu'ils couvrent aux zones nouvellement occupées. C'est important de contrôler Internet. Alors que la plupart des pays n'imposent que des restrictions limitées aux sites web que les gens peuvent consulter, une poignée de nations autoritaires, dont la Chine, la Corée du Nord et la Russie, limitent sévèrement ce à quoi les gens peuvent accéder.

La Russie dispose d'un vaste système de censure et de surveillance de l'Internet, qui s'est développé ces dernières années alors que le pays tente de mettre en œuvre un projet d'Internet souverain qui le coupe du reste du monde. Le système d'activités opérationnelles d'investigation du pays, ou SORM, peut être utilisé pour lire les courriels des gens, intercepter les messages texte et surveiller d'autres communications.

« Les réseaux russes sont entièrement contrôlés par les autorités russes, déclare Malon, l'autorité ukrainienne de régulation des télécommunications. Le détournement d'Internet dans les zones ukrainiennes occupées a pour but de diffuser la "propagande du Kremlin" et de faire croire aux gens que les forces ukrainiennes les ont abandonnés. "Ils craignent que les nouvelles sur les progrès de l'armée ukrainienne n'encouragent la résistance dans la région de Kherson et ne facilitent les activités réelles », explique Zhora.

Au cœur de ce reroutage se trouve Miranda Media, l'opérateur en Crimée apparu après l'annexion de la région en 2014. Parmi les "partenaires" énumérés sur son site Web figurent le service de sécurité russe connu sous le nom de FSB et le ministère russe de la Défense. L'entreprise n'a pas répondu à une demande de commentaire.

À bien des égards, la Crimée peut servir d'exemple de ce qui se passe ensuite dans les zones nouvellement occupées. « En 2017 seulement, la Crimée était complètement déconnectée du trafic ukrainien. Et maintenant, pour autant que je sache, il n'y a que du trafic russe là-bas », explique Ksenia Ermoshina, professeur assistant de recherche au Center for Internet and Society et chercheuse affiliée au Citizen Lab. En janvier de l'année dernière, Ermoshina et ses collègues ont publié des recherches sur la façon dont la Russie a pris le contrôle de l'infrastructure Internet de la Crimée.

Après avoir annexé la Crimée en 2014, les autorités russes ont créé deux nouveaux câbles Internet qui longent le détroit de Kerch, où ils se connectent à la Russie. Ce processus a duré trois ans - ce qu'Ermoshina appelle un « modèle de substitution douce », les connexions étant transférées lentement au fil du temps. Depuis lors, la Russie a mis au point des systèmes de contrôle d'Internet plus avancés. « La puissance de la machine de censure russe a changé entre [2014 et 2022] », explique Ermoshina. « Ce qui me fait peur, c'est la force de la propagande russe ».

Il est probable que le reroutage d'Internet à Kherson et dans les régions environnantes soit considéré par les autorités russes comme une étape clef pour tenter de légitimer l'occupation, explique Olena Lennon, professeur auxiliaire de sciences politiques et de sécurité nationale ukrainiennes à l'université de New Haven. Ces mesures pourraient également servir de modèle pour de futurs conflits.

Parallèlement au détournement d'Internet à Kherson et dans d'autres régions, les responsables russes ont commencé à distribuer des passeports russes. Ils affirment qu'une banque russe ouvrira bientôt à Kherson. Et la région a été déplacée sur le fuseau horaire de Moscou par les forces d'occupation. Nombre de ces mesures font écho à ce qui s'est passé en Crimée, à Donetsk et à Louhansk. « La Russie fait clairement savoir qu'elle est là pour une longue période », déclare Lennon, et le contrôle de l'Internet est essentiel à cet égard. « Ils font des plans pour une occupation à long terme ».

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le groupe de cybercriminels, Anonymous, agirait plus rapidement que la bureaucratie gouvernementale, dans le conflit russo-ukrainien

L'Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d'Internet, les experts estiment que cela pourrait être un désastre

Les sites Web du gouvernement ukrainien ne sont pas accessibles, alors que l'Ukraine est bombardée de cyberattaques, dans le cadre de l'invasion russe

Le collectif de pirates informatiques Anonymous déclare une "cyberguerre" contre la Russie, et désactive le site d'information de l'État

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/06/2022 à 23:42
Bonsoir,

La Russie s'empare de l'Internet ukrainien, le trafic en provenance de l'Ukraine est soumis à la censure et à la surveillance de la Russie

Quel est votre avis sur le sujet ?
C'est un bis répétita de ce qui c'est passé en Crimée ^^ . En même temps rien d'étonnant que les russes prennent leurs quartiers avec tout ce qui s'en suit ... Infra, administration, institution ... Les régions occupées à la base sont pro russe (et russophone). Simplement que le gouvernement central de Kiev ne veut pas en entendre parler.
2  1 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/06/2022 à 8:30
Citation Envoyé par dukoid Voir le message
il n'y a pas de méchant russe et de gentil américain.
quand on voit toutes les guerres lancés par les occidentaux, ont a pas de leçon a donner aux russes.
l'ukraine est le nouveau terrain de jeu des ricains pour affaiblir la russie.

l'ukraine est un pays corrompu et zelinski possède des millions dans des comptes offshore...
zelinski élimine toute opposition

alors tous, ricains, russes, européens... tous des pourris.

c'est toujours le petit peuple qui souffre, partout !
sans oublier l'Euromaïdan, imposé aux ukrainiens après le coup d'état de 2014 financé par les occidentaux... même pas de referendum incroyable.
L'Europe pensait exploiter l'Ukraine avec des ouvriers pas cher (moins cher qu'un ouvrier chinois et russe !),

En 2006 Poutine dénonçait déjà le monde unipolaire tenu par les USA, l'Europe l'a insulté et à insulté la Russie et au lieu de nouer des partenariats avec ce pays (qui nous aurait été très profitable), aujourd'hui on le paye avec de l'inflation et des pénuries.
le prix du carburant ne baissera pas et pendant que nos ministres ont la clim à fond et le chauffage au gaz à fond l'hiver chez eux, ils nous demandent d'économiser.

C'est pas à moi d'assumer leurs incompétences, je n'ai jamais voulue de cette guerre et encore moins des sanctions imposé aux russes sans demander l'avis des français.
Les Russe paye très cher leurs importations mais ont de la farine pour se nourrir et du pétrole pas cher pour rouler et aller travailler eux au moins.
2  2 
Avatar de dukoid
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/06/2022 à 8:26
* concernant le conflit :

il n'y a pas de méchant russe et de gentil américain.
quand on voit toutes les guerres lancés par les occidentaux, ont a pas de leçon a donner aux russes, aux chinois...
l'ukraine est un pays corrompu et zelinski possède des millions dans des comptes offshore...
zelinski élimine toute opposition
l'ukraine a bombardé sa population du donbass pendant 8 ans

* concernant la censure / démocratie :
- la france a décidé d'attaquer un pays souverain qu'est la Lybie (sans oublier toutes les guerres des occidentaux) mais bien sur, comme c'est les occidentaux alors ils ont le droit n'est ce pas ?
- en france aussi il y a une sorte de censure
- quand on éborgnes 30 manifestants ou qu'on ignore le vote de 2005 , on a pas de leçon à donner aux russes, aux chinois....
les gouvernements dit "démocratique" n'osent même plus de lancer de nouveaux referendums

alors SVP balayer devant votre porte avant de faire la leçon de morale aux autres


* au final, c'est toujours le petit peuple qui souffre !
1  2