IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les sites web du gouvernement ukrainien ne sont pas accessibles, alors que l'Ukraine est bombardée de cyberattaques
Dans le cadre de l'invasion russe

Le , par Nancy Rey

565PARTAGES

15  0 
Tard dans la nuit de mercredi à jeudi, les troupes russes ont envahi les territoires ukrainiens aux frontières nord, sud et est du pays, donnant le coup d'envoi de la plus grande mobilisation de troupes en Europe depuis une génération. Alors que les médias russes tentent de présenter l'invasion comme une réponse à l'agression ukrainienne, les reportages sur le terrain ont joué un rôle crucial pour contrer la propagande, avec des images provenant à la fois de journalistes professionnels et d'amateurs sur les médias sociaux. Des cyberattaques de grande ampleur ont touché les principaux sites Web du gouvernement ukrainien jeudi matin, alors que des explosions et des tirs ont secoué la capitale Kiev et d'autres grandes villes dans le cadre de cette invasion russe.

Les sites Web des ministères ukrainiens de la Défense, des Affaires étrangères et de l'Intérieur ne répondaient pas ou étaient lents à charger après une série d'attaques DdoS. Les cyberattaques se poursuivent depuis mercredi. Le ministre de la transformation numérique, Mykhailo Fedoro, a déclaré qu'une autre « attaque DDoS massive » avait frappé le pays vers 16 heures mercredi.

Selon des chercheurs de l'entreprise slovaque de sécurité Internet, ESET Research Labs, des centaines d'ordinateurs en Ukraine ont été infectés par un logiciel malveillant Windows, qui efface des données. Dans une série de tweets mercredi, l'entreprise de sécurité informatique a déclaré avoir détecté son premier échantillon du logiciel méchant vers 15 h UTC, mercredi dernier, et pense que le code était en préparation depuis deux mois. « La télémétrie d'ESET montre qu'il a été installé sur des centaines de machines dans le pays », a déclaré l'entreprise.

Le logiciel d'effacement des données est signé de façon chiffrée avec un certificat de développeur légitime, et vraisemblablement volé, afin de persuader les outils antivirus et les utilisateurs de lui faire confiance. Selon ESET, le malware utilise les pilotes d'un programme de partitionnement pour corrompre les périphériques de stockage et détruire les fichiers sur les systèmes infectés. La manière dont le malware est déposé sur les machines des victimes et exécuté n'est pas tout à fait claire pour l'instant, bien que dans un cas, selon ESET, le serveur Active Directory d'une organisation a probablement été compromis pour distribuer le malware à travers le réseau via un objet de stratégie de groupe.


Le service de renseignement sur les menaces de Symantec a également indiqué qu'il avait repéré un malware de destruction de données en Ukraine ; l'entreprise détenue par Broadcom a ajouté qu'elle avait également constaté des infections en Lettonie et en Lituanie. ESET a baptisé le méchant Win32/KillDisk.NCV. Le code ne se contente pas d'effacer les fichiers du disque, il détruit également le MBR, ce qui rend le démarrage et la récupération difficiles ou impossibles par la suite. Cette situation survient alors que plusieurs sites Web ukrainiens ont été perturbés à des degrés divers par des attaques par déni de service et que le Centre national de cybersécurité de Grande-Bretagne a mis en garde contre une nouvelle souche de logiciel malveillant liée au Kremlin, qui semble distincte du malware découvert par ESET et Symantec.

« Pour ce qui est de savoir si le logiciel malveillant a réussi à effacer les données, nous supposons que c'est effectivement le cas et que les machines touchées ont été effacées », a déclaré Jean-Ian Boutin, responsable de la recherche chez ESET. Sans nommer les cibles, il a précisé qu'il s'agissait de « grandes organisations ».

Les pannes d'Internet en Ukraine font craindre une panne générale

Mais à mesure que le conflit s'intensifie, de nombreux groupes de la société civile s'inquiètent de plus en plus de la possibilité d'attaques directes contre l'infrastructure Internet du pays. La Russie a déjà été liée à des attaques DDoS contre des sites gouvernementaux ukrainiens, mais un black-out complet signifierait aller plus loin, utiliser des armes physiques ou cybernétiques pour désactiver l'infrastructure de télécommunications au niveau du réseau et réduire les Ukrainiens au silence dans le processus.
L'invasion a déjà réduit la connectivité Internet dans certaines parties du pays. Les pannes semblent être concentrées autour de Kharkiv, la deuxième plus grande ville d'Ukraine, qui est située dans le nord-est du pays, à environ 40 km de la frontière russe. Le projet IODA (Internet Outage Detection and Analysis) de Georgia Tech a signalé des pannes partielles qui ont commencé juste avant minuit le 23 février et se sont poursuivies dans la matinée du 24 février. Les pannes affectent le fournisseur d'accès à Internet Triolan, qui dessert un certain nombre de villes et de zones en Ukraine, dont Kharkiv.

Message posté sur le site Internet de Triolan ISP


Selon NetBlocks, l'outil de suivi des interruptions de service sur Internet, les utilisateurs de Triolan ont signalé la perte des services Internet fixes, tandis que les téléphones portables continuaient à fonctionner. Un message visible sur le site Web de Triolan jeudi matin informait les clients d'une absence partielle ou totale d'accès dans certaines villes. Les mises à jour publiées sur le canal Telegram officiel de l'entreprise vers 10 heures du matin (heure de l'Est) affirmaient que le service avait été en grande partie rétabli, mais les réponses laissaient entendre que de nombreux clients subissaient encore des pannes de réseau. Jusqu'à présent, les forces russes ont mené un certain nombre de frappes aériennes et terrestres contre des cibles stratégiques à travers l'Ukraine, frappant des centres de commandement militaire et des nœuds de transport, selon les médias ukrainiens ; mais aucune attaque concentrée sur les services de télécommunications n'a encore été signalée.

Toutefois, les défenseurs de l'Internet ouvert craignent que ces perturbations ne soient le signe d'une intention stratégique visant à limiter les flux d'informations en provenance de la région, compte tenu des incidents précédents au cours desquels l'infrastructure Internet a été prise pour cible dans des zones de guerre active. Felicia Anthonio, une militante de l'organisation de défense des droits numériques Access Now, a souligné l'impact des coupures d'Internet dans d'autres zones de conflit dans le monde. « L'infrastructure Internet devient une cible afin de contrôler le flux d'informations et de gagner ou de maintenir le pouvoir pendant un conflit, comme nous l'avons vu avec la destruction de l'infrastructure de télécommunications du Yémen en raison des frappes aériennes menées par l'Arabie saoudite. Les coupures d'Internet en période de crise, de conflit et de troubles rendent difficile pour les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme d'obtenir des informations vitales dans et hors de ces régions et pour les gens d'accéder à des informations cruciales qui peuvent avoir un impact sur leur sécurité », a déclaré Anthonio.

Si une telle coupure avait lieu, il ne fait aucun doute qu'elle profiterait à la Russie, du moins à court terme. Au début de l'invasion, de nombreux chercheurs partageant sur Twitter des vidéos générées par les utilisateurs dans la région ont vu leur compte suspendu, ce que Twitter a imputé à une erreur de modération. Et si les perturbations d'Internet se généralisent, le risque de violations des droits de l'homme augmente, selon les militants. « Lorsque l'Internet est coupé en temps de crise, nous recevons souvent des rapports sur des violations des droits de l'homme perpétrées contre la population par des acteurs étatiques et non étatiques. Mais sans accès à Internet, il est plus difficile de les corroborer et c'est souvent le but », a déclaré Anthonio.

Dans un contexte plus large, la Russie a envahi cette semaine une zone de l'est de l'Ukraine, prétextant une mission de maintien de la paix visant à protéger deux régions séparatistes de l'Ukraine. Cette action a déclenché de nouvelles sanctions américaines contre Moscou. L'Oncle Sam a averti les entreprises et organisations américaines qu'elles devaient se préparer à des cyberattaques de la part de la Russie en représailles à ces sanctions et à l'opposition de la Maison-Blanche à l'intrusion du président russe Vladimir Poutine en Ukraine. Il est à craindre qu'une invasion complète ne s'ensuive, car la Russie a rassemblé des troupes près de la frontière ukrainienne. Les sites Web et les systèmes de l'Ukraine ont été pris pour cible et perturbés par des mécréants au cours des dernières semaines, dans un contexte de tensions croissantes et de rupture de la diplomatie.

Source : Twitter (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur sujet ?

Voir aussi :

Le président russe Vladimir Poutine peut faire beaucoup plus de dégâts en Ukraine, et l'administration Biden pourrait priver le pays d'une vaste gamme de produits de basse et haute technologie

Des enfants de neuf ans lancent des attaques DDoS contre des écoles au Royaume-Uni, mais les autorités tentent de les dissuader de faire carrière dans la cybercriminalité

Microsoft : un client Azure subit une attaque DDoS record de 2,4 Tbps (téraoctets par seconde) en août, lancée à l'aide d'environ 70 000 bots

Comment les acteurs des ransomwares ajoutent des attaques DDoS à leur arsenal, pour augmenter la pression sur les victimes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de JackIsJack
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/03/2022 à 7:32
Je n'ai jamais vu une fermeture de ticket de support aussi bien rédigée.
16  0 
Avatar de Le gris
Membre averti https://www.developpez.com
Le 11/03/2022 à 22:51
Où se trouvaient toutes ces belles têtes pensantes quand le USA envahissaient l'IRAK, l'Afghanistan ... Tout d'un coup, on devient tous défenseurs de la censure sur internet. En fait toutes les entités mises en place par l'occident sont juste des outils de pression contre ceux qui n'ont pas les mêmes vision politiques que nous. Je croyais à tors l'internet libre et ouvert jusqu'à la crise Russie - Ukraine.

Votre vision du monde à géométrie variable fera naitre un autre bloc. Et ça ne sera pas à l'avantage de l'occident.

Tout ça est dégoûtant.
15  3 
Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Ah mais c'est extrêmement simple pour que la paix soit faite en deux jours :
1-L'ukraine et tous les pays limitrophes à la Russie s’engagent a rester neutre.
2-L'ukraine doit arrêter de bombarder et de maltraiter les populations du Dombass

et voila, tu as la paix.
Euuhh, j'ai pas forcement tout tout bien suivi, mais de ton point de vue, la Russie envahi l'Ukraine juste pour protéger le Dombass ?
Parce que dans ce cas, ils protègent vachement bien le Dombass les russes, vu qu'ils sont allé jusqu'à Kiev. Et pis le "bout" de terre qui relie la Russie à la Crimée, c'était vitale de le prendre pour protéger le Dombass, tiens ...

Non, la Russie utilise l'excuse du Dombass.

De plus, juste comme ça : c'est moi qui ai mal compris où à l'origine le Dombass fait partie de l'Ukraine ?
Mais bon, faut dire que la Russie et l'Ukraine disent en chœurs "ça c'est à moi depuis le début", qui raison qui a tord ?
Si on avait un département de France qui tout d'un coup se revendiquait appartenir à un autre pays et que le dit pays se mettait à fournir des armes au département pour qu'il se soulève, je me demande comment la France réagirait ?

Bref, pour moi,c'est plus compliqué et plus subtil que "Ukraine gentil, Russe méchant", mais la Russie utilise clairement l'excuse du Dombass pour envahir l'Ukraine.
16  4 
Avatar de Andy Oka
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/02/2022 à 8:03
La plupart des pays occidentaux ont étouffé leur population avec des lois draconiennes pour stopper les hackers éthiques, tandis que les Russes jouissaient de la liberté de faire ce qu'ils voulaient. Maintenant, ils ont une armée de cybercriminels talentueux.
11  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 9:55
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Les analyses géopolitiques niveau pâte a modeler, on en a tous les jours à la TV, évitons de ramener cela ici.
Quelle qu'en soit la raison il s'agit d'une invasion. C'est un fait.
11  1 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Coeur De Roses Voir le message
Je cite uniquement cette partie. Je ne suis pas contre le fait de protéger et soutenir les innocents en Ukraine, mais le niveau de soutien et d'engouement qu'on voit pour cette cause de part et d'autres me laissent perplexe, car comme tu dis il y'a eu d'autres conflits par le passé il me semble, mais il y'avait pas autant d'implication de la part des gens sur le plan international. On est peut être bien dans du 2 poids 2 mesures.
il suffit de penser à israel et à la palestine......

conflit peu suivit... quand il y a des morts palestiniens c'est toujours le même discourt d'israel des terroristes......... alors qu'Israel les aggresses depuis 70 ans

un état raciste et oprimant
https://www.journaldemontreal.com/20...la-citoyennete
10  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/03/2022 à 13:37
Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
A l’époque des faits, qui n'ont pas eu lieu en 2018, Biden été vice president d'Obama.
Il ne faut pas croire non plus les medias occidentaux ! Il ne faut croire personne et lire tout le monde, c'est le meilleur moyen de se faire une opinion au plus proche de la vérité.
+1 On est abreuvés H24 de propagande antirusse, entre BFM antirusse et RT pro russe franchement les 2 ont une fiabilité proche de 0.
Le mieux est d'analyser les faits soi-même ! De voir les documents et vidéos d'archives qui eux sont des preuves réelles !

Je regardais beaucoup RT pendant la révolte des gilets jaunes et ils informaient bien mieux que BFM sur ce sujet. Au lieu de parler des casseurs ils montraient la majorité qui composait le mouvement et ses revendications.
Celui qui fait confiance à TF1 et BFM pour s’informer est aussi stupide (voir plus) que celui qui fait confiance à RT.

Je ne veux pas d'une guerre contre les Russes, mais les médias et politiciens occidentaux font pour je ne sais quelle raison monter la haine contre les Russes, voir les propos de Biden il y'a 2 jours sur Poutine...
Les Américains voulaient la guerre et veulent désormais clairement une aggravation du conflit, car cela leur profite pleinement.
11  1 
Avatar de Karshick
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 8:26
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
Oui alors on va être prudents aussi sur les accusations de présences nazies etc, surtout quand elles viennent de Poutine ou d'Israël...
D'autant plus quand on voit que Poutine emploi le groupe mercenaire Wagner qui est dirigé par Dmitri Outkine... un néo nazi. Le monsieur a quand même des symboles SS tatoué sur son cou.
9  0 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/03/2022 à 12:43
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
Les sanctions servent à faire pression sur la politique d'un pays sans lui faire la guerre directement. Il n'y a pas si longtemps, on a laissé un pays grignoter petit à petit les territoires proches en espérant, qu'il finisse par redevenir raisonnable. Ca a donné 40-45 et ça a très mal fini. Poutine n'est pas une victime, c'est un dictateur. Le discours de certains selon lequel il faudrait laisser le pays vivre sa vie sans interférer me semble profondément déraisonnable.

Après on pourra toujours discuter de s'il ne vaudrait pas mieux lui faire la guerre directement, mais c'est un autre débat ...
israel grignote du terrain à la palestine depuis 70 ans... et c'est pas encore fini
9  0 
Avatar de esperanto
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/02/2022 à 20:20
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
L'urkrainien n'est ni plus ni moins qu'une variante de la langue russe ...
извини, точно нет
J'ai appris le russe et j'ai pu faire l'expérience ce matin avec un article qu'un journal russe avait publié dans les deux langues, par solidarité avec les ukrainiens: la grammaire de l'ukrainien ressemble beaucoup à celle du russe, mais dans le texte ukrainien j'aurais eu besoin du dictionnaire tous les six mots environ, si je n'avais pas eu le texte russe en appui. La faute à un abondant vocabulaire proche du polonais.
Une fois dans un congrès en Ukraine, un russe qui avait tenté de suivre une conversation en ukrainien m'a dit qu'il en avait compris environ un tiers. Mieux que moi certes et c'est bien normal, mais à aucun moment il n'a eu l'impression d'entendre sa propre langue.
Les langues slaves sont souvent réputées assez proches du point de vue de ceux dont c'est la langue maternelle, mais pour un étranger c'est loin d'être aussi évident. Ou alors tu dois considérer que le polonais aussi est proche du russe et peut-être même que les russes devraient reprendre ce qui leur appartient ? (après tout quitte à citer l'Histoire, la Pologne faisait partie de la Russie du temps des tsars...)

Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
1) Déjà si les politiques avaient commencé par imposé l'apprentissage des 2 langues russe ET ukrainien
Les ukrainophones comprennent le russe en général. Encore que quand je trouve une info intéressante sur un forum informatique russe, les ukrainiens qui participent à la discussion on les reconnait au premier coup d’œil. Mais respect, c'est pas leur langue maternelle ils font sans doute moins de fautes qu'un étranger.
Et dans l'autre sens, les russophones d'Ukraine se sont assez récemment mis à l'Ukrainien... à partir du moment où Poutine a commencé à être agressif partout, pas seulement en Crimée. Ou comment obtenir l'inverse de ce qu'on est venu chercher...

Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
On entend rarement, voir jamais les différentes minorités intra russes se tapper sur la gueule ... C'est toujours dans les pays voisins ...
Ah bon, en Tchétchénie par exemple, c'est un pays voisin?
8  0