IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives
Au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale

Le , par Nancy Rey

527PARTAGES

7  1 
Un cabinet d'avocats vient de lancer huit actions en justice contre Meta dans différents États, affirmant que Facebook et Instagram nuisent à la santé mentale des jeunes. Le cabinet, Beasley Allen, a publié une déclaration affirmant que Meta non seulement « exploite les jeunes à des fins lucratives », mais a délibérément rendu ses plateformes psychologiquement addictives et n'a pas réussi à protéger ses utilisateurs. Ce litige fait suite au témoignage très médiatisé d'une ancienne employée de Facebook devant le Congrès, selon lequel l'entreprise refusait d'assumer la responsabilité des dommages causés à la santé mentale de ses plus jeunes utilisateurs.


Huit plaintes déposées dans des palais de justice américains au cours de la semaine dernière allèguent qu'une exposition excessive à des plateformes telles que Facebook et Instagram a conduit à des tentatives de suicide ou à des suicides réels, à des troubles de l'alimentation et à des insomnies, entre autres.

« L'utilisation des médias sociaux chez les jeunes doit être considérée comme un facteur important de la crise de santé mentale à laquelle nous sommes confrontés dans le pays. Ces applications auraient pu être conçues pour minimiser tout dommage potentiel, mais au lieu de cela, la décision a été prise de rendre les adolescents dépendants de manière agressive au nom des profits de l'entreprise. Il est temps pour cette société de reconnaître les préoccupations croissantes concernant l'impact des médias sociaux sur la santé mentale et le bien-être de cette partie la plus vulnérable de notre société et de modifier les algorithmes et les objectifs commerciaux qui ont causé tant de dommages », a déclaré dans un communiqué Andy Birchfield, un avocat représentant le cabinet Beasley Allen Law Firm, qui mène les affaires.

Un porte-parole de Meta a refusé de commenter le litige, mais a indiqué que l'entreprise avait développé des outils permettant aux parents de suivre l'activité de leurs enfants sur Instagram et de fixer des limites de temps. Meta propose également des rappels "Take A Break" qui incitent les utilisateurs à s'éloigner un moment des médias sociaux. En outre, la société fournit des ressources spécifiques aux troubles alimentaires, rend les contenus potentiellement sensibles plus difficiles à trouver et développe l'utilisation de l'intelligence artificielle pour s'assurer que les enfants de moins de 13 ans ne peuvent pas s'inscrire sur Facebook ou Instagram, selon le porte-parole.

Ces plaintes s'ajoutent à une vague de poursuites récentes contre Meta et Snap dont certaines ont été déposées par des parents dont les enfants ont mis fin à leurs jours

L'une des plaintes a été déposée lundi dernier par une mère du Tennessee qui affirme que l'utilisation intensive des produits Meta par sa fille de 15 ans l'a conduite à des idées suicidaires et à l'automutilation. Selon des documents judiciaires, les avocats de la femme ont déclaré que sa fille recevait des notifications de ces applications toute la journée, ce qui l'a rendue dépendante de ces dernières. Elle a également lutté contre un trouble alimentaire, une anxiété sévère,
dépression et d'un mauvais sommeil, selon le procès. L'action en justice indique que Meta n'a pas prévenu la fille et sa mère « des dangers de la dépendance, du manque de sommeil et de l'utilisation problématique de la ou des plateformes Meta ». Elle affirme également que la société « a présenté de manière inexacte la sécurité, l'utilité et les propriétés non addictives de ses produits ».

Une autre plainte a été déposée par Naomi Charles, une jeune femme de 22 ans qui affirme avoir commencé à utiliser les plateformes Meta alors qu'elle était mineure et que sa dépendance l'a conduite à faire des tentatives de suicide et d'autres souffrances. Meta « a présenté de manière inexacte la sécurité, l'utilité et les propriétés non addictives de ses produits », selon la plainte déposée auprès du tribunal fédéral de Miami. Charles, comme les autres utilisateurs, demande des dommages pécuniaires pour compenser l'angoisse mentale, la perte de jouissance de la vie et les frais d'hospitalisation et les factures médicales.

Cette série de poursuites fait suite à la révélation, à la fin de l'année dernière, que Meta savait depuis longtemps que ses plateformes pouvaient nuire à la santé psychologique et physique des jeunes utilisateurs. Ces révélations ont été consignées dans les "Facebook Papers", un ensemble de documents internes que Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook, a divulgué aux médias. Les documents comprennent une présentation interne de Facebook datant de 2019, qui admet : « Nous aggravons les problèmes d'image corporelle pour une adolescente sur trois ».

Les plaintes portent sur la conception défectueuse, le défaut d'avertissement, la fraude et la négligence. Les plaintes ont été déposées devant les tribunaux fédéraux du Texas, du Tennessee, du Colorado, du Delaware, de la Floride, de la Géorgie, de l'Illinois et du Missouri.

Source : Beasley Allen law firm

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait obliger Facebook à modifier le fonctionnement du fil d'actualités, sans modification de l'article 230

Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte, qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

Le métavers de Zuckerberg va porter atteinte à la vie privée des travailleurs et pourrait obliger davantage de personnes à communiquer davantage de données, d'après la lanceuse d'alerte Frances Haugen

La dénonciatrice de Facebook accuse Meta de ne pas avoir géré correctement la désinformation sur COVID-19 et les changements climatiques, ses avocats déposent deux nouvelles plaintes auprès de la SEC

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/04/2023 à 8:41
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
L'entreprise a été accusée de négligence grave en ce qui concerne ses applications Facebook et Instagram, car elle n'aurait rien fait pour tenter d'enrayer ce problème qui ne cesse de s'aggraver.
Qu'en pensez-vous ?
C'est leur business model donc ce n'est pas de la négligence mais leur volonté.
1  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 31/12/2023 à 20:08
Le risque majeur de tout cela est que l'on parvienne à une interdiction de la publicité ciblée uniquement pour les mineurs.
Si ça arrive, la situation sera bien pire, car il faudra confirmer son identité pour accéder aux services.

Soit on fait de la publicité ciblée pour tout le monde, soit pour personne (je suis évidemment pour la 2ème option).

Et même dans le cas d'une généralisation d'un modèle reposant sur le consentement de l'utilisateur, le risque de demande de confirmation d'identité resterais important.
0  0 
Avatar de saturn1
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/04/2023 à 15:38
Bienvenue au 21e siècle
0  1