IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'État de New York adopte le premier moratoire américain sur la réactivation des centrales à combustibles fossiles,
Pour l'extraction des cryptomonnaie

Le , par Bruno

254PARTAGES

9  0 
L'Assemblée législative de l'État de New York a approuvé un projet de loi qui empêcherait la réactivation des centrales électriques à combustibles fossiles pour alimenter les opérations d'extraction de cryptomonnaies. Si elle est signée par la gouverneure Kathy Hochul, la loi proposée empêcherait la délivrance de nouveaux permis pendant deux ans.

Il s'agit d'un projet de moratoire sur l'extraction de cryptomonnaies, le premier du genre dans le pays, a déclaré vendredi le groupe de défense Earthjustice. « Alors que le projet de loi ne couvrirait pas les opérations d'exploitation minière de cryptomonnaies brûlant des combustibles fossiles qui ont déjà demandé un nouveau permis d'air ou un renouvellement, il garantirait que toute installation future ne pourrait pas recevoir de permis d'air pendant deux ans, pendant que le Département d'État de la conservation de l'environnement mène une étude approfondie sur l'exploitation minière de cryptomonnaies de preuve de travail », a déclaré le groupe.


Le bitcoin, l’une des cryptomonnaies les plus en vue, consomme plus d'énergie électrique par an que l'Argentine tout entière, dont la majeure partie est générée par des combustibles fossiles, et la demande ne fait que croître. L’impact semble se généraliser, car cela pourrait être aussi la raison pour laquelle il est difficile d’acheter une carte graphique en ce moment. Toutefois, du fait de la rentabilité de l'activité du bitcoin, les mineurs de bitcoins prévoient d’acheter des centrales électriques pour leurs activités.

En février, une vidéo d'une plateforme minière de bitcoin, rangée dans un conteneur dans un puits de pétrole texan et alimentée par un excès de gaz naturel est devenue virale sur le web, alors que des milliers de personnes ont interpellé la société minière Bitcoin Giga Energy pour ce qu'elles considéraient comme une destruction environnementale gratuite. Aujourd'hui, les choses vont encore plus loin, puisque les perspectives du projet de loi semblaient sombres en début de semaine, mais il a été adopté par le Sénat de l'État lors d'un vote de 36 à 27, vendredi matin après minuit. Il avait déjà été approuvé par l'Assemblée par un vote de 95 à 52 en avril.

« Malgré les millions de dollars dépensés par l'industrie des cryptomonnaies pour faire pression contre le projet de loi et diffuser des informations erronées, la législation a été adoptée par l'Assemblée avec un large soutien », a déclaré le mois dernier le bureau du sénateur d'État Kevin dans un communiqué de presse invitant le Sénat à agir. L'objectif du projet de loi est d'interrompre « la pratique sale consistant à rallumer des centrales électriques à combustibles fossiles désaffectées pour l'extraction de cryptomonnaies », indique le communiqué de presse.

Les calculs cryptographiques nécessitent une grande puissance de calcul pour être résolus efficacement. Et il y a des centaines de milliers de mineurs qui sont tous en concurrence, seuls ou en groupe, pour résoudre un bloc de transaction. Une fois qu'un mineur particulier a résolu le bon problème et donc le bloc de transaction, tous les autres mineurs (nœuds) en sont également informés. Cela leur permet non seulement de passer au bloc suivant, mais aussi de s'assurer qu'il n'y a pas de problème de double dépense dans le réseau.

Du fait de la rentabilité de l'activité du bitcoin, les mineurs de bitcoins prévoient d’acheter des centrales électriques pour leurs activités. « Des dizaines de centrales à combustibles fossiles pourraient suivre », préviennent les écologistes.

Les défenseurs de l'environnement considèrent les ambitions comme celles de Greenidge, comme un cauchemar en matière d'émissions atmosphériques. Et ils craignent que des dizaines d'autres centrales électriques à combustible fossile, qui ont été mises hors service ou qui sont en voie de l'être, ne suivent l'exemple de Greenidge et ne retrouvent une nouvelle vie en devenant des mineurs de bitcoins ou d'autres types de centres de données à forte consommation d'énergie.

En adoptant la nouvelle loi de l'État, « la législature a déclaré à juste titre que les centrales électriques à combustibles fossiles ne peuvent pas avoir une seconde vie à New York juste pour le bénéfice de l'industrie privée, ce qui irait à l'encontre des mandats climatiques de l'État », a déclaré Liz Moran, conseillère politique d'Earthjustice New York.

Le projet de loi vise l'exploitation minière par preuve de travail

Le projet de loi stipule que pendant le moratoire de deux ans, l'État ne peut approuver aucun nouveau permis d'air « pour une installation de production d'électricité qui utilise un combustible à base de carbone et qui fournit, en tout ou en partie, de l'énergie électrique derrière le compteur consommée ou utilisée par des opérations de minage de cryptomonnaies qui utilisent des méthodes d'authentification "proof-of-work" pour valider les transactions blockchain ».

Le projet de loi stipule en outre que l'État « n'approuvera pas une demande de renouvellement d'un permis existant ou ne délivrera pas un permis de renouvellement ... si la demande de renouvellement vise à augmenter ou permettra ou entraînera une augmentation de la quantité d'énergie électrique consommée ou utilisée par » une opération d'extraction de cryptomonnaies à preuve de travail.

Selon une analyse réalisée par l’Américain Timothy Swanson, économiste spécialisé dans la gouvernance environnementale, la biodiversité, la gestion de l'eau, ainsi que les droits de propriété intellectuelle et la réglementation des biotechnologies, le bitcoin et d’autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Introduit à l'origine par Cynthia Dwork et Moni Naor en 1993, PoW est l’abréviation de Proof of Work ou encore preuve de travail. PoW est un algorithme utilisé au sein d'un réseau blockchain pour obtenir un consensus distribué et sans confiance. En d’autres termes, un système de consensus distribué et sans confiance signifie qu’on peut envoyer et/ou recevoir de l'argent de quelqu'un, sans faire confiance à des services tiers.

Selon Timothy Swanson, le concept de PoW n'a pas été véritablement utilisé jusqu'à ce que Satoshi Nakamoto découvre ses puissantes capacités qui ont été mises en œuvre dans le réseau du bitcoin. Pour lui, PoW serait probablement l'idée la plus importante derrière le livre blanc Bitcoin, car elle a permis un système qui ne repose pas sur la confiance ou sur des parties individuelles pour confirmer les transactions au sein du réseau. En effet, avec le bitcoin et un certain nombre d'autres cryptomonnaies, tous les nœuds participants (ordinateurs) ont accès au registre (blockchain), n'importe qui peut vérifier directement les informations écrites et il n'est pas nécessaire de faire appel à une tierce partie.

L'algorithme preuve du travail exige des utilisateurs qu'ils "travaillent" pour obtenir des récompenses. Ce qui se traduit par des calculs cryptographiques qui doivent être effectués afin de confirmer une transaction sur le réseau. Essentiellement, les mineurs sont en concurrence les uns avec les autres pour savoir qui va résoudre le problème en premier. La solution au problème est également connue sous le nom de "hash". Chaque fois qu'un mineur parvient à valider une transaction avec succès, en résolvant les bons calculs, il reçoit une récompense sous la forme d'une monnaie cryptographique. La monnaie virtuelle qu'ils reçoivent dépend du réseau sur lequel ils résolvent ces transactions cryptographiques complexes. Par exemple, si un mineur valide une transaction effectuée sur le réseau Bitcoin, il recevra une récompense sous forme de bitcoin.

Le projet de loi exige également que les agences de l'État préparent « une déclaration d'impact environnemental générique sur les opérations minières de cryptomonnaies qui utilisent des méthodes d'authentification de preuve de travail pour valider les transactions blockchain ». L'examen porterait sur la quantité d'électricité utilisée par ces opérations, les types de carburant utilisés, l'impact sur les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les autres impacts environnementaux et les impacts sur la santé « en raison de la réduction de la qualité de l'air et de l'eau dans les communautés proches des opérations minières de cryptocurrency. »

Le bitcoin utilise la méthode de preuve de travail, très énergivore. Le projet Ethereum a l'intention de passer de la preuve de travail à la preuve d'enjeu dès le mois d'août. Comme l'indique un message publié sur le site Web du projet, la méthode de preuve d'enjeu « utilise beaucoup moins d'énergie et permet de mettre en œuvre de nouvelles solutions de mise à l'échelle », mais « elle est également plus complexe que la preuve de travail et le perfectionnement du mécanisme a nécessité des années de recherche et de développement. Le défi consiste maintenant à mettre en œuvre la méthode PoS sur le réseau Ethereum, un processus connu sous le nom de "fusion". »

En utilisant une méthode de division du taux de hachage similaire à celle du CBECI (Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index), une borne inférieure et une borne supérieure du matériel minier sont fournies. Basé sur cette méthode, Timothy Swanson, qui est également professeur d'économie des ressources à l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, montre que les chaînes de PoW consument en temps réel des ressources qui sont proportionnelles à la valeur de la cryptomonnaie sous-jacente. Les valeurs sur l'image ci-dessous sont actualisées toutes les 24 heures sur le site de la CBECI. La capture présente les valeurs lors de la rédaction de cet article.


Demande de puissance du réseau Bitcoin

« Il existe de nombreuses façons de valider les transactions en cryptomonnaies, mais aucune n'utilise autant de nos précieuses ressources énergétiques que le minage de cryptomonnaies par preuve de travail. Nous ne pouvons tout simplement pas laisser le minage proof-of-work entraîner un énorme pic de consommation d'énergie à un moment où les climatologues déclarent collectivement que nous devons réduire nos émissions totales de gaz à effet de serre de 50 % au cours des huit prochaines années pour éviter les pires impacts du changement climatique. Pour ce faire, nous devrons mettre hors service les centrales électriques qui utilisent des combustibles fossiles comme source d'énergie. Nous ne pouvons pas nous permettre de permettre la remise en service de ces centrales à des fins privées. »

Le communiqué de presse précise également que « la législation est spécifique aux centrales électriques utilisant des combustibles fossiles pour l'extraction de cryptomonnaies et n'affectera en aucun cas l'achat, la vente et le commerce de toute cryptomonnaie, y compris celles authentifiées par preuve de travail. »

Le vote du Sénat « est intervenu alors que les dirigeants de la capitale de l'État ont réussi à faire basculer certains des sénateurs qui étaient auparavant indécis », écrit CNBC. Hochul devra faire face à des pressions pour opposer son veto au projet de loi de la part de groupes industriels tels que la Chambre de commerce numérique, qui se présente comme « la principale association commerciale mondiale représentant l'industrie des actifs numériques et de la blockchain. »

Source : Le Sénat de l'État de New York

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson

Les mineurs de bitcoins prévoient d'acheter des centrales électriques, si le projet est autorisé, des dizaines de centrales à combustibles fossiles pourraient suivre, préviennent les écologistes

61 % de l'énergie pour le minage du bitcoin proviendraient des combustibles fossiles, l'extraction du bitcoin ralentirait la transition vers des alternatives vertes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de egann538
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/06/2022 à 8:42
Quand il y a un début de bonne nouvelle dans ce domaine, on peut s'en réjouir
4  1 
Avatar de schlebe
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/06/2022 à 11:58
Si le Bitcoin consomme autant d'électricité, il est grand temps de légiférer à son sujet et de l'interdire totalement.

Comme l'internet est illimité pour pratiquement tout le monde, c'est la masse silencieuse des internautes qui n'utilisent pas le Bitcoin qui paye cette surconsommation électrique du Bitcoin pour le plus grand profit des magouilleurs et investisseurs boursiers jusqu'au jour où cette bulle explosera et qu'on demandera à cette même masse qui n'a rien fait de payer les dégâts dû aux Bitcoins.

Il est grand temps que l'Europe agisse également dans le même sens que les étasuniens.
2  0 
Avatar de tontonCD
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/06/2022 à 19:01
très bien
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/06/2022 à 19:00
Hydro-Québec va faire de beau profit. Avec les Démocrates au pouvoir, on risque de devoir construire d'autre barrages pour satisfaire la demande.
1  4