IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Profitant de la chute de la valeur du Bitcoin, le Salvador en achète davantage,
Ce qui contribue à soulever des inquiétudes quant à sa capacité à honorer son prochain paiement de dette

Le , par Stéphane le calme

252PARTAGES

7  0 
L'expérience salvadorienne visant à faire du bitcoin une monnaie légale s'est heurtée à un mur. À la suite de la chute des marchés mondiaux causée par l'incertitude de la guerre en Ukraine, la hausse de l'inflation et la décision de la Réserve fédérale américaine d'augmenter les taux d'intérêt, le prix de la cryptomonnaie la plus populaire au monde a chuté de plus de 50 % par rapport à son des sommets de tous les temps de juin 2021. Et avec lui, il en va de même pour les obligations du gouvernement d'El Salvador, qui se négocient à 40 % de leur valeur d'origine, alors que les investisseurs commencent à douter que le pays puisse honorer son prochain paiement de la dette.

En septembre dernier, le président salvadorien Nayib Bukele a annoncé qu'El Salvador deviendrait le premier pays au monde à accepter le bitcoin comme monnaie légale, aux côtés du dollar américain. Les agences de notation ont averti que la volatilité de la cryptomonnaie aurait un impact sur les finances publiques déjà fragiles du pays. Mais cela n'a pas découragé Bukele. En octobre, il a annoncé que le gouvernement avait acheté pour près de 25 millions de dollars de bitcoins. Le mois suivant, Fitch Ratings, une agence de notation de crédit américaine, a averti dans un rapport : « L'adoption généralisée du bitcoin a été limitée par sa volatilité inhérente des prix, la faible inclusion financière du secteur bancaire national et le manque de large disponibilité d'Internet ».


Le prix du Bitcoin a plongé ces derniers jours, tombant brièvement en dessous de 30 000 $ lundi soir et de nouveau mercredi matin. Nayib Bukele, le président salvadorien du bitcoin, considère le bas prix du bitcoin comme une opportunité d'achat. Il a annoncé lundi qu'El Salvador avait acheté 500 autres bitcoins. Avec un bitcoin d'une valeur d'environ 31 000 dollars, cela représentait un pari de 15,5 millions de dollars.

Bukele a fait de l'adoption du bitcoin une signature de sa présidence. L'année dernière, El Salvador est devenu le premier pays au monde à donner cours légal au bitcoin aux côtés du dollar américain. Dans un effort pour encourager l'adoption du bitcoin, El Salvador a lancé un logiciel de portefeuille appelé Chivo et a offert aux Salvadoriens 30 $ s'ils l'essayaient.

Selon les calculs de Bloomberg, El Salvador a accumulé un total de 2 301 bitcoins depuis qu'il a commencé à les acheter en septembre dernier. La plupart ont été achetés à des prix supérieurs à 45 000 dollars, ce pays de 6 millions d'habitants a donc perdu des dizaines de millions de dollars en spéculant sur le bitcoin.


Une situation financière précaire

Le gouvernement d'El Salvador est lourdement endetté et un paiement de 800 millions de dollars arrive à échéance en janvier. La semaine dernière, l'agence de notation Moody's a dégradé la dette du Salvador, prévenant que la nation d'Amérique centrale pourrait être contrainte de faire défaut. El Pais rapporte que les obligations salvadoriennes se négocient à environ 40 % de leur valeur nominale, signe que les traders y voient un risque sérieux.

Malgré sa faible adoption par la population, la décision de donner cours légal au bitcoin a eu un impact immédiat sur le pays d'Amérique centrale. Le Fonds monétaire international (FMI), qui pourrait fournir un financement pour aider le gouvernement Bukele à honorer son prochain paiement de la dette extérieure en janvier 2023, a exhorté le pays à supprimer le bitcoin en tant que monnaie légale, car cela expose les coffres de l'État à la volatilité des prix de la cryptomonnaie. L'insistance de Bukele à le garder comme cours légal a compliqué ses négociations avec le FMI.

Les soubresauts du marché, couplés à l'affaiblissement des institutions au Salvador, ont conduit plusieurs agences de crédit à abaisser la note du pays, qui est largement utilisée par le marché pour évaluer la probabilité d'un défaut de paiement. Une note faible signifie que le gouvernement doit payer aux créanciers des taux d'intérêt plus élevés, car il est considéré que le pays représente un risque plus élevé. Une cote de crédit de CCC, qualifiée de « poubelle » dans l'industrie, empêche un pays d'accéder aux marchés mondiaux pour émettre davantage de dette. En février, Fitch a abaissé la note du Salvador à ce niveau, tandis que l'agence de crédit Moody's a pris la même décision en mai.

Dans un communiqué, Fitch a expliqué : « La dégradation reflète les risques de financement accrus résultant d'une dépendance accrue à l'égard de la dette à court terme, un remboursement d'euro-obligation de 800 millions de dollars dû en janvier 2023, un déficit budgétaire toujours élevé, des possibilités limitées de financement supplémentaire sur le marché local, des accès incertains à des financements multilatéraux supplémentaires et à des financements sur les marchés extérieurs compte tenu des coûts d'emprunt élevés ».

La société a ajouté que la dette par rapport au produit intérieur brut (PIB) devrait atteindre 86,9 % en 2022, « augmentant les inquiétudes concernant la viabilité de la dette à moyen terme ».

« De l'avis de Fitch, l'affaiblissement des institutions et la concentration du pouvoir au sein de la présidence ont accru l'imprévisibilité des politiques, et l'adoption du bitcoin comme monnaie légale a ajouté de l'incertitude quant au potentiel d'un programme du FMI qui débloquerait un financement pour 2022-2023 », indique le rapport.

Pour sa part, Moody's a averti en mai que « même si le gouvernement trouve un moyen de gérer les pressions de financement à court terme à partir de la prochaine échéance obligataire de 2023, Moody's estime qu'il continuera à faire face à des pressions de financement qui compromettraient sa capacité à servir ses engagements de dette dans leur intégralité ».

L'expérience du bitcoin au Salvador a aggravé la situation financière déjà précaire du pays. Ce n'est pas seulement parce que Bukele a immobilisé des dizaines de millions de dollars dans la cryptomonnaie volatile. Cela a également nui aux relations de Bukele avec le Fonds monétaire international, qui envisage actuellement d'offrir au Salvador une ligne de crédit de 1,3 milliard de dollars.

En janvier, le FMI a recommandé au Salvador de liquider ses avoirs en bitcoins afin de consolider son bilan fragile. L'administration Bukele a réagi avec colère, le ministre du Trésor Alejandro Zelaya déclarant « qu'aucune organisation internationale ne nous obligera à faire quoi que ce soit ». Le prix du bitcoin a chuté d'environ 17 % depuis que le FMI a fait sa recommandation.

Une ville Bitcoin

Bukele poursuit également ses projets de construction d'une nouvelle « Bitcoin City » à l'ombre du volcan Conchagua au Salvador. L'idée serait de créer un hub mondial pour les utilisateurs et les entrepreneurs de cryptomonnaie, le tout alimenté par l'énergie géothermique du volcan. Lundi, Bukele a tweeté des photos de lui-même examinant une maquette de la métropole prévue.


Pour relancer le projet, Bukele prévoit de vendre pour 1 milliard de dollars « d'obligations bitcoin ». Dans un arrangement financier inhabituel, la moitié du produit serait investie dans le bitcoin, tandis que l'autre moitié serait dépensée dans des projets d'infrastructure pour la nouvelle ville. Si les bitcoins gagnent en valeur au cours de la durée de vie de 10 ans de l'obligation, les investisseurs obligataires obtiendraient la moitié des gains.

Les critiques ont souligné que cet arrangement n'avait aucun sens, car les personnes qui souhaitent investir dans le bitcoin peuvent investir directement dans le bitcoin et obtenir 100 % des gains. Mais Bukele compte sur la nouveauté des obligations - qui devraient être symbolisées et vendues sur une blockchain - pour attirer les investisseurs.

Ces obligations devaient initialement être introduites en mars. Mais ce mois-là, le gouvernement a reporté l'émission de la dette, invoquant les troubles économiques causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le ministre des Finances du Salvador a déclaré que les obligations seraient introduites au plus tard en septembre.

Mais si le Salvador n'améliore pas sa situation financière, il pourrait devenir de plus en plus difficile d'émettre des titres de créance, car les investisseurs s'inquiéteront du risque d'un défaut imminent.

Terra implose

Au moins deux autres événements ont contribué à un sentiment de chaos général dans le monde de la cryptomonnaie cette semaine.

Premièrement, la valeur d'une cryptomonnaie appelée Terra a implosé au cours des 48 dernières heures, passant de 1 dollar lundi à un minimum de 30 cents mercredi. C'est un gros problème car Terra est un « stablecoin » : son objectif est de rester indexé au dollar américain dans un rapport de un pour un. Les stablecoins comme Tether ou USD Coin sont soutenues par des sociétés qui détiennent (ou du moins prétendent détenir) suffisamment de liquidités pour défendre ce rapport de 1:1. En revanche, Terra est un « stablecoin algorithmique ». Sa valeur était censée être soutenue automatiquement par des contrats intelligents.

Terra était associée à une autre cryptomonnaie appelée Luna, dont le prix montait et descendait avec la demande du marché. Si le prix de Terra tombait en dessous de 1 $, les commerçants pourraient les échanger contre 1 $ de Luna, en maintenant un taux de change fixe entre Terra et le dollar américain. Inversement, si la demande pour Terra augmentait, les gens pourraient convertir Luna en Terra en utilisant un contrat intelligent.

L'espoir était que l'utilisation croissante de Terra augmenterait la valeur de Luna, fournissant un puissant filet de sécurité pour le stablecoin. Pendant un moment, tout cela a semblé fonctionner. En avril, il y avait 18 milliards de dollars de Terra en circulation, faisant de Terra le troisième plus grand stablecoin au monde.

Mais alors que les valeurs de cryptomonnaie ont chuté la semaine dernière, ce schéma a commencé à se défaire. La « capitalisation boursière » de Luna - la valeur de toutes les Luna en circulation - est tombée en dessous de celle de Terra. Cela a rendu le ratio de Terra instable, affaiblissant davantage la confiance dans l'ensemble du schéma.

Coinbase : « Pas de risque de faillite »

Pendant ce temps, Coinbase a provoqué un peu de panique sur le marché avec un dépôt réglementaire révélant la possibilité que les fonds des clients soient bloqués devant les tribunaux en cas de dépôt de bilan. Cela a fait craindre que Coinbase ne soit menacé de faillite.

Mais le PDG Brian Armstrong a assuré aux clients que ce n'était pas le cas. « Nous n'avons aucun risque de faillite », a écrit Armstrong. Coinbase n'a fait la divulgation que pour se conformer aux nouvelles règles applicables aux entreprises qui détiennent des actifs de cryptomonnaie. « Il est possible, bien que peu probable, qu'un tribunal décide de considérer les actifs des clients comme faisant partie de l'entreprise dans une procédure de faillite », a souligné Armstrong qui s'est engagé à réviser les conditions d'utilisation de Coinbase pour garantir la protection des fonds des clients en cas de faillite.


Sources : El Pais, Moody's, Fitch Ratings

Et vous ?

Que pensez-vous par la direction prise par le Salvador concernant le bitcoin ?
Le Salvador aurait-il gagné à se débarrasser du bitcoin comme recommandé par le FMI en janvier ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous du projet Bitcoin City ? Ce genre de projet a-t-il une chance d'aboutir selon vous ?
La situation actuelle avec son portefeuille Bitcoin devrait-elle encourager le Salvador à revoir sa stratégie ?

Voir aussi :

Satoshi Island, une île qui voudrait devenir la « capitale de la cryptomonnaie », a déjà suscité l'intérêt de plus de 50 000 personnes qui se sont portées volontaires pour y vivre
Coinbase prévient qu'en cas de faillite les utilisateurs pourraient perdre l'accès à leurs fonds, car ils deviendraient des créanciers non garantis
Le portefeuille Bitcoin proposé par le Salvador, un flop ? Oui, selon une étude qui note que la plupart des usagers cessent de s'en servir une fois les 30 $ de bonus en bitcoin récupérés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Rolllmops
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 19:47
Ca alors, voilà qui n'était pas du tout prévisible, je tombe de haut. D'un bon millimètre, au moins.
7  0 
Avatar de pierre86
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 14:20
Il n'y a pas beaucoup de bonnes nouvelles en ce moment mais
les déboires des cryptomonnaies en est une.

Longue vie a la jungle qui devait être rasée !
1  0 
Avatar de stigma
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 14:23
Comme disait un président bien connu, "ça m'en touche une sans faire ....."
0  0