IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Warren Buffett ne croit pas au bitcoin et il n'achèterait même pas « tous les bitcoins du monde » pour 25 $
Parce que « le bitcoin ne produit rien »

Le , par Stéphane le calme

95PARTAGES

8  0 
Lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires de Berkshire Hathaway, Warren Buffett n'a pas hésité à rappeler sa position sceptique sur le bitcoin. Il a déclaré samedi que la cryptomonnaie n'était pas un actif productif et qu'elle ne produisait rien de tangible. Malgré un changement dans la perception du public à propos du bitcoin, Buffett a été très clair : il ne l'achèterait toujours pas.

« Est-ce que ça va augmenter ou baisser l'année prochaine, ou dans cinq ou 10 ans, je ne sais pas. Mais la seule chose dont je suis à peu près sûr, c'est qu'il ne produit rien », a déclaré Buffett.

Même les passionnés de bitcoin ont tendance à considérer la cryptomonnaie comme un actif passif que les investisseurs achètent et détiennent, tout en espérant voir son prix augmenter sur une longue période.

Pour les investisseurs en crypto plus avancés, certains jetons leur offrent un moyen d'utiliser leur crypto de manière productive - soit par le biais de prêts, soit comme garantie - pour créer des avantages de portefeuille supplémentaires. Cependant, ils sont encore jeunes, hautement spéculatifs et n'ont pas pénétré le courant dominant comme le bitcoin.

Buffett a expliqué pourquoi il ne voit pas la valeur du bitcoin, en le comparant à des choses qui génèrent d'autres types de valeur :

« Si vous me dites… pour une participation de 1 % dans toutes les terres agricoles des États-Unis, payez à notre groupe 25 milliards de dollars, je vous ferai un chèque cet après-midi », a déclaré Buffett. « Pour 25 milliards de dollars, je possède désormais 1 % des terres agricoles. Si vous disposez de 1 % de tous les appartements du pays et que vous voulez 25 milliards de dollars supplémentaires pour me les céder, je vous ferai un chèque, c'est très simple. Maintenant, si vous me dites que vous possédez tout le bitcoin du monde et que vous me l'offriez pour 25 $, je ne le prendrais pas, car qu'est-ce que j'en ferais ? Je devrais vous le revendre d'une manière ou d'une autre. Cela ne fera rien. Les appartements vont produire des loyers et les fermes vont produire de la nourriture ».

Depuis des années, les investisseurs se demandent comment valoriser le bitcoin en partie à cause de son potentiel à remplir différentes fonctions. Sur les marchés occidentaux, il s'est imposé comme un actif d'investissement, en particulier au cours de l'année écoulée, alors que les taux et l'inflation ont augmenté. Sur d'autres marchés, les gens voient encore un énorme potentiel pour son utilisation en tant que monnaie numérique.

« Les actifs, pour avoir de la valeur, doivent livrer quelque chose à quelqu'un. Et il n'y a qu'une seule devise qui est acceptée. Vous pouvez inventer toutes sortes de choses – nous pouvons mettre des jetons Berkshire… mais finalement, c'est de l'argent », a-t-il déclaré en brandissant un billet de 20 dollars. « Et il n'y a aucune raison au monde pour que le gouvernement des États-Unis… laisse l'argent de Berkshire remplacer le leur ».

Buffett et Charlie Munger ont tous deux fait des commentaires hostiles envers le bitcoin dans le passé. Le plus célèbre, Buffett, a déclaré que le bitcoin est « probablement de la mort-aux-rats au carré ». Munger lui a fait écho samedi.

« Dans ma vie, j'essaie d'éviter les choses stupides et diaboliques et qui me font mal paraître par rapport à quelqu'un d'autre – et le bitcoin fait les trois », a déclaré Munger. « En premier lieu, c'est stupide parce que ça risque encore d'aller à zéro. C'est mal parce que cela sape le système de la Réserve fédérale... et troisièmement, cela nous fait paraître idiots par rapport au dirigeant communiste en Chine. Il a été assez intelligent pour interdire le bitcoin en Chine ».


La cryptomonnaie fait de plus en plus d'adeptes

Le bitcoin a déjà cours légal au Salvador. Le projet de loi du président Nayib Bukele afin de donner cours légal au bitcoin dans son pays a fait l’objet d’approbation le 9 juin par le Congrès du pays. Par 62 voix sur 84, le Salvador devient le premier pays à approuver le bitcoin comme monnaie légale. Le ministère de l’Économie français a ajouté le bitcoin comme un moyen de paiement alternatif, au même titre que le virement bancaire, le prélèvement ou encore le compte nickel au quatrième trimestre de l’année 2017. À défaut de reconnaissance officielle, la manœuvre permet de favoriser l’acceptation du bitcoin et d’aider les entreprises à franchir le pas dans l’acceptation des monnaies numériques contre leurs biens et services. Ce sont des exemples qui illustrent que les monnaies qu’elles soient fiduciaires ou numériques sont basées sur la confiance.

Le bitcoin est considéré comme la figure de proue d’une révolution monétaire amorcée. Neil Ferguson – chroniqueur pour Bloomberg – indique à ce propos que :

« Nous vivons une révolution monétaire si multiforme que peu d'entre nous en comprennent toute l'étendue. La transformation technologique d'Internet est le moteur de cette révolution. La pandémie de 2020 l'a accélérée. Pour illustrer l'étendue de notre confusion, considérons les performances divergentes de trois formes de monnaie cette année : le dollar américain, l'or et le bitcoin.

« Le dollar est la monnaie préférée du monde, non seulement dominante dans les réserves des banques centrales, mais aussi dans les transactions internationales. C'est une monnaie fiduciaire, son offre est déterminée par la Réserve fédérale et les banques américaines. On peut calculer sa valeur par rapport aux biens achetés par les consommateurs, selon quelle mesure elle s'est à peine dépréciée cette année (l'inflation tourne à 1,2 %), ou par rapport aux autres monnaies fiduciaires. Sur cette dernière base, selon l’indice au comptant du dollar de Bloomberg, il est en baisse de 4 % depuis le 1er janvier. L’or, en revanche, a augmenté de 15 % en dollars. Mais le prix en dollars d'un bitcoin a augmenté de 139 % depuis le début de l'année.

« Le rallye bitcoin de cette année a surpris de nombreuses personnes intelligentes. Le sommet de la semaine dernière était juste en dessous du sommet du dernier rallye (19 892 $ US selon la bourse Coinbase) en décembre 2017. Lorsque le bitcoin s'est vendu par la suite, l'économiste de l'Université de New York Nouriel Roubini n'a pas hésité. Bitcoin, a-t-il déclaré à CNBC en février 2018, avait été la "plus grande bulle de l'histoire de l'humanité". Son prix "tomberait désormais à zéro". Huit mois plus tard, Roubini est revenu à la charge dans un témoignage au Congrès, dénonçant bitcoin comme la "mère de toutes les escroqueries". Dans les tweets, il l'a appelé "Shitcoin".

« Avance rapide jusqu'en novembre 2020 et Roubini a été contraint de changer d'avis. Le bitcoin, a-t-il concédé dans une interview avec Yahoo Finance, était "peut-être une réserve de valeur partielle, parce que ... il ne peut pas être aussi facilement dégradé, car il existe au moins un algorithme qui décide de combien l'offre de bitcoins augmente avec le temps." Si j'aimais autant l'hyperbole que lui, j'appellerais cela la plus grande conversion depuis Saint Paul.

« Roubini n'est pas le seul à avoir été contraint de changer de perspective face au bitcoin cette année. Parmi les investisseurs de renom qui sont devenus optimistes, on trouve Paul Tudor Jones, Stan Druckenmiller et Bill Miller. Même Ray Dalio a admis qu'il "manquait peut-être quelque chose" à propos du bitcoin.

« Les journalistes financiers capitulent également : mardi, Izabella Kaminska, du Financial Times, sceptique de longue date en matière de cryptomonnaie, a admis que bitcoin avait un cas d'utilisation valide comme couverture contre une dystopie "vers lequel le monde se dirige à travers l'autoritarisme et les libertés civiles qui ne peuvent pas être tenues pour acquises" ».

Certaines grandes entreprises d'investissement et fournisseurs de services financiers ont montré leur intérêt pour le bitcoin. Parmi ces personnes morales (et une physique), nous pouvons citer :
  • MicroStrategy, qui a investi 425 millions de dollars : Michael Saylor, le fondateur de MicroStrategy, a déclaré que son entreprise avait acquis 175 millions de dollars supplémentaires en bitcoins (BTC) en un seul achat : « le 14 septembre 2020, MicroStrategy a finalisé son acquisition de 16 796 bitcoins supplémentaires pour un prix d'achat total de 175 millions de dollars. À ce jour, nous avons acheté un total de 38 250 bitcoins pour un prix total de 425 millions de dollars qui incluent les frais et dépenses » ;
  • Square a annoncé un investissement de 50 millions de dollars en bitcoins en octobre 2020 : le 8 octobre 2020, Square a annoncé avoir acheté environ 4 709 bitcoins à un prix d'achat global de 50 millions de dollars. Square estime que la cryptomonnaie est un instrument d'autonomisation économique et offre un moyen pour le monde de participer à un système monétaire mondial, qui s'aligne avec l'objectif de l'entreprise. L’investissement représente environ 1 % de l’actif total de Square à la fin du deuxième trimestre de 2020.

    « Nous pensons que le bitcoin a le potentiel pour devenir une monnaie plus omniprésente à l'avenir », a déclaré Amrita Ahuja, directeur financier de Square. « Au fur et à mesure de l'adoption, nous avons l'intention d'apprendre et de participer de manière disciplinée. Pour une entreprise qui construit des produits basés sur un avenir plus inclusif, cet investissement est une étape dans ce voyage. »
  • Paypal est entré sur le marché de la cryptomonnaie : en octobre, PayPal Holdings a annoncé son entrée sur le marché de la cryptomonnaie. Les clients américains PayPal peuvent utiliser des cryptomonnaies pour faire leurs achats chez les 26 millions de marchands de son réseau depuis 2021, a déclaré la société. Le nouveau service fait de PayPal l'une des plus grandes entreprises américaines à fournir aux consommateurs un accès aux cryptomonnaies, ce qui pourrait aider le bitcoin et les cryptomonnaies concurrentes à être plus largement adoptées en tant que méthodes de paiement viables.

    Les token initialement pris en charge comprennent Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Bitcoin Cash (BCH) et Litecoin (LTC), a déclaré la société. La grande enseigne des paiements s'est associée à Paxos pour fournir le service et a obtenu une licence de cryptomonnaie conditionnelle du Département des services financiers de l'État de New York, communément appelé BitLicense.
  • Le milliardaire mexicain Ricardo Salinas Pliego a récemment révélé qu'il avait 10 % de son portefeuille liquide investi dans la cryptomonnaie : dans un tweet en date du mercredi 18 novembre 2020, le fondateur de Grupo Salinas a répondu aux questions que « beaucoup de gens » lui posent sur le bitcoin en disant : « OUI. J'ai 10 % de mon portefeuille liquide qui y est investi ». Et de continuer en disant « Bitcoin protège le citoyen de l'expropriation gouvernementale », tout en recommandant El Patron Bitcoin, un livre qui est « le meilleur et le plus important pour comprendre le Bitcoin ».


Mais le bitcoin est également synonyme de consommation. Selon les données révélées par Digiconomist, en 2021, Bitcoin était responsable de 0,54 % de la consommation mondiale d'électricité. Il a consommé 134 TWh d'énergie, ce qui équivaut à la consommation annuelle de l'Argentine. Les estimations moyennes chiffrent à 1 386 KWh la consommation d'une transaction Bitcoin, ce qui permettrait de fournir de l'énergie à un foyer américain pendant au moins un mois et demi. Mais la consommation d'énergie élevée n'est qu'un des problèmes : l'empreinte carbone d'une seule transaction Bitcoin est de 658 kg de CO2, ce qui équivaut à l'empreinte carbone d'environ 1,5 million de transactions VISA.

Source : Assemblée générale annuelle des actionnaires de Berkshire Hathaway

Et vous ?

Que pensez-vous des cryptomonnaies en général et du bitcoin en particulier ?
Avez-vous investi dans une cryptomonnaie ou avez-vous l'intention d'investir ? Dans laquelle ?
Que pensez-vous des propos tenus par Warren Buffet ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/05/2022 à 19:22
parce que waren produit quelque chose ?
4  0