IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

MiCA : l'Europe fait progresser la réglementation des crypto-actifs et rejette l'interdiction potentielle du Bitcoin
L'amendement ciblant les cryptomonnaies s'appuyant sur PoW a été écarté

Le , par Stéphane le calme

158PARTAGES

5  0 
Le projet de règlement "Market in Crypto Assets" (MiCA), qui doit encadrer les cryptoactifs en Europe, a été adopté lundi par la Commission des affaires économiques du Parlement européen, ce qui ouvre la voie à une entrée en vigueur du texte d'ici 2024. Cependant, un amendement qui visait à limiter la preuve de travail (PoW) pour les cryptomonnaies a été écarté du vote. La disposition qui aurait pu obliger les mineurs de cryptomonnaies comme le Bitcoin à se tourner vers des mécanismes plus respectueux de l'environnement dans toute l'Union européenne n'a donc pas été prise en compte.

Elle suggérait que les cryptoactifs devraient « être soumis à des normes minimales de durabilité environnementale en ce qui concerne leur mécanisme de consensus utilisé pour valider les transactions, avant d'être émis, offerts ou admis à la négociation dans l'Union ». Nombreux sont ceux qui craignaient que la formulation n'englobe les cryptomonnaies de type Proof-of-Work comme le Bitcoin, connu pour son processus de minage à forte intensité énergétique. Beaucoup avaient décrié le projet par crainte d'une interdiction générale des actifs basés sur la méthode Proof-of-Work pour les entreprises de l'UE, ce qui affecterait les échanges de cryptomonnaies, les mineurs et diverses autres entreprises du secteur.


Début mars, l'eurodéputé Stefan Berger, membre du groupe du Parti populaire européen de centre-droit, a confirmé que la règle restreignant l'utilisation d'algorithmes de preuve de travail avait été supprimée d'un amendement proposé pour MiCA.


Quelques jours plus tôt, il avait déclaré qu'il ne voulait pas que les gens interprètent à tort l'amendement comme une interdiction de la preuve de travail, et un vote sur le cadre qui devait se tenir fin février a été reporté pour régler le problème.


Le 14 mars, la commission des affaires économiques et monétaires (ECON) du Parlement européen a adopté le projet de rapport sur les marchés des cryptoactifs (MiCA pour Market in Crypto Assets) avec 31 voix pour, 4 voix contre et 23 abstentions, après avoir abandonné cette règle qui aurait pu interdire aux services financiers de négocier avec Bitcoin et Ethereum. C'est en raison de l'opposition des autres groupes parlementaires que cette disposition a été abandonnée lors du vote. La commission a voté par 33 voix contre et 25 pour afin de faire passer le cadre aux négociations avec les gouvernements des États membres pour former la version finale du projet de loi.

MiCA rationalise un ensemble de règles qui réglementent les cryptomonnaies dans les États membres, y compris les exigences concernant l'émission d'actifs numériques, l'autorisation des fournisseurs de services de cryptoactifs ainsi que les règles de protection des consommateurs.

Le vote de lundi a divisé le Parlement sur un point de discorde concernant la durabilité des cryptomonnaies.

Pour mémoire, l'Union européenne envisage des moyens de réglementer les jetons numériques, en particulier pour éradiquer le blanchiment d'argent, et à ce titre a élaboré en 2020 un projet de cadre pour les marchés des actifs cryptographiques (MiCA). Au cours de son élaboration, un amendement a été proposé qui, selon son interprétation, aurait pu rendre illégal pour les applications et les services Web de gérer des transactions impliquant des pièces de preuve de travail, telles que Bitcoin et Ethereum. Bien que ce changement soit déjà sur la table de discussion du réseau Ethereum qui se prépare à passer au Proof of Stake, il est peu probable que Bitcoin soit en mesure de le supporter. Les différences techniques entre PoW et PoS sont complexes. Pour faire simple, PoW nécessite une grande puissance de calcul (ce qui implique une grande consommation d'énergie), tandis que PoS requiert une vérification via des « validateurs » qui suppriment les parties énergivores.

L'algorithme preuve du travail exige des utilisateurs qu'ils « travaillent » pour obtenir des récompenses. Ce qui se traduit par des calculs cryptographiques qui doivent être effectués afin de confirmer une transaction sur le réseau. Essentiellement, les mineurs sont en concurrence les uns avec les autres pour savoir qui va résoudre le problème en premier. La solution au problème est également connue sous le nom de « hash ». Chaque fois qu'un mineur parvient à valider une transaction avec succès, en résolvant les bons calculs, il reçoit une récompense sous la forme d'une monnaie cryptographique. La monnaie virtuelle qu'ils reçoivent dépend du réseau sur lequel ils résolvent ces transactions cryptographiques complexes. Par exemple, si un mineur valide une transaction effectuée sur le réseau Bitcoin, il recevra une récompense sous forme de bitcoin.

Ces calculs cryptographiques nécessitent une grande puissance de calcul pour être résolus efficacement. Et il y a des centaines de milliers de mineurs qui sont tous en concurrence, seuls ou en groupe, pour résoudre un bloc de transaction. Une fois qu'un mineur particulier a résolu le bon problème et donc le bloc de transaction, tous les autres mineurs (nœuds) en sont également informés. Cela leur permet non seulement de passer au bloc suivant, mais aussi de s'assurer qu'il n'y a pas de problème de double dépense dans le réseau.

Selon les données révélées par Digiconomist, en 2021, Bitcoin était responsable de 0,54 % de la consommation mondiale d'électricité. Il a consommé 134 TWh d'énergie, ce qui équivaut à la consommation annuelle de l'Argentine. Les estimations moyennes chiffrent à 1 386 KWh la consommation d'une transaction Bitcoin, ce qui permettrait de fournir de l'énergie à un foyer américain pendant au moins un mois et demi.

Aussi, ces algorithmes ont été critiqués pour être intensifs en calcul et consommer de grandes quantités d'énergie, ce qui a incité certains législateurs à proposer des restrictions. Dans le cadre du Green Deal européen, les États membres tentent de réduire les émissions de gaz à effet de serre et examinent attentivement les activités telles que l'exécution d'algorithmes de preuve de travail.

Mais la consommation d'énergie élevée n'est qu'un des problèmes : l'empreinte carbone d'une seule transaction Bitcoin est de 658 kg de CO2, ce qui équivaut à l'empreinte carbone d'environ 1,5 million de transactions VISA. Les données montrent que, climatiquement parlant, les performances du Bitcoin ne sont pas bonnes et que les attentes ne sont pas très encourageantes face à 2022. Il est estimé que cette année le réseau Bitcoin consommera plus de 200 TWh, un chiffre similaire à ce qu'ils consomment ensemble les centres de données d'Amazon, Facebook et Google.


Des réactions loin d'être unanimes

Ian Taylor, directeur exécutif de CryptoUK, une association commerciale indépendante de cryptomonnaie, a déclaré que la règle proposée « aurait signifié une interdiction de facto de l'UE sur Bitcoin et Ethereum » : « Si l'amendement à MiCA, qui propose une vision globale de la réglementation de la cryptographie dans 27 États membres, avait été voté, les conséquences auraient touché tous les coins de l'écosystème de la cryptographie - des mineurs aux échanges, et des dépositaires aux commerçants », a-t-il déclaré. « C'est comme essayer d'interdire Internet parce qu'il occupe 70 % de la bande passante de la ligne téléphonique ».

Berger, qui défend la MiCA, a déclaré que le projet de cadre ouvrira la voie à un ensemble de normes de cryptomonnaie « favorables à l'innovation » dans le monde entier : « La réglementation en cours de création est pionnière en termes d'innovation, de protection des consommateurs, de sécurité juridique et de mise en place de structures de surveillance fiables dans le domaine des cryptoactifs. De nombreux pays à travers le monde vont désormais examiner de près la MiCA », a-t-il indiqué dans une déclaration.

D'autres groupes de gauche du Parlement, comme S&D et les Verts, n'étaient pas satisfaits du rapport tel qu'il a été adopté. Ils avaient plaidé pour un amendement visant à limiter l'utilisation de certains types de cryptomonnaies dans le but d'atténuer l'impact environnemental.En raison de l'opposition des autres groupes parlementaires, cette disposition a été abandonnée lors du vote. Après la publication des résultats, S&D a publié un communiqué de presse le 14 mars via lequel les membres ont exprimé leur déception :

« Aujourd'hui plus que jamais, l'Europe ne peut se permettre de gaspiller la moindre unité d'énergie ou d'aider de riches oligarques à cacher leur argent », a écrit Jonás Fernández, porte-parole du S&D pour les affaires économiques et monétaires.

« Notre groupe est vraiment déçu du manque d'ambition dans le domaine de la durabilité », a écrit Eero Heinäluoma, le négociateur S&D pour MiCA. « Les principes établis à cet égard par le rapport sont très faibles et nient complètement la réalité ».

Pierre Person, député LaREM, estime le texte insuffisant pour permettre à l'Europe d'imposer ses propres standards face à une concurrence internationale féroce : « L'Union européenne se tire une balle dans le pied ».

Pour sa part, le rapporteur principal Berger a déclaré que « les voix de l'industrie des cryptoactifs et du milieu universitaire craignaient que l'amendement du S&D, des Verts et de la Gauche n'entraîne une interdiction de facto de la preuve de travail. Avec [cette] interdiction, cependant, l'Europe se ferait du mal et perdrait sa capacité d'innovation. Cela ne résoudrait pas la question de la pérennité des cryptoactifs, mais ne ferait que la déplacer ».

Ondřej Kovařík a célébré le rejet de l'amendement. Il a écrit dans un Tweet lundi : « Au sein de la commission des affaires économiques du Parlement européen, nous venons de rejeter une proposition appelant à interdire le commerce de la crypto, comme le Bitcoin dans l'UE. MiCA C'est une très bonne nouvelle et une victoire du bon sens ».

Au lieu de l'amendement initial proposé pour répondre à ces préoccupations environnementales, il a été convenu que la Commission présentera aux députés une proposition législative visant à inclure dans la taxonomie de l'UE pour les activités durables toutes les activités de minage de cryptoactifs qui contribuent de manière substantielle au changement climatique, d'ici le 1er janvier 2025.

Les députés qui se sont opposés à l'amendement initial ont souligné que d'autres industries, comme les jeux vidéo, l'industrie du divertissement ou les centres de données, consomment également des ressources énergétiques qui ne sont pas respectueuses du climat. Selon le communiqué de presse du Parlement, ces députés demandent à la Commission de travailler sur une législation traitant de ces questions dans différents secteurs.

Patrick Hansen, un développeur d'affaires sur les applications de finance décentralisée, a mis à jour la communauté crypto sur Twitter sur les progrès de MiCA au cours des derniers mois. Il a tweeté après le vote que c'était « un grand soulagement et un succès politique pour la communauté bitcoin et crypto dans l'UE ».


De nombreux fournisseurs de services au sein de l'industrie de la cryptomonnaie ont anticipé cette législation. Jean-Baptiste Graftieaux, PDG européen de Bitstamp, la plateforme d'échange la plus ancienne de cryptomonnaie basé dans l'UE, a déclaré qu'il se félicitait des changements apportés par MiCA à l'industrie de la cryptomonnaie : « Actuellement, chaque pays a une approche réglementaire différente, ce qui rend les choses fragmentées et complexes et assez coûteuses d'un point de vue juridique. MiCA changera la donne très positivement pour l'industrie ».

La prochaine étape pour MiCA est d'entrer dans un trilogue entre le Parlement européen, la Commission et le Conseil, où chaque institution défend sa position sur la législation.

Berger a indiqué : « Il s'agira de la surveillance des cryptoactifs et du rôle que joueront les autorités nationales compétentes. J'ai bon espoir que nous parviendrons à un bon résultat dans les négociations, car toutes les personnes impliquées veulent une Europe innovante, tournée vers l'avenir et durable ».

Un sursis pour les cryptoactifs s'appuyant sur PoW

Même si la décision d'écarter cet amendement est sans doute un soulagement pour la communauté crypto, les attaques contre le consensus par Preuve de travail sont loin d’être finies. Tout d'abord parce que le groupe porteur de l’amendement (principalement Les Verts) pourrait opposer son veto à une procédure accélérée d’adoption de la Loi MiCA dans cette version expurgée.

De plus, le sujet du PoW pourrait revenir via la proposition de la « taxonomie de la durabilité » des cryptomonnaies que prévoit désormais la MiCA, ou encore sur une prochaine réglementation concernant les data centers. Quoi qu'il en soit, pour l’instant, l’avenir pour Bitcoin et son consensus s’éclaircit nettement, aussi bien aux États-Unis il y a quelques jours, qu’en Union européenne actuellement.

Sources : Markets in Crypto Assets (MiCA), Stefan Berger, Commission des affaires économiques et monétaires

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision d'écarter l'amendement qui cible les cryptomonnaies s'appuyant sur le PoW ?

Voir aussi :

Le bitcoin a consommé plus de 134 TWh en 2021, ce qui est comparable à l'énergie électrique consommée par un pays comme l'Argentine
Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson
« L'UE doit bannir le minage de cryptomonnaies qui s'appuient sur l'algorithme de preuve de travail comme le bitcoin », d'après le vice-président de l'Autorité européenne des marchés financiers

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 10:48
Je suis surpris que les députés européens n'aient PAS fait la bêtise grossière de bannir les cryptos POW.
Vraiment je suis étonné!....

Voilà la comment je j'imagine les débats:


J'ai eu tort...
1  0 
Avatar de solstyce39
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 13:20
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Je suis surpris que les députés européens n'aient PAS fait la bêtise grossière de bannir les cryptos POW.
Vraiment je suis étonné!....

Voilà la comment je j'imagine les débats : [...]

J'ai eu tort...
Je reste persuadé que la consommation des reseau crypto est un vrai problème qui devrait être adressé, surtout avec les problématique énergétique (et pas la peine de ressortir le couplet de "bitcoin est miné avec de l'énergie verte, avec les surpluts, j'y crois pas une seconde... tant que miner est rentable par rapport au cout énergétique les mineurs regardent le rendement et ne se préoccupe pas du fait que le minage soit vert ou non).
Je ne conçoit pas qu'il n'y ai pas de solution technique pour garder la sécurité du réseau en consommant moins.

bref pas convaincu par le POW.
1  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/04/2022 à 18:38
Le principal intérêt des cryptomonnaies à l'heure actuelle pour les spéculateurs est justement l'absence de réglementation relative au délit d'initiés, à la manipulation des cours, à la lutte anti-blanchiment, etc.... Mis à part cela, les cryptomonnaies sont un moyen très peu efficace et fort énergivore pour réaliser des transactions financières.
4  3 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/04/2022 à 13:26
Dans la pratique, les deux gros problèmes sont d'une part, que les "mineurs" choisissent d'être mineurs et qu'ils se donnent alors les moyens de biaiser le hasard de distibution de la preuve en faisant du volume ; que les utilisateurs s'en remettent à un "tiers de confiance" pour gérer leur porte-feuille.

Le système aurait dû exiger que chaque utilisateur doive détenir l'entièreté de la blockchain et qu'un pool des mineurs soit désigné au hasard parmi l'ensemble des utilisateurs du système pour miner les blocs de transactions sans laisser le choix de son statut... et/ou de distribuer aléatoirement les récompenses sans tenir compte du travail (donc de l'investissement matériel) fournit par les mineurs.
1  0 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/04/2022 à 14:56
Le système aurait dû exiger que chaque utilisateur doive détenir l'entièreté de la blockchain
Donc cela force chaque utilisateur à utiliser 334 Goctet pour stocker l’intégralité la bloc chaîne.

et qu'un pool des mineurs soit désigné au hasard parmi l'ensemble des utilisateurs du système pour miner les blocs de transactions sans laisser le choix de son statut... et/ou de distribuer aléatoirement les récompenses sans tenir compte du travail (donc de l'investissement matériel) fournit par les mineurs.
Le système devient centralisé en créant (gratuitement) une majorité de compte utilisateur.
1  0 
Avatar de tobias45
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 15:08
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Je reste persuadé que la consommation des reseau crypto est un vrai problème qui devrait être adressé, surtout avec les problématique énergétique (et pas la peine de ressortir le couplet de "bitcoin est miné avec de l'énergie verte, avec les surpluts, j'y crois pas une seconde... tant que miner est rentable par rapport au cout énergétique les mineurs regardent le rendement et ne se préoccupe pas du fait que le minage soit vert ou non).
Je ne conçoit pas qu'il n'y ai pas de solution technique pour garder la sécurité du réseau en consommant moins.

bref pas convaincu par le POW.
Autant on peut parler de la conso énergétique, autant le point des surplus reste une réalité, que ça te plaise ou non. Tout simplement pour une question de rentabilité, justement. Je ne sais pas de quelle source tu tient que ce soit rentable quelquesoit le coût de l’énergie, si c'était le cas tout le monde achèterai de quoi miner à la maison. Spoiler : Les seuls qui minent en France, c'est des employés d'EDF qui ont des gros rabais sur le prix de l'électricité, sinon tu paye plus avec ta facture électrique que ce que ça te rapporte... Pour les gros mineurs, c'est pareil. Il faut acheter un surplus que personne n'a besoin et qui donc coûte pas cher. Pourquoi d'après toi la majorité des mineurs en Chine était dans les provinces où il y avait le plus de barrage ?

Quand tu dit que tu n'est pas convaincu par le POW, tu veux dire quoi ? Bitcoin a prouvé que ça marche. Après, on peut parler de la pertinence du POW au vu le la conso et voire qu'il n'y a pas mieux, mais on peut pas dire que ça marche pas.
2  2 
Avatar de seedbarrett
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/03/2022 à 16:03
Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
Autant on peut parler de la conso énergétique, autant le point des surplus reste une réalité, que ça te plaise ou non.
Ca ne me plait pas, parce que c'est faux. Comment ta prise va deviner seule que tu mines, passe l'aspirateur ou branche un frigo ?

Tout simplement pour une question de rentabilité, justement. Je ne sais pas de quelle source tu tient que ce soit rentable quelquesoit le coût de l’énergie, si c'était le cas tout le monde achèterai de quoi miner à la maison
Bah non, puisque c'est une "question de rentabilité" tu fais pas ça à la maison, mais là ou c'est pas cher : chez les pauvres.

Spoiler : Les seuls qui minent en France, c'est des employés d'EDF qui ont des gros rabais sur le prix de l'électricité, sinon tu paye plus avec ta facture électrique que ce que ça te rapporte... [/QUOTE]

Et donc, comme je disais une ligne plus haut, tu mines chez les pauvres de toute façon. Comme au Kazakhstan, ou le coup du MWh n'est pas le même du tout. Et donc quand il y a une grosse demande et pas assez d'offre, on monte les prix. Sauf que quand tu paye 0,01€ au lieu de 0,005€ ça va pour toi, européen. Pas pour un local.

Pour les gros mineurs, c'est pareil. Il faut acheter un surplus que personne n'a besoin et qui donc coûte pas cher. Pourquoi d'après toi la majorité des mineurs en Chine était dans les provinces où il y avait le plus de barrage ?
Les mecs volent littéralement de l'énergie, tu racontes quoi là ?

Quand tu dit que tu n'est pas convaincu par le POW, tu veux dire quoi ? Bitcoin a prouvé que ça marche. Après, on peut parler de la pertinence du POW au vu le la conso et voire qu'il n'y a pas mieux, mais on peut pas dire que ça marche pas.
Bitcoin à prouvé la necessité de passer a un autre système, je te rappelle la consommation énergétique dingue et inutile que ça provoque ? Les déchets électroniques ? Les pénuries de composants ? 2020 a peut être été la pire année pour l'informatique et pourtant il y a déjà des nostalgiques ?
1  1 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/04/2022 à 18:48
Mis à part cela, les cryptomonnaies sont un moyen très peu efficace et fort énergivore pour réaliser des transactions financières
Essais donc d'envoyer de l'argent en Afrique...
3  3 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/04/2022 à 16:40
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Donc cela force chaque utilisateur à utiliser 334 Goctet...
C'est le principe fondateur tel que notifié dans le livre blanc. Personnellement, je n'utilise que le bitcoin-qt-core et prend le temps de le synchroniser une fois par mois même si je n'utilise pas vraiment les bitcoins.

Du "hasard pur" rendrait en principe la création de fermes à minage très... hasardeux.
0  0 
Avatar de solstyce39
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/03/2022 à 10:55
Citation Envoyé par tobias45 Voir le message
Autant on peut parler de la conso énergétique, autant le point des surplus reste une réalité, que ça te plaise ou non. Tout simplement pour une question de rentabilité, justement. Je ne sais pas de quelle source tu tient que ce soit rentable quelquesoit le coût de l’énergie, si c'était le cas tout le monde achèterai de quoi miner à la maison. Spoiler : Les seuls qui minent en France, c'est des employés d'EDF qui ont des gros rabais sur le prix de l'électricité, sinon tu paye plus avec ta facture électrique que ce que ça te rapporte... Pour les gros mineurs, c'est pareil. Il faut acheter un surplus que personne n'a besoin et qui donc coûte pas cher. Pourquoi d'après toi la majorité des mineurs en Chine était dans les provinces où il y avait le plus de barrage ?

Quand tu dit que tu n'est pas convaincu par le POW, tu veux dire quoi ? Bitcoin a prouvé que ça marche. Après, on peut parler de la pertinence du POW au vu le la conso et voire qu'il n'y a pas mieux, mais on peut pas dire que ça marche pas.
Va falloir apprendre à lire : "tant que miner est rentable par rapport au cout énergétique les mineurs regardent le rendement et ne se préoccupe pas du fait que le minage soit vert ou non" => à aucun moment j'ai dis que c'était tout le temps rentable de miner.
Par contre c'est marrant quand je regarde les calculateurs de rentabilité des CG ils montrent généralement qu'aujourd'hui même au prix de l'électricité ça reste rentable. (même si c'est pas foufou) j'ai vu un particulier miner de l'ETH sur quasi 70 CG, il semblait satisfait de sa rentabilité et avait pas de panneau solaire sur le toit (pour anticiper le sujet).

Par ailleurs :

https://www.lemonde.fr/economie/arti...8587_3234.html

"pertinence du POW au vu le la conso et voire qu'il n'y a pas mieux" => toujours pareil, y a l'outils et ce qu'on en fait. imaginons que chaque pool de minage divise sa puissance de calcul par 10, le réseau est-il moins sécurisé ? à partir de quel rapport "nombre mineur" / "puissance" on considère que le réseau est sûr ?
bref si le bitcoin consomme autant c'est juste que chacun veut se gaver un maximum, y a aucune considération écologique là dedans. et ce point mériterai à mon sens d'être traité dans la gestion réseau, et c'est techniquement possible j'en suis persuadé ! si on le fait pas c'est qu'on ne le veut pas.
0  1