IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TikTok fait l'objet d'une enquête sur son impact sur la santé mentale des jeunes
Plusieurs procureurs généraux d'État sont "préoccupés par la sécurité et le bien-être des enfants".

Le , par Nancy Rey

60PARTAGES

8  0 
Une coalition de procureurs généraux de Californie, de Floride et du Kentucky, entre autres, enquête sur TikTok pour ses effets potentiels sur la santé mentale et physique des jeunes. Le groupe de procureurs généraux cherche à savoir si la façon dont TikTok conçoit, exploite et commercialise sa plateforme a un effet négatif sur la santé des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, d’après un communiqué de presse du procureur général du Massachusetts, Maura Healey.


L'algorithme de TikTok détermine le contenu que les utilisateurs voient, et s'est avéré remarquablement efficace pour maintenir les utilisateurs engagés sur l'application. Bien que l'entreprise ait donné un aperçu de son fonctionnement, il est difficile de connaître les détails exacts en dehors des fuites et des suppositions éclairées. L'enquête se concentrera sur « les méthodes et techniques » utilisées par TikTok pour « stimuler l'engagement des jeunes utilisateurs, notamment en augmentant le temps passé sur la plateforme », d’après Maura Healey. « Alors que les enfants et les adolescents sont déjà aux prises avec des problèmes d'anxiété, de pression sociale et de dépression, nous ne pouvons pas permettre que les médias sociaux nuisent davantage à leur santé physique et à leur bien-être mental… Les procureurs généraux des États ont l'impératif de protéger les jeunes et de chercher à obtenir plus d'informations sur la façon dont des entreprises comme TikTok influencent leur vie quotidienne », peut-on lire dans le communiqué du procureur général du Massachusetts Maura Healey.

TikTok a eu du mal par le passé à répondre aux besoins de ses jeunes utilisateurs et a dû verser 5,7 millions de dollars à la FTC en 2019 pour régler les accusations selon lesquelles son prédécesseur, Musical.ly, n'avait pas obtenu l'autorisation appropriée des parents de jeunes enfants qui s'étaient inscrits pour utiliser l'application. Le compromis exigeait également que TikTok limite strictement la façon dont les utilisateurs de moins de 13 ans pouvaient interagir avec le contenu de l'application. Récemment, certains chercheurs ont tiré la sonnette d'alarme sur le peu d'études réalisées sur l'impact potentiel de TikTok sur la santé, en dépit de sa base d'utilisateurs massive.

Dans une déclaration, un porte-parole de TikTok, Ben Rathe, en réponse à l’ouverture de cette enquête en disant : « Nous avons à cœur de construire une expérience qui contribue à protéger et à soutenir le bien-être de notre communauté, et nous apprécions que les procureurs généraux des États se concentrent sur la sécurité des jeunes utilisateurs. Nous sommes impatients de fournir des informations sur les nombreuses protections de sécurité et de confidentialité que nous avons pour les adolescents ».

La question de la sécurité des enfants en ligne a occupé le devant de la scène à Washington, et les sociétés de médias sociaux ont fait l'objet d'un examen approfondi quant aux préjudices qu'elles peuvent causer aux enfants et aux adolescents. L'année dernière, des documents internes divulgués par un dénonciateur de Facebook ont révélé que la société avait constaté que certains utilisateurs adolescents d'Instagram se sentaient moins bien dans leur peau et dans leur image corporelle après avoir utilisé l'application.

Plusieurs membres du Congrès, lors d'audiences tenues à la fin de l'année dernière sur la sécurité en ligne des enfants, ont déclaré avoir entendu des familles dire que des adolescentes étaient dirigées vers des contenus préjudiciables sur Instagram qui contribuaient à des troubles alimentaires et à l'automutilation. Depuis lors, les législateurs ont présenté plusieurs projets de loi visant à limiter les publicités ciblées destinées aux enfants et à empêcher les entreprises de médias sociaux de suivre les données des jeunes utilisateurs.

Les autorités de réglementation ont accordé une attention particulière à la sécurité des enfants en ligne. Le président Biden a abordé le sujet dans son discours sur l'état de l'Union mardi dernier, appelant le Congrès à adopter des lois réglementant la vie privée et la publicité à destination des enfants, et Facebook (désormais Meta) s'est retrouvé au centre d'audiences du Congrès l'année dernière après des rapports indiquant qu'il avait sciemment ignoré des recherches internes concernant l'effet d'Instagram sur la santé mentale des adolescents. Meta fait également l'objet d'une enquête de la part des procureurs généraux des États, dont l'objet est similaire à celui de l'enquête sur TikTok annoncée mercredi.

Les résultats de cette enquête pourraient avoir un impact au-delà de TikTok. D'autres sociétés de médias sociaux, comme Meta et Snapchat, se sont inspirées de la plateforme de vidéos courtes pour concevoir de nouvelles fonctionnalités ou débattre de l'avenir des applications. Il n'est pas surprenant que d'autres applications reproduisent le modèle de vidéo courte de TikTok ; les employés de Meta auraient estimé que les adolescents passaient deux fois plus de temps sur TikTok que sur Instagram, et un rapport a estimé que les utilisateurs américains d'Android passaient plus de temps à regarder des TikTok que des vidéos YouTube. Mais la copie pourrait conduire à ce que d'autres plateformes fassent l'objet d'une surveillance accrue si l'enquête sur TikTok débouche sur une législation ou d'autres actions.

Source : Communiqué de presse

Et vous ?

Que pensez-vous de cette enquête sur Tiktok à propos de son impact sur la santé des enfants ?
Pensez-vous que Tiktok a réellement investi dans la protection des enfants en ligne ?
Pensez-vous que les médias sociaux sont nuisibles à la santé mentale ?
Pensez-vous que ces plateformes sont bénéfiques pour certains et dangereuses pour d'autres ?
Selon vous, comment devrait-on utiliser les médias sociaux pour être épargné des risques potentiels ?

Voir aussi :

Le président des États-Unis veut interdire la publicité destinée aux enfants sur Facebook, Tiktok et d'autres plateformes

Des documents internes de Facebook divulgués décrivent les enfants de 10 à 12 ans comme une "richesse inexploitée", et contiennent des plans pour attirer les enfants sur le réseau social

TikTok pourrait débourser des milliards de livres en dommages-intérêts au UK, le chinois est accusé d'avoir collecté illégalement les données privées de millions d'enfants européens

Des documents révèlent que Facebook ciblait des enfants de 6 ans pour sa base d'utilisateurs, l'entreprise recrutait des employés pour développer des programmes destinés aux enfants de 6 à 17 ans

Facebook affirme qu'il n'y a pas de lien entre l'utilisation de ses plateformes et la dépression des utilisateurs, mais les chercheurs décrivent une corrélation de plus en plus évidente

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/03/2022 à 6:04
Tiktok fait l'objet d'une enquête, tandis que d'autres études scientifiques sont menées sur les autres qui font la même chose. Quel gâchis ...
1  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 8:54
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Tiktok fait l'objet d'une enquête, tandis que d'autres études scientifiques sont menées sur les autres qui font la même chose. Quel gâchis ...
Je penses en effet que séparer les plateformes est un perte d'énergie, il y a un "système" réseau sociaux. Les individualiser permet d'apporter du crédit aux nouveaux arrivants qui feront la même chose que les autres... Le mouvement perpétuel à la portée de l'homme.
Les réseaux sociaux devraient redevenir des réseaux sociaux et pas des réseaux d'influence. Je consulte assez peu Facebook mais je suis toujours surpris de voir que des connaissances qui ne se connaissent ni d'Adam ni d'Eve partagent les mêmes choses. Le contenu que me propose Facebook doit être : 40% de coup de gueule d'un illustre inconnu, 40% de blagues nazes ou de citations "profonde" d'un illustre inconnu, 20% de pubs, 10% de partages d'un "give away" ou d'un sondage absurde, 8% de l'actualité d'un pote, 2% de l'actualité d'un évènement qui m'intéresse. Seuls les 10 derniers % m'intéressent. (PS : oui j'ai listé 120%)
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/04/2022 à 8:03
Ensuite, faites pareille avec Facebook, mais pour la santé mentale des adultes.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/04/2022 à 9:53
Facebook est en fait l'une des seules entreprises à réaliser ces études elles-mêmes.
0  0