IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des documents révèlent que Facebook ciblait des enfants de 6 ans pour sa base d'utilisateurs
L'entreprise recrutait des employés pour développer des programmes destinés aux enfants de 6 à 17 ans

Le , par Nancy Rey

92PARTAGES

6  0 
Les documents Facebook qui ont fait l'objet d'une fuite ont révélé que le géant des médias sociaux s'efforçait de cibler les enfants dès l'âge de 6 ans afin d'élargir sa base de consommateurs et de générer davantage de profits pour le titan de la technologie. Un article de blog interne publié le 9 avril a annoncé que la société était en train d'embaucher des employés pour revoir sa gamme complète de produits destinés aux enfants de 6 à 9 ans et aux préadolescents de 10 à 12 ans. Actuellement, la société cible déjà les enfants à partir de 13 ans. Ce document, intitulé « Internet n'a pas été construit en pensant aux jeunes, mais nous sommes sur le point de changer cela », fait partie des documents publiés par l'équipe juridique de la dénonciatrice Frances Haugen et fournis au Congrès et à la Securities and Exchange Commission.


Des documents internes montrent que Facebook a activement recruté des employés pour créer des produits destinés aux enfants dès l'âge de 6 ans afin d'élargir sa base d'utilisateurs. « Notre entreprise fait un investissement majeur dans la jeunesse et a créé une équipe virtuelle interentreprises pour créer des expériences plus sûres et plus privées pour les jeunes qui améliorent leur bien-être et celui de leur foyer. Pour beaucoup de nos produits, nous n'avons historiquement pas conçu pour les moins de 13 ans », a écrit l'auteur d'un blog, dont le nom a été masqué.

Dans le billet de blog interne publié le 9 avril, l'auteur a écrit que la société prévoyait d'embaucher plusieurs postes au fur et à mesure qu'elle se développait pour offrir sa gamme complète de produits aux enfants plus jeunes que son seuil actuel de 13 ans. Les diagrammes illustrent les nouveaux groupes d'âges cibles proposés, allant des enfants de 6 à 9 ans et des préadolescents de 10 à 12 ans, ainsi que les cibles existantes que sont les jeunes adolescents de 13 à 15 ans, les adolescents de 16 à 17 ans et les adultes. « Ces cinq groupes d'âge peuvent être utilisés pour définir l'éducation, la transparence, les contrôles et les valeurs par défaut qui répondront aux besoins des jeunes utilisateurs », écrit l'employé de Facebook.

Les détracteurs de l'entreprise affirment que ces documents s'inscrivent dans une tendance de longue date de Facebook à tenter d'attirer les jeunes utilisateurs le plus tôt possible. « Facebook et Instagram ont montré à plusieurs reprises qu'on ne peut tout simplement pas leur faire confiance lorsqu'il s'agit du bien-être des enfants et des adolescents. Ils doivent se concentrer sur le nettoyage de leurs plateformes existantes au lieu d'essayer d'accrocher plus d'enfants à leurs plateformes addictives à des âges de plus en plus jeunes », a déclaré James Steyer, le fondateur et PDG de Common Sense Media, une organisation à but non lucratif qui fait des recherches sur la relation entre les enfants et le monde numérique.

Pour ce qui est de ses efforts pour attirer un public plus jeune, Facebook a commenté : « Les entreprises qui opèrent dans un espace hautement concurrentiel font des efforts pour attirer les jeunes générations. Étant donné que nos concurrents font la même chose, le fait que Facebook ne fasse pas ce travail mériterait d'être signalé dans les journaux ».

Les documents ont été inclus dans les divulgations faites à la Securities and Exchange Commission et fournis au Congrès sous une forme expurgée par le conseiller juridique de Frances Haugen, qui a travaillé comme chef de produit chez Facebook jusqu'en mai et qui s'est présentée comme une dénonciatrice. Des versions numériques des divulgations, avec certains noms et d'autres informations personnelles caviardées, ont été obtenues par un consortium d'organismes de presse. La plupart des documents sont des photographies numériques du matériel de l'entreprise sur des écrans d'ordinateur.

Le document a été partagé sur le forum interne de Facebook. « Nous avons quelques chercheurs à travers l'entreprise qui donnent le coup d'envoi de cette équipe virtuelle et nous en embauchons d'autres au fur et à mesure que ce travail se déploie », a écrit l'auteur, expliquant que l'équipe prévoyait de s'étendre en embauchant des personnes ayant de l'expérience dans « la recherche mondiale parmi les jeunes (en particulier les enfants, les préadolescents et leurs parents et proches) ». Le post énumère des emplois pour des catégories telles que Messenger Kids/Youth Platform et Instagram Child Safety et a partagé le nom du responsable de l'embauche pour chaque rôle, qui a été expurgé. Messenger Kids est une application d'appel vidéo et de messagerie créée par Facebook qui est actuellement disponible pour les enfants.


Le post comprend un diagramme intitulé " Where we've been and where we're going .... "(Où nous avons été et où nous allons) qui explique comment l'entreprise prévoit de s'étendre à des publics inférieurs à son seuil actuel de 13 ans. Le document cite la réglementation actuelle de la Federal Trade Commission concernant les services en ligne destinés aux enfants de moins de 13 ans, appelée le Children's Online Privacy Protection Act (COPPA). Le COPPA est une loi des États-Unis de 1998 visant à protéger la vie privée des enfants sur Internet. Cette loi concerne la collecte, par des personnes physiques ou morales sous le joug de la juridiction des États-Unis, d'informations sur les mineurs de 13 ans.

Dans un diagramme décrivant la manière dont l'entreprise travaille actuellement avec les jeunes utilisateurs, une note explique pourquoi l'entreprise a fixé un seuil à 13 ans. « La ligne COPPA est simple : nous traitons les 13 ans et plus comme les autres utilisateurs et demandons aux plus jeunes de ne pas utiliser nos produits ». Le diagramme adjacent est intitulé « Et à l'avenir » et la ligne « stop » qui représente les restrictions actuelles est supprimée et remplacée par des niveaux d'utilisateurs, notamment "Tweens 10-12" et "Kids 6-9." La diapositive n'explique pas comment la société s'y prendrait pour contourner les restrictions actuelles de la COPPA à l'avenir. Dans une diapositive intitulée « La conception pour les jeunes nécessite une attention particulière à la maturité cognitive et sociale », des personnages de dessins animés sont utilisés pour décrire différents groupes d'âge, dès les enfants de 6 à 9 ans.


Cette publication est diffusée une semaine avant qu'une coalition de 35 organisations et de 64 experts individuels, coordonnée par Fairplay, anciennement connue sous le nom de Campaign for a Commercial-Free Childhood, une organisation à but non lucratif basée à Boston, ne soulève des préoccupations concernant la vie privée, le temps d'écran, la santé mentale, l'estime de soi et la pression commerciale dans une lettre adressée au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. « Ces documents montrent clairement qu'au lieu de s'efforcer de rendre ses plateformes existantes moins nocives pour les adolescents, la priorité de Facebook était de piéger les jeunes enfants et de créer un réservoir d'utilisateurs à vie des produits Facebook. Malgré les affirmations de Facebook selon lesquelles sa motivation pour Instagram for Kids est de créer une expérience plus sûre pour les préadolescents, il est clair que la véritable raison est que Facebook fait une fixation sur les enfants pour stimuler la croissance. Les produits Facebook ne sont pas sûrs pour les jeunes enfants et une entreprise qui privilégie systématiquement les profits au détriment du bien-être des jeunes n'a pas à construire des plateformes pour les enfants », a déclaré Josh Golin, directeur exécutif de Fairplay.

En septembre, le responsable d'Instagram, Adam Mosseri, a annoncé que l'entreprise allait mettre en pause le développement d'une version de l'application de partage de photos destinée aux enfants. « Je reste fermement convaincu que c'est une bonne chose de construire une version d'Instagram conçue pour être sûre pour les préadolescents, mais nous voulons prendre le temps de parler aux parents, aux chercheurs et aux experts en sécurité et parvenir à un plus grand consensus sur la façon d'aller de l'avant », a-t-il déclaré.

Source : Documents Facebook

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des recherches internes de Facebook sur les enfants ?
Pensez-vous que Facebook et ses filiales sont investis dans la protection des enfants en ligne ?

Voir aussi :

Des documents internes de Facebook divulgués décrivent les enfants de 10 à 12 ans comme une "richesse inexploitée", et contiennent des plans pour attirer les enfants sur le réseau social

Instagram pour les enfants ? Mark Zuckerberg cible maintenant vos enfants et si le milliardaire les attrape tôt, il les aura pour la vie

Facebook affirme qu'il n'y a pas de lien entre l'utilisation de ses plateformes et la dépression des utilisateurs, mais les chercheurs décrivent une corrélation de plus en plus évidente

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:21
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Facebook n'est pas devenu Meta
Quand même un peu ...

Soit ! Le produit/site/réseau social s'appelait et continue de s'appeler "Facebook".
Mais la société "Facebook Inc." a bien changé de nom en (et est donc devenu) "Meta Platforms, Inc."

Alors ne pas spécifier le "Inc." est peut-être un raccourci de langage, mais on dit "Microsoft", jamais "Microsoft Corp."
On ne peut pas considérer la phrase comme fausse.
7  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 12:31
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook est une boîte qui collecte autant d'information et qui ne les protège pas (cf. les fuites de données massives de ces dernières années). Je dirais même qu'ils s'en moque, si l'on en crois le mail interne qui avait lui aussi fuité et qui disait qu'il fallait habituer les utilisateurs au fuites de données en normalisant ces évènements...

Si l'on tient à la sécurité de ses enfants, il faut essayer de les tenir le plus éloignés possible de cette cochonnerie.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Pensez-vous que Facebook et ses filiales sont investis dans la protection des enfants en ligne ?
La seule protection dans laquelle Facebook investit c'est la protection de ses revenus.
3  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 9:16
On s'en doutait que les réseaux sociaux n'étaient pas bons pour la santé. Mais c'est valable aussi pour les téléphones. Les jeunes passent leur temps dessus.
Et encore mes gamins n'ont pas de comptes sur les réseaux sociaux, ils regardent plein de vidéos (tik-tok, youtube, des séries) moins pire. Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.

De toute façon quand c'est gratuit c'est toi le produit.
6  3 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/11/2021 à 15:42
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
Une personne normale ne peut pas lutter.
J'aimerai voir la tronche de l'influenceur des frères Bogdanov
3  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 9:49
Punaise, mais laissez les grandir en paix !
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 14:35
Bonjour

Un projet de loi obligerait Facebook à proposer une version où le contenu n'est pas sélectionné par un « algorithme opaque » s'appuyant sur les données personnelles.

Que pensez-vous de ce projet de loi ?
Sur le papier , c'est "bien". Dans les fait Facebook fait travailler tellement d'entreprises prestataires, qu'ici on court le risque que cela soit les prestataires qui continuent d'entretenir ce que l'on critique.

Facebook pourrait se dédouaner et dire "c'est pas nous, c'est nos prestataires" ... Comme avec Cambridge Analytica. 1 société de supprimée, 10 autres qui se battent en duel pour décrocher le marché ...

Cela pourrait même être encore plus contreproductif dans le sens ou , la data ne serait plus forcement dans le pays d'origine. Genre les datas belges ou suisses qui se retrouvent , chez un presta en Asie. A la merci d'ingérences ou de manipulations encore pire, que ce que l'on a pu connaitre.

Aimeriez-vous utiliser Facebook sans algorithme qui sélectionne le contenu sur la base de données personnelles ?
1) soit un modèle par abonnement ou l'on doit payer ... Facebook n'en veut pas au risque de voir partir ces users.

2) soit un modèle économique ou l'utilisateur choisit "ses" pub. Bon ici encore un truc plutôt boiteux. Si je choisis les entreprises qui peuvent me faire de la pub, pas sur que cela rapporte beaucoup ... si je ne consomme pas chez elles.

Qu'en est-il de Google ?
Chez Google, suffit d'avoir une boite mail "poubelle" ,. Au moins la ils peuvent balancer toute la pub qu'ils veulent, on s'en tamponne
1  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 12:27
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Punaise, mais laissez les grandir en paix !
Vivement que cette boîte de m.... ferme un jour ses portes.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/11/2021 à 22:33
Bonsoir,

Que pensez-vous du métavers ?
Je préfère les Sims . Le metavers de Facebook, c'est une pâle et malsaine copie de Second Life (une daude).

La prochaine évolution technologique ou simplement un mot tendance ?
Effet de mode. Donc mot tendance.

Le projet piloté par Facebook vous perturbe-t-il ?
Oui car facebook est en train de déshumaniser la société ... Tout est fait à distance et on constate littéralement un effritement des relations sociales/contacts humains.

Partagez-vous l'opinion de certains utilisateurs de métavers qui estime que le changement de marque de Facebook est une tentative de capitaliser sur le buzz croissant autour d'un concept qu'il n'a pas créé ?
Je dirais plutôt se protéger les fesses en cas d'attaque en justice.

Vous rangez-vous plutôt du côté de certains utilisateurs de métavers qui estiment que l'arrivée d'une grande enseigne numérique de la taille de Facebook dans le domaine ne pourra que susciter l'intérêt du public et attirer donc plus de personnes ?
Hélas oui et pas qu'en bien.

Que pensez-vous des propos de la lanceuse d'alerte qui demande notamment à Mark Zuckerberg d'abandonner son poste pour que Facebook puisse prendre une nouvelle direction, et qui demande à l'entreprise de plus investir dans la sécurité au lieu de s'étendre dans le métavers ?
Voeux pieu
0  0 
Avatar de kaitlyn
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/11/2021 à 0:51
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Le metavers de Facebook, c'est une pâle et malsaine copie de Second Life
Ah bon ! Moi qui croyais que le metavers de facebook est un parasite de l'être humain.
0  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/11/2021 à 9:35
En Birmanie, les roynghas, minorité ethnique du pays, est parquée dans des camps sur une île suite à une campagne d'appel à la haine sur Facebook. Cambridge analytica représente la partie émergée de l'iceberg. A mon humble avis, Facebook génère moins de troubles que de bienfaits mais lorsque cela arrive, il s'agit de faits gravissimes à cause des algorithmes.

Et ces algorithmes générant de l'argent et des bénéfices, rien ne change pour satisfaire les marchés. La modération humaine ne suffisant pas à contrer cette politique de faire du fric.
0  0