IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le président des États-Unis veut interdire la publicité destinée aux enfants sur Facebook
Tiktok et d'autres plateformes

Le , par Stéphane le calme

251PARTAGES

9  0 
Dans son premier discours sur l'état de l'Union, le président Biden a demandé au Congrès de mettre en œuvre de nouvelles lois pour accroître la sécurité des enfants sur Facebook, TikTok et d'autres plateformes de médias sociaux. « Il est temps de renforcer les protections de la vie privée, d'interdire la publicité ciblée aux enfants, d'exiger que les entreprises technologiques cessent de collecter des données personnelles sur nos enfants », a-t-il déclaré mardi.

Pour commencer à mettre en œuvre ces changements, la Maison-Blanche demandera spécifiquement un financement pour étudier la question de la sécurité des enfants sur les réseaux sociaux. Biden prévoit également de demander 5 millions de dollars dans le budget de l'année prochaine pour étudier l'impact des médias sociaux sur la santé mentale, tout en lançant un « Centre national d'excellence sur les médias sociaux et la maladie mentale ». L'objectif est d'élaborer de nouvelles directives sur l'impact de l'utilisation des médias sociaux par les adolescents.

Une grande partie de la motivation pour les changements semble provenir de la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, qui a assisté à l'allocution en tant qu'invitée de Jill Biden. Elle a récemment témoigné devant le Congrès, accusant Meta, le parent de Facebook, de ne pas tenir compte de la sécurité des enfants sur la plateforme.

Ses révélations ont eu un impact sur les politiciens des deux côtés de l'allée, qui ont convenu que des règles plus strictes étaient nécessaires. Le mois dernier, les sénateurs républicain et démocrate (respectivement) Marsha Blackburn et Richard Blumenthal ont présenté un projet de loi, le Kids Online Safety Act (KOSA), qui donnerait aux parents et aux enfants plus de contrôle sur leur vie privée et leur sécurité sur les réseaux sociaux, tout en établissant de nouvelles règles pour plateformes de médias sociaux.

« Comme Frances Haugen, qui est ici avec nous ce soir, l'a montré, nous devons tenir les plateformes de médias sociaux responsables de l'expérience nationale qu'elles mènent sur nos enfants à des fins lucratives », a déclaré le président.


Le président américain Joe Biden a profité de son premier discours sur l'état de l'Union pour appeler à l'interdiction des réseaux sociaux diffusant des publicités destinées aux enfants. S'exprimant en présence de la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, invitée par la première dame Jill Biden, le président a déclaré « nous devons tenir les plateformes de médias sociaux responsables de l'expérience nationale qu'elles mènent sur nos enfants à des fins lucratives ».

« Il est temps de renforcer les protections de la vie privée, d'interdire la publicité ciblée aux enfants, d'exiger que les entreprises technologiques cessent de collecter des données personnelles sur nos enfants », a-t-il tonné.

Frances Haugen, 37 ans, est une data scientist originaire de l'Iowa, diplômée en ingénierie informatique et titulaire d'une maîtrise en commerce de Harvard. Selon un profil LinkedIn désormais supprimé, Haugen était un chef de produit chez Facebook affecté au groupe Civic Integrity. Elle a choisi de quitter l'entreprise après la dissolution du groupe. Elle a dit qu'elle n'avait « pas confiance dans le fait qu'ils étaient prêts à investir pour empêcher Facebook d'être dangereux ».

Frances Haugen a profité de son passage au sein de Facebook pour exfiltrer une énorme quantité de données qui ont servi de base pour une série de plaintes et de dénonciations. Parmi ces données, elle en a publié qui ont suggéré que les études menées au cours des trois dernières années par les chercheurs de Facebook ont fait ressortir qu'Instagram est « nuisible pour un pourcentage important » de jeunes utilisateurs, en particulier les adolescentes.

Haugen a exposé des documents internes qui ont révélé que Facebook savait que jusqu'à 3 % des adolescentes souffraient de dépression ou d'anxiété, ou d'automutilation à la suite de l'utilisation d'Instagram, et a néanmoins poursuivi une version spéciale de l'application ciblant les adolescents. Le projet a ensuite été annulé.

Toutefois Karina Newton, Head of Public Policy pour le compte d'Instagram, a demandé à prendre avec des pincettes ces études, estimant qu'il n'y a pas encore suffisamment de preuves pour dire que les médias sociaux ont un effet négatif sur les utilisateurs : « La question qui préoccupe beaucoup de gens est de savoir si les médias sociaux sont bons ou mauvais pour les gens », a écrit Karina Newton. « La recherche à ce sujet est mitigée ; la réponse peut être oui et non. Chez Instagram, nous examinons les avantages et les risques de ce que nous faisons. Nous sommes fiers que notre application puisse donner la parole à ceux qui ont été marginalisés, qu'elle puisse aider les amis et les familles à rester connectés aux quatre coins du monde, qu'elle puisse provoquer un changement sociétal ; mais nous savons aussi que cela peut être un endroit où les gens vivent des expériences négatives, comme le WSJ l'a annoncé aujourd'hui. Notre travail consiste à nous assurer que les gens se sentent bien dans l'expérience qu'ils ont sur Instagram, et y parvenir est quelque chose qui nous tient à cœur. »

Poursuivant ses propos, elle explique que « la recherche externe sur l'impact des médias sociaux sur les gens est encore relativement naissante et en évolution, et les médias sociaux eux-mêmes évoluent rapidement. Certains chercheurs soutiennent que nous avons besoin de plus de preuves pour comprendre l'impact des médias sociaux sur les gens. Chaque étude a des limites et des mises en garde, donc aucune étude ne sera concluante », dit-elle. Avant d'ajouter « nous devons nous appuyer sur un corpus sans cesse croissant de recherches multiméthodes et de contributions d'experts ».


Le projet de loi sur l'innovation et la concurrence

Un autre technicien présent dans le discours de l'état de l'Union était le PDG d'Intel, Pat Gelsinger, qui a été mentionné dans le contexte du plan de 20 milliards de dollars du géant de la fabrication de puces pour construire des usines de fabrication de silicium dans l'Ohio.

Biden a utilisé son discours pour exhorter le Congrès à adopter la loi sur l'innovation et la concurrence, qui comprend des milliards d'investissements dans l'IA, l'informatique quantique et la recherche sur les semi-conducteurs - en partie parce que si cela devient loi, Gelsinger « m'a dit qu'ils [Intel] sont prêts à augmenter leur investissement de 20 milliards de dollars à 100 milliards de dollars ».

Le président a également lié les projets d'Intel aux efforts américains pour concurrencer la Chine, affirmant que la loi sur l'innovation contribuera « à uniformiser les règles du jeu avec la Chine et d'autres concurrents ».

Une fabrication de puces plus locale était également liée à la lutte contre l'inflation, qui atteint actuellement un sommet de 40 ans de 7,5 %, causant beaucoup de difficultés économiques aux États-Unis et contribuant à la popularité tiède de l'administration Biden.

« L'année dernière, il n'y avait pas assez de semi-conducteurs pour fabriquer toutes les voitures que les gens voulaient acheter », a déploré Biden. « Et devinez quoi ? Les prix des automobiles ont augmenté ». Une fabrication plus onshore a été présentée comme un moyen de lutter contre l'inflation et de protéger l'industrie américaine des incertitudes de la chaîne d'approvisionnement.


Le président a également annoncé que les États-Unis avaient fermé leur espace aérien aux vols en provenance de Russie et créé un nouveau groupe de travail du ministère de la Justice « pour poursuivre les crimes des oligarques russes ».

« Nous nous joignons à nos alliés européens pour trouver et saisir vos yachts, vos appartements de luxe, vos jets privés », a-t-il prévenu.

Peut-être ironiquement, le message était également un avertissement pour les oligarques américains eux aussi (y compris ceux issus des grandes entreprises technologiques) que Biden veut également changer leur situation. Parce que le système fiscal américain actuel n'est « pas équitable ».

« Je ne cherche pas à punir qui que ce soit. Mais assurons-nous que les entreprises et les Américains les plus riches commencent à payer leur juste part », a déclaré Biden, ajoutant « L'année dernière, 55 entreprises du Fortune 500 ont réalisé 40 milliards de dollars de bénéfices et n'ont payé aucun dollar au gouvernement fédéral en impôt sur le revenu ».

« Ce n'est tout simplement pas juste. C'est pourquoi j'ai proposé un taux d'imposition minimum de 15 % pour les sociétés ».

« Au cours des 40 dernières années, on nous a dit que si nous accordions des allégements fiscaux à ceux qui étaient au sommet, les avantages se répercuteraient sur tout le monde. Mais cette théorie des retombées a conduit à une croissance économique plus faible, des salaires plus bas, des déficits plus importants et le plus grand écart entre ceux qui sont au sommet et tous les autres depuis près d'un siècle ».

Source : discours de Biden (vidéo dans le texte)

Et vous ?

Que pensez-vous du projet de loi visant à interdire les publicités destinées aux enfants ?

Voir aussi :

Les médias sociaux nuisent à la santé mentale des adolescents, d'après une étude de l'Education Policy Institute
Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 18:30
Citation Envoyé par Jesus63 Voir le message
Attendez... Ça fait tellement longtemps que ça n'est pas arrivé que j'ai du mal à reconnaître une bonne idée...

Des experts pour confirmer ?
C'est parce que c'est une mauvaise idée. La bonne idée aurait été d'interdire les réseaux sociaux aux enfants ....
4  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 14:06
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le président des États-Unis veut interdire la publicité destinée aux enfants sur Facebook, Tiktok et d'autres plateformes.
« Il est temps d'exiger que les entreprises technologiques cessent de collecter des données personnelles sur nos enfants »
Attendez... Ça fait tellement longtemps que ça n'est pas arrivé que j'ai du mal à reconnaître une bonne idée...

Des experts pour confirmer ?
3  1 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/03/2022 à 17:14
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
C'est parce que c'est une mauvaise idée. La bonne idée aurait été d'interdire les réseaux sociaux aux enfants ....
C'est déjà le cas, il faut 13 ans pour accéder accepter les conditions générales.
Les enfants ne respectent pas le droit, et on ne peut pas vraiment les tenir responsable. A la rigueur on peut repprocher à leur parents leur éducation...
En attendant, les entreprises le doivent respecter le droit, et cette façon d'attaquer le problème à plus de chance de fonctionner qu'un age légal déclaratif...
0  2