IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des services de change de cryptomonnaies examinent les appels de l'Ukraine à geler les bitcoins des Russes
Et ravivent le débat sur les principes de démocratie et de liberté prônés par l'Occident

Le , par Patrick Ruiz

134PARTAGES

5  0 
Alors que l'Occident continue d'imposer davantage de sanctions contre les banques russes suite au déclenchement de l'opération militaire russe contre l'Ukraine, le ministre ukrainien de la Transformation numérique appelle au gel des avoirs en cryptomonnaies des Russes. La situation est sujette à controverse entre services de change qui examinent la demande et ceux qui prennent position pour la défense des principes de liberté financière acquis via les cryptomonnaies. Elle n’est pas sans faire penser au rétropédalage du créateur de Ruby on Rails sur le bitcoin suite au blocage des wallets des manifestants contre le vaccin de coronavirus.



Fedorov a ensuite souligné que certains services liés à l'industrie des monnaies cryptographiques ont déjà pris des mesures pour geler les actifs des Russes et des Biélorusses. La plateforme de jetons non fongibles Dmarket en fait partie. « Les fonds de ces comptes pourraient être reversés à l'effort de guerre », a déclaré Fedorov. Le ministre ukrainien de la Transformation numérique a également cité les mesures en cours prises par le géant des médias sociaux Meta concernant les présumées cyberattaques de la Russie contre l’Ukraine. L’ on estime que les Russes détenaient plus de 200 milliards de dollars en cryptomonnaies au début du mois de février.



Binance ne prévoit pas de geler les actifs des Russes, car cela contredirait les grands principes de liberté financière des cryptomonnaies. « Nous n'allons pas geler unilatéralement les comptes de millions d'utilisateurs innocents. Les cryptomonnaies ont pour but d'offrir une plus grande liberté financière aux personnes à travers le monde. Les sanctions devraient viser des entités précises en Russie tout en minimisant l'impact sur les utilisateurs innocents », a indiqué la plateforme de change de cryptomonnaies. Cette posture vaut pour d’autres services de change de cryptomonnaies comme Kraken et Coinbase.

Si certains dirigeants de services de change de cryptomonnaies estiment que les sanctions contre la Russie sont inévitables, ils restent d'avis qu'elles ne devraient viser que des personnes choisies, comme le fait d'habitude l'Office of Foreign Assets Control des États-Unis. Le PDG de Kraken, Jesse Powell, a en sus déclaré que Kraken ne sera pas en mesure de geler les comptes de ses clients russes sans une exigence légale. Néanmoins les Russes doivent prendre conscience de ce qu'une telle exigence est plus que jamais à la porte au vu du contexte comme l’illustre l’exemple canadien.

C’est pour cette raison que le créateur de Ruby on Rails a lancé un appel mondial à soutenir les cryptomonnaies et les principes de démocratie et de liberté qui les régissent en principe :

« Dire que j'ai été sceptique à propos du bitcoin et du reste de l'univers des cryptos serait un euphémisme aux proportions épiques. Depuis le début des années 2010, certaines de mes batailles Twitter les plus féroces ont été menées contre l'armée des hodlers aux yeux laser.

Il y a tellement de points qui fâchent à propos des cryptomonnaies : la consommation d'énergie grotesque du bitcoin, les frais de transaction ridicules et le faible débit, les manipulations dans les shitcoins, les fluctuations de prix sauvages des principales monnaies, la fraude évidente qu'est Tether, l'absence de décentralisation réelle dans la plupart des infrastructures actuelles du web3, et ainsi de suite.

Au-delà de tous ces problèmes et défis bien réels, mon plus gros reproche était en fait alimenté par un manque d'imagination. Je pouvais voir la promesse fondamentale d'une monnaie numérique sans banque si vous viviez dans un État en faillite comme le Venezuela ou un État ouvertement autoritaire comme la Chine ou l'Iran, mais en quoi cela était-il pertinent pour le grand nombre d'adeptes du bitcoin vivant dans des démocraties occidentales stables régies par l'État de droit ? Au-delà de la patine de respectabilité philosophique qu'il pourrait appliquer à un autre système d'enrichissement rapide ?

Ce n'est pas parce que tu es paranoïaque qu'ils ne sont pas après toi. Ça commence à sentir comme ça. Ce n'est pas parce que l'argument le plus vertueux du bitcoin a été présenté - du moins avec de la mauvaise foi - par des adeptes de l'enrichissement rapide, qu'il n'est pas vrai !

C'est le cas des manifestations des camionneurs au Canada. En seulement trois semaines de klaxons, de rues et de ponts bloqués, de châteaux gonflables et de drapeaux agités, ce mouvement de protestation pacifique a réussi à provoquer une réaction autoritaire des plus choquantes de la part du gouvernement canadien.

Tout d'abord, le service de police d'Ottawa a demandé à GoFundMe de confisquer les dons dans l'intention de les rediriger vers d'autres causes, puis, après un tollé, il s'est contenté de bloquer l'argent pendant 7 à 10 jours avant de le rembourser. Cela semblait être une escalade draconienne en totale contradiction avec les dizaines de millions de dollars collectés pour des causes de justice sociale pendant l'été de protestation de 2020. Mais à l'époque, j'ai pensé qu'une autre plateforme de collecte de fonds - moins susceptible de collaborer avec les autorités canadiennes - pourrait contourner ce problème. Et c'est ce que GiveSendGo a effectivement commencé à faire.

Il s'avère que l'inquiétude suscitée par les dons est rapidement devenue insignifiante, car quelques jours plus tard, le Premier ministre canadien a imposé la loi martiale aux manifestants. Grâce à des pouvoirs prévus pour les événements catastrophiques, il a gelé les comptes bancaires des manifestants et des donateurs canadiens, a exigé que les dépanneurs dégagent les rues et a obligé les compagnies d'assurance à annuler les polices d'assurance des manifestants.

Cela a "marché". En plus de la police qui a pris d'assaut les manifestations avec du gaz poivré et des grenades paralysantes, la zone située devant le Parlement a été nettoyée. Mais même cela n'a pas suffi. Même si les manifestations ont été évacuées, la police a promis de faire valoir ses nouveaux pouvoirs financiers contre toute personne impliquée pendant les mois à venir.

Les Canadiens qui ont fait des dons aux camionneurs devraient donc dormir avec un œil ouvert pendant les prochains mois, de peur que leurs comptes bancaires ne soient gelés et que des mises en accusation ne soient prononcées sur la base des lois adoptées pour empêcher le financement du terrorisme ? Ou peut-être leur banque annulera-t-elle simplement leurs comptes de manière préventive s'ils figurent sur la liste piratée des donateurs de GiveSendGo ?

C'est de la folie. Absolument fou. C'est terrifiant.

Je n'arrive toujours pas à croire que c'est la manifestation qui prouvera que tous les fanatiques du bitcoin sont des prophètes. Et pour moi, de devoir couper un morceau de tarte à l'humilité, et d'admettre que j'avais tort sur la nécessité fondamentale de la crypto dans les démocraties occidentales.

Et que ce sont les Canadiens qui ont provoqué ça ? Vous auriez pu aussi bien me dire que c'était vraiment les Bisounours qui dirigeaient Abu Ghraib.

D'autant plus que j'avais une certaine sympathie pour les craintes projetées par la gauche progressiste américaine qui a passé quatre ans à s'inquiéter que Trump puisse faire de tels coups d'éclat. Puis il s'avère que les craintes d'un dépassement autoritaire seraient satisfaites par Trudeau au nord ? Qui écrit ce scénario ? M. Night Shyamalan ?

Pendant ce temps, de nombreux commentateurs américains se réjouissent de la situation. Ces terribles, horribles, bons à rien, très mauvais camionneurs ont eu ce qu'ils méritaient ! Protester pour une abrogation des restrictions en cas de pandémie, afin de vivre la vie dont jouit au Danemark une population moins vaccinée que les Canadiens ? C'est clairement inadmissible !

Mais d'une manière étrange, je suis heureux que nous ayons tous reçu cet avertissement de Trudeau au Canada et non de Trump en Amérique. Il aurait été beaucoup trop facile pour les Européens en particulier de rejeter les affirmations autoritaires de loi martiale de Trump comme étant sans rapport avec l'expérience européenne. Tout comme j'ai longtemps considéré que le désir pratique des habitants du Venezuela, de l'Iran ou de la Chine pour les cryptomonnaies n'était pas pertinent pour l'expérience occidentale dans son ensemble.

La France est-elle vraiment si différente du Canada ? De l'Autriche ? Du Danemark ? C'est une véritable prise de conscience.

Cela me rappelle les révélations de Snowden. Avant qu'il n'apporte des preuves, l'idée que l'Amérique traitait tous les courriels du monde, enregistrait n'importe quel appel téléphonique n'importe où à volonté et surveillait tout le trafic Internet semblait tellement hyperbolique. Je me souviens d'en avoir discuté avec un ami dans les années 2000, lorsque les rumeurs d’échelon avaient pris de l'ampleur. Ça ne semblait pas crédible jusqu'à ce que ce soit indéniable.

Je suis assis avec le même sentiment ici. Il y a quelques mois à peine, je n'aurais pas trouvé crédible que vous disiez qu'une manifestation pacifique de trois semaines au Canada aurait pu conduire à la loi martiale, au gel des comptes bancaires et à l'utilisation de lois sur le financement du terrorisme pour chasser les donateurs de la manifestation. Incroyable à l'époque, indéniable maintenant.

Je ne pense pas que nous ayons la moindre idée du type de graines de radicalisation qui ont été plantées par Trudeau avec ces actions. C'est l'un de ces événements mondiaux sur lesquels on peut imaginer un documentaire du futur s'ouvrir : "Tout a commencé quand..."

Mais où que cela nous mène ensuite, il est clair pour moi maintenant que je suis allé trop vite en besogne en rejetant complètement la cryptomonnaie sur la base de toutes les choses qui ne vont pas avec elle en ce moment. Au lieu d'apprécier la liberté fondamentale de transaction qu'elle est actuellement notre meilleure chance de protéger. »

Et vous ?

Que pensez-vous des cryptomonnaies comme outil pour le soutien de la liberté et de la démocratie ?
Que pensez-vous de l’usage que les nations dites démocratiques en font au regard des développements autour de l’opération militaire russe en Ukraine ? L’Occident est-il capable de mettre à mal la démocratie et la liberté quand cela va dans ses intérêts ?

Voir aussi :

Le bitcoin vaut moins que le coût d'extraction, selon JPMorgan, le coût de revient moyen pondéré d'un bitcoin étant estimé à environ 4 060 $
La cryptomonnaie de Facebook, une opportunité de 19 milliards de dollars de revenus, et une nouvelle affaire autre que la publicité, selon Barclays
La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude
Cryptomonnaie : le crash du marché laisse des entreprises en faillite dans son sillage, des développeurs étant privés de financement supplémentaire
L'État de New York approuve deux cryptomonnaies liées au dollar : deux nouveaux stablecoins à la suite du TrueUSD aux États-Unis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Le gris
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 13:01
Que l'occident arrête ses bêtises. Depuis quand de telles sanctions ont été prises contre les USA ou l'OTAN qui menaient la guerre en Afghanistan, en Irak, en Lybie etc.
0  0