IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UE accuse la Chine de violations de brevets des licences de technologie de smartphone qui coûtent des milliards d'euros aux entreprises
Et lance une procédure contre la Chine devant l'OMC

Le , par Stéphane le calme

122PARTAGES

9  0 
L'UE traîne la Chine devant l'Organisation mondiale du commerce pour des violations présumées de brevets qui coûtent des milliards d'euros aux entreprises, dans le cadre de ce que les responsables de Bruxelles qualifient de « prise de pouvoir » par Pékin pour fixer les taux de licence de la technologie des smartphones. Des entreprises, dont le suédois Ericsson, le finlandais Nokia et le japonais Sharp, ont perdu de l'argent après que la Cour suprême chinoise leur a interdit de protéger leurs brevets en obtenant des accords de licence devant des tribunaux étrangers, a déclaré la Commission européenne.

Les tribunaux chinois fixent les frais de licence à environ la moitié du taux du marché précédemment convenu entre les fournisseurs de technologie occidentaux et les fabricants tels que Oppo, Xiaomi, ZTE et Huawei, a-t-il ajouté. La baisse des droits de licence fixée par Pékin prive les fabricants de smartphones et autres entreprises de télécommunications mobiles d'une source de revenus cruciale à réinvestir dans la recherche et le développement. « Cela fait partie d'une prise de pouvoir mondiale par le gouvernement chinois par des moyens légaux », a déclaré un responsable de la Commission européenne. « C'est un moyen de pousser l'Europe vers l'extérieur ».

Les fabricants de smartphones ont convenu de normes mondiales pour les réseaux de télécommunications. En retour, les fabricants de technologie doivent concéder leurs brevets à d'autres. S'ils ne parviennent pas à s'entendre sur un prix, ils s'adressent au tribunal pour le fixer. Les tribunaux chinois fixent généralement les prix à la moitié du niveau de ceux de l'ouest, ce qui signifie que leurs entreprises paient moins pour la technologie des fournisseurs étrangers.

En août 2020, la Cour populaire suprême de Chine a décidé que les tribunaux chinois pouvaient imposer des « injonctions anti-poursuites », qui interdisent à une entreprise de porter une affaire devant un tribunal en dehors du pays. Ceux qui le font sont passibles d'une amende journalière de 130 000 € et les jugements des tribunaux ailleurs sont ignorés.


L'Union européenne a engagé auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une procédure contre la Chine, cette dernière restreignant la possibilité pour les entreprises de l'UE de saisir une juridiction étrangère afin de protéger et d'utiliser leurs brevets.

La Chine limite fortement la possibilité pour les entreprises de l'UE ayant des droits sur des technologies clés (telles que la 3G, la 4G et la 5G) de protéger ces droits lorsque leurs brevets sont utilisés illégalement ou sans compensation appropriée, par exemple par des fabricants chinois de téléphones mobiles. Les titulaires de brevets qui saisissent des tribunaux en dehors de la Chine se voient souvent infliger des amendes importantes en Chine, une pression qui les pousse à concéder des droits de licence à des taux inférieurs à ceux du marché.

La politique de réduction des coûts de licence a été soutenue par le Congrès du peuple, l'Assemblée nationale chinoise, bien qu'elle n'ait pas été inscrite dans la législation, a affirmé la commission.

Après qu'Ericsson a perdu un procès, il a déclaré que les revenus de licences chuteraient de 100 à 150 millions d'euros par trimestre. La société américaine de R&D technologique InterDigital (une société de recherche et développement technologique qui fournit des technologies sans fil et vidéo pour les appareils mobiles, les réseaux et les services dans le monde entier) et les instituts de recherche de l'UE tels que le réseau Fraunhofer en Allemagne, qui octroient également des licences pour de nouvelles technologies, ont également souffert. Les entreprises ont réinvesti les frais de licence dans la recherche, a indiqué la commission.

Selon l'UE, cette politique chinoise est extrêmement préjudiciable à l'innovation et à la croissance en Europe, car elle prive effectivement les entreprises technologiques européennes de la possibilité d'exercer et de faire respecter les droits qui leur confèrent une avance technologique.

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif et commissaire au commerce, a déclaré ce qui suit : « Nous devons préserver le dynamisme de l'industrie de haute technologie de l'UE, car cette dernière est un vecteur d'innovation qui garantit notre rôle de premier plan dans le développement de futures technologies innovantes. Les entreprises de l'UE ont le droit de demander justice dans des conditions équitables lorsque leur technologie est utilisée illégalement. C'est la raison pour laquelle nous engageons aujourd'hui des consultations dans le cadre de l'OMC. »

Depuis août 2020, les tribunaux chinois rendent des décisions interdisant d'introduire ou de poursuivre une procédure devant une autre juridiction — appelées « anti-suit injunctions » — qui visent à exercer une pression sur les entreprises de l'UE titulaires de brevets de haute technologie et à les empêcher de protéger légitimement leurs technologies. Les tribunaux chinois font également peser la menace d'amendes lourdes sur les entreprises européennes pour les dissuader de saisir des juridictions étrangères.

Les entreprises européennes de haute technologie se retrouvent ainsi considérablement désavantagées lorsqu'elles se battent pour faire valoir leurs droits. Les fabricants chinois demandent ces « anti-suit injunctions » afin de bénéficier d'un accès moins onéreux, voire gratuit, à la technologie européenne.

L'UE a soulevé à plusieurs reprises cette question auprès de la Chine pour tenter de trouver une solution, mais sans succès. Estimant que les mesures chinoises sont incompatibles avec l'accord de l'OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), l'UE a donc demandé des consultations dans le cadre de l'OMC.


Prochaines étapes

Les consultations sollicitées par l'UE constituent la première étape de la procédure de règlement des différends à l'OMC. Si elles n'aboutissent pas à une solution satisfaisante dans un délai de 60 jours, l'UE pourra demander à l'OMC la constitution d'un groupe spécial, qui sera chargé de régler le différend.

Contexte

Les brevets concernés en l'espèce sont des brevets essentiels à des normes (BEN). Les BEN sont des brevets essentiels à la fabrication de produits répondant à une certaine norme internationale. Étant donné que l'utilisation des technologies protégées par ces brevets est obligatoire pour la production, par exemple, d'un téléphone mobile, les titulaires de brevets se sont engagés à concéder sous licence ces brevets aux fabricants à des conditions équitables, raisonnables et non discriminatoires (conditions dites FRAND - « fair, reasonable and non-discriminatory »). Un fabricant de téléphones mobiles devrait donc obtenir une licence (soumise à un droit de licence négocié avec le titulaire du brevet) pour ces brevets. Si un fabricant n'obtient pas de licence ou refuse de payer, le titulaire d'un brevet peut faire respecter ces brevets et demander à un tribunal d'arrêter la vente des produits comportant cette technologie non concédée.

En août 2020, la Cour populaire suprême chinoise a décidé que les tribunaux chinois pouvaient interdire aux titulaires de brevets de saisir une juridiction non chinoise pour faire respecter leurs brevets en mettant en place une « anti-suit injunction ». La Cour populaire suprême a également décidé que la violation de cette ordonnance pouvait être sanctionnée par une amende journalière de 130 000 €. Depuis lors, les tribunaux chinois ont adopté quatre « anti-suit injunctions » à l'encontre de titulaires de brevets étrangers.

Liren Chen, président et directeur général d'InterDigital, a déclaré : « Ces dernières années, les injonctions anti-poursuites ont été abusées par certaines entreprises chinoises qui s'opposent à des règles du jeu équitables pour les litiges de propriété intellectuelle liés à des technologies telles que la 4G et la 5G. L'avance de Bruxelles préservera les milliards d'euros que les innovateurs investissent chaque année dans la R&D en Europe et dans le monde et nous espérons que d'autres parties prenantes suivront cet exemple en adoptant des mesures pour protéger l'innovation. »

Les États-Unis et le Japon ont également exprimé leurs préoccupations et devraient se joindre à la demande de consultations de l'UE. La Chine dispose de 60 jours pour répondre, après quoi Bruxelles pourrait demander à un groupe spécial de règlement des différends de se prononcer sur la question.

Il s'agit de la deuxième affaire que la commission lance contre Pékin à l'OMC en un mois, après que la Chine a bloqué toutes les importations en provenance de Lituanie dans un différend sur ses relations avec Taïwan.

Source : communiqué UE

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Voir aussi :

La Chine pourrait dominer la technologie mondiale, prévient le chef des services de renseignements britanniques, l'Occident doit agir de toute urgence
Les États-Unis et l'UE resserrent leurs liens dans le domaine des technologies émergentes, pour contrer la Russie et la Chine
La Chine prétend avoir pris une longueur d'avance sur la 6G grâce à un portefeuille de brevets colossal, sur 38 000 travaux pertinents, 35 % proviendraient de Chine, selon le CNIPA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/02/2022 à 23:32
Bcp de blabla mais au final l'UE ne sont que des fonctionnaire de Bruxelles ayant le charisme de gant de toilette qui vont se coucher comme toujours face à la Chine et au USA mais par contre il seront toujours la pour essoré le contribuable français pour lui faire augmenter la contribution afin de financer leur train de vie

Et bien entendu avec nos elite traitre qui reve d'exterminer 45 millions de français de la France périphérique pour promouvoir l'avènement de l'europe puissance sous domination Allemande seront ravis de faire
3  1 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/02/2022 à 1:09
Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Que si l'Europe voulait vraiment se rebeller, il suffirait d'en finir avec les "Normes Mondiale".
Simple, propre et sans bavure .
Sérieusement, l' "Europe" n'as pas de moyens de pressions contre les grandes puissances armés / commerciales, donc le seule moyen de ne plus subir leurs politiques/"justice" que ce soit US, CH ou RU, c'est d'avoir nos propres normes ouvertes sur un grand marché (447M d'Européens) réguler, par et pour nous.
Le reste c'est de l'onanisme intellectuel .

Ah oui et aussi limiter les brevets à leurs 5/10 premières années d'exploitations commerciale, après quoi ça devrait tomber dans le domaine public Européen.
2  0 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/02/2022 à 16:19
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Que si l'Europe voulait vraiment se rebeller, il suffirait d'en finir avec les "Normes Mondiale".
Simple, propre et sans bavure .
Sérieusement, l' "Europe" n'as pas de moyens de pressions contre les grandes puissances armés / commerciales, donc le seule moyen de ne plus subir leurs politiques/"justice" que ce soit US, CH ou RU, c'est d'avoir nos propres normes ouvertes sur un grand marché (447M d'Européens) réguler, par et pour nous.
Le reste c'est de l'onanisme intellectuel .

Ah oui et aussi limiter les brevets à leurs 5/10 premières années d'exploitations commerciale, après quoi ça devrait tomber dans le domaine public Européen.
Le problème c'est aussi que l'Europe se veut très ouverte et plus juste devant la législation internationale que les USA la Russie ou la Chine.

Il y a un moment il va falloir comprendre, le respect, c'est pour ceux qui le rende, les autres ont s'en cogne.
0  0