IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Peter Thiel, l'un des premiers investisseurs de Facebook, se retire du conseil d'administration de Meta
Pour se concentrer sur la politique

Le , par Nancy Rey

122PARTAGES

6  0 
L'investisseur en capital-risque Peter Thiel se retire de son rôle de longue date au sein du conseil d'administration de Meta (anciennement Facebook). La nouvelle est tombée lundi, Meta l'a confirmée dans un communiqué de presse, précisant que Thiel continuerait à siéger jusqu'à l'assemblée annuelle des actionnaires de la société. Peter Thiel, l'un des plus anciens membres du conseil d'administration de Meta, la société mère de Facebook, prévoit de se retirer, a annoncé la société lundi. Thiel, 54 ans, veut se concentrer sur l'influence des élections de mi-mandat de novembre, a déclaré une personne qui a souhaité être citée de façon anonyme. Thiel considère que les élections de mi-mandat sont cruciales pour changer la direction du pays et il soutient les candidats qui appuient le programme de l'ancien président Donald J. Trump. Au cours de l'année écoulée, Thiel, dont la fortune nette est estimée à 2,6 milliards de dollars par Forbes, est devenu l'un des principaux donateurs du parti républicain. Thiel a été un investisseur de la première heure dans Facebook aux côtés de nombreuses autres entreprises technologiques, et il a rejoint le conseil d'administration de la société en 2005. Mais ces dernières années, il est devenu plus connu pour ses prises de position politiques conservatrices. Après avoir soutenu publiquement la campagne de l'ancien président Donald Trump en 2016, Thiel a fait des dons plus discrets à certains candidats républicains. Zuckerberg a déjà résisté aux appels à couper les liens avec Thiel et a défendu sa présence au conseil d'administration ; ce qui est devenu particulièrement controversé après que Thiel a soutenu Trump. Le départ de Thiel intervient peu après que Meta a annoncé des résultats financiers trimestriels décevants, notamment la toute première perte d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook, et a subi une chute de 25 % de sa valeur boursière.


Peter Thiel siège au conseil d'administration de Meta depuis 2005, lorsque Facebook était une minuscule start-up et qu'il était l'un de ses premiers investisseurs institutionnels. Mais l'examen de la position de Thiel au conseil d'administration n'a cessé de s'intensifier à mesure que la société était mêlée à des controverses politiques, notamment l'exclusion de Trump de la plateforme et que le capital-risqueur devenait plus actif politiquement. Ce départ signifie que Meta perd la voix conservatrice la plus importante de son conseil d'administration. Le conseil d'administration de 10 membres a connu des changements importants ces dernières années, car beaucoup de ses membres sont partis et ont été remplacés, souvent par des entrepreneurs de la Silicon Valley. Drew Houston, le directeur général de Dropbox, a rejoint le conseil d'administration de Facebook en 2020 et Tony Xu, le fondateur de DoorDash, l'a rejoint le mois dernier. Meta n'a pas précisé si elle avait l'intention de remplacer Thiel.

L'entreprise, qui a récemment fêté son 18e anniversaire, entreprend un virage vers ce qu'on appelle le métavers, que son directeur général, Mark Zuckerberg, considère comme la prochaine génération d'Internet. « Peter a été un membre précieux de notre conseil d'administration et je suis profondément reconnaissant pour tout ce qu'il a fait pour notre entreprise. Peter est vraiment un penseur original à qui vous pouvez soumettre vos problèmes les plus difficiles et obtenir des suggestions uniques », a déclaré Mark Zuckerberg dans un communiqué. Dans une déclaration faite lundi, Peter Thiel a dit : « Cela a été un privilège de travailler avec l'un des grands entrepreneurs de notre temps. L'intelligence, l'énergie et la conscience professionnelle de Mark Zuckerberg sont formidables. Ses talents serviront bien Meta alors qu'il mène l'entreprise vers une nouvelle ère ».

Thiel a rencontré Zuckerberg pour la première fois il y a 18 ans, lorsqu'il a fourni à l'entrepreneur un capital de 500 000 dollars pour Facebook, évaluant l'entreprise à 4,9 millions de dollars. Cela a permis à Thiel, avec sa société de capital-risque Founders Fund, de contrôler une participation de 10 % dans le réseau social, de siéger au conseil d'administration. Depuis lors, Thiel est devenu un confident de Zuckerberg. Il a conseillé l'entreprise au cours de ses premières années de croissance rapide du nombre d'utilisateurs et lors de ses difficultés à réorienter ses activités vers les téléphones portables au moment de son introduction en bourse en 2012.

Il a également été perçu comme l'homme à contre-courant de Zuckerberg, se faisant le champion de la liberté d'expression sur les plateformes numériques lorsque cela l'arrangeait. Ses opinions conservatrices ont également apporté au conseil d'administration de Facebook ce que Mark Zuckerberg considère comme une diversité idéologique. En 2019 et 2020, alors que Facebook était aux prises avec la question de savoir comment gérer les discours politiques et les déclarations faites dans les publicités politiques, Thiel a exhorté Zuckerberg à résister à la pression publique pour supprimer ces publicités, même si d'autres cadres et membres du conseil d'administration pensaient que l'entreprise devait changer de position, Zuckerberg s'est rangé du côté de Thiel.

Mais les opinions de Peter Thiel sur le discours étaient parfois contradictoires. Il a financé une guerre secrète contre le site Web de médias Gawker, qui a finalement conduit à la faillite du site. L'influence politique de M. Thiel et ses liens avec les principaux républicains et conservateurs ont également offert une porte d'entrée cruciale à Washington pour Zuckerberg, en particulier sous l'administration Trump. Facebook et Zuckerberg ont longtemps été critiqués pour la présence de Thiel au conseil d'administration. En 2016, Thiel a été l'un des rares titans technologiques de la Silicon Valley, largement libérale, à soutenir publiquement la campagne présidentielle de Trump. En 2020, lorsque les messages incendiaires de Trump sur Facebook ont été passés au crible, les critiques ont cité le siège de Thiel au conseil d'administration pour expliquer l'insistance de Zuckerberg à laisser les messages de Trump en l'état.

Facebook a suspendu le compte de Trump l'année dernière après l'assaut du Capitole américain le 6 janvier, estimant que ses messages incitaient à la violence. Cet épisode est devenu un point de ralliement clef pour les conservateurs qui affirment que les plateformes sociales traditionnelles les ont censurés.

Récemment, Thiel a exprimé publiquement son désaccord avec les décisions de modération du contenu chez Facebook et d'autres grandes plateformes de médias sociaux. En octobre, lors d'un événement organisé à Miami par une association technologique conservatrice, il a déclaré qu'il « préférait de loin les théories du complot de QAnon et de Pizzagate à un ministère de la Vérité ». Les investissements de Thiel sont également entrés en conflit avec son appartenance au conseil d'administration de Meta. Il a investi dans la société qui est devenue Clearview AI, une start-up de reconnaissance faciale qui a raclé des milliards de photos de Facebook, Instagram et d'autres plateformes sociales en violation de leurs conditions de service. Founders Fund a également investi dans Boldend, une entreprise de cyber-armes qui a affirmé avoir trouvé un moyen de pirater WhatsApp, la plateforme de messagerie appartenant à Meta. L'année dernière, Thiel, qui est également président de la société de logiciels Palantir, a augmenté ses dons politiques aux candidats républicains. À l'approche des élections de mi-mandat, il soutient quatre candidats au Sénat et 12 candidats à la Chambre des représentants.

Sources : Meta, Communiqué de presse

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'administration Trump se tourne vers Palantir, l'entreprise controversée de Peter Thiel, afin de construire un dispositif pour traquer le covid-19, l'outil se nomme HHS Protect Now

IBM et Palantir nouent un partenariat dans le domaine du traitement des données à faible code AI, pour mettre au point une nouvelle offre d'entreprise : "Palantir for IBM Cloud Pak for Data"

Des ténors de l'IT créent une entreprise à but non lucratif dédiée à l'IA, afin de mettre l'IA au service de l'humanité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 12:01
Citation Envoyé par sylsau Voir le message
Ca commence à sentir mauvais sur le bateau Facebook (oups Meta). Tout le monde préfère quitter le navire.
Un peu mais ça en dit aussi long sur cette nouvelle forme de pantouflage (aller retour d'ancien hauts fonctionnaires entre le public et le privé, un joli mots pour ne pas dire le vilain, qui serait plus trafic d'influence ou prise illégale d'intérêt) qui est en train de se produire au US entre la fonction publique et l'industrie de la tech...

Au cours de l'année écoulée, Thiel, dont la fortune nette est estimée à 2,6 milliards de dollars par Forbes, est devenu l'un des principaux donateurs du parti républicain.
(...) Il a financé une guerre secrète contre le site Web de médias Gawker, qui a finalement conduit à la faillite du site. L'influence politique de M. Thiel et ses liens avec les principaux républicains et conservateurs ont également offert une porte d'entrée cruciale à Washington pour Zuckerberg, en particulier sous l'administration Trump.
C'est curieux, ce Thiel a été greffier pour le juge J.L. Edmondson de la cour d'appel des États-Unis pour le onzième circuit, pratiquant le droit et plus tard les instruments financiers dérivés. Il fonde le Thiel Capital Management, un fonds à multi-stratégie, en 1996.

Il a participé à la création de Paypal et faisait partie des vendeurs à Ebay,

Mais le plus intéressant c'est qu'en fait... c'est un libertariens ! . Cette bande de fondu qui déteste l'état mais est favorable à une législation minimale, au libre-échange, à une taxation minimale et à des libertés individuelles fortes.

Il expose certaines de ces idées politiques dans l'article L'Éducation d'un Libertarien (The Education of a Libertarian) qui articule le cœur de sa pensée « Je ne crois plus que la liberté et la démocratie soient compatibles. […] Je reste attaché, depuis mon adolescence, à l’idée que la liberté humaine authentique est une condition sine qua non du bien absolu. Je suis opposé aux taxes confiscatoires, aux collectifs totalitaires et à l’idéologie de l'inévitabilité de la mort ».
Il est même contre la mort ! Des plus riches bien sûr.

Mais c'est pas le plus curieux ! Cette année est une bonne année pour lui puisqu'il entretient de bons rapports personnels avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qu'il recrute en 2022 pour un poste de conseiller stratégique après que celui-ci eut quitté le pouvoir en raison d'accusations de corruption.

Hem hem hem... Décidément qu'il quitte facebook se comprend, ce mec à un agenda assez chargé, des bons copains et fait partie, à mon sens, de la mouvance politique la plus dangereuse du moment :
“Dans son livre, les monopoles sont présentés comme une bonne chose, les monarchies sont qualifiées d’efficaces et les entrepreneurs de la tech sont décrits comme très puissants”, précise Der Standard. Son biographe, Max Chafkin, cité par le journal autrichien, va même jusqu’à rapprocher ses idées du fascisme
Un autre très bon article sur lui : Peter Thiel, l’homme qui voulait achever la démocratie. Et dire que Zuckerberg le gardait pour la "diversité idéologique" ...
1  0 
Avatar de sylsau
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 8:45
Ca commence à sentir mauvais sur le bateau Facebook (oups Meta). Tout le monde préfère quitter le navire.
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 3:58
Citation Envoyé par sylsau Voir le message
Ca commence à sentir mauvais sur le bateau Facebook (oups Meta). Tout le monde préfère quitter le navire.
Ou il a été invité à quitté le bateau.Ce sont les gens qui ont utilisé FB comme outil de propagande politique qui ont fait le plus de dommage à la boîte.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 12:20
De nombreux perdants sont des gagnants en fait. Que diriez-vous de Tom Brady?
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/03/2022 à 4:42
Après que ses paris politiques d'outsider, il y a 6-8 ans, lui aient permis d'accéder brièvement à la Maison Blanche, je parie qu'il se sent enhardi pour doubler cette stratégie.

Il a pris ces paris avec des rendements asymétriques au risque d'être complètement ostracisé socialement dans la communauté technologique de Bay Area, pour ensuite sortir vainqueur et conserver son accès et son contrôle partout, y compris chez Facebook, jusqu'à aujourd'hui !

C'est assez impressionnant, quel que soit le sujet ou le régime dont on parle !

Ce sont nos modèles, alors ne soyez pas surpris d'en voir d'autres à mesure que d'autres accumulent du pouvoir et des accès.

J'ai personnellement trouvé fascinant de constater à quel point la barre d'accès devient basse lorsque des intérêts spéciaux bien ancrés quittent le centre jusqu'aux extrémités des partis pour des causes qui ne feront jamais l'objet d'un consensus. C'est une opportunité incroyable pour les nouveaux entrants. C'est personnellement la façon dont je vois le jeu et cela a été largement couronné de succès au cours des deux dernières sessions du Congrès
0  0