IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta fait face à un recours collectif de 2,76 milliards d'euros au Royaume-Uni pour donner une compensation aux 44 millions d'utilisateurs Facebook
Dont les données ont été exploitées

Le , par Stéphane le calme

225PARTAGES

4  0 
Un expert britannique voudrait que Facebook paie 2,76 milliards d'euros de dommages et intérêts aux 44 millions d'utilisateurs du réseau social au Royaume-Uni pour violation présumée des lois sur la concurrence du pays. Le Dr Liza Lovdahl Gormsen, experte en droit de la concurrence, a déposé un recours collectif contre la grande enseigne américaine de la technologie. Dans son action en justice déposée mercredi auprès du UK Competition Appeal Tribunal à Londres, Gormsen a accusé Facebook, qui s'est rebaptisé Meta Platforms, d'exploiter les données personnelles de ses utilisateurs.

Un expert juridique de la concurrence, soutenu par un puissant fonds de litige, est sur le point de monter un recours collectif de plusieurs milliards de dollars contre Facebook/Meta pour violation du droit de la concurrence au motif qu'il a abusé de sa domination des réseaux sociaux au Royaume-Uni pendant plusieurs années. En cas de succès, l'action obligerait Facebook à payer 2,3 milliards de livres sterling (2,76 milliards d'euros) de dommages et intérêts aux utilisateurs de Facebook au Royaume-Uni.

Le recours collectif a été déposé contre Meta, la société mère de Facebook, auprès du Competition Appeal Tribunal du Royaume-Uni à Londres.

L'approche inhabituelle prétend que Facebook devrait payer à ses 44 millions d'utilisateurs britanniques une compensation pour l'exploitation de leurs données entre 2015 et 2019. En fait, la plainte indique que Facebook a pris toutes les données personnelles et privées de ses utilisateurs (qui, en raison de la domination de Facebook, n'avaient pas d'autre plateforme sociale viable). En retour, tous ses utilisateurs ont eu la possibilité de publier des photos de bébés et de chatons à leurs amis et à leur famille.

L'action est montée par l'experte en droit international de la concurrence, le Dr Liza Lovdahl Gormsen, qui a présenté des observations au Parlement britannique concernant la domination du marché par Facebook, ainsi que des articles juridiques universitaires à ce sujet.


Dr Liza Lovdahl Gormsen

Le cas du Dr Lovdahl Gormsen repose sur l'idée que Facebook (récemment renommé Meta) a fixé un « prix injuste » pour les utilisateurs britanniques de Facebook. Le « prix » fixé pour accorder l'accès au réseau social était la remise des données personnelles très précieuses des utilisateurs britanniques, qui en retour obtenaient simplement un accès « gratuit » à la plateforme de réseau social de Facebook, sans compensation financière, alors que Facebook générait des milliards de revenus.

La clef de l'argument de l'affaire est que Facebook a « entouré » ses utilisateurs britanniques non seulement en les enfermant ainsi que leurs données sur sa plateforme, mais aussi en les suivant via le pixel Facebook, sur d'autres sites web, générant ainsi des données de « graphique social » approfondies sur ses utilisateurs.

Un argument qui se rapporte à celui avancé par le Dr Lovdahl Gormsen est que les données d'utilisateurs ont refait surface à maintes reprises dans des controverses, comme lors du scandale de Cambridge Analytica, illustrant davantage leur exploitation du marché.

Les avocats du Dr Lovdahl Gormsen, Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan, LLP, ont écrit à Meta pour les informer de la réclamation. Le Dr Lovdahl Gormsen représentera la catégorie de personnes concernées, c'est-à-dire toutes les personnes domiciliées au Royaume-Uni qui ont utilisé Facebook au moins une fois entre le 1er octobre 2015 et le 31 décembre 2019.

Le recours collectif en « opt-out » est le premier du genre contre Meta en Angleterre et au Pays de Galles. En tant que cas d'exclusion, les 4 millions d'utilisateurs britanniques de Facebook n'auront pas besoin de se joindre activement à l'affaire pour demander des dommages-intérêts, mais feront partie de la plainte à moins qu'ils ne décident de s'en retirer.

Le soutien financier de l'affaire provient d'Innsworth, l'un des plus grands bailleurs de fonds au monde. Quinn Emanuel et Innsworth ont des antécédents en matière de recours collectifs de consommateurs de ce type.

Le contexte plus large est que Meta fait également face à un recours collectif lancé par ses utilisateurs américains, à une action réglementaire dans le monde entier et à une poursuite antitrust de la FTC aux États-Unis qui pourraient le pousser à se séparer des plateformes Instagram et WhatsApp.

Dans un communiqué, le Dr Lovdahl Gormsen a déclaré : « Au cours des 17 années écoulées depuis sa création, Facebook est devenu le seul réseau social au Royaume-Uni où vous pouvez être sûr de vous connecter avec vos amis et votre famille en un seul endroit. Pourtant, il y avait un côté sombre à Facebook ; il a abusé de sa position dominante sur le marché pour imposer des conditions injustes aux Britanniques ordinaires, ce qui lui a donné le pouvoir d'exploiter leurs données personnelles. Je lance cette affaire pour garantir des milliards de livres de dommages et intérêts aux 44 millions de Britanniques dont les données ont été exploitées par Facebook ».

« Je ne pense pas que les gens puissent se connecter à leur famille et à leurs amis de la même manière sur Twitter, Snapchat et tous ces autres endroits. Facebook est assez unique dans sa façon de le faire », a-t-elle déclaré.

L'action repose également sur l'ubiquité du pixel Facebook sur d'autres sites. Quelle en est l'importance pour l'affaire ?

« Imaginez-vous en tant qu'utilisateur de Facebook », a déclaré le Dr Lovdahl Gormsen. « Vous savez peut-être que vos données seront utilisées par Facebook.com. Mais ce que font les pixels, c'est que lorsque vous utilisez un site web tiers, qui n'a bien sûr rien à voir avec Facebook, vos données sont collectées. Cela signifie que Facebook a créé beaucoup plus de points de données sur vous dont vous n'aviez pas réellement connaissance ».

Elle fait valoir que bien qu'il soit possible pour un utilisateur de se retirer de la plateforme de Facebook, au plus profond des paramètres, dans la pratique, la grande majorité des utilisateurs n'ont aucune idée de la façon de procéder ou même savent que c'est possible.

Le Dr Lovdahl Gormsen est chercheur principal au British Institute of International and Comparative Law (BIICL), directeur du Competition Law Forum, conseiller non gouvernemental auprès de l'International Competition Network et siège au conseil consultatif du Journal of Antitrust Application (OUP).

Réponse de Meta

Meta Platforms a publié la déclaration suivante : « Les gens accèdent à notre service gratuitement. Ils choisissent nos services parce que nous leur offrons de la valeur et qu'ils ont un contrôle significatif sur les informations qu'ils partagent sur les plateformes de Meta et avec qui. Nous avons beaucoup investi pour créer des outils qui leur permettent de le faire ».

Facebook continue à collecter les données des personnes même lorsque leurs comptes sont désactivés

Malgré les récentes déclarations de Facebook sur la protection de la vie privée, l'entreprise n'indique pas clairement aux utilisateurs que lorsqu'ils désactivent leur compte, ses connexions de données continuent d'aspirer de nouvelles informations auprès des annonceurs, révélant ainsi les intérêts personnels, les achats récents et autres interactions des utilisateurs. Et la société n'a pas de politique de conservation des données limitant la durée pendant laquelle elle conserve les comptes désactivés et les photos et autres données qui leur sont associées dans une stase cryogénique virtuelle.

Facebook appelle ce flux intraveineux de données provenant des partenaires publicitaires « Votre activité hors Facebook ». Il s'agit de données reflétant les interactions des personnes avec d'autres entreprises, que ces dernières transmettent à Facebook, comme des informations montrant qu'une personne s'est inscrite sur un site web, a acheté un produit ou s'est inscrite à un abonnement de streaming. « Cette pratique est louche dans le meilleur des cas, mais il semble ridicule de le faire lorsque quelqu'un a désactivé son compte », a déclaré Justin Brookman, directeur de la politique en matière de vie privée et de technologie chez Consumer Reports.

Désactiver ou supprimer son compte Facebook ?

La désactivation d'un compte est très différente de sa suppression. Lorsqu'une personne désactive son compte, son profil disparaît de la vue d'autres personnes, mais pas de Facebook. En fin de compte, Facebook considère la désactivation comme un signe qu'un utilisateur peut revenir pour réactiver son compte à un moment donné, ce qu'il peut faire en se connectant simplement à la plateforme. Alors que la suppression d'un compte est permanente, la désactivation a pour but de permettre aux utilisateurs de revenir sur leur compte, avec les connexions d'amis préexistantes et d'autres paramètres intacts, comme s'ils n'étaient jamais partis.

Lorsque les gens désactivent leur compte, « du point de vue de Facebook, tout ce que vous dites, c'est "Je ne veux pas utiliser le produit de médias sociaux de Facebook" », a déclaré Nii Ahene, directeur de la stratégie chez Tinuiti, une agence spécialisée dans la publicité sur Facebook et d'autres plateformes. Donc, dans son évaluation de la perspective possible de Facebook sur le sujet, l'extension logique de cela est quelque chose comme, « Nous allons encore créer ce profil autour de vous ».

Si les comptes désactivés ne sont pas visibles par les autres, Facebook les traite comme un compte actif. Cela signifie que la politique de l'entreprise en matière de données (qui permet d'ajouter de nouvelles données aux comptes) s'applique aux comptes désactivés de la même manière qu'aux comptes actifs. Et cela signifie que si les gens ont choisi d'arrêter le partage de certaines données hors Facebook, leurs choix en matière de confidentialité restent également en place pendant la désactivation. Cependant, s'ils ont désactivé leur compte avant janvier 2020, date à laquelle les contrôles sur les données d'activité hors Facebook ont été rendus disponibles, Facebook pourrait toujours ajouter des données partagées par les annonceurs à leurs comptes mis en pause. Mais Bennett Cyphers, technologue à l'Electronic Frontier Foundation, une organisation de défense de la vie privée numérique, a déclaré que Facebook devrait envisager de suspendre automatiquement la collecte des données liées aux comptes désactivés. « Cela devrait être un signal clair que cette personne ne veut pas qu'ils collectent et monétisent les données la concernant », a-t-il déclaré.

Suppression du compte

Les gens suivent un processus en plusieurs étapes pour désactiver et supprimer leurs comptes. Lorsqu'ils programment la suppression d'un compte, Facebook exige 30 jours pendant lesquels les personnes ne peuvent pas se reconnecter au compte avant que Facebook ne commence à supprimer leurs données. Il n'est pas facile pour de nombreux internautes de passer le seuil de 30 jours fixé par Facebook sans se reconnecter par inadvertance à leur compte, car de nombreux sites web et applications permettent aux utilisateurs de se connecter à l'aide de leurs identifiants Facebook, et parce que les applications et les navigateurs automatisent souvent ces connexions.

« À plusieurs moments de l'histoire récente de Facebook, la seule chose facile à faire pour les utilisateurs était de désactiver leurs comptes, mais la suppression a été plus difficile. Grâce à ses vrilles dans d'autres services, Facebook a donné aux utilisateurs de nombreuses façons différentes de réactiver accidentellement leurs comptes, et c'était donc cette sorte de labyrinthe et d'exercice d'austérité. C'était une structure très californienne d'hôtel. En d'autres termes, comme le disent les paroles de la chanson des Eagles, vous pouvez partir quand vous voulez, mais vous ne pouvez jamais partir », a déclaré Cyphers.

Source : plainte

Et vous ?

Êtes-vous un utilisateur de Facebook ?
Que pensez-vous de cette plainte ? La trouvez-vous fondée ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

Les chercheurs de Facebook ont découvert qu'il avait des impacts négatifs pour 360 millions d'utilisateurs, certains « manquaient de contrôle sur le temps qu'ils passaient sur Facebook »
Facebook a exploité les données de ses utilisateurs pour combattre la concurrence et aider ses « amis » selon une fuite de documents
Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ? La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !