IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google avait un projet secret visant à « convaincre » les employés que les syndicats sont nuls,
De nouveaux documents judiciaires révèlent comment Google a mené sa campagne antisyndicale

Le , par Bruno

119PARTAGES

9  0 
Le 30 novembre de l’année dernière, le National Labor Relations Board (NLRB), une agence indépendante du gouvernement fédéral américain chargée de conduire les élections syndicales et d'enquêter sur les pratiques illégales dans le monde du travail, a décidé que Google devait produire « immédiatement » plus de 70 documents cités à comparaître dans le cadre de sa campagne antisyndicale connue sous le nom de code « Project Vivian » et menée pour écraser la campagne syndicale au sein de l'entreprise. Plus tôt, cette année, une décision du NLRB fait la lumière sur la campagne antisyndicale très secrète chez Google, qu'un cadre supérieur a explicitement décrite comme une initiative visant à « convaincre les employés que les syndicats sont nuls. »

Début 2021, un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer à Communications Workers of America (CWA), le plus grand syndicat des communications et des médias aux États-Unis, représentant environ 700 000 membres des secteurs privé et public. Le syndicat qui a été ouvert à tous les employés et sous-traitants de l'entreprise, mais n'a pas organisé d'élection officielle au National Labor Relations Board et n'a pas été reconnu par Google.


« Ce syndicat s'appuie sur des années d'organisation courageuse de la part des employés de Google », a déclaré Nicki Anselmo, responsable du programme Google. « Qu'il s'agisse de lutter contre la politique des 'vrais noms', de s'opposer au Projet Maven, de protester contre les paiements énormes de plusieurs millions de dollars qui ont été versés aux dirigeants qui ont commis un harcèlement sexuel, nous avons vu de première main qu'Alphabet répond lorsque nous agissons collectivement. »

Selon les documents judiciaires, la campagne dévoilée aujourd’hui a été appelée « Project Vivian », et s'est déroulée chez Google entre fin 2018 et début 2020 pour combattre le militantisme des employés et les efforts d'organisation syndicale dans l'entreprise. Le directeur du droit du travail de Google, Michael Pfyl, a décrit le projet Vivian comme une initiative visant à « engager les employés de manière plus positive et à les convaincre que les syndicats sont nuls ».

Dans sa décision du 7 janvier, un juge du NLRB a écrit que Google devait « immédiatement » produire 180 documents internes qu'il avait examinés et qui concernaient la campagne du projet Vivian de Google, y compris le document contenant la description de Pfyl. Google a jusqu'à présent refusé de remettre ces documents à un avocat représentant d'anciens employés de Google lésés, invoquant le secret professionnel.

Les employés licenciés ont déposé une assignation à comparaître pour ces documents dans le cadre d'un procès NLRB en cours contre l'entreprise. Le travail de Google sur le projet Maven, un effort pour utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer les frappes ciblées de drones, a suscité des protestations parmi les employés qui considéraient le travail comme contraire à l'éthique.

En 2018, l'entreprise a décidé de ne pas renouveler son contrat avec le Pentagone. La société a également mis fin à sa politique d'arbitrage forcé après que 20 000 travailleurs ont organisé une grève pour protester contre l'ancien cadre Andy Rubin qui a obtenu un forfait de sortie de 90 millions de dollars après avoir été accusé de manière crédible de harcèlement sexuel.

Google a licencié les travailleurs en 2019 après qu'ils se sont organisés contre les contrats de l'entreprise avec les agences de détention d'immigration. Fin 2020, le NLRB a émis une plainte fédérale contre Google pour avoir illégalement licencié et surveillé les quatre ingénieurs logiciels. Google a affirmé à l'époque et maintient qu'elle les a licenciés pour avoir enfreint des protocoles de sécurité.

Dans sa décision sur les documents relatifs au projet Vivian, le juge du NLRB décrit les preuves qu'il a examinées d'une situation dans laquelle un avocat de Google a proposé de trouver une « voix respectée pour publier un éditorial décrivant ce à quoi ressemblerait un lieu de travail technologique syndiqué, et conseillant aux employés de Facebook, Microsoft, Amazon et Google de ne pas le faire ».

Kara Silverstein, directrice des ressources humaines de Google, a déclaré qu'elle « aimait l'idée » de l'article, mais qu'il devait être exécuté de manière à « ne pas laisser d'empreintes et à ne pas être spécifique à Google ». Selon le rapport du juge, IRI Consultants a finalement fourni une proposition d'ébauche de l'éditorial à un avocat de Google.

Les documents secrets relatifs au projet Vivian de Google révèlent également que « la décision d'engager IRI n'a pas été prise par des avocats, mais par un groupe composé principalement de non-avocats », dont Silverstein, directeur des ressources humaines de Google, et Danielle Brown, vice-présidente de l'engagement des employés de Google.

Le projet Vivian comprenait également des discussions sur « l'opposition des employés de Google à l'arbitrage obligatoire », selon le rapport du juge. La fin de l'arbitrage obligatoire chez Google a déjà été un point de ralliement crucial pour les employés activistes de Google. L'entreprise a accepté de mettre fin à l'arbitrage obligatoire en février 2019, comme suite aux protestations des employés. « L'affaire sous-jacente ici n'a rien à voir avec la syndicalisation, il s'agit d'employés qui enfreignent des protocoles de sécurité clairs pour accéder à des informations et des systèmes confidentiels de manière inappropriée », a déclaré un porte-parole de Google.

« Nous ne sommes pas d'accord avec la caractérisation des documents juridiquement privilégiés auxquels font référence les plaignants. Comme nous l'avons déclaré, nos équipes font appel à des dizaines de consultants externes et de cabinets d'avocats pour nous fournir des conseils sur un large éventail de sujets, notamment les obligations de l'employeur et l'engagement des employés. Nous avons notamment fait appel à IRI Consultants pendant une courte période. Cependant, nous avons pris la décision en 2019 de ne pas utiliser les matériaux ou les idées explorés lors de cet engagement, et nous pensons toujours que c'était la bonne décision », a-t-il ajouté. Cependant, les membres ont présenté le bien-fondé de leur action :

« Nous avons reconnu que notre pouvoir en tant que travailleurs d'Alphabet (employés à plein temps, employés temporaires, vendeurs et prestataires) vient de notre solidarité les uns avec les autres. Nous créons un syndicat innovant. Alphabet a toujours été une entreprise innovante, avec des travailleurs innovants ; il est normal que nous créions un syndicat innovant. Nous utilisons les protections du travail partout où nous le pouvons, mais nous ne comptons pas uniquement sur les protections du travail. Nous voulons utiliser notre pouvoir pour garantir que :

  • nos conditions de travail soient inclusives et équitables ;
  • nous puissions nous rassembler et faire d’Alphabet un meilleur endroit pour tous les travailleurs ;
  • nous soyons libres de refuser de travailler sur des projets qui ne correspondent pas à nos valeurs ;
  • tous les travailleurs, quel que soit leur statut professionnel, puissent bénéficier des mêmes avantages ;
  • les auteurs de harcèlement, d'abus, de discrimination et de représailles soient tenus pour responsables.

 ».

« Pour lutter contre les systèmes d'oppression qui persistent à ce jour, nous sommes solidaires des travailleurs et des militants du monde entier. Notre travail a un impact sur d'autres travailleurs de Google, nos communautés et le monde. Tous les aspects de notre travail doivent être transparents et nous devons avoir la liberté de choisir les projets qui bénéficient de notre travail », a déclaré un porte-parole des membres du syndicat.

Source : Juge du NLRB

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Peut-on parler de démantèlement des syndicats dans les entreprises ?

Qu'en est-il dans votre entreprise ? Avez-vous un syndicat au sein de votre entreprise ?

Voir aussi :

Un juge ordonne à Google de divulguer plus de 70 documents concernant une campagne antisyndicale secrète, menée pour écraser toutes velléités d'organisation au sein de l'entreprise

Tesla et son PDG Elon Musk sanctionnés par les autorités fédérales pour leurs actions antisyndicales "illégales" à l'usine de Fremont, Musk est sommé de supprimer un tweet menaçant

Un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer, mettant sur pied un syndicat qui sera ouvert à tous les employés et sous-traitants d'Alphabet

La plus grande fédération syndicale américaine exige que Mark Zuckerberg s'excuse pour une fonction de Workplace, qui permettrait aux employeurs de censurer les mots comme "syndiquer" dans les chats

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/01/2022 à 8:46

Don't be evil
Don't be evil (littéralement, « Ne soyez pas malveillants ») est la devise ou le slogan informel de Google. Le sixième point du décalogue philosophique de Google stipule : « Il est possible de gagner de l'argent sans vendre son âme au diable ». En termes de culture d'entreprise, cette devise est devenue le pilier identitaire central de Google.
4  0