IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer
Mettant sur pied un syndicat qui sera ouvert à tous les employés et sous-traitants d'Alphabet

Le , par Stéphane le calme

193PARTAGES

13  0 
Un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer à Communications Workers of America (CWA), le plus grand syndicat des communications et des médias aux États-Unis, représentant environ 700 000 membres des secteurs privé et public. L’Alphabet Workers Union sera ouvert à tous les employés et sous-traitants de la société mère de Google. Son objectif sera de s'attaquer aux problèmes actuels tels que la disparité salariale, les représailles et les contrats gouvernementaux controversés.

« Ce syndicat s'appuie sur des années d'organisation courageuse de la part des employés de Google », a déclaré Nicki Anselmo, responsable du programme Google. « Qu'il s'agisse de lutter contre la politique des 'vrais noms', de s'opposer au Projet Maven, de protester contre les paiements énormes de plusieurs millions de dollars qui ont été versés aux dirigeants qui ont commis un harcèlement sexuel, nous avons vu de première main qu'Alphabet répond lorsque nous agissons collectivement. »

Le travail de Google sur le projet Maven, un effort pour utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer les frappes ciblées de drones, a suscité des protestations parmi les employés qui considéraient le travail comme contraire à l'éthique. En 2018, l'entreprise a décidé de ne pas renouveler son contrat avec le Pentagone. La société a également mis fin à sa politique d'arbitrage forcé après que 20 000 travailleurs ont organisé une grève pour protester contre l'ancien cadre Andy Rubin qui a obtenu un forfait de sortie de 90 millions de dollars après avoir été accusé de manière crédible de harcèlement sexuel.

Maintenant que l'effort syndical est public, les organisateurs vont probablement lancer une série de campagnes pour rassembler les votes des travailleurs de Google. Avant l'annonce, environ 230 employés et sous-traitants de Google avaient apporté leur soutien au syndicat.


Ce syndicat est organisé en tant que members-only. Comme son nom le suggère, c'est un type de syndicat qui ne comprend qu'une partie des employés d'un lieu de travail, plutôt que d'inclure tous les travailleurs dans l'unité de négociation. Les travailleurs qui ne souhaitent pas devenir membres ne sont pas obligés de devenir membres et, à leur tour, le syndicat n'est pas tenu de fournir des services aux employés non membres. En fait, selon la loi américaine, un syndicat organisé en tant que members-only ne peut représenter que ceux qui ont adhéré, au lieu de représenter tous les employés comme dans une unité de négociation traditionnelle.

Ainsi, l'Alphabet Workers Union ne représentera que les employés qui adhèrent volontairement. Cette structure lui permettra également de représenter tous les employés qui cherchent à participer (y compris les intérimaires, les vendeurs et les prestataires) qui seraient exclus par le droit du travail de la négociation collective conventionnelle.

Les prestataires de Google se plaignent depuis longtemps de leur inégalité de traitement par rapport au personnel à plein temps. Bien qu'ils constituent la majorité des effectifs de Google, ils ne bénéficient souvent pas des avantages des employés salariés. En 2019, environ 80 prestataires de Google à Pittsburgh ont voté pour rejoindre le syndicat United Steelworkers.

L'Alphabet Workers Union prévoit de se syndiquer avec la section locale 1400 de la CWA, qui représente les travailleurs du Massachusetts, du Maine, du New Hampshire, du Vermont et de la Californie.

La nouvelle intervient un mois après que le Conseil national des relations du travail a déposé une plainte alléguant que Google a licencié illégalement deux travailleurs qui organisaient des manifestations d'employés. Les employés, Laurence Berland et Kathryn Spiers, s’organisaient contre la décision de l’entreprise de travailler avec IRI Consultants, une entreprise réputée pour ses efforts antisyndicaux.

Elle fait également suite au limogeage de l'éminent éthicien de l'IA Timnit Gebru en décembre. Dans un communiqué de presse annonçant le syndicat, l'Alphabet Workers Union a écrit : « Le licenciement a provoqué l'indignation de milliers d'entre nous, y compris les travailleurs noirs et clairs (Black and Brown) qui ont le cœur brisé par les actions de l'entreprise et sont incertains de leur avenir chez Google ».

Plus tôt cette année, les employés de la plateforme de financement participatif Kickstarter ont voté pour se syndiquer avec la section locale 153 du Syndicat international des employés de bureau et professionnels. C'était la première fois que les employés de l'industrie de la technologie se syndicalisaient.

Si l'effort syndical chez Google est couronné de succès, les membres disent qu'ils s'engageront à verser 1% de leur rémunération annuelle au syndicat. L'argent servira à payer les frais juridiques et à organiser le personnel.


Et les membres d'expliquer le bien-fondé de leur action :

« Nous avons reconnu que notre pouvoir en tant que travailleurs d'Alphabet (employés à plein temps, employés temporaires, vendeurs et prestataires) vient de notre solidarité les uns avec les autres. Nous créons un syndicat innovant. Alphabet a toujours été une entreprise innovante, avec des travailleurs innovants; il est normal que nous créions un syndicat innovant. Nous utilisons les protections du travail partout où nous le pouvons, mais nous ne comptons pas uniquement sur les protections du travail.

« Nous voulons utiliser notre pouvoir pour garantir que:
  • Nos conditions de travail soient inclusives et équitables,
  • Les auteurs de harcèlement, d'abus, de discrimination et de représailles soient tenus pour responsables,
  • Nous soyons libres de refuser de travailler sur des projets qui ne correspondent pas à nos valeurs,
  • Tous les travailleurs, quel que soit leur statut professionnel, puissent bénéficier des mêmes avantages.
  • Nous puissions nous rassembler et faire d’Alphabet un meilleur endroit pour tous les travailleurs.

« Pour lutter contre les systèmes d'oppression qui persistent à ce jour, nous sommes solidaires des travailleurs et des militants du monde entier. Notre travail a un impact sur d'autres travailleurs d'Alphabet, nos communautés et le monde. Tous les aspects de notre travail doivent être transparents et nous devons avoir la liberté de choisir les projets qui bénéficient de notre travail.

« Alphabet peut gagner de l'argent sans faire de mal. Nous devons donner la priorité au bien-être de la société et de l'environnement à la maximisation des profits. Le principe directeur d'Alphabet était "Ne soyez pas méchant".

« Aidez-nous à être la conscience d'Alphabet.

Alphabet a besoin d'une conscience. Les membres du syndicat se soucient les uns des autres et se soutiennent grâce à un dialogue ouvert et continu.

Nous pensons que tous les employés d'Alphabet méritent une voix:
  • Employés temporaires,
  • Prestataires,
  • Vendeurs,
  • Employés à plein temps.

« Pour obtenir des résultats justes, la justice sociale et économique est primordiale. Nous pensons que la neutralité n'aide jamais la victime et nous accordons la priorité aux besoins des plus démunis. Tout le monde mérite d'être traité avec respect et dignité et a droit à un environnement accueillant quels que soient sa race, son sexe, son orientation sexuelle, son handicap, son âge, sa classe, sa caste, son pays d'origine, ses convictions politiques ou sa religion.

« Aidez-nous à faire d'Alphabet le meilleur ».

À propos de la situation, Kara Silverstein, directrice des opérations humaines chez Google, a déclaré : « Nous avons toujours travaillé dur pour créer un milieu de travail favorable et gratifiant pour nos employés. Bien sûr, nos employés ont des droits du travail protégés que nous soutenons. Mais comme nous l'avons toujours fait, nous continuerons à interagir directement avec tous nos employés ».

Source : Alphabet Workers Union

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?
Que pensez-vous de cette forme de syndicat ?
Cette initiative gagnerait-elle à être une inspiration ailleurs dans le monde ? Sous cette forme ?
Selon vous, les employés temporaires, les employés à plein temps et les prestataires devraient-ils avoir les mêmes droits ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vertex.3F
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/01/2021 à 22:02
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message


Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?
Que pensez-vous de cette forme de syndicat ?
Cette initiative gagnerait-elle à être une inspiration ailleurs dans le monde ? Sous cette forme ?
Selon vous, les employés temporaires, les employés à plein temps et les prestataires devraient-ils avoir les mêmes droits ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous de cette initiative ?
le syndicalisme me parait indispensable aux salariés/travailleurs dans un système dit "libéral" au sens économique du terme
(on constate même qu'un libéralisme économique sans frein peut priver les individus de libertés fondamentales : je renvoie vers les définitions https://www.cnrtl.fr/definition/syndicat et https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme )

Que pensez-vous de cette forme de syndicat ?
du moment que le syndicalisme vise à installer le dialogue et établir des équilibres sains il me parait profitable à tout l’éco-système (l'employeur, l'employé, le client, etc.)

Cette initiative gagnerait-elle à être une inspiration ailleurs dans le monde ? Sous cette forme ?
ben... oui forcément le syndicalisme c'est bien, le MEDEF (le plus gros célèbre syndicat patronal actuel) ne dira pas le contraire; et dans l'histoire, l'anti-syndicalisme "c'est pas beau" ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Antisyndicalisme )

Selon vous, les employés temporaires, les employés à plein temps et les prestataires devraient-ils avoir les mêmes droits ? Dans quelle mesure ?
en France, avant l'inversion de la hierarchie des normes, on avait le code du travail qui visait, avec ses qualités et ses défauts, à garantir un socle de droits fondamentaux...
3  0