IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un juge ordonne à Google de divulguer plus de 70 documents concernant une campagne antisyndicale secrète,
Menée pour écraser toutes velléités d'organisation au sein de l'entreprise

Le , par Bruno

185PARTAGES

3  0 
Après plusieurs années d'escalade de la tension entre les travailleurs et la direction de Google, ces derniers ont lancé publiquement un effort de syndicalisation. Une étape cruciale dans un secteur où la main-d'œuvre est de plus en plus organisée. Le syndicat est ouvert à l'ensemble des plus de 120 000 employés de Google et de sa société mère, Alphabet. Le 30 novembre, le National Labor Relations Board, une agence indépendante du gouvernement fédéral américain chargée de conduire les élections syndicales et d'enquêter sur les pratiques illégales dans le monde du travail, a décidé que Google devait produire « immédiatement » plus de 70 documents cités à comparaître dans le cadre de sa campagne antisyndicale connue sous le nom de code « Project Vivian » et menée pour écraser la campagne syndicale au sein de l'entreprise.

Début 2021, un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer à Communications Workers of America (CWA), le plus grand syndicat des communications et des médias aux États-Unis, représentant environ 700 000 membres des secteurs privé et public. Le syndicat qui a été ouvert à tous les employés et sous-traitants de l'entreprise, mais n'a pas organisé d'élection officielle au National Labor Relations Board et n'a pas été reconnu par Google.


« C'est historique. Le premier syndicat dans une grande entreprise de technologie par et pour tous les travailleurs de la technologie, avait déclaré Dylan Baker, ingénieur logiciel chez Google, dans une déclaration à la presse. Nous élirons des représentants, nous prendrons des décisions de manière démocratique, nous paierons des cotisations et nous engagerons des organisateurs qualifiés pour que tous les travailleurs de Google sachent qu'ils peuvent travailler avec nous s'ils veulent réellement que leur entreprise reflète leurs valeurs. »

Plus tôt cette année, Google a identifié 1507 documents relatifs à une assignation à comparaître déposée par quatre ingénieurs logiciels qui ont été licenciés en 2019 après s'être organisés contre les contrats de l'entreprise avec les agences de détention d'immigrants, selon l'ordonnance du tribunal.

La semaine dernière, le juge Paul Bogas, du National Labor Relations Board, a rendu une décision dans un rapport de 13 pages qui stipule que Google doit « immédiatement » produire les documents, qui comprennent des documents produits par un cabinet antisyndical, IRI Consultants, que Google a engagé pour le conseiller sur les troubles du travail dans l'entreprise. Les fichiers comprennent des documents de communication et de stratégie internes créés en collaboration avec IRI Consultants, une société de « relations de travail » à laquelle Google a fait appel pour élaborer et diffuser des messages antisyndicaux au sein de l'entreprise.

Selon ces documents obtenus par Motherboard, les consultants en prévention syndicale d'IRI recueillaient régulièrement des informations sur la personnalité, le tempérament, les motivations, l'origine ethnique, le contexte familial, l'emploi des conjoints, les finances, les problèmes de santé, l'éthique professionnelle, les performances au travail, les antécédents disciplinaires et l'implication dans les activités syndicales de 83 employés de base de l'hôpital avant une élection syndicale. Chaque employé a ensuite reçu une note indiquant dans quelle mesure l'entreprise pensait qu'il était susceptible de voter pour le syndicat.

Dans les notes d'un employé, les consultants de l'IRI ont écrit qu'il était paresseux, matérialiste, distant, originaire de Samoa et qu'il avait dit à ses supérieurs que « le syndicat, c'est de la merde ».

Un avocat spécialisé a examiné 80 des documents retenus et a constaté que seuls neuf d'entre eux avaient été correctement classés comme privilégiés. Dans son rapport, le juge a également critiqué Google pour avoir « déployé d'importants efforts contemporains pour donner à ce matériel non juridique, provenant d'un tiers, l'apparence de communications privilégiées ». Il a également noté qu'à la demande de Google, des consultants de l'IRI ont acheminé les documents par l'intermédiaire d'un conseiller juridique externe afin que ce dernier puisse les transmettre à Google sous couvert du secret professionnel. »

Bien que les documents n'aient pas été rendus publics à ce stade, le dépôt de Bogas confirme l'ampleur et la portée des activités antisyndicales de Google, et confirme également que Google a retenu les services d'IRI Consultants pour l'aider à mettre fin aux actions collectives chez Google, et montre également que Google a tenté de garder ces documents secrets de manière inappropriée en faisant transiter les communications par des avocats (afin de revendiquer le privilège avocat-client) même lorsqu'elles n'avaient apparemment aucune pertinence juridique.


Le juge a écrit que Google a cherché à retenir ces documents dans le cadre d'une procédure judiciaire en cours liée au licenciement de quatre employés militants en les citant à tort comme des communications juridiquement privilégiées avec leurs avocats. Les documents antisyndicaux comprennent des documents de campagne préparés pour être distribués aux employés, des documents de formation pour le personnel sur la façon de faire campagne contre la syndicalisation parmi les personnes qu'ils gèrent, des conseils sur les messages antisyndicaux et l'amplification des messages pour, et des mises à jour sur la façon dont la campagne est perçue parmi les employés ou dans divers rapports.

Un porte-parole de Google a déclaré : « Comme nous l'avons confirmé en 2019, comme la plupart des entreprises, nous engageons des dizaines de consultants externes et de cabinets d'avocats pour nous fournir des conseils sur un large éventail de sujets, y compris les obligations de l'employeur et l'engagement des employés. Cela a inclus IRI Consultants pendant une courte période. Nous ne sommes pas d'accord avec la décision du maître spécial qui interprète mal divers documents juridiquement privilégiés et nous examinons nos options. »

Démantèlement des syndicats dans les entreprises ?

Amazon

Plusieurs rapports ont démontré au fil des ans comment Amazon lutte depuis toujours pour empêcher ses employés du monde entier de se syndiquer. Une tentative des employés d'Amazon France de se syndiquer a échoué début 2020. Cette fois-ci, ce sont les employés américains d'Amazon qui ont entamé un vote historique pour s'ouvrir la porte de la syndicalisation. Toutefois, après avoir proposé dans un premier temps des primes allant jusqu'à 2000 dollars à certains employés afin de les inciter à démissionner et ainsi empêcher le vote, Amazon envoie maintenant aux employés des instructions par courrier leur demandant de voter « non ».

Amazon dit aux travailleurs : « Protégez ce que vous avez et votez non »

L'histoire est simple : Amazon ne souhaite pas du tout que ses employés se regroupent en syndicat. Selon les analystes, si cela arrivait, l'entreprise pourrait perdre sa mainmise sur ses employés. De nombreuses tentatives des employés du plus gros détaillant au monde pour se syndiquer ont déjà échoué par le passé, mais la donne pourrait changer avec le vote historique initié par les employés de l'entrepôt de la banlieue de Bessemer en Alabama. Cependant, dernièrement, les employés de l'entrepôt ont commencé par recevoir un courrier de l'entreprise leur demandant de « voter non » à l'élection et de « poster l'enveloppe rapidement afin que le vote compte ».

Facebook

L'année dernière, la plus grande fédération syndicale américaine a exigé de Mark Zuckerberg qu'il s'excuse pour une fonction de Workplace qui permettrait aux employeurs de censurer les mots comme "syndiquer" dans les chats. Depuis le début de la pandémie covid-19, Facebook a rapidement développé son produit Workplace pour gagner les bureaux qui travaillent à distance, alors que les entreprises font des efforts pour respecter les mesures de distanciation sociales imposées par les gouvernements. L’un des changements pourrait fournir aux employeurs les moyens de limiter les efforts de syndicalisation sur la plateforme de communication d’entreprise, selon The Intercept. Mais cette fonctionnalité ne verra pas le jour. L’AFL-CIO exige des excuses de la part de Mark Zuckerberg et demande que Facebook retire immédiatement cet outil.

Workplace est le produit de communication de bureau développé par Facebook et destiné à concurrencer Slack et Microsoft Teams. L’application permet aux employés de voir un flux de contenu similaire à un fil d'actualité, avec des sujets courants générés automatiquement en fonction de ce que les gens publient. L’une des fonctionnalités que le géant de la technologie a ajoutées dernièrement permettrait aux employeurs de supprimer et de bloquer certains sujets de tendance parmi les employés, notamment les discussions sur la syndicalisation.

Tesla et son PDG Elon Musk

En début d’année, un tweet d'Elon Musk, PDG de Tesla, vieux de trois ans, dans lequel Musk semblait menacer de révoquer les précieuses options d'achat d'actions des employés s'ils votaient pour un syndicat, a été attaqué par les régulateurs fédéraux. Le National Labor Relations Board affirme que Tesla et son PDG se sont livrés à des actions illégales à l'encontre d'employés qui tentaient d'organiser un syndicat, et ce tweet est l’une de ces actions qui ont enfreint la législation du travail qui protège l'organisation syndicale. Musk est sommé de supprimer ce tweet antisyndical, selon une ordonnance de l’agence, et un avis rappelant aux travailleurs leur droit de se syndiquer doit être affiché dans les "endroits bien visibles" de l’usine.

Le National Labor Relations Board (NLRB) affirme que Tesla a violé le droit du travail relatif à l’organisation d’un syndicat, et le PDG Elon Musk doit supprimer un tweet "illégal" de 2018 qui « menaçait de manière coercitive » les travailleurs de perdre leurs options d'achat d'actions s'ils se syndiquaient, selon une ordonnance rendue le jeudi par l’agence fédérale indépendante.

« Rien n'empêche l'équipe Tesla de notre usine automobile de voter pour un syndicat. Ils pourraient le faire demain s'ils le voulaient. Mais pourquoi payer des cotisations syndicales et renoncer aux stock-options pour rien ? Nos résultats en matière de sécurité sont deux fois meilleurs que lorsque l'usine était syndiquée et tout le monde bénéficie déjà de soins de santé », avait tweeté Musk en mai 2018. Le National Labor Relations Board avait ordonné à Musk de supprimer le tweet.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Peut-on parler de démantèlement des syndicats dans les entreprises ?

Qu'en est-il dans votre entreprise ? Avez-vous un syndicat qui fait bien son travail ?

Voir aussi :

Tesla et son PDG Elon Musk sanctionnés par les autorités fédérales pour leurs actions antisyndicales "illégales" à l'usine de Fremont, Musk est sommé de supprimer un tweet menaçant

La plus grande fédération syndicale américaine exige que Mark Zuckerberg s'excuse pour une fonction de Workplace, qui permettrait aux employeurs de censurer les mots comme "syndiquer" dans les chats

Amazon envoie des instructions « Votez NON » aux employés dans le cadre de l'élection syndicale et leur demande d'utiliser une nouvelle boîte aux lettres qui les met mal à l'aise

Un groupe d'employés de Google a annoncé son intention de se syndiquer, mettant sur pied un syndicat qui sera ouvert à tous les employés et sous-traitants d'Alphabet

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de leulapin
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 06/12/2021 à 18:23
Le monde de l'informatique, traditionnellement très lâche, serait sur le point de bouger vers du courage individuel ?

J'en serais le premier étonné tellement ça part de loin en termes de valeurs morales individuelles.

Ce serait bon signe tellement ces entreprises ont un impact sur les libertés publiques et tellement l'opacité dont elles font preuve et la soumission des employés leur donnent un pouvoir politique dément.
3  1