IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google met en garde ses clients contre les projets de loi antitrust,
« les règlements proposés par le Congrès américain pourraient perturber les outils dont vous vous servez tous les jours »

Le , par Bruno

611PARTAGES

5  0 
Google met en garde ses partenaires contre les conséquences que les projets de loi antitrust pourraient avoir sur leurs activités. Google aurait envoyé des courriels aux petites et moyennes entreprises concernant la législation circulant au Congrès américain qui pourrait coûter du temps et de l'argent à ces petites et moyennes entreprises. Dans le but de susciter davantage d'opposition aux différents projets de loi, un porte-parole de Google a déclaré que les travaux du Congrès américain pourraient nuire aux entreprises qui ont utilisé les outils publicitaires de Google pour s'adapter, se rétablir et atteindre de nouveaux clients tout au long de la pandémie.

« Au cours des 18 derniers mois, la pandémie a posé des défis aux entreprises. Beaucoup d'entre vous nous ont expliqué comment les outils numériques ont aidé leur entreprise à s'adapter, à se rétablir et à atteindre de nouveaux clients, malgré ces difficultés. Certains d'entre vous ont également fait part de leurs inquiétudes quant aux réglementations proposées par le Congrès américain qui auraient des conséquences inattendues pour votre entreprise et pourraient perturber bon nombre des outils numériques dont vous vous servez tous les jours. »


L'examen minutieux par le département du contrôle de Google sur le marché de la technologie publicitaire remonte à l'administration Trump. Sous la direction du procureur général de l'époque, William Barr, le ministère de la Justice a intenté un procès à Google au sujet de son activité de recherche, alléguant que l'entreprise utilisait des accords de distribution exclusifs avec les opérateurs de téléphonie mobile et les fabricants de téléphones afin d'exclure la concurrence. Cette affaire a été suivie d'une plainte antitrust distincte déposée par un groupe de procureurs généraux d'États dirigé par le Texas, qui a accusé Google de monopoliser illégalement le marché de la publicité numérique. Les États ont déclaré que Google avait conclu un accord illégal avec Facebook pour manipuler les enchères en ligne où les annonceurs et les éditeurs de sites Web achètent et vendent des espaces publicitaires. Cet accord avec Facebook fait également partie de l'enquête du ministère de la Justice.

En juillet 2020, les patrons des GAFA, Sundar Pichai (Alphabet, maison mère de Google), Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezoz (Amazon), ont été auditionnés par la Commission judiciaire de la Chambre des représentants du Congrès américain. Celle-ci enquête depuis plusieurs années sur la possibilité d'abus de position dominante par ces géants du numérique ainsi que sur la pertinence des lois antitrust existantes et de leur application. L'audience a été marquée par des échanges tendus entre les participants et une menace du président américain de forcer les Big Tech à être « équitables » avec des décrets.

En septembre de cette année, les autorités antitrust américaines ont annoncé une deuxième action en justice pour monopole contre Google concernant les activités de publicité numérique de la société. Google a réitéré sa position, affirmant qu'il se livre à une concurrence loyale sur un marché en ligne où les gens ont de nombreuses options. Le ministère américain de la Justice a accéléré son enquête sur les pratiques de Google en matière de publicité numérique et pourrait intenter une action en justice dès la fin de l'année. Aucune décision finale n'a été prise et le calendrier pourrait être repoussé.

Google envoie un courriel aux petites et moyennes entreprises (PME) qui utilisent ses outils de publicité, d'analyse et de profil d'entreprise gratuits, pour leur dire que les projets de loi antitrust à la Chambre et au Sénat pourraient « coûter du temps et de l'argent à votre entreprise ». Selon Google, les dangers pourraient être les suivants :

  • l'efficacité du marketing numérique sera compromise si les produits Google Ads sont dissociés et déconnectés de Google Analytics ;
  • il sera plus difficile pour les clients de trouver des entreprises, car les annonces, y compris l'adresse et les heures d'ouverture, pourraient ne plus apparaître dans les résultats de recherche de Google ou sur Google Maps.

Google se joint à Amazon pour mettre en garde les entreprises qui dépendent de leurs plateformes contre les risques que présente la législation antitrust. Amazon a déclaré aux vendeurs que les projets de loi pourraient compromettre leur capacité à héberger leurs entreprises sur sa plateforme. Amazon vante le succès des petits vendeurs sur sa plateforme pendant la pandémie et prévient que la législation antitrust pourrait mettre en péril ce succès et faire exploser son modèle de marché ouvert.

Les achats en ligne étant devenus une bouée de sauvetage pour les entreprises et les consommateurs pendant la pandémie, Amazon en a tiré de grands avantages, mais a également vu son risque réglementaire augmenter. Dans un nouveau rapport publié le 19 octobre avant la conférence annuelle des vendeurs de l'entreprise, Amazon a déclaré que plus de 200 000 nouveaux vendeurs ont rejoint sa boutique américaine en 2020, soit une augmentation de 45 % par rapport à l'année précédente.


Alors que le commerce s'est déplacé des magasins en ville et de mortier vers les places de marché en ligne, Amazon et les marchands qui vendent sur la plateforme en ont bénéficié, mais les vendeurs opèrent dans une situation désavantageuse, a déclaré à Axios Ethan McAfee, fondateur et PDG d'Amify, une société qui aide les marques à vendre sur Amazon. « Dire que vendre sur la place de marché Amazon contre Amazon est un tant soit peu équitable est une blague », a déclaré McAfee. D’après l’examen des milliers de documents internes d'Amazon, il a été révélé que les opérations d'Amazon en Inde ont conduit à une campagne systématique de création de contrefaçons et de manipulation des résultats de recherche pour stimuler ses propres marques privées dans le pays, l'un des plus grands marchés de croissance de la société.

Les vendeurs sur Amazon ont vu les règles changer rapidement, ont vu leurs comptes fermés sans avertissement et ont vu Amazon copier leurs produits, Stacy Mitchell, codirectrice exécutive du groupe de réflexion antimonopole Institute for Local Self-Reliance. « Amazon a pris les petites entreprises en otage, et maintenant il menace de les abattre », a déclaré Mitchell. « Ce qui se passe avec les entreprises indépendantes, c'est que si elles veulent atteindre le marché en ligne, elles n'ont guère d'autre choix que de vendre sur Amazon. Ils n'ont pas d'autres options. » Amazon fait face à de nouvelles critiques après que The Markup et Reuters aient rapporté les pratiques d’Amazon consistant à favoriser ses propres produits par rapport à ceux de ses vendeurs tiers.

La législation qui semble perturber Google empêcherait les entreprises de favoriser leurs propres produits et services ou d'exercer une discrimination à l'encontre de leurs rivaux d'une manière qui nuit à la concurrence. Les projets de loi antitrust à la Chambre et au Sénat visant à réglementer les plus grandes entreprises technologiques gagnent du terrain.

Une douzaine de sénateurs américains des deux partis ont officiellement présenté ce mois-ci un projet de loi sur l'innovation et le choix en ligne intitulé, American Innovation and Choice Online Act. Le projet de loi interdirait aux plateformes dominantes d'abuser de leur pouvoir de contrôle en favorisant leurs propres produits ou services, en désavantageant leurs rivaux ou en exerçant une discrimination entre les entreprises qui utilisent leurs plateformes d'une manière qui nuit à la concurrence sur la plateforme.

Aucune législation n'a été adoptée jusqu'à présent, bien qu'une proposition visant à augmenter les ressources des promoteurs de l'antitrust ait été adoptée par le Sénat. Pour le sénateur Kennedy, « les grandes entreprises technologiques ont pour habitude de limiter injustement les choix des consommateurs et de contrecarrer la concurrence du marché libre. L'American Innovation and Choice Online Act contribuerait à offrir aux consommateurs plus d'options à des prix compétitifs de la part des entreprises en ligne ».

La sénatrice Amy Klobuchar, présidente de la sous-commission antitrust de la commission judiciaire du Sénat, estime que la prospérité américaine a été construite sur une base de marchés ouverts et de concurrence loyale, mais à l'heure actuelle, le pays est confronté à un problème de monopole, et les consommateurs, les travailleurs et les entreprises américaines en paient le prix. « Certaines des plus grandes entreprises que notre monde ait jamais vues donnent de plus en plus la préférence à leurs propres produits et services, nous devons mettre en place des politiques pour garantir que les petites entreprises et les entrepreneurs aient encore la possibilité de réussir sur le marché numérique », a déclaré Amy Klobuchar.

Dans le même ordre d’idées, le sénateur Chuck Grassley, indique que : « alors que les grandes entreprises technologiques se sont développées et ont évolué au fil des ans, nos lois n'ont pas changé pour suivre le rythme et garantir que ces entreprises se livrent une concurrence loyale. Ces entreprises ont continué à prendre une place de plus en plus importante dans notre vie quotidienne et dans l'économie mondiale, en contrôlant ce que nous voyons et comment nous nous engageons sur Internet. Les grandes entreprises technologiques doivent être tenues responsables si elles se comportent de manière discriminatoire. »

Google a critiqué l’American Innovation and Choice Online Act et a lancé un site web sur la législation et a invité ses clients PME à s'inscrire pour recevoir plus d'informations sur les projets de loi. Le vice-président de Google chargé des affaires gouvernementales et de la politique publique, Mark Isakowitz, déclarant qu'il « briserait un large éventail de services utiles proposés par de grandes entreprises américaines, tout en rendant ces services moins sûrs, moins privés et moins sécurisés. »

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de la mise en garde de Google ? Êtes-vous pour ou contre l’avis de Google ?

Croyez-vous vous que les GAFAM abusent de leur pouvoir pour favoriser leurs propres produits ou services ?

Quelles solutions préconisez-vous pour lutter contre ces pratiques ?

Voir aussi :

Le ministère américain de la Justice prépare une action en justice antitrust contre Google, au sujet de ses activités dans le domaine de la publicité

Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants

Un projet de loi américain empêcherait les grandes entreprises de favoriser leurs propres produits, une mesure qui pourrait rendre difficile la possibilité des GAFAM d'offrir des services gratuits

Le Congrès américain demande aux PDG de la Tech de censurer Internet, notamment le contenu politique sur leurs plateformes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2022 à 17:05
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Un document interne révèle que Google et Facebook sont accusés de favoriser leurs propres produits
afin d’éliminer la concurrence
A ben ça alors, incroyable !
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/10/2021 à 18:23
En moins de 30 ans, ils ont pris internet d'assaut et ils en ont fait du gloubiboulga.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 8:41
Il y avait peut-être un terme plus approprié que "technologie" dans ce contexte.
Il y a beaucoup moins de liens entre Sony et Tesla qu'entre Google et Apple.
Et là on parle du marché de la recherche sur Internet et je ne vois pas Sony ou Tesla sortir un moteur de recherche…
1  0 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 31/10/2021 à 0:26
Bonsoir,

Que pensez-vous de la mise en garde de Google ?
Google fait du "marketingbashing". Leur situation monopolistique est ci puissante , elle est quasi impossible à casser. Google essaye de faire peur au consommateur pour qu'il aille dans son sens.

Êtes-vous pour ou contre l’avis de Google ?
En appliquant du bon sens, contre.

Croyez-vous vous que les GAFAM abusent de leur pouvoir pour favoriser leurs propres produits ou services ?
C'est même une évidence. Ils sont en situation monopolistique.

Quelles solutions préconisez-vous pour lutter contre ces pratiques ?
A part une solution législative groupée venant de pays riches (USA + UE + certains pays d’Océanie ... ), je ne vois guère 36 solutions. Comme économiquement les USA sont à la manœuvre. Je ne me fait guère d'illusion quant à une issue favorable de la moindre régulation.
0  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 7:36
Je crois que j'ai déjà entendu cela avec Facebook.
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation (peut-etre Microsoft).
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 13:18
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La plainte prétend que les moyens utilisés pour effectuer l'accord de non-concurrence comprenaient :
  1. le fait que Google partagerait ses bénéfices de recherche avec Apple ;
  2. le fait qu'Apple accorderait un traitement préférentiel à Google pour tous les appareils Apple ;
  3. des réunions secrètes régulières entre les dirigeants des deux sociétés ;
  4. des paiements annuels de plusieurs milliards de dollars par Google à Apple pour ne pas concurrencer dans le secteur de la recherche ;
  5. la suppression de la concurrence des concurrents plus petits et exclusion des concurrents du marché de la recherche ;
  6. l'acquisition des concurrents réels et potentiels.
C'est une plainte complotiste
Il est impossible qu'il existe des arrangements secrets illégaux à plusieurs milliards de dollar entre les plus grandes entreprises du monde

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
Qu'Apple fasse son propre moteur de recherche ça a du sens, ils ont bien leur propre Deezer/Spotify.
Et Microsoft a un moteur de recherche : Bing.

Google s'arrange pour être le principal moteur de recherche, comme ça ils peuvent mettre leur magasins en avant.
0  0 
Avatar de jo1244
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 7:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est une plainte complotiste
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
ptdr : il n'a pas dit que Tesla et PlayStation pourraient passer un accord sur les moteurs de recherche !
donc pour toi les activités de Tesla ou PlayStation ne relèvent pas de la technologie ? et il ne pourrait pas y avoir un domaine où ils pourraient être en concurrence ?
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 11:12
Citation Envoyé par jo1244 Voir le message
accord illégal entre Google et Apple
Ouais mais là ça marcherait comment ?
Tesla paierait Sony pour qu'il ne sorte pas de voiture électrique ?
Sony paierait Tesla pour qu'il ne sorte pas de console ?

Enfin bref, si vous voulez.
Il y a des accords secrets entre les grandes entreprises.

Un peu comme les accords entre Bouygues, Orange, SFR avant l'arrivé de Free.
Les prix ne baissaient jamais parce que les opérateurs se mettaient d'accord entre eux.
Puis Free est arrivé avec des forfaits illimités à 16€/mois, c'était un moment historique.
0  0 
Avatar de sylsau
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 9:40
C'est bien de voir que certains commencent à ouvrir les yeux ...

Un peu tard cela dit.

Il est évident que les GAFAM passent des pactes de non-agression dans leurs domaines respectifs afin de se partager le marché et empêcher des concurrents de venir les dépasser.
1  1 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 9:49
C'est la conséquence logique de produits bien fichus et ludique (peu importe que ça serve), d'une apparente gratuité et donc d'une armée de consommateurs qui intègrent ça comme définition de ce qui est normal, partie intégrante de la "vie".

Pas plus tard qu'hier j'ai vu passer une pub à la télé pour une voiture ; je serais incapable de dire quel modèle c’était parce que je m'en fiche mais j'ai lu "intègre google". Bientôt il faudra demander si la voiture sait rouler ou si la machine à café sait faire du café une fois acquis le fait que tout ce petit monde est connecté (pourquoi ?)

Bref, pas besoin de passer des accords entre eux, les faits sont déjà en leur faveur
1  1