IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google va investir un milliard de dollars en Afrique sur cinq ans,
Le continent, où près de la moitié de la population a moins de 18 ans, est un marché prometteur

Le , par Bruno

188PARTAGES

4  0 
La fiabilité de l'internet est un problème en Afrique où moins d'un tiers des 1,3 milliard d'habitants du continent est connecté au haut débit, selon la Banque mondiale. Google a annoncé mercredi qu'il allait investir un milliard de dollars au cours des cinq prochaines années pour permettre un accès à l'internet plus rapide et plus abordable et soutenir l'esprit d'entreprise en Afrique.

Le continent africain, où près de la moitié de la population a moins de 18 ans, est un marché prometteur. « Nous examinons les domaines qui peuvent avoir un certain chevauchement stratégique avec Google et dans lesquels Google pourrait potentiellement ajouter de la valeur en s'associant avec certaines de ces startups », a déclaré Gajria.


L'unité de la société technologique américaine Alphabet a fait l’annonce lors d'un événement virtuel au cours duquel elle a lancé un fonds d'investissement pour l'Afrique, en donnant accès à ses employés, son réseau et ses technologies. Nitin Gajria, directeur général de Google en Afrique, a déclaré dans une interview que l'entreprise ciblerait, entre autres, les startups axées sur la fintech, le commerce électronique et le contenu en langue locale.

Selon Google, l'innovation commence en Afrique, puis se répand dans le monde entier. Par exemple, les Africains ont été parmi les premiers à accéder à l'internet par le biais d'un téléphone plutôt que d'un ordinateur. Et l'argent mobile était omniprésent au Kenya avant d'être adopté par le reste du monde. Cet élan ne fera que s'amplifier avec l'arrivée de 300 millions de personnes en ligne en Afrique au cours des cinq prochaines années. Beaucoup d'entre eux sont jeunes, créatifs et entreprenants, et ils sont prêts à stimuler l'innovation et les opportunités dans toute la région.

L'un des grands axes de Google a été d'élargir les opportunités grâce aux compétences numériques. En 2017, Google s’est engagé à aider 10 millions d'Africains à acquérir les compétences numériques dont ils ont besoin pour développer leurs carrières et leurs entreprises. À ce jour, l’entreprise a formé six millions de personnes. Google a également formé 80 000 développeurs de tous les pays d'Afrique et aidé plus de 80 startups à lever des fonds de capital-risque mondiaux, créant ainsi des milliers d'emplois.

En 2018, Google a ouvert un centre de recherche en intelligence artificielle à Accra. L'équipe se concentre sur la résolution de défis pertinents pour l'Afrique et le monde, comme l'utilisation de l'IA pour cartographier les bâtiments difficiles à détecter avec les outils traditionnels et l'ajout de 200 000 kilomètres de routes sur Google Maps. Pour les besoins uniques de l'Afrique, Google construit des produits tels qu'Android Go et Files Go qui garantissent que tout le monde peut avoir une excellente expérience du smartphone. Sur YouTube, l’entreprise soutient les créateurs et les artistes noirs avec le fond Black Voices. Ces investissements soutiendront la transformation numérique du continent dans quatre domaines clefs :

  • permettre un accès abordable et créer des produits pour chaque type d'utilisateur africain ;
  • aider les entreprises dans leur transformation numérique ;
  • investir dans les entrepreneurs pour stimuler les technologies de nouvelle génération ;
  • soutenir les organisations à but non lucratif qui s'efforcent d'améliorer les conditions de vie en Afrique.

En collaboration avec l'organisation à but non lucratif Kiva, Google prévoit de fournir également 10 millions de dollars en prêts à faible taux d'intérêt pour aider les petites entreprises et les entrepreneurs au Ghana, au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud afin qu'ils puissent surmonter les difficultés économiques créées par le COVID-19. Les fonds serviront notamment à développer des infrastructures, dont le câble sous-marin Equiano qui reliera l'Afrique du Sud, la Namibie, le Nigeria et Sainte-Hélène à l'Europe.

« Je suis fermement convaincu que personne n'est mieux placé pour résoudre les plus grands problèmes de l'Afrique que les jeunes développeurs et les créateurs de start-ups africains », a déclaré Nitin Gajria, directeur général de Google pour l'Afrique.


« L'élargissement des possibilités offertes par la technologie me tient profondément à cœur. C'est parce que j'ai grandi sans y avoir vraiment accès. Chaque nouvelle technologie, du téléphone à cadran à la télévision, a amélioré la vie de ma famille. C'est pourquoi je suis un optimiste de la technologie. Je crois en la façon dont les gens peuvent l'exploiter pour le bien », a déclaré Sundar Pichai, CEO de Google et Alphabet.

« Je vois tellement d'exemples à travers l'Afrique aujourd'hui, qu'il s'agisse de startups comme Tambua Health qui utilisent l'apprentissage automatique pour aider les médecins à diagnostiquer et à traiter les maladies, ou d'entrepreneurs comme Tunji, que j'ai eu la chance de rencontrer lorsque j'étais à Lagos en 2017. Son entreprise, Gidi Mobile, aide les étudiants à faible revenu du Nigeria à accéder à l'apprentissage en ligne », a-t-il ajouté.

Microsoft déjà en Afrique

En 2018, Microsoft a annoncé l'ouverture d'une région Azure en Afrique avec des datacenters à Johannesburg et Cape Town. Dans l'optique de satisfaire davantage les utilisateurs (entreprises et particuliers) et particulièrement ceux de l'Afrique, Microsoft avait porté à l'attention du public son intention d'installer pour la première fois des centres de données (datacenters) en Afrique ; cela afin de fournir des services complets et intelligents du Cloud Microsoft à l'instar de Microsoft Azure, Office 365 et Dynamics 365.

Selon Microsoft, ces régions nouvellement dédiées au cloud devraient soutenir la croissance et permettre aux populations et aux organisations d'accéder facilement à internet et aux services de cloud, et cela au niveau de tout le continent africain. Pour ce faire, Microsoft a affirmé que lesdites régions proposeront des services performants intégrant une fiabilité de qualité professionnelle.

« Nous sommes ravis de constater la demande croissante des services de cloud en Afrique qui, en plus de cela, ont la capacité d'être un catalyseur pour de nouvelles opportunités économiques », avait déclaré Scott Guthrie, vice-président, Cloud and Enterprise Group, Microsoft Corp. « Avec des services de cloud qui vont de la collaboration intelligente à l’analyse prédictive, les solutions de Cloud Microsoft qui seront fournies en Afrique à partir des centres de données qui y seront installés vont permettre aux développeurs de créer de nouvelles applications innovantes, aux clients de transformer les entreprises, et aux gouvernements de mieux répondre aux besoins des citoyens », avait-il continué.

Selon la firme de Redmond, cette initiative entre dans le cadre de la volonté de l'entreprise d'élargir l'accessibilité et les opportunités dans l'ensemble du continent africain, cela en proposant des services de cloud disponibles, évolutifs et sécurisés accompagnés d'une proposition d’hébergement des données en Afrique du Sud.

Selon le patron de Google et d'Alphabet, Sundar Pichai, d'énormes progrès ont été réalisés ces dernières années, mais « il reste du travail à faire pour rendre internet accessible, abordable et utile pour chaque Africain ».

Source : Google

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

L'intérêt porté par les géants de la technologie sur l'Afrique peut-il avoir d'inconvénients ?

Voir aussi :

Microsoft va ouvrir une région Azure en Afrique « d'ici quelques semaines », les datacenters seront à Johannesburg et Cape Town

L'Afrique du Sud délivre le premier brevet au monde mentionnant une intelligence artificielle comme inventeur : quels bénéfices pour les entreprises de la filière ? Quels dangers ?

La vitesse de la connexion internet a baissé en Afrique après la rupture de deux câbles sous-marins, au moins deux semaines avant le retour à la normale

Plus de 50 entités demandent à Google de prendre des mesures contre les fournisseurs de smartphones Android, dont les applications préinstallées inamovibles ne figurent pas sur Play Store

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !