IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La FTC reproche à Facebook d'avoir suspendu les comptes personnels des chercheurs du NYU Ad Observator
Qui étudiaient la désinformation, la transparence et le ciblage publicitaire sur la plateforme

Le , par Nancy Rey

124PARTAGES

10  0 
Dans un billet de blog publié le 3 août dernier, Facebook a déclaré que les chercheurs du NYU Ad Observator « utilisaient des moyens non autorisés pour accéder aux données et les collecter », violant ainsi un accord de consentement à la protection de la vie privée invoqué par la Federal Trade Commission (FTC). Cependant, l'agence a répliqué dans une lettre adressée jeudi au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, en disant : « Si vous aviez honoré votre engagement de nous contacter à l'avance, nous aurions souligné que le décret de consentement n'interdit pas à Facebook de créer des exceptions pour des recherches de bonne foi dans l'intérêt public ». Le NYU Ad Observatory, un projet créé pour examiner l'origine et la diffusion des publicités politiques sur Facebook.


Lorsque Facebook a désactivé les comptes de chercheurs de l'Université de New York qui enquêtaient sur la désinformation et les publicités politiques sur la plateforme, le géant des médias sociaux a affirmé qu'il l'avait fait pour se conformer à un décret de consentement qu'il avait précédemment accepté avec la Federal Trade Commission. « Nous avons pris ces mesures pour mettre fin au raclage non autorisé et protéger la vie privée des gens, conformément à notre programme de protection de la vie privée dans le cadre de l'ordonnance de la FTC », a écrit Facebook dans son explication des suspensions de comptes. Facebook a déclaré avoir « désactivé les comptes, les applications, les pages et l'accès à la plateforme associés au projet d'observatoire des publicités de l'université de New York et à ses opérateurs ».

Mais l'affirmation de Facebook selon laquelle l'ordonnance de la FTC l'a obligé à suspendre les chercheurs est fausse, a écrit Samuel Levine, directeur par intérim du Bureau de la protection des consommateurs de la FTC, dans une lettre adressée jeudi à Mark Zuckerberg, PDG de Facebook. L'ordonnance de la FTC exigeait effectivement que Facebook crée un programme de protection de la vie privée, mais aucune exigence n'obligeait Facebook à interrompre le projet de recherche de l'université de New York. Malgré cela, la déclaration de Facebook selon laquelle il a suspendu les comptes "conformément à notre programme de protection de la vie privée en vertu de l'ordonnance de la FTC" transmet le message erroné que Facebook n'avait pas le choix en la matière.

Facebook invoque cyniquement la vie privée des utilisateurs

Mardi, Facebook a brusquement fermé les comptes des chercheurs Laura Edelson et Damon McCoy de l'université de New York, bloquant ainsi leurs recherches sur les publicités politiques et la diffusion de fausses informations sur la plateforme. Edelson et McCoy faisaient des recherches sur Facebook en utilisant Ad Observer, un plug-in de navigateur qu'ils ont créé avec d'autres et qui permet aux utilisateurs consentants de Facebook de partager volontairement avec les chercheurs des informations limitées et anonymes sur les publicités politiques qui leur sont montrées par la plateforme.

L'action de Facebook a coupé l'accès que les chercheurs utilisaient « pour découvrir les failles systémiques de la bibliothèque publicitaire de Facebook, pour identifier les fausses informations dans les publicités politiques, y compris celles qui sèment la méfiance dans notre système électoral et pour étudier l'amplification apparente par Facebook de la désinformation partisane. En suspendant nos comptes, Facebook a tenté de mettre un terme à tout ce travail », a déclaré Edelson.

McCoy a déclaré que « Facebook ne devrait pas être en mesure d'invoquer cyniquement la confidentialité des utilisateurs pour mettre fin à des recherches qui les mettent sous un jour peu flatteur, en particulier lorsque les "utilisateurs" dont Facebook parle sont des annonceurs qui ont consenti à rendre leurs publicités publiques. Il est honteux que Facebook tente de bloquer des recherches légitimes qui informent le public sur la désinformation sur leur plateforme. Avec sa plateforme inondée de désinformation vaccinale et de campagnes partisanes pour manipuler le public, Facebook devrait accueillir la recherche indépendante et non la fermer ».

Le site de la FTC indique qu'en 2019, Facebook a accepté un règlement de 5 milliards de dollars avec la commission « lié aux allégations selon lesquelles la société a violé son ordonnance de 2012 de la FTC sur la protection de la vie privée en trompant les utilisateurs sur leur capacité à contrôler la confidentialité de leurs informations personnelles ». Facebook a dû payer la pénalité et modifier ses pratiques en matière de confidentialité. Le règlement résulte en grande partie du fait que Facebook a permis à des développeurs d'applications tiers d'accéder à des données sur les amis des utilisateurs dans le cadre du scandale Cambridge Analytica.

Les chercheurs réfutent les affirmations de Facebook

Lorsqu'il a suspendu les chercheurs de l'université de New York, Facebook a déclaré : « l'extension de navigateur Ad Observer était programmée pour échapper à nos systèmes de détection et collecter des données telles que des noms d'utilisateurs, des publicités, des liens vers des profils d'utilisateurs et des informations du type "Pourquoi est-ce que je vois cette publicité ?", dont certaines ne sont pas accessibles au public sur Facebook. L'extension a également collecté des données sur des utilisateurs de Facebook qui ne l'avaient pas installée ou qui n'avaient pas consenti à cette collecte ».

Les chercheurs démentent, Edelman ayant déclaré : « Nous ne collectons vraiment rien qui ne soit pas une publicité, qui ne soit pas public et nous sommes assez prudents sur la façon dont nous le faisons ». Le site Web d'Ad Observer indique que l'extension de navigateur ne collecte aucune information d'identification personnelle. « Elle copie les publicités que vous voyez sur Facebook et YouTube, afin que tout le monde puisse les voir dans notre base de données publique… Si vous le souhaitez, vous pouvez saisir des informations démographiques de base vous concernant dans l'outil pour nous aider à mieux comprendre pourquoi les annonceurs vous ont ciblé », indique le site.

Les combats de Facebook avec la FTC

Ce nouveau litige survient quelques semaines après que Facebook a demandé à la FTC de destituer sa présidente, Lina Khan, à propos d'une affaire antitrust la concernant. Amazon a précédemment déposé une demande de récusation similaire, mais aucune des deux entreprises n'a identifié de conflits d'intérêts au sens habituel du terme qui exigerait que Khan se récuse. Elles s'opposent simplement aux déclarations sur la concurrence et aux critiques des entreprises que madame Khan a faites avant de devenir présidente de la FTC.

Un groupe de sénateurs américains dirigé par Elizabeth Warren a déclaré mercredi aux deux entreprises : « Il n'existe aucune base pour sa récusation en vertu de la loi fédérale actuelle sur l'éthique ou des précédents de la FTC. Vos efforts pour écarter la présidente Khan semblent n'être rien d'autre que des tentatives pour forcer une impasse à la FTC qui vous permettrait d'échapper à toute responsabilité pour tout comportement anticoncurrentiel ».

Facebook admet la vérité

Facebook a déclaré avoir imposé les suspensions environ un an après avoir informé les chercheurs que leur extension violerait les conditions de service de Facebook. L'affirmation de Facebook selon laquelle l'ordonnance de la FTC lui a forcé la main ne tient pas la route, car le décret de consentement n'interdit pas ce que les chercheurs ont fait. Joe Osborne, un porte-parole de Facebook, reconnaît que le décret de consentement n'oblige pas Facebook à suspendre les comptes des chercheurs. Selon lui, la section 7 du décret exige plutôt que Facebook mette en œuvre un programme complet de protection de la vie privée qui protège la vie privée, la confidentialité et l'intégrité des données des utilisateurs. C'est le programme de confidentialité de Facebook et non le décret de consentement lui-même, qui interdit ce que l'équipe d'Ad Observer a fait. Plus précisément, selon Osborne, les chercheurs ont violé à plusieurs reprises une section des conditions d'utilisation de Facebook qui stipule : « Vous ne pouvez pas accéder à nos produits ou collecter des données à partir de ceux-ci en utilisant des moyens automatisés (sans notre autorisation préalable) ». Le billet de blog annonçant l'interdiction de compte mentionne le scraping à 10 reprises.

Malgré cet aveu, le billet de blog de Facebook contient toujours la déclaration selon laquelle Facebook a suspendu les chercheurs pour « protéger la vie privée des gens conformément à notre programme de protection de la vie privée en vertu de l'ordonnance de la FTC ». La FTC a déclaré qu'elle soutenait les efforts visant à « faire la lumière sur les pratiques commerciales opaques, notamment en ce qui concerne la publicité basée sur la surveillance » et a mis en garde Facebook contre le fait d'invoquer la vie privée ou l'agence « comme prétexte à d'autres objectifs ».

Sources : Facebook, FTC (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Facebook désactive les comptes personnels d'universitaires qui font des recherches sur la transparence des publicités et la désinformation sur la plateforme, ce qui suscite des critiques

Les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump suspendus jusqu'au 7 janvier 2023, mais la sanction pourrait être prolongée

Des utilisateurs de Google bloqués après 15 ans d'utilisation, l'entreprise n'a fourni aucune explication plausible sur ces bannissements pour l'instant

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 11:46
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message

Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook espérait pouvoir mettre cette interdiction sur le compte de la FTC et que les chercheurs se défileraient. Je suis heureux que ces gens fassent du tapage autour de cette affaire, car il semble que Facebook essayait effectivement de rejeter la faute sur une entité extérieure sans assumer la responsabilité de la véritable raison de l'interdiction. La vraie raison est que Facebook ne veut pas que son algorithme publicitaire soit découvert, car c'est sa vache à lait.
3  0