IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook désactive les comptes personnels d'universitaires qui font des recherches sur la transparence des publicités et la désinformation sur la plateforme
Ce qui suscite des critiques

Le , par Nancy Rey

133PARTAGES

12  0 
Mardi dernier, Facebook a fermé les comptes personnels d'universitaires qui menaient des recherches sur la transparence des publicités et la diffusion de fausses informations sur le réseau social, les empêchant ainsi d'étudier les publicités politiques et la désinformation sur le plus grand réseau social du monde. Facebook affirme que le groupe a violé ses conditions de service en collectant des données d'utilisateurs sans autorisation. Mais les universitaires soutiennent qu'ils sont réduits au silence pour avoir exposé les problèmes de la plateforme. La société accuse donc les universitaires de s'être livrés à un "grattage non autorisé" et d'avoir porté atteinte à la vie privée des utilisateurs sur la plateforme, des allégations que plusieurs dénoncent comme un mince prétexte pour mettre fin au travail de transparence.


Les chercheurs font partie du NYU Ad Observatory, un projet créé pour examiner l'origine et la diffusion des publicités politiques sur Facebook. Comme le groupe l'a expliqué dans un billet de blog en mai, leur objectif est de découvrir qui paie les publicités politiques et comment elles sont ciblées. Ce travail a des implications importantes pour comprendre la diffusion de la désinformation sur Facebook, car l'entreprise ne vérifie pas les faits dans les publicités politiques. Pour les aider dans leur travail, les chercheurs ont créé un plug-in de navigateur appelé Ad Observer, qui collecte automatiquement des données sur les publicités politiques montrées aux utilisateurs et sur les raisons pour lesquelles ces publicités leur sont destinées. Comme indiqué sur son site web, le plug-in ne collecte pas d'informations permettant d'identifier les utilisateurs, notamment leur nom, leur numéro d'identification Facebook ou leur liste d'amis. Les données collectées par Ad Observer sont ensuite mises à la disposition des chercheurs et des journalistes qui utilisent ces informations pour révéler les tendances et les problèmes de la plateforme Facebook.

Facebook offre volontairement certaines de ces informations par le biais de sa bibliothèque publicitaire, mais pas toutes. Par exemple, il ne partage pas les données sur la façon dont les publicités sont ciblées en fonction des intérêts des utilisateurs. Les utilisateurs peuvent trouver ces informations par eux-mêmes en cliquant sur les publicités qui leur sont montrées, et ce sont ces données qui ont été collectées par la NYU. Facebook fournit des informations sur le ciblage publicitaire par le biais d'un programme de recherche spécial appelé FORT, mais ces informations sont contrôlées et filtrées par Facebook lui-même.

Laura Edelson, une chercheuse de NYU impliquée dans le projet, et dont le compte personnel a été interdit par Facebook, affirme que l'entreprise veut mettre fin à l'examen indépendant de sa plateforme. « Facebook nous réduit au silence parce que notre travail attire souvent l'attention sur les problèmes de sa plateforme. Le pire, c'est que Facebook utilise comme prétexte pour agir ainsi la vie privée des utilisateurs, une croyance fondamentale que nous avons toujours placée au premier plan dans notre travail. Si cet épisode démontre quelque chose, c'est que Facebook ne devrait pas avoir un droit de veto sur qui est autorisé à les étudier », a déclaré Edelson.

Facebook dit avoir banni les chercheurs parce qu'ils ont violé les conditions d'utilisation du réseau social, et que le plug-in Ad Observer « a collecté des données sur des utilisateurs de Facebook qui n'ont pas installé ou consenti à cette collecte ». La formulation de Facebook suggère que les chercheurs collectaient des données sur des personnes privées sans consentement, mais Facebook fait en fait référence aux comptes des annonceurs, y compris les noms et les photos de profil des pages publiques qui diffusent des publicités politiques et le contenu de ces publicités.

Facebook a des antécédents avec le projet NYU Ad Observatory. L'entreprise leur a adressé des lettres de cessation et d'abstention quelques semaines avant l'élection présidentielle américaine de 2020, demandant à l'équipe de désactiver l’outil de navigation Ad Observer et de supprimer la publication de leurs conclusions. « Au cours des dernières années, nous avons utilisé cet accès pour découvrir des failles systémiques dans la bibliothèque publicitaire de Facebook, identifier les fausses informations dans les publicités politiques, y compris celles qui sèment la méfiance dans notre système électoral, et étudier l'amplification apparente par Facebook de la désinformation partisane… En suspendant nos comptes, Facebook a effectivement mis fin à tout ce travail. Facebook a aussi effectivement coupé l'accès à plus de deux douzaines d'autres chercheurs et journalistes qui ont accès aux données de Facebook par le biais de notre projet, y compris notre travail de mesure de la désinformation sur les vaccins avec le Virality Project et de nombreux autres partenaires qui dépendent de nos données », a déclaré Edelson sur Twitter.

Facebook a certainement de bonnes raisons de se méfier des tiers qui collectent des données sur son site. Le scandale de Cambridge Analytica n'a été rendu possible que parce que l'entreprise n'a pas exercé une surveillance adéquate sur la façon dont les informations pouvaient être extraites de sa plateforme. Il a donné lieu à une amende de 5 milliards de dollars pour l'entreprise et à de nouveaux contrôles de la vie privée par la Federal Trade Commission (FTC). Facebook dit maintenant qu'il est tenu de bannir les chercheurs de NYU en vertu de ces directives de la FTC, ainsi que de désactiver leurs pages associées et l'accès à la plateforme. Cependant, certains experts en matière de protection de la vie privée ne sont pas d'accord avec cette affirmation. Jonathan Mayer, professeur à l'université de Princeton qui fait des recherches sur la technologie et le droit, a déclaré sur Twitter que « l'argument juridique de Facebook est bidon ».

L'incident a déclenché une nouvelle série de critiques sur la préférence de l'entreprise pour l'opacité plutôt que la transparence lorsqu'il s'agit de certains des comportements les plus dangereux que la plateforme couve.

Mercredi, les actions de Facebook ont attiré l'attention de certains membres du Congrès américain. Le sénateur Ron Wyden a critiqué la décision de Facebook de punir les chercheurs sous le prétexte de protéger les utilisateurs, compte tenu de la longue histoire de l'entreprise en matière de pratiques de confidentialité invasives. Wyden a également mis en doute l'affirmation de Facebook selon laquelle la révocation de l'accès des chercheurs est un effort pour se conformer à une injonction de la FTC en matière de protection de la vie privée que l'entreprise a reçue pour ses précédentes violations de la vie privée des utilisateurs.


Le sénateur Mark Warner s'est également exprimé sur la dernière controverse de Facebook, qualifiant la décision de « profondément préoccupante ». Warner a fait l'éloge des chercheurs indépendants pour avoir « constamment amélioré l'intégrité et la sécurité des plateformes de médias sociaux en exposant les activités nuisibles et d'exploitation ». « Il est grand temps que le Congrès agisse pour apporter une plus grande transparence au monde obscur de la publicité en ligne, qui continue d'être un vecteur majeur de fraude et de mauvaise conduite », a déclaré Warner.

Le développeur de Firefox, Mozilla, a pris la défense d'Ad Observer mercredi, indiquant que la société « l'a examiné deux fois, en procédant à une révision du code et en examinant le flux de consentement » avant de recommander l'extension du navigateur dans sa vitrine. Dans un billet de blog, le responsable de la sécurité de Mozilla a déclaré que les affirmations de Facebook « ne tiennent tout simplement pas la route ».

Un certain nombre d'organisations de presse libre, de chercheurs et d'experts en désinformation ont également condamné la décision de Facebook mercredi. « L'approche cavalière de Facebook en matière de protection de la vie privée lui a permis de devenir si dominant », ont écrit Julia Angwin et Nabiha Syed de The Markup dans une déclaration commune. « Mais maintenant, lorsque des chercheurs indépendants veulent interroger cette plateforme et l'influence qu'elle exerce, Facebook fait de la confidentialité des utilisateurs un bouclier derrière lequel se cacher ».

Sources : Facebook (1, 2), Twitter, Ad Observatory, NYU Billet de blog, Mozilla Blog

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump suspendus jusqu'au 7 janvier 2023, mais la sanction pourrait être prolongée

Des utilisateurs de Google bloqués après 15 ans d'utilisation, l'entreprise n'a fourni aucune explication plausible sur ces bannissements pour l'instant

Des chercheurs disent avoir découvert une énorme ferme de bots Facebook dans le cadre des élections US de 2020, diffusant des messages sur Trump, Biden et le covid

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 11:46
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message

Quel est votre avis sur le sujet ?
Facebook espérait pouvoir mettre cette interdiction sur le compte de la FTC et que les chercheurs se défileraient. Je suis heureux que ces gens fassent du tapage autour de cette affaire, car il semble que Facebook essayait effectivement de rejeter la faute sur une entité extérieure sans assumer la responsabilité de la véritable raison de l'interdiction. La vraie raison est que Facebook ne veut pas que son algorithme publicitaire soit découvert, car c'est sa vache à lait.
3  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/08/2021 à 22:34
Bonsoir,

Facebook désactive les comptes personnels d'universitaires qui font des recherches sur la transparence des publicités et la désinformation sur la plateforme, ce qui suscite des critiques

Quel est votre avis sur le sujet ?
1) C'est parfaitement scandaleux.

2) Facebook dispose d'une position tellement dominante qu'il peut éjecter n'importe qui comme on écrase un vulgaire cancrelat .

3) Comme le précise l'article , Facebook se réfugie sous couvert de "protection de la data personnelle" .

4) Il y a un manque criant de régul ici .

5) Facebook reproche à des analyses ce que lui même fait ... de manière bien plus massive.
2  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 10:06
Ils devraient mettre l'outil d'extraction de données en ligne pour que tout le monde puisse l'utiliser, et foutre une royale raclée à Facebook.
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/08/2021 à 15:05
Comment est-il possible que Mark Zuckerberg ne soit toujours pas tenu pour responsable de la destruction de l'intelligence humaine et des démocraties dans le monde entier grâce à son moteur de polarisation qui lui a permis de s'enrichir ? Bill Gates s'est retrouvé devant le Congrès pour bien moins que ça.
1  0