IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Salesforce finalise l'acquisition de Slack pour 27,7 milliards de dollars,
Le leader du CRM parie gros sur un avenir dans lequel le télétravail sera omniprésent

Le , par Michael Guilloux

213PARTAGES

17  0 
En décembre 2020, Salesforce a signé un accord pour acquérir la plateforme logicielle de messagerie populaire Slack Technologies pour un montant de 27,7 milliards de dollars en cash et en actions, ce qui en fait la plus importante acquisition jamais réalisée par Salesforce. La semaine dernière, le département américain de la Justice a annoncé à la société qu'il avait clos son enquête antitrust sur l'accord, donnant ainsi le feu vert à la clôture de la transaction.

Le géant du CRM a officiellement clôturé ce mercredi son acquisition record de 27,7 milliards de dollars de l'application de messagerie Slack Technologies. Alors que l'avenir du travail post-COVID fait encore débat, Salesforce estime que les entreprises ont appris l'année dernière que si elles n'ont pas de moyen numérique de se connecter avec leurs employés, clients et partenaires, elles n'ont pas beaucoup de chances de survivre. Salesforce parie gros sur un avenir dans lequel le télétravail sera omniprésent. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui l'ont poussé à faire l'acquisition du service de communication et de collaboration d’entreprise.

« Ensemble, nous définirons l'avenir des logiciels d'entreprise, en créant le siège numérique qui permet à chaque organisation d'assurer la réussite des clients et des employés depuis n'importe où », a déclaré Marc Benioff, PDG de Salesforce, dans un communiqué. « Les sièges sociaux [des entreprises] ne sont plus à Madison Avenue ou Main Street, ils sont dans le cloud », affirme Salesforce pour illustrer le fait que les employés n'auront plus besoin d'être physiquement dans les locaux de leurs entreprises pour pouvoir travailler. En d'autres termes, les sièges des entreprises ne seront plus physiques, mais plutôt numériques. « Chaque entreprise, dans chaque secteur, doit être optimisée pour une expérience client, employé et partenaire digital-first », a déclaré la société.

Le cofondateur et PDG de Slack, Stewart Butterfield, qui continuera à diriger l'entreprise, a qualifié l'accord « d'opportunité unique dans une génération de repenser et de remodeler comment et où nous travaillons ». Pour lui, « Salesforce et Slack sont particulièrement bien placés pour mener ce changement historique vers un monde numérique ».


Slack est un service de communication et de collaboration d’entreprise pour la messagerie individuelle, ainsi que les discussions de groupe et les salles plus structurées où les utilisateurs peuvent se joindre ou être invités à chatter. Il fournit de nombreuses fonctionnalités qui lui ont permis d’être populaire auprès de plusieurs clients gratuits et il compte plus de trois millions de clients payants.

Mais avec l'introduction de Teams par Microsoft en 2017, Slack a connu des secousses. Teams a rapidement gagné du terrain, notamment grâce à la forte présence de Microsoft en entreprise et son intégration avec la suite Office ; une intégration qui n'a d'ailleurs pas été bien accueillie par Slack. En juillet 2020, Slack a donc porté plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles, l'accusant d'avoir illégalement lié son produit Teams à sa suite Office pour éliminer ses concurrents. « Microsoft a peut-être la préoccupation malsaine de chercher à nous tuer, et Teams est le moyen pour le faire », avait déclaré Stewart Butterfield deux mois plus tôt.

En rejoignant Salesforce, on peut donc dire que Slack gagne du muscle pour pouvoir résister et continuer à se développer face à la pression exercée par Microsoft. Les analystes estimaient en effet que trouver à Slack un siège social parmi les plus grands acteurs technologiques pourrait garantir que Microsoft n'écrase pas la plateforme de communication et de collaboration.

C'est un accord gagnant étant donné la possibilité de vendre les produits des deux sociétés à la clientèle de l'autre, ce qui pourrait permettre aux deux parties de se développer. Slack détient une large part de marché au sein de startups à croissance rapide, par exemple, tandis que les produits de Salesforce sont utilisés par une multitude de grandes entreprises. Par ailleurs, l'achat de Slack vient renforcer le portefeuille du géant de la gestion de la relation client où Salesforce Chatter a été le seul outil social dans l'arsenal de l'entreprise.

Sources : Salesforce, Slack

Et vous ?

Que pensez-vous de l'acquisition de Slack par Salesforce et des ambitions des deux entreprises ?
Ne sont-elles pas trop optimistes par rapport à leur vision de l'avenir du travail post-COVID ?
Selon vous, dans un monde post-COVID, le télétravail sera-t-il encore assez présent ? Pourquoi ?

Voir aussi

Slack permet aux clients payants de contrôler leurs clés de chiffrement en version entreprise, avec la possibilité de les révoquer en cas de besoin
Slack affiche un ralentissement de ses ventes trimestrielles, les actions des entreprises ont chuté de 16 % dans le domaine du commerce élargi
Slack porte plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles, l'accusant d'avoir illégalement lié son produit Teams à sa suite Office pour éliminer ses concurrents
Slack bat des records d'utilisation et atteint les 12 millions d'utilisateurs actifs par jour à cause du COVID-19 et la demande pour le travail à distance continue d'augmenter
Les actions de Slack plongent après qu'il ait prédit une perte plus importante. Toutefois, le PDG a déclaré qu'il faudrait du temps pour que le marché comprenne son entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !