IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

YouTube peut désormais monétiser les vidéos des petits créateurs dans le monde entier
Mais ne partagera pas les bénéfices avec eux, ces derniers dénoncent la cupidité de l'entreprise

Le , par Nancy Rey

177PARTAGES

19  0 
YouTube a annoncé des changements majeurs dans sa politique de monétisation des vidéos, qui lui permettront de diffuser des publicités sur tous les contenus vidéo. Toutefois, l'entreprise ne paiera que les créateurs qui se sont qualifiés pour le programme YouTube Partner (YPP). Il est compréhensible que les créateurs soient furieux. Une mise à jour des conditions de service de YouTube, notamment en ce qui concerne le "droit de monétisation" de la société, a hérissé quelques plumes. Les changements sont déployés dans le cadre d'une annonce faite l'année dernière, mais ne commenceront à avoir un impact sur les créateurs en dehors des États-Unis qu'à partir de la mi-2021. L'heure est enfin venue et l'impact se fera sentir le mois prochain. YouTube a assuré que les changements n'auront pas d'impact sur les chaînes qui font déjà partie du programme de partenariat de YouTube, et que ces changements ne concerneront d'abord qu'un certain nombre de chaînes* pour les marques en dehors du programme. Cependant, si les chaînes ne font pas partie du YPP, les créateurs ne recevront pas une part des revenus publicitaires perçus par YouTube, quel que soit le succès de la vidéo.


La plateforme de partage de vidéos YouTube a annoncé des modifications de ses conditions de service, qui lui confèrent le droit de monétiser l'ensemble du contenu de sa plateforme en plaçant des publicités le long des vidéos provenant de chaînes qui ne sont pas couvertes par son programme de partenariat. À partir de juin, les contenus créés par ceux qui ne se sont pas inscrits au programme de partenariat de YouTube diffuseront également des publicités sélectionnées par YouTube. Les créateurs ne tireront aucun revenu de ces promotions.

Toute personne ayant plus de 1000 abonnés et 4000 heures de visionnage public valides au cours des 12 derniers mois peut participer au programme de partenariat de YouTube. « Vous accordez à YouTube le droit de monétiser votre contenu sur le service. Et cette monétisation peut inclure l'affichage de publicités sur ou dans le contenu ou la facturation de l'accès aux utilisateurs. Le présent accord ne vous donne droit à aucun paiement. À compter du 1er juin 2021, tout paiement que vous pourriez être en droit de recevoir de YouTube en vertu d'un autre accord entre vous et YouTube (y compris, par exemple, les paiements effectués dans le cadre du programme de partenariat de YouTube, des adhésions aux chaînes ou du Super Chat) sera considéré comme des redevances. Si la loi l'exige, Google retiendra des impôts sur ces paiements », indiquent les conditions d'utilisation mises à jour. Cette mesure était déjà en vigueur aux États-Unis depuis novembre de l'année dernière et sera étendue à d'autres pays à partir de juin.

L’avis des experts

Selon les observateurs du secteur, le changement des conditions de service est motivé par la croissance rapide des canaux de revenus provenant des publicités YouTube. Pour le trimestre de mars 2021, Alphabet, la société mère de Google, a tiré un revenu de 6 milliards de dollars de la publicité sur YouTube, affichant une croissance de 49 % d'une année sur l'autre. Google a déclaré que plusieurs marques à la notoriété mondiale telles que Calvin Klein, Taco Bell, Kellogg's ont bénéficié de l'élargissement de leur portée à un public plus large grâce à YouTube.

Philipp Schindler, vice-président senior et directeur commercial de Google, a expliqué aux analystes les raisons d'une telle croissance. « Les approches traditionnelles visant à atteindre le public par le biais, disons-le, de la télévision, ne fonctionnent plus vraiment. Les annonceurs utilisent désormais YouTube pour atteindre les publics qu'ils ne peuvent trouver nulle part ailleurs. Et n'oubliez pas que les jeunes de 18 à 49 ans sont plus nombreux à regarder YouTube que toutes les chaînes de télévision linéaires réunies. Et les marques constatent également que la portée incrémentielle de YouTube est supérieure à celle de la télévision », a déclaré Schindler.

Selon les observateurs du secteur, la portée de YouTube ne peut être négligée par les créateurs de contenu. Selon les chiffres officiels, plus de 2 milliards d'utilisateurs connectés visitent YouTube chaque mois et chaque jour, les gens regardent plus d'un milliard d'heures de vidéo sur la plateforme. Le nombre de chaînes comptant plus d'un million d'abonnés a augmenté de plus de 65 % par rapport à l’année dernière. Et au cours des cinq dernières années, le montant total versé aux partenaires qui ont monétisé leur contenu s'élève à plus de 2 milliards de dollars. « Aujourd'hui, deux modèles sont en place : soit l'abonné paie, soit l'annonceur paie. Il est inévitable que toutes les plateformes suivent l'un ou l'autre et les téléspectateurs et les créateurs de contenu doivent l'accepter », a déclaré un analyste de l'industrie des médias et du divertissement souhaitant garder l'anonymat.

Les différentes préoccupations suscitées par ces changements


Les utilisateurs de YouTube ont exprimé leur inquiétude quant à la mise à jour des conditions de service sur les plateformes sociales, suggérant que cela rendra la tâche difficile aux petits créateurs de contenu incapables de monétiser leur contenu, sans atteindre une certaine échelle. Les utilisateurs se sont également interrogés sur le timing de ces changements dans un contexte de pandémie de Covid. La commercialisation imminente n’a pas été bien accueillie par les petits créateurs de contenu. Ils ne peuvent plus garder leurs chaînes sans publicité, mais ils ne peuvent pas non plus avoir de compensation financière, contrairement à leurs homologues les plus populaires. Il est important de noter qu'à de nombreuses occasions, la présence de publicités peut limiter les possibilités de croissance de ces créateurs, puisque les consommateurs finissent par écarter leur contenu.


De nombreux créateurs et abonnés de YouTube ont condamné ce changement, le qualifiant d' « extrêmement minable » et de « la démarche la plus cupide, jamais vue ». Certains créateurs indignés par le prochain « Esclavage YouTube » ont appelé les gens à utiliser des extensions de navigateur bloquant les publicités pour punir la plateforme. D’autres ont prédit un avenir plutôt sombre que le resserrement en cours des vis sur la monétisation pourrait apporter quelques années plus tard. Quelques-uns se sont moqués de la stratégie de génération d’argent de plus en plus répandue de YouTube. Au milieu de toute cette colère, certaines personnes ont trouvé une lueur d’espoir. Les créateurs de contenu qui parviennent à se développer suffisamment pour revendiquer des revenus publicitaires auront un certain contrôle sur la façon dont leurs vidéos sont monétisées et pourraient rendre les publicités moins irritantes pour les téléspectateurs.

Les experts juridiques ont exprimé leur inquiétude quant au manque d'options efficaces pour les utilisateurs de services Internet dans le pays en raison de l'absence de loi sur la confidentialité des données et de la mise en œuvre inefficace de la loi sur les technologies de l'information. « Il existe des lacunes dans la législation. Des efforts sont nécessaires pour les combler », a déclaré Prashant Mali, avocat spécialisé dans la cybercriminalité et la protection de la vie privée.

YouTube encourage toujours les créateurs à postuler au programme YouTube Partner, affirmant que « rien ne change dans les exigences ou le processus ». Cependant, de nombreux créateurs ont signalé que la diffusion de publicités sur le contenu pourrait dissuader les téléspectateurs et les abonnés, ce qui rendrait plus difficile pour les petites chaînes de se qualifier pour le programme de partenariat. En outre, YouTube a confirmé que les chaînes qui ne font pas partie du programme de partenariat ne pourront pas refuser les publicités, soulignant qu'il s'agira d'un « ajustement » pour les créateurs. L'entreprise a souligné que les changements et leur impact sur les créateurs seront étroitement surveillés.

Source : YouTube (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des nouvelles règles de YouTube ?
À votre avis, YouTube devrait-il conserver 100 % des bénéfices de la publicité diffusée via les petites chaînes ?

Voir aussi :

YouTube annonce qu'il affichera désormais des publicités sur toutes les vidéos, même si les créateurs n'en veulent pas

YouTube peut désormais avertir les créateurs des problèmes de droits d'auteur avant que les vidéos ne soient publiées, pour éviter la suppression de vidéos pour litiges relatifs aux droits d'auteur

Disney aurait retiré les fonds alloués pour la publicité sur YouTube, suite à une controverse liée à l'exploitation des enfants

Blocage de vidéos : YouTube voudrait-il forcer les chaînes populaires à accepter la publicité ? Le président de la Fondation Blender s'interroge

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de herr_wann
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/05/2021 à 9:00
Il fallait s'y attendre. Maintenant que Youtube a tué la concurrence, il est temps de faire rentrer les $$ en désactivant les mécanismes antipub et en forçant l'utilisateur à se connecter pour mieux le pister. Un bon législateur ferait en sorte de taxer ces revenus publicitaires à 30% dans le pays de résidence du producteur de contenu et à 50% pour les contenus enfants
4  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/05/2021 à 12:31
RAF ! J'utilise uBlock sur ordinateur fixe, et NewPipe sur mobile.
2  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/05/2021 à 11:57
J'ai toujours en tête une vidéo YouTube d'e-penser dont l'un des passages parle du financement de YouTube. La majorité des revenus de YT se fait sur la musique, sur les vidéos de clips musicaux. YT gagnera plus d'argent avec le dernier clip de Lady Gaga qui fera plusieurs centaines de millions de vues plutôt qu'avec les dernières vidéos de ses créateurs stars. Du coup YT se fiche bien de ses créateurs de contenus (quelque soit leurs choix en matière de monétisation, qu'ils l'aient activé ou pas) car il peut vivre sans eux sans problèmes. Par contre pas touche aux majors, aux ayants-droits et donc à leur vice du DMCA à outrance. On ne mord pas la main qui nous nourrit.

Donc OSEF de la monétisation de vidéos dont leurs créateurs ne veulent pas qu'elles soient monétisées. De toute façon le manque de visibilité des autres plateformes fait qu'ils ne partiront pas quand bien même ils ne seront pas d'accord. Partant de là ils peuvent bien se servir davantage puisque ça gueulera plus que ça n'agira.
2  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/05/2021 à 13:08
Jai pas vu de pub YouTube depuis des années. Mais récemment sur iPad, elles ont commencé à réapparaître, même avec un bloqueur de publicité.

Connaissez-vous un bloqueur de publicité pour iOS qui filtre les publicités dans YouTube ? (Site web, pas applications). Merci
0  0