IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La politique de Facebook en matière d'intimidation et de harcèlement autorise explicitement aux utilisateurs de souhaiter la mort des personnalités publiques
Sur la plateforme

Le , par Nancy Rey

75PARTAGES

16  0 
Le géant américain des médias sociaux, Facebook est fréquemment critiqué pour son manque de transparence concernant ses consignes de sécurité, la modération des abus et la diffusion de la désinformation. Selon les directives internes aux modérateurs qui ont fait l’objet de fuite, la politique de Facebook en matière d'intimidation et de harcèlement autorise explicitement de cibler des « personnalités publiques » par des moyens qui sont par ailleurs interdits sur le site, y compris des « appels à leur mort ». Cette fuite intervient alors que les réseaux sociaux font face à de nouvelles critiques concernant les abus sur leurs plateformes, notamment à l'égard du duc et de la duchesse de Sussex et des footballeurs professionnels, en particulier des stars comme Marcus Rashford.

La définition de Facebook des personnalités publiques varie entre celles qui sont très suivies sur les médias sociaux et celles qui font l'objet d'une couverture médiatique locale peu fréquente. Une exception à cette règle est que les enfants de moins de 13 ans ne comptent pas. Facebook a indiqué à ses modérateurs que ces personnalités sont considérées comme des cibles admissibles pour certains types d'abus « parce que nous voulons permettre la discussion, qui inclut souvent des commentaires critiques sur les personnes qui font l'actualité ».


Dans les directives détaillées, courant sur plus de 300 pages et datant de décembre 2020, Facebook explique comment il différencie les protections pour les personnes privées et publiques. « Pour les personnalités publiques, nous supprimons les attaques qui sont graves ainsi que certaines attaques où la personnalité publique est directement identifiée dans la publication ou le commentaire. Pour les personnes privées, notre protection va plus loin : nous supprimons les contenus qui visent à dégrader ou à faire honte, y compris, par exemple, les affirmations sur l'activité sexuelle d'une personne ».

Les particuliers ne peuvent pas être visés par des « appels à la mort » sur Facebook, mais les personnalités publiques ne peuvent pas être « délibérément exposées » à de tels appels : il est légitime, en vertu des politiques de Facebook en matière de harcèlement, d'appeler à la mort d'une célébrité locale mineure, tant que l'utilisateur ne l'associe pas à la publication. De même, les personnalités publiques ne peuvent être « exposées » à des contenus « qui louent, célèbrent ou se moquent de leur mort ou de leurs blessures physiques graves ».

La définition que donne l'entreprise des personnalités publiques est large. Tous les hommes politiques sont concernés, quel que soit le niveau de gouvernement, qu'ils aient été élus ou qu'ils se présentent aux élections, de même que tout journaliste employé « pour écrire ou parler en public ». La célébrité en ligne est suffisante pour être prise en compte, à condition que l'utilisateur ait plus de 100 000 followers sur l'un de ses comptes de médias sociaux. Le fait de faire la une des journaux suffit à priver les utilisateurs de toute protection.

« Les personnes mentionnées dans le titre, le sous-titre ou l'aperçu d'au moins cinq articles ou pièces médiatiques au cours des deux dernières années sont considérées comme des personnalités publiques. Une large exception à cette règle est que les enfants de moins de 13 ans ne comptent jamais ». Il existe une autre exception générale pour (et la protection de) ceux qui sont des personnalités publiques « involontaires ». Il s'agit de personnalités publiques « qui ne sont pas de véritables célébrités et qui n'ont pas tiré parti de leur notoriété, à moins qu'elles n'aient été accusées d'activités criminelles », selon les lignes directrices. Facebook détient une liste secrète de ces personnalités publiques involontaires. Mais la présence sur les médias sociaux est indiquée comme une preuve de facto qu'un utilisateur a « profité de sa notoriété ».


La tentative de définir de manière exhaustive tous les aspects du harcèlement signifie que les règles de Facebook comprennent également des spécificités surprenantes. Par exemple, les utilisateurs peuvent harceler des personnes décédées, mais uniquement si elles sont mortes avant 1900, et ils sont autorisés à "harceler" des personnages fictifs.

Mais la décision de permettre aux utilisateurs d'intimider et de harceler des personnalités publiques, même mineures, d'une manière que l'entreprise interdit aux personnes classées comme particuliers, est susceptible de susciter l'inquiétude d'utilisateurs éminents qui se sont plaints que Facebook ne fait pas assez pour protéger les personnalités publiques contre les abus sur sa plateforme principale ou sur Instagram.

La politique de Facebook en matière d'intimidation et de harcèlement protège les personnalités publiques contre les attaques comprenant des menaces directes de dommages physiques graves, des termes désobligeants à connotation sexuelle ou des menaces de divulgation d'informations personnelles. Mais il est entendu que la société croit en la possibilité de laisser les gens questionner ou critiquer les personnalités publiques, les spécialistes mettant en avant des « discours figuratifs ».

Un porte-parole de Facebook a déclaré : « Nous pensons qu'il est important de permettre une discussion critique des politiciens et d'autres personnes dans l'œil du public. Mais cela ne signifie pas que nous autorisons les gens à les insulter ou à les harceler sur nos applications. Nous supprimons les discours haineux et les menaces de préjudice grave, quelle que soit la personne visée, et nous étudions d'autres moyens de protéger les personnalités publiques contre le harcèlement… Nous consultons régulièrement des experts en matière de sécurité, des défenseurs des droits de l'homme, des journalistes et des militants pour obtenir un retour sur nos politiques et nous assurer qu'elles sont à la bonne place ».

En octobre 2020, Twitter a déclaré que les tweets souhaitant la mort de Donald Trump à la suite du diagnostic de l'ancien président américain, atteint de la Covid-19, violent ses politiques et pourraient entraîner une suspension. Il semble que la plateforme ait une politique légèrement différente de celle de son principal concurrent, Facebook. La plateforme de médias sociaux a confirmé dans un tweet que le fait de souhaiter du mal à une personnalité viole la « politique de comportement abusif » de Twitter, qui interdit les tweets « souhaitant ou espérant un mal grave à une personne ou un groupe de personnes ». « Les tweets qui souhaitent ou espèrent la mort, des dommages corporels graves ou une maladie mortelle contre quiconque ne sont pas autorisés et devront être supprimés », a déclaré l'entreprise dans un tweet.


En 2019, une discussion sur les cyberabus a révélé qu'une législation européenne était nécessaire de toute urgence pour faire face à l'augmentation des menaces en ligne de violence physique et sexuelle dont sont victimes les personnalités publiques, en particulier les femmes politiques. Les victimes de harcèlement en ligne sont laissées sans justice, tandis que les auteurs restent impunis en raison de l'absence de lois efficaces, a précédemment averti l'Irish Council for Civil Liberties.

Le groupe de défense de la liberté de la presse à but non lucratif Reporters sans frontières a également choisi de poursuivre Facebook en France pour avoir prétendument violé le code de la consommation du pays avec des promesses « trompeuses » de lutte contre les discours de haine et la désinformation. Le réseau social prétend offrir un espace « sûr » et « sans erreur ». Mais dans la pratique, il permet à la haine et à la désinformation de se propager rapidement.

À la question de savoir pourquoi les directives qui ont fait l'objet d'une fuite ne sont pas rendues publiques par Facebook, le porte-parole a ajouté : « En publiant nos normes communautaires, les notes des réunions régulières que nous avons avec les équipes mondiales pour en discuter et les mettre à jour et nos rapports trimestriels sur la façon dont nous faisons respecter nos politiques, nous offrons plus de transparence que n'importe quelle entreprise technologique. Nous avons également l'intention de rendre encore plus de ces documents publics au fil du temps ».

Source : Facebook's bullying and harassment policy

Et vous ?

Quelle analyse faites-vous de la situation ?

Voir aussi :

Instagram est « l'application la plus invasive », selon une nouvelle étude de pCloud, la société mère Facebook vient en deuxième position

La Cour suprême des États-Unis rejette l'appel de Facebook dans le cadre d'une action en justice concernant le suivi des utilisateurs, l'affaire porte sur l'utilisation de plug-ins

Facebook est poursuivi en justice pour avoir prétendument collecté les données biométriques de 100 millions d'utilisateurs Instagram, et risque jusqu'à 500 milliards de dollars en dommages-intérêts

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 11:15
Nuance (de taille), il est permis d'harceler et d'insulter les personnalités qui ne risquent pas de causer d'ennuis judiciaires à Facebook. Le free speech à l'américaine, c'est avant tout la loi du plus fort.

Un exemple parmi d'autres, à l'époque où les deepfakes sont apparus sur les réseaux sociaux, les plateformes ont réagi fissa pour faire supprimer les contenus. Hollywood est intouchable outre-atlantique.
4  0 
Avatar de esperanto
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 13:11
J'ai déjà vu des appels au meurtre sur Facebook, et même des vidéos disant "je vais commettre un meurtre à telle heure, telle date à tel endroit", pas du tout censurés. Par contre une vidéo de cuisine où on entendait très vaguement en toile de fond une musique copyrightée a rapidement été supprimée.
Conclusion: vous pouvez appeler au meurtre d'un chanteur célèbre mais attention à ne pas utiliser sa musique dans la vidéo.

Autre exemple, on a tous entendu parler de CopyComic qui avait dénoncé la tendance de certains humoristes français à copier des sketches américains sans jamais créditer les auteurs originaux. Le gars a finalement fait l'objet d'une plainte... pour atteinte au droit d'auteur, parce qu'il illustrait ses propos de vidéos à ne pas copier!
3  0 
Avatar de TotoParis
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 21:33
Citation Envoyé par MetalFlower Voir le message
Ça me parait très bien. La liberté d'expression avant tout. On devrait pouvoir dire qu'on souhaite la mort de n'importe qui sans être inquiété.
Pourquoi pas ? Alors appliquons cette doctrine à votre personne histoire de voir comment vous prenez la chose

Un appel au meurtre est un délit. Point final.
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 23:39
Quelque soit bled politiques internes de Facebook, elles ne prévalent pas sur les lois locales. Soyez donc prudent, car si Facebook ne voit pas d'inconvénients à ce que vous appeliez à la mort d'un politicien, les flics pourraient le faire. Où le politicien pourrait le faire et vous poursuivre pour harcèlement.
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 23:41
Un écrivain polonais risque une peine de prison pour avoir insulté le président Andrzej Duda en le traitant de crétin, suite à des commentaires de ce dernier sur la victoire de Joe Biden aux élections américaines.

Jakub zulczyk, le scénariste des séries télévisées populaires à déclaré que les procureurs l'avaient inculpé en vertu d'un article du code pénal pour avoir insulté le chef d'Etat dans une publication sur Facebook
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/04/2021 à 8:55
Ce serait mieux que Facebook censure ouvertement les messages nuisibles et ciblés. Tout ceci créé une fausse illusion de vie privée, qui doit être rapidement brisée.
0  0 
Avatar de MetalFlower
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 14:12
Ça me parait très bien. La liberté d'expression avant tout. On devrait pouvoir dire qu'on souhaite la mort de n'importe qui sans être inquiété.
0  2