Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook est poursuivi en justice pour avoir prétendument collecté les données biométriques de 100 millions d'utilisateurs Instagram
Et risque jusqu'à 500 milliards de dollars en dommages-intérêts

Le , par Stéphane le calme

267PARTAGES

11  0 
Facebook est poursuivi pour avoir prétendument collecté les données biométriques d'utilisateurs d'Instagram ou de personnes qui apparaissent sur des photos sur la plateforme sans leur consentement.

Dans la plainte, déposée lundi devant un tribunal de l'État de Redwood City, en Californie, Facebook a été accusé de « collecter, stocker et profiter » des données biométriques de plus de 100 millions d'utilisateurs d'Instagram. Plus précisément, ces données biométriques concernent la technologie de reconnaissance faciale.

La plainte assure qu'Instagram se sert d’un outil de marquage de visage qui utilise la reconnaissance faciale pour créer des « modèles de visage », qui sont ensuite stockés dans les bases de données Facebook. Elle ajoute qu'Instagram utilise cet outil automatiquement sans obtenir le consentement d'un utilisateur, même si les personnes figurant sur les images n'ont pas elles-mêmes de compte Instagram et n’acceptent donc pas les conditions d’utilisation.

« Une fois que Facebook a capturé les données biométriques protégées de ses utilisateurs Instagram, il les utilise pour renforcer ses capacités de reconnaissance faciale sur tous ses produits, y compris l'application Facebook, et partage ces informations entre diverses entités. Facebook fait tout cela sans fournir aucune des informations requises. les avis ou divulgations requis par la loi de l'Illinois », peut-on lire sur la plainte.

Cette pratique viole une loi de l'État de l'Illinois qui interdit aux entreprises de collecter les données biométriques des personnes (comme une analyse de reconnaissance faciale) à leur insu ou sans leur consentement, comme le rappelle la plainte. Kelly Whalen, une résidente de l'Illinois qui affirme utiliser régulièrement Instagram depuis 2011, a allégué dans sa plainte que la pratique de l'application de partage de photos enfreignait une loi sur la protection de la vie privée de l'État qui interdit la collecte non autorisée de données biométriques. En vertu de la loi, une entreprise peut être obligée de payer 1000 dollars par infraction (ou 5000 dollars s'il est reconnu qu’elle a agi de manière imprudente ou intentionnelle).

Stephanie Otway, une porte-parole de Facebook, a déclaré qu'Instagram n'utilisait pas la reconnaissance faciale de la même manière que l'application Facebook : « Cette plainte est sans fondement. Instagram n'utilise pas la technologie de reconnaissance faciale ».

Facebook a déjà fait face à des litiges découlant de la loi de l'Illinois. Facebook a décidé de verser 550 millions de dollars aux utilisateurs éligibles de l'Illinois ainsi que pour gérer les frais juridiques des plaignants. Les cabinets d'avocats Edelson, Robbins Geller et Labaton Sucharow, représentant les utilisateurs de Facebook dans le procès de reconnaissance faciale, ont qualifié l’accord de plus important règlement en espèces jamais obtenu pour résoudre un procès lié à la protection de la vie privée.

« Cette affaire devrait servir de piqûre de rappel aux entreprises pour leur indiquer que les consommateurs se soucient profondément de leurs droits à la vie privée et que, s'ils sont poussés, ils se battront pour ces droits jusqu'à la Cour suprême, puis jusqu'à ce qu'ils soient justement indemnisés », a déclaré Paul Geller, le responsable de la branche protection des consommateurs du cabinet d'avocats Robbins Geller.

Le nouveau recours collectif contre Instagram demande des dommages-intérêts pour pas moins de 100 millions d'utilisateurs d'Instagram. En vertu de la loi de l'Illinois, Facebook pourrait être contraint de payer 1000 à 5000 dollars par infraction, ce qui signifie que les dommages-intérêts complets pourraient atteindre 500 milliards de dollars si Facebook venait à être déclaré responsable.


Facebook fait l'objet de plaintes pour son utilisation de la reconnaissance faciale depuis 2010, date à laquelle la société a lancé la fonctionnalité par défaut « Tag Suggestions » pour les utilisateurs. Bien entendu, les utilisateurs pouvaient la désactiver, mais les experts en matière de protection de la vie privée ont déclaré que l'entreprise n'avait pas obtenu le consentement des utilisateurs pour l’utilisation de cette technologie dès le départ.

En 2012, Facebook a désactivé la technologie en Europe après que les régulateurs aient soulevé des questions sur son système de consentement. En 2018, Facebook a commencé à expliquer de manière plus transparente le fonctionnement et l’utilité de sa technologie de reconnaissance faciale aux utilisateurs, en dirigeant les gens vers une page de paramètres où ils pouvaient la désactiver. L'année dernière, dans le cadre d'un accord de 5 milliards de dollars avec la Commission fédérale du commerce sur les violations de la vie privée, l'entreprise a décidé de rendre la reconnaissance faciale sur la plateforme opt-in uniquement, après des années d'activation par défaut pour tous les utilisateurs.

Les règlements relatifs à la protection de la vie privée arrivent à un moment où le public est de plus en plus inquiet face à la diffusion de technologies de surveillance puissantes comme la reconnaissance faciale. Des sociétés comme Amazon et Clearview AI commercialisent des logiciels de reconnaissance faciale auprès des services de police pour les aider à identifier des suspects inconnus.

Sur son site Web, Clearview AI, à l’origine de l’application de reconnaissance faciale Clearview, indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les forces de l’ordre pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. En début d’année, un porte-parole de la startup avait affirmé que plus de 600 organismes en charge de l’application de la loi l'ont adoptée au cours de 2019 (des organismes divers comme le département de police de Gainesville en Floride, le FBI et même la sécurité intérieure américaine).

L'Union américaine des libertés civiles (ACLU) et d'autres groupes ont averti que la diffusion de tels services pourrait mettre fin à la capacité des gens à rester anonymes en public. En 2019, l’ACLU, le Centre des réfugiés et des immigrants pour l’éducation et les services juridiques (RAICES - Refugee AND Immigrant Center FOR Education AND Legal Services) et l’Electronic Frontier Foundation (EFF) ont fait partie des groupes de défense qui se sont associés pour interpeller les acteurs les plus influents de la Silicon Valley sur les responsabilités qui leur incombent au vu des efforts qu’ils consentent pour développer des systèmes de reconnaissance.

Source : Reuters

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de LouisePelletier
Inactif https://www.developpez.com
Le 14/08/2020 à 12:33
500 milliards qui n'irons surement pas dans les poches des victimes, comme d'habitude...

A quoi bon mettre des amendes si c'est l'état qui s'en sert de prétexte pour s'engraisser
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/08/2020 à 18:13
Bonsoir

1) Pour rappel, sur tous les sites de Facebook la moindre photo postée devient propriété de la marque et elle peut en faire ce qu'elle veut. C'est aussi valable pour les entreprises présentes sur les réseaux. D'où de grosses contraintes juridiques.

2) Solution pour le moins radicale, comme pour ma part. Je ne poste plus une seule photo sur internet.

3) L'amende a quelques 500 milliards est un vaste blague ... Si deja on savait faire respecter avec des amendes a 10 ou 50 milliards .
0  0