IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX vient de lancer une fusée Falcon 9 pour la 100e fois, mettant en orbite 60 satellites Internet Starlink,
Ce Falcon a atterri pour la septième fois, établissant un nouveau record

Le , par Stan Adkens

610PARTAGES

3  0 
Le 100e vol d'une fusée Falcon 9 a mis 60 autres satellites en orbite pour le réseau Starlink de SpaceX mardi soir, ajoutant un autre élément de construction à une flotte prévue de milliers de stations relais spatiales alimentées par l'énergie solaire pour assurer la connectivité à large bande dans le monde entier. Ce lancement est aussi le 23e vol en 2020 de SpaceX d'Elon Musk, le plus grand nombre de vols que la société ait réalisés en un an.

Le dernier lot de Starlinks a porté le nombre total de lancements à 955, selon CBS News, alors que SpaceX continue de construire une constellation de satellites Internet conçus pour fournir des services à large bande aux abonnés même dans les zones les plus difficilement accessibles. Des milliers d'autres satellites sont prévus, l'objectif de Starlink étant d'envelopper la Terre d'un réseau de 42 000 satellites qui transmettent l'Internet à haut débit.


La mission réussie de mardi dernier a également établi un nouveau record pour le programme de réutilisation des fusées de SpaceX - un record qui pourrait être battu à nouveau dans les mois à venir si SpaceX maintient sa cadence de lancement effréné. Pour la première fois, un propulseur réutilisable de Falcon 9 a effectué son septième voyage dans l'espace et son retour lors du vol de mardi soir.

Ce lancement marquait également la 16e mission Starlink de SpaceX. La fusée à deux étages a décollé du Space Launch Complex 40 de la base aérienne de Cape Canaveral en Floride à 21h13 mardi. Environ neuf minutes plus tard, le premier étage du propulseur Falcon 9 est revenu sur Terre, atterrissant sur le vaisseau drone de SpaceX appelé "Of Course I Still Love You" (Bien sûr que je t'aime encore), qui était positionné au nord-est de Cap Canaveral dans l'océan Atlantique.

« Pour la septième fois, ce Falcon a atterri », a déclaré Kate Tice, ingénieur chez SpaceX, lors de la diffusion en direct du lancement. Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, avait déjà déclaré que la dernière version du propulseur Falcon 9 pourrait voler 10 fois sans aucune rénovation majeure, et peut-être 100 fois avec des révisions périodiques.


Un utilisateur de Twitter a écrit dans un post : « SpaceX a fait voler et fait atterrir la même fusée pour la 7e fois, 7e fois ... Il y a quelques années, tout le monde pensait que les fusées réutilisables n'étaient que de la science-fiction. Que cela restait dans la tête explosive d’Elon Musk ».

La fusée Falcon 9 a déjà volé sur la mission Telstar 18 VANTAGE en septembre 2018, la mission Iridium-8 en janvier 2019, et quatre missions Starlink en 2019 et 2020, a rapporté Business Insider. Cette dernière mission était le 23e lancement de SpaceX en 2020, le plus grand nombre de vols effectués par la société au cours de la même année. Son record précédent était de 21 vols réalisé en 2018.

Le décollage a eu lieu trois jours plus tard que prévu en raison de vents violents qui ont retardé le test de mise à feu du moteur du premier étage et de conditions météorologiques difficiles dans la zone de récupération des propulseurs en mer. Mais la voie était libre mardi, lorsque le Falcon 9 s'est élancé au-dessus de l'océan Atlantique, offrant un spectacle grandiose en début de soirée pour les habitants de la région et les touristes.

En octobre dernier, SpaceX a lancé la version bêta publique pour Starlink, appelé "Better Than Nothing Beta". La société a commencé à tester le service dans le nord des États-Unis et le sud du Canada, et prévoit de lancer bientôt un test bêta public complet dans tout Amérique du Nord. Le site Web de Starlink indique qu'il souhaite une couverture aux États-Unis et au Canada d'ici à la fin de 2020 et une « couverture quasi globale du monde habité » d'ici à 2021.

La version bêta étendue sera disponible en janvier, et il n'est pas prévu de plafonnement des données

Alors que SpaceX s’apprêtait au lancement de la dernière mission Starlink, des ingénieurs de Starlink ont répondu à des questions lors d'une session de questions-réponses sur un réseau social samedi, couvrant des sujets tels que les plafonds de données, quand la bêta publique s'étendra à plus d'utilisateurs, et comment le service satellitaire à large bande se développera et évoluera à l'avenir.

À la question des utilisateurs du réseau social de savoir si les utilisateurs seront un jour confrontés à des limitations de données, l'équipe de Starlink - sous le nom d'utilisateur "DishyMcFlatface", qui est également le surnom de SpaceX pour l'antenne parabolique Starlink - a donné une réponse vague : « Pour l'instant, le service bêta de Starlink n'a pas de plafonds de données ».

Bien que cette réponse couvre le présent, mais pas l'avenir, un commentaire ultérieur des ingénieurs a donné une réponse plus détaillée qui suggère que SpaceX essaie d'éviter les plafonds de données : « Nous ne voulons donc pas mettre en place des plafonds de données restrictifs comme ceux que les gens ont rencontrés avec l'Internet par satellite dans le passé. Pour l'instant, nous essayons encore de trouver une solution à beaucoup de choses - nous devrons peut-être faire quelque chose à l'avenir pour prévenir les abus et faire en sorte que tous les autres bénéficient d'un service de qualité ».

DishyMcFlatface a également ajouté que « Starlink est un système extrêmement flexible et s'améliorera au fil du temps à mesure que nous rendrons le logiciel plus intelligent. La latence, la bande passante et la fiabilité peuvent toutes être améliorées de manière significative ».

Ceux qui n'ont pas pu bénéficier de la version bêta de Starlink pourraient y avoir accès jusqu’en fin janvier. Les ingénieurs de SpaceX Starlink ont répondu à cette préoccupation lors de la séance de Q&A en écrivant que la société « augmente régulièrement l'accès au réseau au fil du temps afin de prendre en compte un grand nombre de personnes possible ». « Notamment, nous prévoyons de passer d'une bêta limitée à une bêta plus large fin janvier, ce qui devrait permettre à un plus grand nombre d'utilisateurs de participer ».

Pour être sélectionné et espérer obtenir Starlink, il faudra entrer votre adresse e-mail et votre adresse de service sur le site Web de Starlink puis attendre la réponse de la société. Le paiement de pots-de-vin n’est apparemment pas utile. Lorsqu'un utilisateur du réseau social a demandé « Comment sont choisis les utilisateurs de la version bêta et quel est le montant d'un bon pot-de-vin », l'équipe de Starlink a répondu que « Pas besoin de pots-de-vin, notre but est de servir tout le monde au final ».

Starlink sera fourni pour l’instant à l'adresse de service de chaque utilisateur bêta

Un utilisateur qui vit et travaille sur un bateau amarré dans le sud de la Floride a voulu savoir si Starlink fournira un service en pleine mer. « Un système mobile qui me donne une connectivité fiable me permettra vraiment de me déplacer librement sur les côtes des États-Unis, des Bahamas, et éventuellement au-delà », a écrit l'utilisateur.

Mais, SpaceX promet actuellement de fonctionner à l'adresse de service de chaque utilisateur bêta. « Pour l'instant, nous ne pouvons fournir le service qu'à l'adresse que vous avez indiquée sur starlink.com. Vous pourriez avoir de la chance si vous essayez d'utiliser Starlink dans des endroits proches, mais la qualité du service pourrait être pire », a répondu l’équipe Starlink.

« Les options de mobilité - y compris le déplacement de votre Starlink vers des adresses de service différentes (ou des endroits qui n'ont même pas d'adresse !) - viendront lorsque nous serons en mesure d'augmenter notre couverture en lançant plus de satellites et en déployant de nouveaux logiciels ». SpaceX a récemment demandé à la Commission fédérale des communications l'autorisation de tester les terminaux d'utilisateurs Starlink "sur des plateformes en mer" et sur des jets privés.


En ce qui concerne la qualité de la couverture Internet, un bêta-testeur a signalé des « interruptions assez fréquentes pendant l'utilisation », apparemment dues à des obstructions entre l'antenne parabolique et le ciel. « Une fois que d'autres satellites seront déployés, quelle sera l'importance d'avoir une vue du ciel absolument sans obstruction », a demandé l'utilisateur.

L'équipe d'ingénieurs de Starlink a répondu comme suit :

« Vous devriez penser à la communication entre la parabole Starlink et le satellite dans l'espace comme un "faisceau étroit" entre Dishy et le satellite. Ainsi, lorsque le satellite passe rapidement au-dessus de votre tête, s'il y a une branche ou un poteau entre la parabole et le satellite, vous perdez généralement la connexion (notez que les obstacles provoquent généralement des pannes et non des réductions de vitesse !) »

« Nous travaillons sur des fonctionnalités logicielles qui vont améliorer considérablement la situation et, à long terme, la distance dont vous aurez besoin diminuera à mesure que la constellation grandira. Donc, cela va s'améliorer ! », a ajouté l’équipe Starlink.

« Et puis, un conseil à court terme ! Les satellites se regroupent autour de 53 degrés de latitude (nord et sud). Je me concentrerais donc sur le maintien de cette partie du ciel dégagée pendant que nous continuons à améliorer la situation ! »

Pour ceux qui sont inquiets à cause des débris en orbite à l’avenir, un commentateur répond ceci :

« SpaceX n'est pas une véritable préoccupation, leurs satellites sont si faibles que la résistance de l'air les désorbitera assez rapidement si les propulseurs tombent en panne. Au pire, ils pourraient causer un problème pendant quelques mois ». Par contre selon lui, « Les satellites GEO en orbite plus haute que ceux-ci pourraient poser problème, car le temps de décroissance (le temps qu'il faut à la résistance de l'air pour les faire tomber) se mesure en décennies ou en siècles ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Tweet

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Une Fusée Falcon 9 de SpaceX a effectué son 100e lancement. Quel commentaire en faites-vous ?
Partagez-vous les préoccupations de ceux qui sont inquiets à cause des débris en orbite à l’avenir ?

Voir aussi :

SpaceX a lancé suffisamment de satellites Starlink pour une prochaine bêta publique « assez large », après que les derniers satellites auront atteint leur position cible
Le bêta test public de Starlink commence à la réception des invitations, et à l'apparition de l'application dans l'App Store et Google Play, respectivement pour iOS et Android
SpaceX accélère sa production et fabrique 120 satellites Internet Starlink par mois, un rythme sans précédent dans l'industrie spatiale
Environ 3 % des satellites Starlink de SpaceX pourraient avoir échoué, et pour une constellation de 42 000 engins spatiaux, cela pourrait déclencher une crise de débris spatiaux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 10:59
Pour ma part, je suis plutôt opposé au principe de starlink.
Je trouve l'idée géniale, très inventive, etc... mais le bénéfice ne vaut pas le cout(avoir des satellites en masse dans le ciel).

Les buts du projets sont louables, avoir internet partout, même peut etre bientot dan les bateaux, dans les avions, etc... a des tarifs abordables.

Mais je pense que la nature mérite un certain respect, surtout quand ces décisions sont irréversibles.

Et oui, je pense que c'es les petits pas qui font les grands refus. Si un pays comme la France refuse, pour des raisons valables, le projet, il est proable qu'a un moment la question se pose en Europe.

Vous imaginez vraiment le projet starlink déployés sans :
la Russie
la Chine,
l’Europe
...

A un moment, on réduit tellement la cible des clients potentiels que le projet n'est plus rentable.

Après, je me fais assez peu d'illusion. Le progrés va nous amener a toute vitesse dans cette direction et on commencera a se poser la question a 35 000 satellites déployés... et le mal sera fait.
Ensuite d'autres puissances feront des réseaux concurrents, et cette idée aura mis en l'air 200 000 satellites avant 10 ans. Donc la moitié seront inutilisés car leur maison mère fera faillite.
16  1 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 9:44
Il me semble que la France est encore maitre de comment elle attribue l'usage des fréquences d'ondes sur son territoire, starlink ne peut pas arriver et dire "je prend la bande xGhz" partout dans le monde et que chaque pays ferme sa gueule...

Et puis, je trouve ça étrange, la NASA subventionne sous-traite les projets spaciaux de musk, c'est à dire qu'on a encore les USA qui vont foutre leur merde partout avec leur législation extra-territoriale à 2 balles...

S'il n'y avait pas eu les scandale du blocage unilatéral de site en .com, des amendes à la BNP, Snowden et Assange, j'aurais pu être pour ce genre de système.

Bref, par principe de la neutralité du web, je suis plutôt contre le fait d'avoir une infrastructure de communication aux mains d'une entreprise privée, qui plus est américaine.
14  4 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:56
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
L'accès à Internet aux endroits défavorisés et le fait de se passer à terme de toute cette multitude de câbles qui passent sous terre et sous mer sur une longue distance une fois la technologie bien maitrisée.
Tout ça parce que des sociétés privées ne font pas leur boulot et ne tiennent pas leurs engagements ! Si l'état faisait son boulot, ou disons plutôt, s'il y avait vraiment un État, les Oranges/Bouygues/SFR/Free auraient depuis longtemps couverts 100% du territoire en 4G et en fibre. Et, Starlink n'aurait aucun intérêt.

Ce qui est valable en France, l'est tout autant dans les autres pays.

Quant aux multitudes de câbles, ça ne les changera pas.
Et puis échanger quelques câbles pour des milliers (millions) de satellites, je ne sais pas si on y gagne vraiment !
8  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 0:58
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Et la limite de la propriété du ciel va jusqu'à quelle hauteur selon toi ? Est-ce que la Lune est de la responsabilité de à la France quand elle est positionnée juste au dessus ?
Disons qu'on peut reformuler le problème différemment et voir si ça te choque: quand j'étais gamin, je me souviens avoir lu une BD spirou et fantasio dans laquelle un "super-méchant" mégalomane utilisait la lune pour y faire de la publicité pour une marque bien connue de soda:



Puisque que tu parles de la lune, qui bien évidemment n'appartient pas à la France (mais qui passe quand même au dessus de ta tête), est-ce que ça ne te choquerait pas de la voir défigurée pour le seul bénéfice financier de certains?

On peut quand même admettre que tout le monde ne soit pas forcément ravi de voir passer des constellations de satellites par une belle nuit d'été, tout ça pour véhiculer des vidéos de chats, non?
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 16:31
Citation Envoyé par 4sStylZ Voir le message
Pour ma part je suis d'accord aussi sur le fait que cela améliorerai la situation des zones mal desservies, mais je suis contre le fait d'avoir 42000 machins en metal qui tournent autour de la terre.
Oui, enfin 42 000 pour Starlink, Amazon et consort vont surement vouloir la même chose, donc on rajoute 42000 et encore 42000 ...

C'est le même problème avec les antennes xG, on a celles de Bouygues, d'Orange, de SFR, de Free alors que si c'est l'État qui le gérait, ça diminuerait le nombre de ces horreurs, et on couvrirait toute la France avec 1/10ème de matos (comme le matos n'est pas fabriqué en France, ça n'aura pas d'impact sur les emplois français).
7  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 12:26
100 € par mois , si c'est pour un usage professionnel ca reste encore rentable. Si ca permet de vivre en rase campagne dans un endroit reculé non desservi par internet, dans une cabane ou une tiny house, qui t'à couté 30 000 euros au lieu d'un appart à Paris de 500 000 euros, ou encore de vivre dans un camping car d'occasion à 5000 euros, ca reste très rentable.

Je suppose qu'il doit être aussi possible de partager la connexion, ne serais ce que part des répéteurs wifi ou Ethernet, avec 100 € par mois tu peux connecter à internet : une communauté, un camping, un village, une famille nombreuse, etc...
6  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:18
Et tu vois ca comme un progrès ?

On consomme bien moins de ressources en faisant transiter des informations par câble que par l'air. Que ca sit pour mettre en place le système que pour le maintenir et payer ses couts de fonctionnement.

Oui, on dessert les personnes au milieu de nul part... mais est ce que ca vaut le coup ?
Est ce que l'immense majorité des humains doivent voir leur environnement détérioré pour que 1% de la population ai accès a internet en haut débit dans la pampa ? A la base, c'est aussi un choix d'habiter au milieu de nul ^part, avec les avantages et les inconvénients.
8  2 
Avatar de obtuli31
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 8:31
Bonjour,

42000 satellites, ce mec transforme l'espace en poubelle.
L'espace est devenue une zone qui appartient à des sociétés privées.
S'il pouvait dégager sur mars avec ses fusées, ce serait une bonne chose (et qu'il y reste)

Bonne journée
Didier
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:23
La question à se poser, c'est QUI a donné à M. E. Musk le droit d'installer des milliers de satellites autour de la planète pour faire du pognon ?

Sous quelle autorité il agit ? Est-ce tous les pays au-dessous desquels Starlink a placé ses satellites ont donné leur accord, ou bien M. Musk considère que l'espace lui appartient parce qu'il est multimilliardaire ?

Dire que l'idée est bonne, est une chose. Dire que l'intention affichée est louable, aussi. Mais, quelles sont les véritables intentions de cet individu ?

Je ne crois absolument pas que des types comme lui, travaillent pour le bien commun. Donc, je trouve que la France Insoumise pose là une très bonne question. Ce qui est dommage, c'est que les autres politiciens ne soient plus capables de penser par eux-mêmes (tout comme certains ici, qui ne jurent que par le progrès ou la haine que leur inspire LFI et Mélenchon, les pauvres...)
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:41
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Les satelites orbitent autour de la planète, ils ne restent pas au dessus d'un pays en particulier.
Ça n'empêche pas qu'ils survolent des pays sans que ces pays n'aient donné leur autorisation.
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Et ca fait longtemps, très longtemps, que l'espace est utilisé par des satellites appartenant pour la plupart à des entreprises privées.
Oui, avec accord gouvernemental.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Je ne vois pas ce que pourra faire Melenchon contre le projet Starlink étant donné que la France (tout comme les autres pays) ne peut s'opposer au lancement des satellites et au fait que ceux-ci vont orbiter autour de la planète. Le droit à l'espace et plus particulièrement le principe de droit à l'exploration et à l'utilisation est suffisamment vague pour que Musk (ou tout autre personne ayant suffisamment de ressources) puisse y envoyer sa flotte de satellite.
En fait, je pense que ce moratoire, pourrait faire, c'est : 1) faire prendre conscience aux gens que l'espace est privatisé pour le bien des milliardaires sans aucun cadre. 2) faire réfléchir les pays et les pousser à adopter une législation mondial sur ce phénomène.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Pour ma part, je suis pour ce projet. Cela va permettre énormément de chose justement pour le bien commun.
Ah ! Oui ? Et lesquelles par exemples ?
Et le bien commun de qui ? E. Musk et ses actionnaires ?
6  1