Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Environ 3 % des satellites Starlink de SpaceX pourraient avoir échoué
Et pour une constellation de 42 000 engins spatiaux, cela pourrait déclencher une crise de débris spatiaux

Le , par Nancy Rey

204PARTAGES

6  0 
Starlink est le nom de l'ambitieux projet de SpaceX visant à construire un réseau Internet par satellite interconnecté, également connu sous le nom de "constellation", pour fournir l'Internet à haut débit partout sur la planète. Jusqu'à présent, le projet, envisagé par le fondateur de SpaceX, Elon Musk, semble fonctionner. L'entreprise aérospatiale prévoit même d'ouvrir un test bêta public dans le nord des États-Unis et le sud du Canada, que Musk a tweeté le 8 octobre, peut-être dans les prochains mois. « D'autres pays suivront dès que nous aurons reçu l'approbation réglementaire », a-t-il ajouté.

Cependant, ce projet sans précédent a laissé dans son sillage une traînée de vaisseaux spatiaux apparemment peu réactifs. Tous les satellites sont conçus pour être manœuvrés dans l'espace à l'aide d'un moteur ionique, et même se désorbiter pour revenir sur Terre. Mais les satellites dont les systèmes de communication ou de propulsion fonctionnent mal peuvent voler de manière incontrôlée et représenter un danger pour les autres satellites, et même pour les astronautes, qui gravitent autour de la Terre.

SpaceX a lancé son premier lot de 60 prototypes en mai 2019 et, à ce jour, a fait voler 775 satellites Internet Starlink au total. Mais jusqu'à présent, environ 3 % de ces engins spatiaux pourraient avoir échoué, selon les données recueillies par Jonathan McDowell, un astronome du Centre d'astrophysique de Harvard-Smithsonian. « Je dirais que leur taux d'échec n'est pas flagrant. Ce n'est pas pire que le taux d'échec de n'importe qui d'autre. L'inquiétude est que même un taux d'échec normal dans une constellation aussi gigantesque va se retrouver avec beaucoup de mauvais déchets spatiaux », a déclaré McDowell.

Certains de ces échecs peuvent être des tests intentionnels. Mais le cas échéant, combien ne sont pas connus du public parce que SpaceX n'a pas publié ces informations. En conséquence, des astronomes comme McDowell ont eu recours à l'analyse des données sur les mouvements des satellites obtenues de SpaceX et du gouvernement américain, en montrant quels satellites Starlink sont retombés vers la Terre et quels sont ceux qui ne sont pas en mouvement. Le taux d'échec apparent de 3 % ne comprend pas les 45 satellites que SpaceX reconnait avoir désorbités intentionnellement.

SpaceX a reçu l'autorisation du gouvernement américain de lancer près de 12 000 satellites Starlink, mais il lui est demandé d'en lancer 30 000 autres, soit un total de près de 42 000. Dans les deux cas, SpaceX est en passe de former une "mégaconstellation" qui surpassera en nombre tous les vaisseaux spatiaux précédents jamais lancés par l'humanité. Si 3 % de la constellation Starlink prévue au maximum échoue, cela pourrait signifier 1260 satellites morts, de la taille d'un meuble d’environ 250 kg, qui tournent sans but autour de la planète.

Selon l'Agence spatiale européenne, il y avait environ 3200 satellites non fonctionnels en orbite terrestre en février. Beaucoup de ces engins spatiaux morts menacent régulièrement d'entrer en collision avec d'autres et de créer une crise de débris spatiaux. Cette semaine, par exemple, les traqueurs de satellites ont signalé un passage rapproché "à très haut risque" entre un satellite mort et un corps de fusée mis au rebut, une entreprise a évalué à 10 % le risque de collision. Il n'y a pas eu de collision.

SpaceX affirme que ses satellites se désorbiteront naturellement, ou brûleront dans l'atmosphère terrestre, si leurs systèmes de propulsion ne fonctionnent pas. Mais ce processus peut prendre jusqu'à cinq ans, selon le site web de Starlink. Pendant ce temps, les anciens satellites tournent autour de la Terre plus vite qu'une balle tirée par un revolver, sans personne pour les éloigner des autres engins spatiaux qui pourraient se trouver sur leur chemin.

Cependant, dans les documents déposés auprès de la Commission fédérale des communications, SpaceX a minimisé le risque, déclarant qu'elle « considère comme inacceptable un taux de désorbitation des satellites de 10 ou 5 %, et même un taux de 1 % est peu probable ». Si 1 % de ses satellites tombaient en panne sans capacité d’être manœuvré, la société a déclaré : « Il y a environ 1 % de chances par décennie qu'un satellite SpaceX en panne entre en collision avec un débris tracé ». La société a également affirmé que ses pratiques « éliminent effectivement la possibilité que de tels taux se produisent un jour ».

Une simulation de débris spatiaux créée par l'essai de missile antisatellite indien "Mission Shakti" le 27 mars 2019


Les satellites morts peuvent entrer en collision et provoquer une crise de débris spatiaux

Cependant, SpaceX n'est pas le seul à pousser au lancement d'un grand nombre de satellites Internet. OneWeb a déjà lancé 74 satellites pour sa constellation prévue à 48 000 au total. Amazon vise à en lancer plus de 3200 satellites pour sa flotte Kuiper. On ignore combien de satellites morts ces constellations pourraient également laisser en orbite. Comme personne ne peut les manœuvrer, les satellites en panne se heurtent parfois à d'autres engins spatiaux, dont la Station spatiale internationale (SSI) et son équipage d'astronautes. La Station spatiale internationale est une station spatiale placée en orbite terrestre basse, occupée en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche scientifique dans l'environnement spatial.

Même si un satellite s'écrase sur un autre satellite sans personne à bord, il peut créer des situations périlleuses. En janvier, deux satellites morts ont failli se croiser et ont explosé en centaines de milliers de morceaux de débris. Ce n'était pas la première explosion de ce type, et il n'en faut pas beaucoup pour aggraver le problème des débris.

En 2007, la Chine a testé un missile antisatellite en faisant exploser l'un de ses propres satellites météorologiques. Deux ans plus tard, un vaisseau spatial américain et un vaisseau spatial russe sont entrés en collision accidentelle. Ces deux événements à eux seuls ont augmenté d'environ 70 % la quantité de gros débris en orbite basse. L'Inde a effectué son propre essai de missile antisatellite en 2019, et l'explosion a créé environ 6500 débris.

Au total, plus de 500 de ces "événements de fragmentation" ont créé près de 130 millions de morceaux de débris en orbite terrestre. Ces morceaux de débris font le tour de la planète à une vitesse de plus de 28 163,52 km/h, soit environ 10 fois la vitesse d'une balle.

Ce n'est pas seulement un problème pour les vaisseaux spatiaux robotisés, mais aussi pour ceux qui transportent des personnes. Le mois dernier encore, un débris s'est détaché à moins d'un kilomètre du laboratoire spatial de la taille d'un terrain de football. Pour éviter une collision, les contrôleurs de mission ont mis à feu les propulseurs d'un vaisseau cargo russe attaché pour manœuvrer la station hors de danger possible. Les trois membres de l'équipage se sont enfermés dans un segment de l'ISS avec un vaisseau spatial Soyouz, afin de pouvoir s'échapper si les débris venaient à frapper.

Un débris spatial a frappé le radiateur de la navette Endeavour trouvé après une de ses missions. Le trou d'entrée est d'environ 6.35 mm de large, et le trou de sortie est deux fois plus grand


Si le problème des débris spatiaux devient extrême, une chaîne de collisions pourrait s'emballer et entourer la Terre dans un champ de débris pratiquement infranchissable. Cette possibilité est connue sous le nom de syndrome de Kessler, du nom de Donald J. Kessler. Ce dernier a travaillé pour le Centre spatial Johnson de la NASA et a calculé dans un article de 1978 qu'il faudrait des centaines, voire des milliers d'années pour que de tels débris soient suffisamment dégagés pour rendre les vols spatiaux à nouveau sûrs.

« C'est un effet à long terme qui se produit sur des décennies et des siècles. Tout ce qui produit beaucoup de débris va augmenter ce risque », a déclaré Ted Muelhaupt, qui dirige l'analyse du système de satellites de la société The Aerospace Corporation. Le simple nombre d'objets en orbite terrestre pourrait déjà avoir un effet similaire à celui du syndrome Kessler, comme l'a décrit la semaine dernière Peter Beck, le PDG de Rocket Lab. « Cela a un impact massif sur le lancement », a-t-il déclaré à CNN Business, ajoutant que les fusées « doivent essayer de se faufiler entre ces constellations de satellites ».

Une illustration des déchets spatiaux


Starlink est déjà un risque de débris spatiaux

En septembre 2019, l'Agence spatiale européenne a dû manœuvrer un de ses engins spatiaux à la dernière minute pour éviter une éventuelle collision avec un satellite Starlink. La probabilité de ce crash était de 1 sur 1000. Bien que cela puisse sembler peu probable, la NASA déplace régulièrement l'ISS pour des chances de 1 sur 100 000.

L'agence spatiale européenne a déclaré qu'elle devait déplacer son satellite parce que SpaceX n'avait « aucun plan d'action ». SpaceX a déclaré qu'il avait manqué les courriels de l'agence spatiale européenne sur la question en raison d'un "bug" dans ses systèmes de communication.

Dans l'ensemble, ce type d'approche semble être plus fréquent. "Nous constatons depuis peu une augmentation décidée du nombre de conjonctions", a récemment déclaré Dan Oltrogge, astrodynamicien chez Analytical Graphics, où il utilise un logiciel qui évalue les données de conjonctions depuis 2005. « Et il semble être très bien aligné avec les nouveaux vaisseaux spatiaux de grande constellation qui ont été lancés ».

Au moment du lancement de nouvelles constellations de satellites, les organismes de réglementation comme la FCC peuvent avoir besoin d'évaluer le nombre d'engins spatiaux morts qu'ils sont prêts à juger tolérables. « Qu'est-ce qu'un taux d'échec acceptable ? Ça, je ne suis peut-être pas compétent pour avoir une opinion à ce sujet » s’est interrogé demandé McDowell.

Sources : Jonathan McDowell,Agence spatiale européenne, starlink, NASA

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

SpaceX a lancé suffisamment de satellites Starlink pour une prochaine bêta publique « assez large », après que les derniers satellites auront atteint leur position cible

SpaceX accélère sa production et fabrique 120 satellites Internet Starlink par mois, un rythme sans précédent dans l'industrie spatiale

SpaceX demande à la FCC d'autoriser 5 fois plus de terminaux Internet pour les satellites Starlink, près 700 000 personnes seraient déjà intéressées par le service Internet par satellite Starlink

SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number) et est présent au Seattle Internet Exchange

SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie, pendant que les astronomes se penchent sur le problème

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 11:40
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
C'est effarant :

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
SpaceX a reçu l'autorisation du gouvernement américain de lancer près de 12 000 satellites Starlink, mais il lui est demandé d'en lancer 30 000 autres, soit un total de près de 42 000. Dans les deux cas, SpaceX est en passe de former une "mégaconstellation" qui surpassera en nombre tous les vaisseaux spatiaux précédents jamais lancés par l'humanité. Si 3 % de la constellation Starlink prévue au maximum échoue, cela pourrait signifier 1 260 satellites morts, de la taille d'un meuble d’environ 250 kg, qui tournent sans but autour de la planète.
Comment ça, du gouvernement américain ? Il s'agit là d'un problème mondial qui concerne toute l'humanité, c'est à des instances internationales de gérer ça !

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
SpaceX affirme que ses satellites se désorbiteront naturellement, ou brûleront dans l'atmosphère terrestre, si leurs systèmes de propulsion ne fonctionnent pas. Mais ce processus peut prendre jusqu'à cinq ans, selon le site web de Starlink. Pendant ce temps, les anciens satellites tournent autour de la Terre plus vite qu'une balle tirée par un revolver, sans personne pour les éloigner des autres engins spatiaux qui pourraient se trouver sur leur chemin.

Cependant, dans les documents déposés auprès de la Commission fédérale des communications, SpaceX a minimisé le risque, déclarant qu'elle « considère comme inacceptable un taux de désorbitation des satellites de 10 ou 5 %, et même un taux de 1 % est peu probable ». Si 1 % de ses satellites tombaient en panne sans capacité d’être manœuvré, la société a déclaré : « Il y a environ 1 % de chances par décennie qu'un satellite SpaceX en panne entre en collision avec un débris tracé ». La société a également affirmé que ses pratiques « éliminent effectivement la possibilité que de tels taux se produisent un jour ».
Communication de trouducs, de la pub, quoi...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Ce n'est pas seulement un problème pour les vaisseaux spatiaux robotisés, mais aussi pour ceux qui transportent des personnes. Le mois dernier encore, un débris s'est détaché à moins d'un kilomètre du laboratoire spatial de la taille d'un terrain de football. Pour éviter une collision, les contrôleurs de mission ont mis à feu les propulseurs d'un vaisseau cargo russe attaché pour manœuvrer la station hors de danger possible. Les trois membres de l'équipage se sont enfermés dans un segment de l'ISS avec un vaisseau spatial Soyouz, afin de pouvoir s'échapper si les débris venaient à frapper.
On en est là. Un jour ça va arriver pour de bon et ce jour-là on pleurera les morts...
Oui, parce que le jour où il leur faudra s'échapper, il s'échapperont dans un environnement rempli de déchets, vous voyez le truc ? Ils sont un peu comme les pompiers dans leur beau camion rouge, mais cerné par les flammes immenses d'un incendie hors de contrôle. Pauvre d'eux...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Le simple nombre d'objets en orbite terrestre pourrait déjà avoir un effet similaire à celui du syndrome Kessler, comme l'a décrit la semaine dernière Peter Beck, le PDG de Rocket Lab. « Cela a un impact massif sur le lancement », a-t-il déclaré à CNN Business, ajoutant que les fusées « doivent essayer de se faufiler entre ces constellations de satellites ».
Hallucinant d'en arriver là, mais d'un autre côté, quelque part, qu'ils en envoient encore plus, qu'ils noient le ciel de ces cochonneries, elles s'autodétruiront.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
L'agence spatiale européenne a déclaré qu'elle devait déplacer son satellite parce que SpaceX n'avait « aucun plan d'action ». SpaceX a déclaré qu'il avait manqué les courriels de l'agence spatiale européenne sur la question en raison d'un "bug" dans ses systèmes de communication.
Il a bon dos, le bug ! Quelle bande d'incapables, on croit rêver...
On est propres, avec des guignols pareils aux manettes.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
C'est effarant...
9  1 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 13:30
Il faudrait développer des technologies pour aller ramasser les débris.
oui, mais surtout renvoyer les débris chez leurs propriétaires respectifs....
5  1 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/10/2020 à 11:45
les Américains ont chargé la FCC de débroussailler le terrain, mais celle-ci s'oriente vers un système d'engagements volontaires, en estimant que le marché fera le tri entre opérateurs vertueux ou non.
bah voyons, c'est nouveau , le marcher ne permettrait d'avoir que des opérateurs vertueux... comme chacun le sait, ce sont les compagnies pétrolières les plus vertueuses qui règnent sur le marcher, idem pour les constructeurs (automobile, informatique etc), idem pour l'industrie agro alimentaire, l'industrie textile, l'industrie chimique....

ont est pas trolldi?
3  0 
Avatar de Zembla
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/10/2020 à 15:02
Quand on y pense il est incroyable que cette société n'ai même pas pris le soin de consulter les scientifiques et astronomes du monde entier avant de lancer ce projet.

Déjà aujourd'hui des observations de l'espaces sont pollués par ces trainée lumineuse provoqué par ces satellites. Des télescopes ayant coûté des millions d'euros voient leurs travaux gâchés par ça.

Quelqu'un a dit que l'observation des étoiles par chaque être humain sur terre que l'on connait depuis des milliers d'années ne sera plus jamais la même après ce projet démentiel.

Espérons que cette folie d'un mégalomane se casse les dents économiquement car le seul langage qu'il connaisse c'est le profit à courte vue. Cet internet n'est utile que dans des zones non couverte par l'internet terrestre comme la fibre qui fonctionne parfaitement bien. Est-ce que les habitants des banquises du grand nord ou les habitants des iles du pacifique vont pouvoir débourser une somme suffisamment forte pour que le projet soit rentable ? espérons que non.
4  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 13:46
En attendant parfois vous êtes bien content d'utiliser la technologie GPS. Il y a des satellites qui servent à quelque chose. (par contre les 3 entreprises qui veulent lancer des dizaines de milliers de satellites chacun pour proposer des accès à internet, ce n'est peut-être pas nécessaire)
Ce serait probablement un peu le bordel sur terre si une réaction en chaîne détruisait l'ensemble des satellites en orbite autours de la terre.
3  1 
Avatar de Kropernic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 15:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
En attendant parfois vous êtes bien content d'utiliser la technologie GPS. Il y a des satellites qui servent à quelque chose. (par contre les 3 entreprises qui veulent lancer des dizaines de milliers de satellites chacun pour proposer des accès à internet, ce n'est peut-être pas nécessaire)
Ce serait probablement un peu le bordel sur terre si une réaction en chaîne détruisait l'ensemble des satellites en orbite autours de la terre.
Si j'dis pas de connerie (à vérifier mais j'suis pas mal sûr), les satellites GPS et de télécom sont sur l'orbite géostationnaire (environ 65k km) alors que les starlinks et autres sont sur l'orbite basse (<1k km). C'est l'orbite basse qui est polluée. Si réaction en chaîne il y a, ça va être le dawa (surtout pour les occupants de l'iss) et faire de jolies étoiles filantes le soir mais niveau vie sur terre, ça va pas changer des masses je crois.

Même si je m'intéresse au sujet, je suis loin d'être un expert donc ne prenez pas mes écrits pour argent comptant et vérifiez !
4  2 
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 16:03
Un procès? Pour avoir enfreint une réglementation inexistante? Les USA se foutent du monde sur ça et d'autres choses mais ils n'ont rien fait d'illégal... pour la bonne raison qu'il n'y a pas de loi.

Je pense que la solution serait de faire un traité sur le sujet, comme celui concernant les armes nucléaires en orbite.

EDIT : j'ai été un peu vite, il existe des textes mais soit trop vagues soit non contraignant.
3  1 
Avatar de dharkan
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 13:21
Que l'on brûle SpaceX et que l'on jette ce mégalo de musk au trou !
3  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 13:29
Citation Envoyé par dharkan Voir le message
Que l'on brûle SpaceX
SpaceX n'est pas la seule entreprise qui envoie des milliers de satellites.
Si SpaceX n'existait pas le situation serait un peu près la même.
1  0 
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 15:29
Pour ceux que ça intéresse, il n'existe aucune organisation ni aucune réglementation internationale concernant les débris spatiaux. Les différentes agences du monde ont toutes adopté leurs propres règles sur le sujet, mais ne sont responsables devant aucune instance internationale.
1  0