IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Environ 3 % des satellites Starlink de SpaceX pourraient avoir échoué
Et pour une constellation de 42 000 engins spatiaux, cela pourrait déclencher une crise de débris spatiaux

Le , par Nancy Rey

795PARTAGES

6  0 
Starlink est le nom de l'ambitieux projet de SpaceX visant à construire un réseau Internet par satellite interconnecté, également connu sous le nom de "constellation", pour fournir l'Internet à haut débit partout sur la planète. Jusqu'à présent, le projet, envisagé par le fondateur de SpaceX, Elon Musk, semble fonctionner. L'entreprise aérospatiale prévoit même d'ouvrir un test bêta public dans le nord des États-Unis et le sud du Canada, que Musk a tweeté le 8 octobre, peut-être dans les prochains mois. « D'autres pays suivront dès que nous aurons reçu l'approbation réglementaire », a-t-il ajouté.

Cependant, ce projet sans précédent a laissé dans son sillage une traînée de vaisseaux spatiaux apparemment peu réactifs. Tous les satellites sont conçus pour être manœuvrés dans l'espace à l'aide d'un moteur ionique, et même se désorbiter pour revenir sur Terre. Mais les satellites dont les systèmes de communication ou de propulsion fonctionnent mal peuvent voler de manière incontrôlée et représenter un danger pour les autres satellites, et même pour les astronautes, qui gravitent autour de la Terre.

SpaceX a lancé son premier lot de 60 prototypes en mai 2019 et, à ce jour, a fait voler 775 satellites Internet Starlink au total. Mais jusqu'à présent, environ 3 % de ces engins spatiaux pourraient avoir échoué, selon les données recueillies par Jonathan McDowell, un astronome du Centre d'astrophysique de Harvard-Smithsonian. « Je dirais que leur taux d'échec n'est pas flagrant. Ce n'est pas pire que le taux d'échec de n'importe qui d'autre. L'inquiétude est que même un taux d'échec normal dans une constellation aussi gigantesque va se retrouver avec beaucoup de mauvais déchets spatiaux », a déclaré McDowell.

Certains de ces échecs peuvent être des tests intentionnels. Mais le cas échéant, combien ne sont pas connus du public parce que SpaceX n'a pas publié ces informations. En conséquence, des astronomes comme McDowell ont eu recours à l'analyse des données sur les mouvements des satellites obtenues de SpaceX et du gouvernement américain, en montrant quels satellites Starlink sont retombés vers la Terre et quels sont ceux qui ne sont pas en mouvement. Le taux d'échec apparent de 3 % ne comprend pas les 45 satellites que SpaceX reconnait avoir désorbités intentionnellement.

SpaceX a reçu l'autorisation du gouvernement américain de lancer près de 12 000 satellites Starlink, mais il lui est demandé d'en lancer 30 000 autres, soit un total de près de 42 000. Dans les deux cas, SpaceX est en passe de former une "mégaconstellation" qui surpassera en nombre tous les vaisseaux spatiaux précédents jamais lancés par l'humanité. Si 3 % de la constellation Starlink prévue au maximum échoue, cela pourrait signifier 1260 satellites morts, de la taille d'un meuble d’environ 250 kg, qui tournent sans but autour de la planète.

Selon l'Agence spatiale européenne, il y avait environ 3200 satellites non fonctionnels en orbite terrestre en février. Beaucoup de ces engins spatiaux morts menacent régulièrement d'entrer en collision avec d'autres et de créer une crise de débris spatiaux. Cette semaine, par exemple, les traqueurs de satellites ont signalé un passage rapproché "à très haut risque" entre un satellite mort et un corps de fusée mis au rebut, une entreprise a évalué à 10 % le risque de collision. Il n'y a pas eu de collision.

SpaceX affirme que ses satellites se désorbiteront naturellement, ou brûleront dans l'atmosphère terrestre, si leurs systèmes de propulsion ne fonctionnent pas. Mais ce processus peut prendre jusqu'à cinq ans, selon le site web de Starlink. Pendant ce temps, les anciens satellites tournent autour de la Terre plus vite qu'une balle tirée par un revolver, sans personne pour les éloigner des autres engins spatiaux qui pourraient se trouver sur leur chemin.

Cependant, dans les documents déposés auprès de la Commission fédérale des communications, SpaceX a minimisé le risque, déclarant qu'elle « considère comme inacceptable un taux de désorbitation des satellites de 10 ou 5 %, et même un taux de 1 % est peu probable ». Si 1 % de ses satellites tombaient en panne sans capacité d’être manœuvré, la société a déclaré : « Il y a environ 1 % de chances par décennie qu'un satellite SpaceX en panne entre en collision avec un débris tracé ». La société a également affirmé que ses pratiques « éliminent effectivement la possibilité que de tels taux se produisent un jour ».

Une simulation de débris spatiaux créée par l'essai de missile antisatellite indien "Mission Shakti" le 27 mars 2019


Les satellites morts peuvent entrer en collision et provoquer une crise de débris spatiaux

Cependant, SpaceX n'est pas le seul à pousser au lancement d'un grand nombre de satellites Internet. OneWeb a déjà lancé 74 satellites pour sa constellation prévue à 48 000 au total. Amazon vise à en lancer plus de 3200 satellites pour sa flotte Kuiper. On ignore combien de satellites morts ces constellations pourraient également laisser en orbite. Comme personne ne peut les manœuvrer, les satellites en panne se heurtent parfois à d'autres engins spatiaux, dont la Station spatiale internationale (SSI) et son équipage d'astronautes. La Station spatiale internationale est une station spatiale placée en orbite terrestre basse, occupée en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche scientifique dans l'environnement spatial.

Même si un satellite s'écrase sur un autre satellite sans personne à bord, il peut créer des situations périlleuses. En janvier, deux satellites morts ont failli se croiser et ont explosé en centaines de milliers de morceaux de débris. Ce n'était pas la première explosion de ce type, et il n'en faut pas beaucoup pour aggraver le problème des débris.

En 2007, la Chine a testé un missile antisatellite en faisant exploser l'un de ses propres satellites météorologiques. Deux ans plus tard, un vaisseau spatial américain et un vaisseau spatial russe sont entrés en collision accidentelle. Ces deux événements à eux seuls ont augmenté d'environ 70 % la quantité de gros débris en orbite basse. L'Inde a effectué son propre essai de missile antisatellite en 2019, et l'explosion a créé environ 6500 débris.

Au total, plus de 500 de ces "événements de fragmentation" ont créé près de 130 millions de morceaux de débris en orbite terrestre. Ces morceaux de débris font le tour de la planète à une vitesse de plus de 28 163,52 km/h, soit environ 10 fois la vitesse d'une balle.

Ce n'est pas seulement un problème pour les vaisseaux spatiaux robotisés, mais aussi pour ceux qui transportent des personnes. Le mois dernier encore, un débris s'est détaché à moins d'un kilomètre du laboratoire spatial de la taille d'un terrain de football. Pour éviter une collision, les contrôleurs de mission ont mis à feu les propulseurs d'un vaisseau cargo russe attaché pour manœuvrer la station hors de danger possible. Les trois membres de l'équipage se sont enfermés dans un segment de l'ISS avec un vaisseau spatial Soyouz, afin de pouvoir s'échapper si les débris venaient à frapper.

Un débris spatial a frappé le radiateur de la navette Endeavour trouvé après une de ses missions. Le trou d'entrée est d'environ 6.35 mm de large, et le trou de sortie est deux fois plus grand


Si le problème des débris spatiaux devient extrême, une chaîne de collisions pourrait s'emballer et entourer la Terre dans un champ de débris pratiquement infranchissable. Cette possibilité est connue sous le nom de syndrome de Kessler, du nom de Donald J. Kessler. Ce dernier a travaillé pour le Centre spatial Johnson de la NASA et a calculé dans un article de 1978 qu'il faudrait des centaines, voire des milliers d'années pour que de tels débris soient suffisamment dégagés pour rendre les vols spatiaux à nouveau sûrs.

« C'est un effet à long terme qui se produit sur des décennies et des siècles. Tout ce qui produit beaucoup de débris va augmenter ce risque », a déclaré Ted Muelhaupt, qui dirige l'analyse du système de satellites de la société The Aerospace Corporation. Le simple nombre d'objets en orbite terrestre pourrait déjà avoir un effet similaire à celui du syndrome Kessler, comme l'a décrit la semaine dernière Peter Beck, le PDG de Rocket Lab. « Cela a un impact massif sur le lancement », a-t-il déclaré à CNN Business, ajoutant que les fusées « doivent essayer de se faufiler entre ces constellations de satellites ».

Une illustration des déchets spatiaux


Starlink est déjà un risque de débris spatiaux

En septembre 2019, l'Agence spatiale européenne a dû manœuvrer un de ses engins spatiaux à la dernière minute pour éviter une éventuelle collision avec un satellite Starlink. La probabilité de ce crash était de 1 sur 1000. Bien que cela puisse sembler peu probable, la NASA déplace régulièrement l'ISS pour des chances de 1 sur 100 000.

L'agence spatiale européenne a déclaré qu'elle devait déplacer son satellite parce que SpaceX n'avait « aucun plan d'action ». SpaceX a déclaré qu'il avait manqué les courriels de l'agence spatiale européenne sur la question en raison d'un "bug" dans ses systèmes de communication.

Dans l'ensemble, ce type d'approche semble être plus fréquent. "Nous constatons depuis peu une augmentation décidée du nombre de conjonctions", a récemment déclaré Dan Oltrogge, astrodynamicien chez Analytical Graphics, où il utilise un logiciel qui évalue les données de conjonctions depuis 2005. « Et il semble être très bien aligné avec les nouveaux vaisseaux spatiaux de grande constellation qui ont été lancés ».

Au moment du lancement de nouvelles constellations de satellites, les organismes de réglementation comme la FCC peuvent avoir besoin d'évaluer le nombre d'engins spatiaux morts qu'ils sont prêts à juger tolérables. « Qu'est-ce qu'un taux d'échec acceptable ? Ça, je ne suis peut-être pas compétent pour avoir une opinion à ce sujet » s’est interrogé demandé McDowell.

Sources : Jonathan McDowell,Agence spatiale européenne, starlink, NASA

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

SpaceX a lancé suffisamment de satellites Starlink pour une prochaine bêta publique « assez large », après que les derniers satellites auront atteint leur position cible

SpaceX accélère sa production et fabrique 120 satellites Internet Starlink par mois, un rythme sans précédent dans l'industrie spatiale

SpaceX demande à la FCC d'autoriser 5 fois plus de terminaux Internet pour les satellites Starlink, près 700 000 personnes seraient déjà intéressées par le service Internet par satellite Starlink

SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number) et est présent au Seattle Internet Exchange

SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie, pendant que les astronomes se penchent sur le problème

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 10:59
Pour ma part, je suis plutôt opposé au principe de starlink.
Je trouve l'idée géniale, très inventive, etc... mais le bénéfice ne vaut pas le cout(avoir des satellites en masse dans le ciel).

Les buts du projets sont louables, avoir internet partout, même peut etre bientot dan les bateaux, dans les avions, etc... a des tarifs abordables.

Mais je pense que la nature mérite un certain respect, surtout quand ces décisions sont irréversibles.

Et oui, je pense que c'es les petits pas qui font les grands refus. Si un pays comme la France refuse, pour des raisons valables, le projet, il est proable qu'a un moment la question se pose en Europe.

Vous imaginez vraiment le projet starlink déployés sans :
la Russie
la Chine,
l’Europe
...

A un moment, on réduit tellement la cible des clients potentiels que le projet n'est plus rentable.

Après, je me fais assez peu d'illusion. Le progrés va nous amener a toute vitesse dans cette direction et on commencera a se poser la question a 35 000 satellites déployés... et le mal sera fait.
Ensuite d'autres puissances feront des réseaux concurrents, et cette idée aura mis en l'air 200 000 satellites avant 10 ans. Donc la moitié seront inutilisés car leur maison mère fera faillite.
16  1 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 9:44
Il me semble que la France est encore maitre de comment elle attribue l'usage des fréquences d'ondes sur son territoire, starlink ne peut pas arriver et dire "je prend la bande xGhz" partout dans le monde et que chaque pays ferme sa gueule...

Et puis, je trouve ça étrange, la NASA subventionne sous-traite les projets spaciaux de musk, c'est à dire qu'on a encore les USA qui vont foutre leur merde partout avec leur législation extra-territoriale à 2 balles...

S'il n'y avait pas eu les scandale du blocage unilatéral de site en .com, des amendes à la BNP, Snowden et Assange, j'aurais pu être pour ce genre de système.

Bref, par principe de la neutralité du web, je suis plutôt contre le fait d'avoir une infrastructure de communication aux mains d'une entreprise privée, qui plus est américaine.
14  4 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 11:40
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
C'est effarant :

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
SpaceX a reçu l'autorisation du gouvernement américain de lancer près de 12 000 satellites Starlink, mais il lui est demandé d'en lancer 30 000 autres, soit un total de près de 42 000. Dans les deux cas, SpaceX est en passe de former une "mégaconstellation" qui surpassera en nombre tous les vaisseaux spatiaux précédents jamais lancés par l'humanité. Si 3 % de la constellation Starlink prévue au maximum échoue, cela pourrait signifier 1 260 satellites morts, de la taille d'un meuble d’environ 250 kg, qui tournent sans but autour de la planète.
Comment ça, du gouvernement américain ? Il s'agit là d'un problème mondial qui concerne toute l'humanité, c'est à des instances internationales de gérer ça !

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
SpaceX affirme que ses satellites se désorbiteront naturellement, ou brûleront dans l'atmosphère terrestre, si leurs systèmes de propulsion ne fonctionnent pas. Mais ce processus peut prendre jusqu'à cinq ans, selon le site web de Starlink. Pendant ce temps, les anciens satellites tournent autour de la Terre plus vite qu'une balle tirée par un revolver, sans personne pour les éloigner des autres engins spatiaux qui pourraient se trouver sur leur chemin.

Cependant, dans les documents déposés auprès de la Commission fédérale des communications, SpaceX a minimisé le risque, déclarant qu'elle « considère comme inacceptable un taux de désorbitation des satellites de 10 ou 5 %, et même un taux de 1 % est peu probable ». Si 1 % de ses satellites tombaient en panne sans capacité d’être manœuvré, la société a déclaré : « Il y a environ 1 % de chances par décennie qu'un satellite SpaceX en panne entre en collision avec un débris tracé ». La société a également affirmé que ses pratiques « éliminent effectivement la possibilité que de tels taux se produisent un jour ».
Communication de trouducs, de la pub, quoi...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Ce n'est pas seulement un problème pour les vaisseaux spatiaux robotisés, mais aussi pour ceux qui transportent des personnes. Le mois dernier encore, un débris s'est détaché à moins d'un kilomètre du laboratoire spatial de la taille d'un terrain de football. Pour éviter une collision, les contrôleurs de mission ont mis à feu les propulseurs d'un vaisseau cargo russe attaché pour manœuvrer la station hors de danger possible. Les trois membres de l'équipage se sont enfermés dans un segment de l'ISS avec un vaisseau spatial Soyouz, afin de pouvoir s'échapper si les débris venaient à frapper.
On en est là. Un jour ça va arriver pour de bon et ce jour-là on pleurera les morts...
Oui, parce que le jour où il leur faudra s'échapper, il s'échapperont dans un environnement rempli de déchets, vous voyez le truc ? Ils sont un peu comme les pompiers dans leur beau camion rouge, mais cerné par les flammes immenses d'un incendie hors de contrôle. Pauvre d'eux...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Le simple nombre d'objets en orbite terrestre pourrait déjà avoir un effet similaire à celui du syndrome Kessler, comme l'a décrit la semaine dernière Peter Beck, le PDG de Rocket Lab. « Cela a un impact massif sur le lancement », a-t-il déclaré à CNN Business, ajoutant que les fusées « doivent essayer de se faufiler entre ces constellations de satellites ».
Hallucinant d'en arriver là, mais d'un autre côté, quelque part, qu'ils en envoient encore plus, qu'ils noient le ciel de ces cochonneries, elles s'autodétruiront.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
L'agence spatiale européenne a déclaré qu'elle devait déplacer son satellite parce que SpaceX n'avait « aucun plan d'action ». SpaceX a déclaré qu'il avait manqué les courriels de l'agence spatiale européenne sur la question en raison d'un "bug" dans ses systèmes de communication.
Il a bon dos, le bug ! Quelle bande d'incapables, on croit rêver...
On est propres, avec des guignols pareils aux manettes.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
C'est effarant...
10  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:56
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
L'accès à Internet aux endroits défavorisés et le fait de se passer à terme de toute cette multitude de câbles qui passent sous terre et sous mer sur une longue distance une fois la technologie bien maitrisée.
Tout ça parce que des sociétés privées ne font pas leur boulot et ne tiennent pas leurs engagements ! Si l'état faisait son boulot, ou disons plutôt, s'il y avait vraiment un État, les Oranges/Bouygues/SFR/Free auraient depuis longtemps couverts 100% du territoire en 4G et en fibre. Et, Starlink n'aurait aucun intérêt.

Ce qui est valable en France, l'est tout autant dans les autres pays.

Quant aux multitudes de câbles, ça ne les changera pas.
Et puis échanger quelques câbles pour des milliers (millions) de satellites, je ne sais pas si on y gagne vraiment !
8  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 0:58
Citation Envoyé par Uther Voir le message

Et la limite de la propriété du ciel va jusqu'à quelle hauteur selon toi ? Est-ce que la Lune est de la responsabilité de à la France quand elle est positionnée juste au dessus ?
Disons qu'on peut reformuler le problème différemment et voir si ça te choque: quand j'étais gamin, je me souviens avoir lu une BD spirou et fantasio dans laquelle un "super-méchant" mégalomane utilisait la lune pour y faire de la publicité pour une marque bien connue de soda:



Puisque que tu parles de la lune, qui bien évidemment n'appartient pas à la France (mais qui passe quand même au dessus de ta tête), est-ce que ça ne te choquerait pas de la voir défigurée pour le seul bénéfice financier de certains?

On peut quand même admettre que tout le monde ne soit pas forcément ravi de voir passer des constellations de satellites par une belle nuit d'été, tout ça pour véhiculer des vidéos de chats, non?
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 16:31
Citation Envoyé par 4sStylZ Voir le message
Pour ma part je suis d'accord aussi sur le fait que cela améliorerai la situation des zones mal desservies, mais je suis contre le fait d'avoir 42000 machins en metal qui tournent autour de la terre.
Oui, enfin 42 000 pour Starlink, Amazon et consort vont surement vouloir la même chose, donc on rajoute 42000 et encore 42000 ...

C'est le même problème avec les antennes xG, on a celles de Bouygues, d'Orange, de SFR, de Free alors que si c'est l'État qui le gérait, ça diminuerait le nombre de ces horreurs, et on couvrirait toute la France avec 1/10ème de matos (comme le matos n'est pas fabriqué en France, ça n'aura pas d'impact sur les emplois français).
7  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 12:26
100 € par mois , si c'est pour un usage professionnel ca reste encore rentable. Si ca permet de vivre en rase campagne dans un endroit reculé non desservi par internet, dans une cabane ou une tiny house, qui t'à couté 30 000 euros au lieu d'un appart à Paris de 500 000 euros, ou encore de vivre dans un camping car d'occasion à 5000 euros, ca reste très rentable.

Je suppose qu'il doit être aussi possible de partager la connexion, ne serais ce que part des répéteurs wifi ou Ethernet, avec 100 € par mois tu peux connecter à internet : une communauté, un camping, un village, une famille nombreuse, etc...
6  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:18
Et tu vois ca comme un progrès ?

On consomme bien moins de ressources en faisant transiter des informations par câble que par l'air. Que ca sit pour mettre en place le système que pour le maintenir et payer ses couts de fonctionnement.

Oui, on dessert les personnes au milieu de nul part... mais est ce que ca vaut le coup ?
Est ce que l'immense majorité des humains doivent voir leur environnement détérioré pour que 1% de la population ai accès a internet en haut débit dans la pampa ? A la base, c'est aussi un choix d'habiter au milieu de nul ^part, avec les avantages et les inconvénients.
8  2 
Avatar de obtuli31
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 8:31
Bonjour,

42000 satellites, ce mec transforme l'espace en poubelle.
L'espace est devenue une zone qui appartient à des sociétés privées.
S'il pouvait dégager sur mars avec ses fusées, ce serait une bonne chose (et qu'il y reste)

Bonne journée
Didier
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:23
La question à se poser, c'est QUI a donné à M. E. Musk le droit d'installer des milliers de satellites autour de la planète pour faire du pognon ?

Sous quelle autorité il agit ? Est-ce tous les pays au-dessous desquels Starlink a placé ses satellites ont donné leur accord, ou bien M. Musk considère que l'espace lui appartient parce qu'il est multimilliardaire ?

Dire que l'idée est bonne, est une chose. Dire que l'intention affichée est louable, aussi. Mais, quelles sont les véritables intentions de cet individu ?

Je ne crois absolument pas que des types comme lui, travaillent pour le bien commun. Donc, je trouve que la France Insoumise pose là une très bonne question. Ce qui est dommage, c'est que les autres politiciens ne soient plus capables de penser par eux-mêmes (tout comme certains ici, qui ne jurent que par le progrès ou la haine que leur inspire LFI et Mélenchon, les pauvres...)
6  1