Elon Musk présente 60 satellites SpaceX prêts à être lancés pour son projet de fourniture d'Internet
à partir de l'espace

Le , par Bill Fassinou

88PARTAGES

11  0 
Le week-end passé, Elon Musk, le PDG de Tesla et SpaceX, sa société spécialisée dans la conception de navettes spatiales, a présenté dans un tweet un lot de 60 satellites prévus pour être lancés cette semaine dans le cadre de son projet visant à fournir une couverture Internet mondiale à partir de l’espace. Dans son message, le patron de Tesla a présenté une image sur laquelle on voit les satellites les uns reliés aux autres et contenus dans la fusée Falcon 9 qui sera utilisée pour la mise en orbite des différents satellites.

Musk a affiché en 2015 son ambition d’apporter une couverture mondiale de l’Internet et cela à moindre coût à partir d’un réseau de centaines de satellites lancés en orbite autour de la terre et se disait prêt à investir jusqu’à 10 milliards de dollars dans le projet. Ce dernier a pour but principal de mettre des satellites en orbite afin de créer un vaste « Internet spatial » dont l’objectif serait d’accélérer la vitesse du trafic sur le Web, en plus de fournir une connexion à moindre coût aux 4,3 milliards de personnes jugées encore dépourvues, selon les statistiques d’une étude des Nations-Unies à l’époque. Il espère même que son système sera utilisé un jour pour connecter à Internet des personnes vivant sur Mars.

Le projet de SpaceX est baptisé Starlink et repose sur le déploiement d'une constellation de satellites de télécommunications positionnés sur une orbite terrestre basse. « Nous nous focalisons sur la création d’un système mondial de télécommunications qui sera plus grand que tout ce qui a été imaginé jusqu’à présent », avait-il confié au quotidien Bloomberg. Quelques jours plus tard, l’entreprise s’est vue recevoir un financement d’une valeur de 1 milliard de dollars de la part de Google et de Fidelity pour soutenir le projet de création de l’« Internet spatial ». Google et Fidelity ont ainsi rejoint le projet ambitieux d’Elon Musk d’envoyer des centaines de satellites en orbite pour un accès à Internet à haut débit et détenaient environ 10 % de SpaceX qui est évalué en 2015 à près de 10 milliards de dollars.


Selon certains, depuis 2015 à aujourd’hui, seulement deux satellites du lot ont été mis sur orbite par l’entreprise en février 2018. Ainsi, à en croire ce qu’évoque Elon Musk sur compte Twitter, le projet Starlink est sur le point de prendre son envol grâce notamment à ce premier lancement d’une soixantaine de satellites. « Les 60 premiers satellites SpaceX du projet sont chargés dans la fusée Falcon, serrés les uns aux autres », a-t-il écrit dans son tweet.

Il a ajouté que ces nouveaux satellites que SpaceX s'apprête à lancer cette semaine sont différents des deux prototypes lancés en 2018 surnommés TinTin A et TinTin B. Cependant, dans un rapport présenté par la société en début du mois, Gwynne Shotwell, la présidente et directrice de l’exploitation chez SpaceX, a déclaré qu’il est possible qu’une fois lancés, ces satellites ne répondent pas comme il le faut. Dans le rapport, elle a indiqué que ces satellites devraient normalement servir de tests et permettre de collecter des informations et les analyser pour savoir comment l’entreprise doit procéder pour déployer la totalité de la flotte de satellites d'ici les prochaines années.

« Les satellites de démonstration qui seront lancés le 15 mai seront des “satellites de test” dépourvus de liaisons intersatellites. Ces satellites de test auront des antennes embarquées et une propulsion électrique très performantes », a-t-elle déclaré. De même, Musk l’a également notifié dans son tweet que certaines choses pourraient aller mal lors du lancement. Il a spécifié qu’il faudra au moins six lancements supplémentaires de 60 satellites pour fournir une couverture Internet « mineure », tandis que douze autres lancements seront nécessaires pour une couverture « modérée ».

Lorsque Musk a parlé de six lancements supplémentaires pour former une couverture mineure, un internaute a tout de suite notifié à Musk qu'il n'avait pas une bonne expérience avec le nombre 420. En effet, si 60 satellites sont lancés sept fois, cela donnera un nombre total de 420 satellites, un nombre qui aurait porté préjudice à Elon Musk plus d’une déjà. Le dernier en date remonte à octobre 2018 où Musk et Tesla ont écopé chacun d’une amende de 20 millions de dollars infligée par la SEC pour avoir, soi-disant induire des investisseurs en erreur en annonçant sur Twitter qu'il pourrait faire en sorte que les actions de la société de voitures électriques valent 420 $ chacune.

En réponse à ce commentaire, Musk a déclaré que ce nombre n’était sûrement pas son porte-bonheur. Pour l’heure, Musk et les siens comptent bien lancer les 60 satellites dans la journée du mercredi 15 mai, même s’ils s’attendent à quelques imprévus. De plus, selon la directrice d’exploitation Shotwell, SpaceX vise 18 à 21 lancements pour cette année, sans compter les missions Starlink.

À noter que le mois passé, Amazon, le géant du commerce numérique avait informé lui aussi de son idée de lancer plus de 3000 satellites pour offrir l’Internet à haut débit dans les zones non desservies et sous-desservies du monde. À travers ce projet connu sous le nom de Kuiper, Amazon envisage de se présenter comme un acteur non des moindres parmi les fournisseurs d’accès à Internet haut débit par satellite. Pour ce faire, l’entreprise entend mettre en orbite terrestre une constellation de 3236 satellites afin de permettre à des millions de personnes d’accéder à Internet haut débit dans le monde entier. Cette constellation sera composée de trois couches de satellites : 784 satellites sur une orbite de 590 km, 1156 satellites sur une orbite de 630 km et 1296 satellites sur une orbite de 610 km.

Bien que de nombreux détails sont encore inconnus dans ce projet Kuiper, notamment le nom du constructeur de ces satellites ou encore la date de lancement de ces satellites, on sait déjà que le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a fondé la société Blue Origin afin de développer une fusée réutilisable baptisée New Glenn qui servira à lancer des satellites gouvernementaux et commerciaux. Pour pouvoir financer Blue Origin, Jeff Bezos a déclaré depuis l’année dernière qu’il vendrait 1 milliard de dollars d’actions d’Amazon chaque année. Comme délai pour ce projet Blue Origin, l’année 2021 a été avancée pour voir cette fusée effectuer son premier décollage.

Source : Tweet

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Des centaines de satellites en orbite pour une connectivité internet plus rapide, l'ambitieux projet du cofondateur de Paypal Elon Musk

Google et Fidelity investissent 1 milliard de dollars dans SpaceX pour soutenir la création d'un « Internet spatial »

La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable

Amazon envisage de lancer plus de 3000 satellites pour offrir l'internet à haut débit dans les régions non desservies et sous-desservies du monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 20:17
Elon Musk déclare que Starlink, son projet de fournir d'Internet par satellites, financera sa vision de voyage
sur Mars

La semaine dernière, Elon Musk, le patron de Tesla Motors et de SpaceX a tweeté une photo des 60 premiers satellites du projet Starlink que sa société SpaceX et lui s'apprêtent à lancer. Il avait surtout présenté ce premier lancement comme un test afin de préparer la voie à de nombreux autres lancements qui suivront au cours de cette année et dans les prochaines années. Cette semaine, le patron de Tesla aborde à nouveau le sujet en indiquant que le projet Starlink ouvre la voie à de nouvelles perspectives d’exploration de l’espace et pourrait servir comme un moteur clé dans le financement de sa vision sur Mars.

Initialement prévu pour ce 15 mai, de nouvelles informations ont indiqué que le lancement de la première flotte de 60 satellites de SpaceX a été retardé de 24h. Si tout se passe comme prévu, Musk et les siens profiteront d’une nouvelle fenêtre de lancement ce jour pour transporter les 60 premiers satellites du projet Starlink dans l’espace à l’aide de la fusée Falcon 9. Pour Musk, ce lancement marquera le début du déploiement d’une constellation conçue pour fournir un accès Internet à des parties du monde inexploitées et sous-desservies.

Starlink représente le plan ambitieux de la société SpaceX, dirigée par Elon Musk, visant à mettre en place un réseau Internet par satellite interconnecté, également appelé « constellation Starlink ». Ce réseau de satellites va permettre de transmettre Internet à haut débit partout dans le monde. Le réseau complet Starlink serait constitué de 11 943 satellites (certaines sources parlent de 12 000 satellites) volant à proximité de la planète, plus proches que la Station spatiale internationale, sur ce que l’on appelle une orbite terrestre basse.


Dans une conversation téléphonique avec des journalistes, Musk a déclaré cette semaine que le projet est sur la bonne voie et que SpaceX dispose du capital nécessaire pour mener à bien la première phase majeure du projet. « À ce stade, il semble que nous ayons suffisamment de capital pour passer à un niveau opérationnel », a déclaré Musk à propos de Starlink. Dans le même temps, il a pris la peine de préciser que SpaceX et lui-même pensent que le projet Starlink deviendra économiquement viable lorsque le nombre de satellites en orbite basse atteindra les 1000.

Selon le PDG de Tesla, chaque lot de 60 satellites Starlink qui sera placé en orbite apportera un térabit de capacité haut débit utilisable. Si cela s’avérait être vrai, on estime que la capacité utilisable du réseau Starlink sera au-dessus de tout satellite de télécommunication géostationnaire actuellement en orbite et devancerait de manière significative toute autre constellation en orbite terrestre basse connue comme OneWeb et en cours de développement à l’exemple de celui de Télésat. En effet, Télésat envisage également de déployer une constellation d’environ 300 satellites d’une capacité utilisable d’environ huit térabits d’ici les prochaines années.

Une fois mis en place, de quelle façon bénéficiera-t-on de la connexion avec le réseau Starlink de Space ? Sur ce point, Elon Musk a déclaré que les terminaux utilisateurs de Starlink utiliseront des antennes à commande électronique ou à commande de phase, une technologie largement considérée comme essentielle au succès des constellations large bande en orbite terrestre basse. De plus, il semblerait que contrairement aux antennes paraboliques traditionnelles, les systèmes à commande électronique peuvent suivre simultanément deux satellites ou plus, ce qui évite toute perte de connexion lorsque les satellites se lèvent et se positionnent à l'horizon.

Néanmoins, certains restent sceptiques en ce qui concerne le coût de la connexion vu les moyens mis en œuvre pour son déploiement. En effet, ces derniers craignent que la technologie, bien qu’elle soit des plus meilleures, ne coûte un peu trop cher pour les entreprises qui la revendront ensuite très cher aux consommateurs. « Si cela arrive, c’est que le problème que cherche à résoudre Musk persistera toujours. Les personnes les plus démunies qu’il cherche à toucher ne le seront pas vraiment », a déclaré l’un d’entre eux.

Dans ses explications, Elon Musk ne s’est pas trop attardé sur la question du coût, mais il a plutôt indiqué que Starlink représentait un énorme pilier pour sa vision de l’espace, en particulier la planète Mars. Le patron de Tesla compte sur les revenus qu’il tirera de ce projet pour financer sa vision de Mars. Ces revenus lui permettront de mettre plus de moyens à disposition de SpaceX pour terminer son nouveau modèle de fusée qui est en train d’être développée et baptisée Starship.


Starship, rappelons-le, est le nouveau système de lancement entièrement réutilisable que SpaceX met actuellement au point. Starship doit transporter jusqu’à 100 personnes à la fois depuis la terre vers la Lune ou la planète Mars. « Nous voyons cela comme un moyen pour SpaceX de générer des revenus pouvant être utilisés pour développer de plus en plus de roquettes et de vaisseaux spatiaux. Nous pensons pouvoir utiliser les revenus de Starlink pour financer Starship », a déclaré Elon Musk.

À l’heure actuelle, a expliqué Elon Musk aux journalistes, Starlink ne compte pas encore de clients. Il a estimé qu’il serait préférable d’avoir au préalable une bonne compréhension du calendrier de déploiement de sa constellation. Il a indiqué que SpaceX souhaitait néanmoins signer des opérateurs télécom en tant que clients, ainsi que des gouvernements. Pour finir, il a ajouté que SpaceX va probablement commencer à vendre de la connectivité plus tard cette année ou au début de l'année prochaine si tout se passe comme prévu.

Source : CNBC

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Plan génial d'un visionnaire en avance sur son temps ou lubie délirante, dangereuse et suicidaire ?

Voir aussi

Des centaines de satellites en orbite pour une connectivité internet plus rapide. L'ambitieux projet du cofondateur de Paypal Elon Musk

Elon Musk présente 60 satellites SpaceX prêts à être lancés pour son projet de fourniture d'Internet à partir de l'espace

Amazon envisage de lancer plus de 3000 satellites pour offrir l'internet à haut débit dans les régions non desservies et sous-desservies du monde
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 24/05/2019 à 20:35
Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d’Elon Musk pour fournir Internet depuis l’espace, sont lancés en orbite
après deux tentatives

Le déploiement des satellites pour la constellation Starlink, le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet à haut débit depuis l’espace partout dans le monde a débuté ce jeudi. Dans la nuit du jeudi au vendredi, SpaceX a procédé au lancement en orbite terrestre basse de sa première flotte de 60 satellites. Comme l’avait annoncé Elon Musk, les 60 satellites ont été transportés dans l’espace à bord de la fusée Falcon 9 depuis la base aérienne de Cap Canaveral en Floride, aux États-Unis.

Après quelques problèmes techniques et météorologiques qui ont retardé le lancement de la semaine dernière, SpaceX a finalement procédé à la mise sur orbite de ses 60 premiers satellites de la constellation Sarlink. Après avoir tweeté la semaine dernière une photo des satellites rangés dans la fusée Falcon 9, Musk avait annoncé qu’ils seraient lancés le 15 mai. Mais SpaceX a retardé le lancement de 24h une première fois, en raison de conditions météorologiques inadéquates, puis une seconde fois pour des problèmes techniques liés à l’informatique.

Les 60 satellites d’une masse de 227 kilogrammes chacun ont été lancés et mis en orbite terrestre basse dans la nuit d’hier à aujourd’hui, à partir de la base aérienne de Cap Canaveral en Floride. Les 60 satellites représentent la première flotte d’une constellation d’environ douze mille satellites pour le projet Starlink, un projet par lequel Elon Musk entend fournir de l’Internet à haut débit depuis l’espace à toutes les régions du monde. Musk et SpaceX ont expliqué que significativement, les 60 satellites ne représentaient pas grand-chose pour l’instant. D’après eux, il faudra attendre encore au moins six lancements supplémentaires (environ 400 satellites) pour espérer offrir un service Internet minimum.


SpaceX a également déclaré qu'il faudrait probablement encore un jour pour savoir si tous les satellites déployés fonctionnaient correctement. De plus, avait précisé Musk la semaine dernière au cours d’une interview, au moins 12 lancements portant des charges utiles similaires sont nécessaires pour assurer une couverture Internet constante dans la plupart des pays du monde. Pour l'instant, Starlink n'est autorisé que pour les opérations américaines. Cela dit, les ambitions d’Elon Musk vont plus loin qu’une simple fourniture d’Internet haut débit à l’échelle mondiale. À travers Starlink, le PDG de Tesla et de la société de fusées privée SpaceX veut mobiliser les fonds nécessaires pour sa vision de l’espace, en particulier celle de coloniser la planète Mars.

En effet, dans sa conversation téléphonique avec des journalistes la semaine dernière rapportée par CNBC, Elon Musk a déclaré qu’il voyait Starlink comme un véritable pilier de financement pour ses prochaines expéditions dans l’espace et sur Mars en particulier. Le patron de Tesla compte sur les revenus qu’il tirera de ce projet pour financer sa vision de Mars. Ces revenus lui permettront de mettre plus de moyens à disposition de SpaceX pour terminer son nouveau modèle de fusée qui est en train d’être développée et baptisée Starship, un nouvel engin spatial permettant de transporter des clients payants vers la Lune et d'essayer éventuellement de coloniser Mars.

Autrement dit, Starship est le nouveau système de lancement entièrement réutilisable que SpaceX met actuellement au point. Starship doit transporter jusqu’à 100 personnes à la fois depuis la terre vers la Lune ou la planète Mars. « Nous voyons cela comme un moyen pour SpaceX de générer des revenus pouvant être utilisés pour développer de plus en plus de roquettes et de vaisseaux spatiaux. Nous pensons pouvoir utiliser les revenus de Starlink pour financer Starship », a expliqué Elon Musk la semaine passée aux journalistes. Le PDG du constructeur automobile Tesla Inc. semble avoir visé juste, car d’après ce que rapporte Reuters, si le projet Starlink marche comme prévu, ce service Internet mondial représenterait une énorme source de revenus et de financement pour Musk et les siens.

Les revenus potentiels des activités après le lancement de Starlink devraient avoisiner les 3 milliards d’euros (2,6 milliards d’euros) par an, une évaluation potentielle alors même que Starlink n’a pas encore enregistré de clients. Sur ce point, Elon Musk avait expliqué aux journalistes que Starlink ne compte pas encore de clients, car selon lui, il serait préférable d’avoir au préalable une bonne compréhension du calendrier de déploiement de la constellation. Il a indiqué que SpaceX souhaitait néanmoins signer des opérateurs télécom en tant que clients, ainsi que des gouvernements. SpaceX va probablement commencer à vendre de la connectivité plus tard cette année ou au début de l'année prochaine si tout se passe comme prévu.

Cependant, n’oublions pas la concurrence. Même si chaque lot de 60 satellites de la constellation Starlink d’Elon Musk apportera un térabit de capacité haut débit utilisable, soit une capacité utilisable du réseau Starlink au-dessus de tout satellite de télécommunication géostationnaire actuellement en orbite et devancera de manière significative toute autre constellation en orbite terrestre basse connue comme OneWeb et en cours de développement à l’exemple de celui de Télésat, Reuters assure quand même que SpaceX ferait face à une vive concurrence dans le secteur.

Dans le lot des concurrents potentiels de SpaceX, on pourrait citer Télésat et LeoSat Enterprises du Canada qui envisagent également de déployer une constellation d’environ 300 satellites d’une capacité utilisable d’environ huit térabits d’ici les prochaines années et OneWeb, soutenu par Airbus SE, qui a lancé son propre réseau de satellites en février de cette année. Dans le cas de SpaceX, Elon Musk a déclaré que l’entreprise compte constituer la constellation Starlink avec un peu plus de onze mille satellites (12 000 d’après Reuters).

Sources : Reuters (1, 2)

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Elon Musk présente 60 satellites SpaceX prêts à être lancés pour son projet de fourniture d'Internet à partir de l'espace

Elon Musk déclare que Starlink, son projet de fournir d'Internet par satellites financera sa vision de voyage sur Mars

Las Vegas mise sur le projet de tunnels urbains d'Elon Musk et signe un contrat de 48,6 MM$, pour un système opérationnel en janvier 2021
Avatar de ON5MJ
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/05/2019 à 7:49
Cela permettra entre autres de contourner le blocage politique de l'accès à internet dans certains pays.
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/05/2019 à 17:00
et les américains en auront le contrôle
Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/05/2019 à 18:55
constellation d’environ douze mille satellites pour le projet Starlink
..
= douze mille mise à jour
= douze mille vérifications/jours x heures pour s'assurer que leurs systemes ne sont pas attaqués...
= pas mal mals d'em... en perspective..

Quand à aller coloniser mars, très peu pour moi : aujourd'hui il y fait -101.1ºC à l'ombre et -21.3ºC au soleil, (grâce au radiations) (bulletin météo Mars, Nasa InSight => https://twitter.com/MarsWxReport )
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web