Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : le refus de fournir un code de déverrouillage de téléphone aux autorités peut constituer une infraction
S'il est prouvé que ce dernier a un impact sur le chiffrement des données du terminal

Le , par Patrick Ruiz

107PARTAGES

7  0 
La Chambre criminelle de la Cour de cassation CASSE et ANNULE un arrêt de la cour d’appel de Paris (du 16 avril 2019) selon lequel le fait de ne pas révéler le code de déverrouillage de son téléphone portable n’est pas constitutif de poursuites devant la justice. Elle arrête à son tour que le refus de fournir un code de déverrouillage d’un téléphone peut constituer une infraction s’il est prouvé qu’il existe un lien avec le chiffrement sur le terminal. L’intégralité de l’arrêt et les explications techniques.

L’intégralité de l’arrêt

Faits et procédure


1. Il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de procédure ce qui suit.
2. Dans le cadre d’une enquête de flagrance pour infractions à la législation sur les stupéfiants, M. X..., au cours de sa garde à vue, s’est vu réclamer par le fonctionnaire de police qui procédait à son audition, les codes de déverrouillage des trois téléphones portables qui ont été découverts en sa possession. Il a refusé de les communiquer.
3. M. X... a été cité devant le tribunal correctionnel pour infractions à la législation sur les stupéfiants et refus de remettre la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie.
4. Le tribunal correctionnel a déclaré M. X... coupable des délits reprochés. Appel a été interjeté à titre principal par le prévenu et à titre incident par le ministère public.

Examen du moyen


Enoncé du moyen

5. Le moyen est pris de la violation de l’article 434-15-2 du code pénal.
6. Le moyen critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a relaxé M. X... du chef de refus de remettre une convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie, alors :

« 1°/ que la cour d’appel a imposé une exigence non expressément prévue par l’article 434-15-2 du code pénal, en énonçant qu’il ne ressort d’aucun élément de la procédure qu’une réquisition ait été adressée par une autorité judiciaire à A... X... de communiquer ce code de déverrouillage ou de le mettre en œuvre, cependant qu’elle constatait que le prévenu a refusé de communiquer ce code à la suite d’une demande qui lui été faite au cours de son audition par un fonctionnaire de police ;
2°/ que le code de verrouillage d’un téléphone constitue une convention secrète de déchiffrement dès lors qu’il est utilisé dans le mécanisme de chiffrement des données contenues dans l’appareil grâce à un algorithme défini de manière à les rendre inintelligibles. »

Réponse de la Cour

Sur le moyen pris en sa première branche

7. Pour relaxer le prévenu, l’arrêt énonce que M. X... a refusé de communiquer le code de déverrouillage de son téléphone portable, sur la demande d’un fonctionnaire de police, faite au cours de son audition, et non en vertu d’une réquisition émanant d’une autorité judiciaire de le communiquer ou de le mettre en œuvre.
8. En prononçant ainsi, la cour d’appel a justifié sa décision.
9. C’est à tort qu’elle a énoncé que cette réquisition ne pouvait être délivrée par un fonctionnaire de police, alors que la réquisition délivrée par un officier de police judiciaire agissant en vertu des articles 60-1, 77-1-1 et 99-3 du code de procédure pénale, dans leur rédaction applicable au litige, sous le contrôle de l’autorité judiciaire, entre dans les prévisions de l’article 434-15-2 du code pénal.
10. L’arrêt n’encourt pour autant pas la censure, dès lors qu’une simple demande formulée au cours d’une audition, sans avertissement que le refus d’y déférer est susceptible de constituer une infraction pénale, ne constitue pas une réquisition au sens du texte précité.
11. Dès lors, le moyen n’est pas fondé.
Mais sur le moyen pris en sa seconde branche
Vu les articles 434-15-2 du code pénal, 29 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, L.871-1 et R. 871-3 du code de la sécurité intérieure :
12. Selon le premier de ces textes, toute personne ayant connaissance de la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit, est tenue de remettre ladite convention aux autorités judiciaires ou de la mettre en oeuvre, sur les réquisitions de ces autorités délivrées en application des titres II et III du livre Ier du code de procédure pénale.
13. Il résulte de la combinaison des autres textes que la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie contribue à la mise au clair des données qui ont été préalablement transformées, par tout matériel ou logiciel, dans le but de garantir la sécurité de leur stockage, et d’assurer ainsi notamment leur confidentialité. Le code de déverrouillage d’un téléphone portable peut constituer une telle convention lorsque ledit téléphone est équipé d’un moyen de cryptologie.
14. L’existence d’un tel moyen peut se déduire des caractéristiques de l’appareil ou des logiciels qui l’équipent ainsi que par les résultats d’exploitation des téléphones au moyen d’outils techniques, utilisés notamment par les personnes qualifiées requises ou experts désignés à cette fin, portés, le cas échéant, à la connaissance de la personne concernée.
15. Pour relaxer le prévenu, l’arrêt énonce qu’un code de déverrouillage d’un téléphone portable d’usage courant, qui ouvre l’accès aux données qui y sont contenues, ne constitue pas une convention secrète d’un moyen de cryptologie, en ce qu’il ne permet pas de déchiffrer des données ou messages cryptés.
16. En se référant ainsi à la notion inopérante de téléphone d’usage courant, la cour d’appel a méconnu les textes susvisés et les principes ci-dessus rappelés.
17. Par conséquent, la cassation est encourue.
Portée et conséquences de la cassation
18. La cassation aura lieu sans renvoi, dans les conditions fixées par l’article 621 du code de procédure pénale, les parties ne pouvant s’en prévaloir, ni s’opposer à l’exécution de la décision annulée.

PAR CES MOTIFS, la Cour :
CASSE et ANNULE, dans le seul intérêt de la loi, l’arrêt susvisé de la cour d’appel de Paris, en date du 16 avril 2019 ;
DIT n’y avoir lieu à renvoi;

Les explications techniques

L’arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de cassation constitue une espèce de rebondissement du cas Malick B. désigné au sein de ce dernier par M. X. Jusqu'en 2018, la législation française n'était pas très claire sur le fait de savoir s'il fallait punir un individu qui refuse de donner le code de déverrouillage de son téléphone aux enquêteurs lors d’une procédure pénale. Seulement, depuis le 30 mars 2018, le Conseil constitutionnel a tranché : refuser de donner son code confidentiel de téléphone en garde à vue est passible de poursuites. Malick B. avait donc été condamné pour ce motif en septembre de la même année par le tribunal de grande instance de Créteil.

Seulement, au mois d'avril de l’année précédente, la Cour d'appel de Paris a estimé que le fait, pour un prévenu, de ne pas révéler le code de déverrouillage de son téléphone portable n’est pas constitutif de poursuites devant la justice. Pour rappel : alors âgé de 21 ans, Malick avait été arrêté en mars 2017 avec 97 grammes de produits stupéfiants et avait été jugé une première fois en septembre 2018 devant le tribunal de grande instance de Créteil où il avait écopé de sept mois d’emprisonnement. Matthieu Audibert – officier de gendarmerie et doctorant en droit privé et sciences criminelles – donne un avis technique sur la question.


Comme il est de coutume en matière de droit tout n’est pas aussi simple. En effet, il faut que les autorités qui requièrent un code de déverrouillage démontrent que le moyen de chiffrement est « susceptible d'avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit. »

Source : Cour de cassation

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Publications scientifiques : la justice française ordonne aux FAI de bloquer Sci-Hub et LibGen à la demande des éditeurs Elsevier et Springer Nature
Future loi française contre la haine : vers une peine d'interdiction temporaire des réseaux sociaux et la naissance d'une juridiction spécialisée
Loot box : Electronic Arts est dans le viseur de la justice en Belgique la société refuse toujours de se conformer à la réglementation belge

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 9:42
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
Soit vous êtes un criminel sans scrupules et votre téléphone regorge de preuves, mais c'est vos actions qui vont vous amener en taule, pas le téléphone...

Soit vous êtes un citoyen honnête et vous n'avez aucune raison de ne pas donner le code. Si vous avez des photos de vous nue sur le terminal, c'est pas ça qui intéressent les policiers de toute façon. Et s'ils vous regarde de travers, poursuivez-les pour viol du regard.

Pour moi, un refus de déverrouillage = aveu de culpabilité, et devrait envoyer la personne séance tenante en taule pour la peine prévue pour le crime suspecté.
C'est très certainement sans conteste le pire avis qu'on puisse avoir sur la question, et c'est une pente glissante. Un refus de déverrouillage, sauf si la loi en dit autrement, c'est faire valoir ses DROITS. Nul n'es censé ignorer la loi, donc pour les deux partis, c'est la meilleur chose à faire que de le refuser si la demande est caduque.

Cette logique de "j'ai rien à me reprocher donc tant pis" c'est pour les bisounours qui pensent que la corruption n'existe pas à tous les niveaux, et que personne avec de l'autorité puisse abuser de ses droits.

J'ajouterais même que ces lois ne pénalisent QUE les innocents, un grand criminel sans scrupule ne laisseras jamais des trucs en clair sur un téléphone qu'il trimbale sur lui, il aura un prépayé acheté en liquide qu'il jettera toutes les semaines...
15  1 
Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 10:27
Quid de l'oubli des dits code de déverrouillage ?
Est-ce considéré comme un refus ?
8  0 
Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 10:43
En principe non, en France on doit prouver la culpabilité et non l'innocence...
6  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 11:11
Citation Envoyé par disedorgue Voir le message
En principe non, en France on doit prouver la culpabilité et non l'innocence...
C'est justement à cela que sert la mise en examen, à savoir si il y à matière à faire un procès, le juge d'instruction examine le dossier, les pièces à conviction, fait venir des témoins, accusés, si il y à pas assez d'éléments, il y à non lieu. A la fin de la période d'examen il y à ensuite procès dans lequel on statue, mais c'est pas à gégé de venir déverrouiller ton téléphone et tripatouiller enfin je trouve aberrant que des gens soient OK avec ça.
5  0 
Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 11:34
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
C'est justement à cela que sert la mise en examen, à savoir si il y à matière à faire un procès, le juge d'instruction examine le dossier, les pièces à conviction, fait venir des témoins, accusés, si il y à pas assez d'éléments, il y à non lieu. A la fin de la période d'examen il y à ensuite procès dans lequel on statue, mais c'est pas à gégé de venir déverrouiller ton téléphone et tripatouiller enfin je trouve aberrant que des gens soient OK avec ça.
Donc, on est d'accord, le "je l'ai oublié" ou le "je ne le connais pas" ne peut pas (ou ne devrait pas) nous mettre hors la loi, quel que soit le niveau de l'instruction judiciaire en cours (sauf bien sur, s'il est prouvé que l'on ment...)

Par contre, le fait de dire "je refuse de le déverrouiller", dans le cadre d'une perquisition en règle, c'est une autre histoire.
4  0 
Avatar de vbarr
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 13:01
De mon point de vue, encore une décision de justice d'un Etat aux abois...
1 Le jour ou il y aura des machines pour lire nos pensées et souvenirs, on pourra refuser qu'on nous la branche sur la tête ?
Là ils sont dans un téléphone mais c'est pareil.

2 On a le droit effectif de mentir ou de ne rien dire (et oui, qui est condamné pour ça ?), mais le prolongement de notre cerveau (enfin pas du mien avec mon vieux nokia) qu'est le téléphone n'aurait pas ce droit ?

Je comprend la frustration des policiers, c'est dommage d'en arriver là. Les criminels ne devraient jamais survivre assez longtemps pour devenir si expérimentés dans l'art de l'esquive, et ce problème, qui fini par faire reculer la liberté des gens honnêtes, se poserait beaucoup moins.
4  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 10:32
Citation Envoyé par disedorgue Voir le message
Quid de l'oubli des dits code de déverrouillage ?
Est-ce considéré comme un refus ?
Nan mais de base, pour moi ça doit être possible que lors d'une mise en examen, un policier dans la rue c'est pas un inspecteur ou un juge d'instruction...
3  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 21:57
@L33tige
ah bon !? lequel ? --> "Je le jure M. le juge !" ?
NB: l'accusé n'est pas soumis au serment, car s'il est réellement coupable, il a toutes les raisons de mentir pour favoriser ses chances au verdict. Par contre toutes les autres ont obligation de dire la vérité.
Ce n'est pas qu'on autorise de mentir, c'est que prouver le mensonge est difficile, et que dans les faits la plupart tente quand même de mentir, quand bien même le manque de crédibilité est manifeste.
Faut voir ça comme une protection de l'accusé contre des comportement sociaux irrationnels assez communs (comme la personne qui ment quand elle est pris en flag').

Qu'en pensez-vous ?
...qu'il y a 2 autres points qui semblent ne pas être éclaircis aux néophytes en droit que nous sommes :
1) La définition de "téléphone d'usage courant" encadre quoi exactement ? Quelle est cette définition ?
2) La définition de "convention secrète de déchiffrement d'un moyen de cryptographie/cryptologique/de_cryptologie" encadre quoi exactement ? Quelle est cette définition ?

Citation Envoyé par l'article
2°/ le code de verrouillage d’un téléphone constitue une convention secrète de déchiffrement dès lors qu’il est utilisé dans le mécanisme de chiffrement des données contenues dans l’appareil grâce à un algorithme défini de manière à les rendre inintelligibles.

12. Selon le premier de ces textes, toute personne ayant connaissance de la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit, est tenue de remettre ladite convention aux autorités judiciaires ou de la mettre en oeuvre, sur les réquisitions de ces autorités délivrées en application des titres II et III du livre Ier du code de procédure pénale.

13. Il résulte de la combinaison des autres textes que la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie contribue à la mise au clair des données qui ont été préalablement transformées, par tout matériel ou logiciel, dans le but de garantir la sécurité de leur stockage, et d’assurer ainsi notamment leur confidentialité. Le code de déverrouillage d’un téléphone portable peut constituer une telle convention lorsque ledit téléphone est équipé d’un moyen de cryptologie.

15. Pour relaxer le prévenu, l’arrêt énonce qu’un code de déverrouillage d’un téléphone portable d’usage courant, qui ouvre l’accès aux données qui y sont contenues, ne constitue pas une convention secrète d’un moyen de cryptologie, en ce qu’il ne permet pas de déchiffrer des données ou messages cryptés.
Après ces lignes, on constate qu'il y a plusieurs angles d'attaque sur deux termes apparemment sans définitions claires, sur lesquels la cassation n'a pas pu s'appuyer, et qui continuent donc d'entretenir un certain flou sur la valeur morale de la décision (au-delà du fait que la procédure n'était pas parfaitement respecté --> seule chose sur laquelle la cours de cassation statue).

Je suis surpris d'apprendre en lisant ces lignes, que "convention secrète de chiffrement" désigne (à la louche) tout ce qui permet de la protection de données.
Je suis encore plus surpris d'entendre en réponse : oui mais puisque les 2 premiers codes (le code SIM + PIN) ne permettent pas de déchiffrer les messages qui sont protégés par un 3e code, alors ce n'est pas une "convention de chiffrement", sinon toutes les données seraient déchiffrées.
--> si la mise en oeuvre du chiffrement nécessite 8 codes successifs et une double authentification, et que le déchiffrement en nécessite autant, la "convention de chiffrement" est l'emploi de tout le processus de déchiffrement ...c'est pas parce qu'après le premier on trouve pas la data en clair que c'est caduc, c'est absurde !

De plus, qu'en est-il des SSD qui écrivent dans leur puces mémoires de manière chiffré... ce qui rend impossible, pour un professionnel de récupération, de récupérer et restaurer les données si la puce contenant la clé de déchiffrement est touché.
De même, la faille touchant les équipement Apple avec la fameuse puce T2, les rend-ils non sujet à la désignation de "convention de chiffrement" ? car s'il est possible d'outre-passer les mises en oeuvre de chiffrement, c'est comme si les données étaient en clair ...cela demande simplement des moyens techniques plus élevé.
Pareil pour un ordinateur avec les failles Intel cumulés aux failles de l'OS.

et quand est-il quand votre téléphone ou PC ne reconnais plus votre visage après une intervention musclé ?

Tous ça n'est vraiment pas clair !
3  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 13:59
Citation Envoyé par vbarr Voir le message
De mon point de vue, encore une décision de justice d'un Etat aux abois...
1 Le jour ou il y aura des machines pour lire nos pensées et souvenirs, on pourra refuser qu'on nous la branche sur la tête ?
Là ils sont dans un téléphone mais c'est pareil.

2 On a le droit effectif de mentir ou de ne rien dire (et oui, qui est condamné pour ça ?), mais le prolongement de notre cerveau (enfin pas du mien avec mon vieux nokia) qu'est le téléphone n'aurait pas ce droit ?

Je comprend la frustration des policiers, c'est dommage d'en arriver là. Les criminels ne devraient jamais survivre assez longtemps pour devenir si expérimentés dans l'art de l'esquive, et ce problème, qui fini par faire reculer la liberté des gens honnêtes, se poserait beaucoup moins.
Ya certains cas ou tu as le droit de mentir pour ta défense en justice.
0  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 23:06
Avec la corruption, c'est comme le terrorrisme : si tu t'inclines, tout est perdu.
C'est le même combat : un travail perpétuel, à chaque instants.
Tant qu'il y aura de "bonnes intentions", il y aura aussi de "mauvaises intentions".
Le terrorrisme, c'est comme l'esclavage : c'est vieux comme le monde.
...la corruption aussi.
0  0