Loot box : Electronic Arts est dans le viseur de la justice en Belgique
La société refuse toujours de se conformer à la réglementation belge

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
En Belgique, la Commission des jeux de hasard s’est attardée sur la question des « loot boxes » présentes dans de nombreux jeux. Ce système permet à un joueur d’acheter un ou plusieurs coffrets virtuels dont il ignore manifestement le contenu. Il sait juste que ces coffrets renferment des objets qui pourraient, dans une certaine mesure, contribuer à améliorer son expérience de jeu.


La justice belge estime que les « loot boxes » des jeux vidéo sont illégales et exposeraient les joueurs vulnérables à la dépendance. Ce verdict est tombé après qu’une étude a montré que des jeux (FIFA 18, Overwatch et Counter-Strike: Global Offensive) utilisent un système de loot box permettant d’échanger les objets numériques obtenus dans le jeu contre des devises (euro) via des places de négoce externes.

Autrement dit, les objets gagnés dans ces jeux s’échangent contre de l’argent réel, et plus l’objet est rare, plus sa valeur augmente. Or, pour trouver les objets rares, il faut multiplier les achats. La Commission belge a critiqué cet aspect estimant qu’il peut induire à l’addiction, surtout des jeunes joueurs qui ont le mental encore fragile. L’autorité de régulation belge a donné aux éditeurs de jeux concernés huit semaines pour se conformer à ses recommandations. Dans le cas échéant, ils s'exposent à des amendes ou à l’interdiction de vente de leurs jeux. En Belgique, les contrevenants encourent cinq ans d’emprisonnement et une amende pouvant aller jusqu’à 800 000 euros.

Quelques mois après avoir mis en garde les éditeurs de jeux, le gouvernement belge aurait ouvert une enquête criminelle visant Electronic Arts, après que l’éditeur a refusé de modifier les loot boxes aléatoires dans son jeu phare Fifa pour se conformer aux lois des jeux de hasard en Belgique. La Commission des jeux de hasard a classé Fifa 18 comme étant « un jeu de hasard illégal », et de ce fait le jeu est soumis aux lois des jeux de hasard du pays. Le fait d’omettre ces lois, y compris s’assurer que les mineurs soient incapables d’accéder aux éléments de hasard dans le jeu, est illégal.

Malgré l’interdiction des « loot boxes » par plusieurs gouvernements, Electronic Arts a déclaré qu’elle ne va pas délaisser le concept pour autant, estimant que des programmes comme FIFA Ultimate Team ne sont pas des jeux de hasard. « Tout d'abord, les joueurs reçoivent toujours un nombre précis d'objets dans chaque pochette-surprise (FIFA Ultimate Team). Et deuxièmement, nous ne fournissons ou n'autorisons aucun moyen pour encaisser ou vendre des articles en monnaie virtuelle pour de l'argent du monde réel. Et il n'y a aucun moyen d'attribuer une valeur aux objets FUT dans la monnaie du jeu. Et même si nous interdisons le transfert d'articles de monnaie dans le jeu à l'extérieur, nous cherchons aussi activement à éliminer ce genre de transfert dans un environnement illégal, et nous travaillons avec les organismes de réglementation de diverses juridictions pour y parvenir » a dit Andrew Wilson, chef de la direction d'EA.

Suivant le verdict de la justice, Blizzard (Overwatch), Valve (Counter-Strike Global Offensive) ou 2K Games (NBA 2K19) ont modifié leurs derniers jeux sortis pour tenir compte de la loi belge. EA, de son côté, a choisi de ne pas tenir compte de la réglementation malgré procès-verbal sur le sujet, et se trouve par conséquent visé par une enquête criminelle menée par le parquet de Bruxelles. S’il décide de traduire la société en justice, l’affaire ira devant les tribunaux.

Source : Le Monde

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que la France doit adopter une réglementation similaire ?
Avez-vous déjà acheté des "loot boxes" ? Pensez-vous qu'il faut les considérer comme des jeux de hasard ?

Voir aussi

Jeux vidéo : Electronic Arts compte améliorer les « loot box » ou pochettes-surprises payantes, même si certains gouvernements les jugent illégales
Loot box : une source de revenus attrayante pour les développeurs de jeux freemium, son interdiction pourrait-elle menacer l'essor de ce marché ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Zefling Zefling - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 13:17
Le problème des multinationales, c'est qu'elles se croient aux dessus des lois et prennent que celles qui les arrangent. Il serait peut-être bon que les États, que les gouvernants successifs ne sont qu'affaiblir (et il semblerait que ça soit pareil dans toutes l'Europe), aient vraiment du poids contre elles, avec de vraies sanctions dissuasives. Quand on voit que certaines sanctions ne représentent même pas 10 % du bénéfice qu'elles ont a fraudé, c'est sûr que la loi elles vont s’asseoir dessus encore un moment.
Avatar de laerne laerne - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 14:12
Assez incroyablement on a un challenger à EA en terme du pire crevard à la rentatibilité explosive et au business model abusif qui se croit au dessus de la loi (où l'«*interpretation de la loi*» comme ils disent) : 2K games a exlicitement demandé aux joueurs belges de contacter leur gouvernement pour soutenir les lootboxes.

Citation Envoyé par 2K Games
...afin d'exposer notre point de vue, à savoir que NBA 2K et les achats de packs Mon ÉQUIPE respectent déjà les lois locales. Si vous partagez notre avis, nous vous recommandons de contacter votre représentant du gouvernement local pour exprimer votre opinion
C'est tellement bas que je pense que ça se passe de commentaire…
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 17:30
rocket league de psyonix n'est pas visé. des loot boxes il n'y a que ca dadans
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 18/09/2018 à 14:58
Washington, la France et 14 autres pays d'Europe s'attaquent aux jeux d'argent liés aux jeux vidéo
les paris de skins et loot box sont ciblés

À travers une déclaration conjointe, l'État de Washington et 15 pays d'Europe unissent leurs forces pour lutter contre les jeux d'argent ou paris dans les jeux vidéo. Dans la déclaration qu'ils ont signée, ils expriment une inquiétude croissante concernant les « frontières floues entre les jeux d'argent et les autres formes de divertissement numérique telles que les jeux vidéo. » Ils ciblent notamment les paris de skins (skin gambling) et les loot box, et s'inquiètent surtout de l'utilisation de contenu lié aux jeux d'argent dans les jeux vidéo à la disposition des enfants.

Rappelons-le, une loot box est un objet virtuel (qui peut-être gratuit ou payant), généralement présenté sous forme de coffre, contenant un ou plusieurs objets virtuels, offrant au joueur des améliorations dans le jeu, pouvant aller de la simple personnalisation d'un personnage, à l'acquisition de nouvelles fonctionnalités. Au cours des derniers mois, plusieurs pays, y compris l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et la Belgique ont initié des actions en justice pour combattre le système des loot box mis en place par certains éditeurs de jeux vidéo. Ils estimaient en effet que les loot box retrouvées sur certains titres pouvaient être considérées comme des jeux d’argent ou de hasard et représentaient un réel danger pour certains joueurs, notamment les plus jeunes.


En ce qui concerne jeux de skins, ce sont des jeux qui proposent aux joueurs de personnaliser l'apparence de leurs personnages (visage, habillement, équipement, etc.). Dans certains jeux, l’apparence est d’ailleurs presque aussi importante que les capacités du personnage, car quitte à jouer, autant le faire avec un personnage qui possède une certaine classe. Les joueurs peuvent ainsi acheter ou vendre des skins qu'ils possèdent, parfois à des prix déraisonnables, sur une plateforme comme Steam. D'autres joueurs font même du trading sur les skins. Sur certains sites, plusieurs skins servent déjà de monnaie de référence sur le marché. Et si avez des skins, au lieu de les revendre immédiatement, vous pouvez les utiliser pour parier afin de tenter de gagner de plus beaux skins et agrandir votre collection et donc la valeur marchande de votre collection.


Jusqu'à présent, la lutte pour réglementer ces pratiques s'est traduite par des efforts unilatéraux dans différentes juridictions. Mais avec la déclaration qui vient d'être signée par 15 organismes de régulation européens et l'État de Washington, elle prend une ampleur internationale.

La lutte contre les sites Web tiers non autorisés proposant des jeux d'argent illégaux liés à des jeux vidéo populaires est une priorité pour les régulateurs et ils appellent l'industrie du jeu vidéo et les plateformes technologiques à jouer un rôle dans la répression de ces sites. Ils estiment également que les fournisseurs de jeux doivent s’assurer que les fonctionnalités des jeux, telles que les loot box, ne constituent pas des jeux d'argent en vertu des lois nationales.

Les régulateurs espèrent « permettre un dialogue éclairé avec les industries du jeu vidéo et du jeu social » et affirment « qu’il est dans l’intérêt de ces sociétés dont les plateformes ou les jeux suscitent des inquiétudes de travailler avec les autorités de régulation des jeux d'argent pour développer des solutions possibles. »

« Nous avons uni nos forces pour appeler les sociétés de jeux vidéo à répondre aux inquiétudes du public concernant les risques que le jeu d'argent et certains jeux vidéo peuvent représenter pour les enfants », a déclaré Neil McArthur, le directeur général de la Gambling Commission du Royaume-Uni. « Nous encourageons les entreprises de jeux vidéo à travailler avec les autorités de réglementation des jeux de hasard et agir dès maintenant pour répondre à ces préoccupations afin de garantir la protection des consommateurs, et en particulier des enfants », dit-il.

Les signataires de la déclaration sont des ministres des Finances ou autorités de régulation des jeux d'argent de l'Autriche, la République tchèque, la France, Gibraltar, l'Irlande, l'Ile de Man, Jersey, la Lettonie, Malte, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne, le Portugal, l'Espagne, l'État de Washington et le Royaume-Uni.

Sources : Déclaration conjointe, UK Gambling Commission

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ? Êtes-vous pour ou contre ? Pourquoi ?
Quelle expérience avez-vous des loot box et jeux de skins ?

Voir aussi :

Loot box : Electronic Arts est dans le viseur de la justice en Belgique, la société refuse toujours de se conformer à la réglementation belge
Le premier jeu pour adultes non censuré à 100 % arrive sur la plateforme Steam, après l'approbation de Valve
Un gamer vaincu déclenche une fusillade lors d'un tournoi, laisse des personnes sur le carreau, et relance le débat sur la dangerosité des jeux vidéo
EmuParadise annonce la fin de son activité de distribution de ROM de jeux vidéo rétro, par crainte d'actions en justice comme celles de Nintendo
Plusieurs experts s'insurgent contre la décision de l'OMS qui a classé l'addiction aux jeux vidéo comme une pathologie, quel est votre avis ?
Avatar de 4sStylZ 4sStylZ - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 18/09/2018 à 16:27
Je cotoie beaucoup de joueurs qui dépensent beaucoup dans les skins, et d’autres qui « ouvrent » des box, donc en achetant des clefs.
Le loot aléatoire est une composante des jeux vidéos. On aime ou pas mais si il y a une addiction c’est une addiction au jeu, et pas à acheter du contenu.

Je ne trouve pas le système sain du tout. Pour moi, le loot aléatoire devrait être séparé de tout objet à acheter en cash. Pour moi c’est clairement un jeu d’argent. C’est le même concept, mais en plus sur du virtuel (Quel système bien pensé).

Si les gens veulent acheter des cosmétiques virtuels, se les échanger etc (ce qui semble plaire à beaucoup) je trouve ça bien suffisant que les items soient dans une boutique mais que l’on sache ce que l’on achète.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil