Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La police demande de plus en de données sur les appareils connectés à domicile comme les Amazon Echo
Qui peuvent inclure des requêtes sur internet ou des conversations entendues

Le , par Stéphane le calme

178PARTAGES

9  0 
En juillet 2019, la police s'est précipitée au domicile de Silvia Galva, 32 ans. L’ami de Galva, également à la maison, a appelé le 911, affirmant qu’elle avait entendu une violente dispute entre Galva et son petit ami, Adam Crespo, âgé de 43 ans. Les deux vivaient ensemble à Hallandale Beach, en Floride. Lorsque les agents sont arrivés, Galva était morte.

Au vu de la scène de crime, la police a accusé Crespo de meurtre au deuxième degré. Il a plaidé non coupable et a été libéré après avoir payé une caution de 65 000 $, en attendant son procès. Dans les mois qui ont suivi l’arrestation, l’avocat de Crespo a présenté une preuve surprenante pour sa défense : des enregistrements de haut-parleurs connectés Amazon Echo.

« À plusieurs reprises, j’ai échangé avec des gens qui m’ont dit : ‘savais-tu que ce pourrait être la première fois que des enregistrements Alexa seront utilisés pour condamner quelqu'un pour meurtre ?’ », a déclaré Christopher O'Toole, l'avocat de Crespo. « Et j'y ai pensé avec la perspective opposée, notamment que ce pourrait être la première fois qu'un enregistrement Amazon Alexa est utilisé pour disculper quelqu'un et montrer qu'il est innocent. »

Lorsque la police et les procureurs collectent des données sur la domotique (parmi lesquelles les données sur les enceintes connectées), elles sont généralement utilisées comme preuve contre des suspects. Le département de police de Hallandale Beach a demandé un mandat de perquisition pour les données des enceintes connectées de Crespo, car elles pouvaient avoir capté des séquences audio de la dispute que l'ami de Galva avait entendues.

Les forces de l’ordre multiplient les demandes de données

L'incident montre le rôle croissant des appareils connectés et des appareils portables dans les enquêtes policières.

En 2016, la police de Bentonville, dans l'Arkansas, a demandé des données Amazon Echo en lien avec la mort d'un homme, qui serait la première demande de ce type. Dans un premier temps, Amazon n’a pas obtempéré, mais la structure a fini par remettre les données aux forces de l’ordre. Depuis lors, les données d’appareils connectés ainsi que de dispositifs portables ont figuré dans plusieurs affaires.


En juin, Amazon a déclaré avoir reçu plus de 3000 demandes de la police qui cherchait à obtenir des données d'utilisateurs au cours du premier semestre de cette année, et s'y être conformé près de 2000 fois. Il s'agissait d'une augmentation de 72 % des demandes par rapport à la même période en 2016, lorsque Amazon a divulgué les données pour la première fois, et d'un bond de 24 % au cours de la seule année écoulée.

Amazon ne fournit pas de données granulaires sur ce que la police recherche, mais Douglas Orr, chef du département de justice pénale de l'Université de Géorgie du Nord, affirme que la police recherche désormais les données issues de la domotique aussi régulièrement que les données des smartphones. Les données sur un smartphone orientent souvent les agents vers d'autres appareils, qu'ils analysent ensuite à mesure que l'enquête se poursuit.

En modifiant un mandat de perquisition, la police peut « continuer à collecter des données », explique Orr. « Cela conduit généralement à un Echo ou au moins à un autre appareil ».

Comme l'explique Orr, les agents sont de plus en plus avertis sur les appareils domestiques connectés, créant des modèles qui simplifient la demande de données. Les services de police partagent souvent ces modèles, explique-t-il, adaptant les demandes aux spécificités de l'affaire sur laquelle ils enquêtent.

L'unité Nest de Google a signalé une augmentation des demandes de la police pour les données de ses haut-parleurs connectés jusqu'en 2018. Google a ensuite cessé de rapporter les données Nest séparément, préférant les incorporer dans son rapport de transparence d'entreprise plus large, qui montre une augmentation des demandes de données utilisateur Google.

Dans leurs conditions de service, la plupart des principales applications et sites Web incluent une clause avertissant les utilisateurs que les entreprises peuvent transmettre leurs données à la demande du gouvernement. Les forces de l'ordre déposent des citations à comparaître ou des mandats de perquisition pour les données, donnant des détails aux juges sur les preuves qu'ils s'attendent à trouver sur les appareils et comment elles pourraient servir l'enquête. Amazon et Google informent tous deux les utilisateurs d'une demande de données, sauf si l’injonction elle-même l'interdit. N'importe quel nombre d'entités peut demander des données utilisateur, mais les entreprises disent qu'elles hiérarchisent les demandes en fonction de l'urgence.

« Des éléments comme la sécurité intérieure seront prioritaires », indique l’analyste Lee Whitfield. « Les requêtes des forces de l’ordre vont peser sur la balance tandis que les demandes relatives par exemple à des affaires de divorce ou des affaires civiles auront un rang inférieur. »

Dans un communiqué, un porte-parole d'Amazon avait déclaré que la société « s'oppose aux demandes trop larges ou autrement inappropriées » des forces de l'ordre et a renvoyé à sa politique sur les demandes du gouvernement. Un porte-parole de Google a également renvoyé à sa politique mise à jour sur les demandes.


Ce que les appareils connectés peuvent révéler

Pour leur part, les analystes estiment que ces informations provenant des appareils sont valorisées, car elles peuvent offrir une chronologie des activités d'une personne, sa position, si elle se trouvait seule, en plus de permettre de vérifier les déclarations faites lors d’un interrogatoire.

« Habituellement, l’alibi que vous avez est : ‘J'étais à la maison’. Mais personne ne peut le confirmer », indique déclare Douglas Orr. « Alors vous demandez:" Avez-vous un haut-parleur? " »

Orr a étudié les types de données que la police peut extraire de haut-parleurs connectés tels que l'Amazon Echo. Les clips vocaux ne sont que le début, dit-il. Les haut-parleurs conservent des journaux horodatés de l'activité des utilisateurs. La police peut examiner ces registres pour avoir une idée de ce que quelqu'un faisait à l'époque d'un crime présumé.

Prenons un suspect potentiel qui ne peut pas prouver où il se trouvait à 23 heures un jeudi, car il vit seul. Quelque chose d'aussi simple que de commander une pizza via un haut-parleur afficherait l'heure et le lieu de la demande et, si la reconnaissance vocale est activée, qui a fait la demande. « Cela pourrait être une information bénigne que quelqu'un commandait une pizza, mais cela pourrait aussi être un alibi pour quelqu'un », dit Orr.

La police s'appuie de plus en plus sur les appareils portables et les appareils connectés pour vérifier les affirmations des personnes lors d'une enquête. Parfois, les outils peuvent révéler un mensonge.

L’analyste Heather Mahalik a rappelé un cas en Floride dans lequel un homme a tué sa femme, puis a tenté de se faire passer pour elle. Le mari a envoyé des SMS et des messages Facebook à partir du téléphone de sa femme pour tenter de brouiller la chronologie de sa disparition. Alors que l'activité téléphonique de la femme se poursuivait, son Apple Watch a montré une baisse soudaine de l'activité de la fréquence cardiaque qui, selon le mari, était due à une batterie déchargée. Le téléphone de la femme ne montrait aucune activité, sauf lorsque le mari l'a pris pour poster, avec des horodatages correspondant au moment où il utilisait ledit téléphone de la femme pour publier sur Facebook.

« Nous avons pu dire à partir de son appareil qu'il a pris le téléphone, a fait 18 pas, et cela correspondait à l'heure à laquelle il a fait une publication sur Facebook », explique Mahalik.

La connexion d'informations à partir de plusieurs appareils est une pratique courante, selon les analystes. Les informations sur un appareil peuvent suggérer des preuves sur un autre. Cette capacité à enchaîner les découvertes conduit à ce qu'un autre expert appelle une approche par étapes de la criminalistique numérique.

« Ils demandent quelque chose, l'enquête avance, ils trouvent autre chose d'intéressant, puis ils demandent la chose suivante », explique l’analyste Whitfield.

Sources : Amazon (1, 2), Google (1, 2, 3), Wired

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
Faut-il s'inquiéter ou se réjouir ?
Quelle est la situation de la France par rapport à cette pratique ?

Voir aussi :

La dernière caméra de sécurité Ring d'Amazon est un drone qui vole à l'intérieur d'une maison, la société a également lancé de nouveaux produits Eco, Eero et Fire
Avec 100 000 $ de pots-de-vin versés à des employés Amazon, des vendeurs ont fait rétablir leurs comptes précédemment suspendus, suspendre les comptes des concurrents et ont gagné 100 millions $
Amazon a nommé à son conseil d'administration l'ancien chef de la NSA qui a supervisé la surveillance de masse dénoncée par Edward Snowden
Les fraudes aux critiques positives sur Amazon se multiplient durant la pandémie. Amazon se lance dans une campagne contre les fraudes à cinq étoiles après la publication d'une enquête
L'app Ring d'Amazon partage de nombreuses infos personnelles à l'insu des utilisateurs, elle a été surprise en train de donner des informations à Facebook, que les utilisateurs aient un compte ou non

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/10/2020 à 10:49
« Habituellement, l’alibi que vous avez est : ‘J'étais à la maison’. Mais personne ne peut le confirmer », indique déclare Douglas Orr. « Alors vous demandez:" Avez-vous un haut-parleur? " »
Mince j'en ai pas, je suis donc coupable ?
3  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/10/2020 à 11:55
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Mince j'en ai pas, je suis donc coupable ?
Très suspect, en tout cas.
En effet, bientôt, ne pas avoir un espion une enceinte connectée, fera de nous des suspects. Bientôt une loi pour les rendre obligatoires ?
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/10/2020 à 22:16
Voila on arrive donc bien au fait que les donnée récolté par ces appareils n'ont rien de la simple amélioration du service. A ce titre c'est bien de l'écoute illégale au moins pour la France.
2  0