Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Richard Stallman, père du GNU et de la GPL, n'a pas confiance en la confidentialité des transactions en bitcoins
Et propose une alternative libre : GNU Taler

Le , par Stéphane le calme

546PARTAGES

18  0 
Richard Stallman est bien connu pour son activisme du mouvement du logiciel libre. Ses discours et travaux tournent autour d'un terme : la liberté. Et c'est précisément ce concept qui a poussé Stallman à lancer le projet GNU, à fonder la Free Software Foundation et à publier la licence publique générale GNU, entre autres projets, pour promouvoir le concept de logiciel libre.

À l’occasion d’un entretien, Stallman a partagé ses opinions concernant le concept de cryptomonnaies qui ont été largement discutées au sein de la communauté crypto.

Les quatre libertés

Pour comprendre le concept de liberté que Stallman évoque souvent dans ses discours, il explique la différence entre « logiciel libre » et « open source », ce dernier terme étant souvent attribué à tort à son travail:

« L'idée du logiciel libre est une question de bien et de mal. Justice et injustice. L'idée est que les utilisateurs méritent le contrôle sur le logiciel qu'ils utilisent. En tant qu'utilisateur de logiciel, vous méritez le contrôle du logiciel que vous utilisez, et vous méritez d'être libre de vous joindre à d'autres utilisateurs pour exercer ce contrôle collectivement, quels que soient les groupes auxquels vous choisissez de participer. Concrètement, il existe quatre libertés essentielles dont les utilisateurs ont besoin pour avoir un contrôle total sur un programme donné. La ‘Liberté 0’ qui est le la liberté d'exécuter le programme comme vous le souhaitez, quel que soit votre objectif. La ‘liberté 1’ qui est la liberté d'étudier le code source du programme et de le modifier à votre guise. Ainsi, le programme fait ce que vous voulez réellement. Vous devez être en mesure d’appliquer ces deux libertés de vous-même. »

Stallman rappelle que les deux autres libertés sont liées à la coopération avec les autres, car la « Liberté 2 » est la liberté de faire « des copies exactes et de les redistribuer à d'autres quand vous le souhaitez » :

« La liberté 3 est de faire et de distribuer des copies de vos versions modifiées si vous en avez fait, en profitant de la liberté 1. Et la liberté 2 vous permet de faire et distribuer ces copies quand vous le souhaitez. Si les utilisateurs ont ces quatre libertés essentielles alors les utilisateurs contrôlent le programme à la fois séparément et collectivement. »


Cryptomonnaie d’une banque centrale et concept de confidentialité

Les communautés cryptographiques et celles de la technologie générale ont parlé de l'objectif du gouvernement chinois de lancer sa propre cryptomonnaie de banque centrale (CBDC - central bank digital currency), ainsi que des plans de la Banque de Thaïlande pour lancer un projet de test pilote de son système de paiement CBDC avec le plus grand fournisseur de matériaux de construction du pays. Cependant, d'autres pensent que la CBDC pourrait être une méthode de surveillance permettant aux gouvernements de surveiller les activités financières de ses citoyens. Stallman incrimine la « surveillance totalitaire » du gouvernement chinois comme déclencheur de cette méfiance :

« Les systèmes de paiement numérique sont fondamentalement dangereux s'ils ne sont pas conçus pour garantir la confidentialité. La Chine est l'ennemie de la vie privée. La Chine montre à quoi ressemble la surveillance totalitaire. C'est en partie pourquoi je n'ai pas utilisé de cryptomonnaies émises par la communauté. Si la cryptomonnaie est émise par un gouvernement, elle surveillerait les gens comme le font les cartes de crédit et PayPal, et tous ces autres systèmes seraient donc tout à fait inacceptables ».

Cependant, il ne voit aucune contradiction lorsqu'il parle de la genèse du concept de cryptomonnaie et du fait qu'elle pourrait être émise par un gouvernement:

« La contradiction est un concept très spécifique. Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie? C'est l'utilisation d'une méthode technologique particulière. Si un gouvernement met en œuvre cette méthode, je ne vois pas en quoi cela est une contradiction. Mais si le gouvernement l'utilise comme dispositif de surveillance , je pense que c'est vicieux. »

Le fondateur du Free Software Movement a tenu à expliquer le concept de « confidentialité » en parlant de la confidentialité de la cryptographie:

« Qu'est-ce que la confidentialité ? La confidentialité signifie être capable de dire et de faire des choses sans qu'une entité puissante puisse les utiliser pour vous attaquer. En général, les choses que vous faites ne devraient pas être placées dans une base de données. Les choses que vous dites à peu de gens ne devraient pas aller dans une base de données. Néanmoins, des exceptions à cette règle sont parfois justifiées. Nous avons besoin que le gouvernement puisse mener des enquêtes. Cela nécessite quelques modifications. Nous voulons que le gouvernement puisse enquêter sur des crimes et attraper les criminels. Et cela peut exiger d’obtenir des informations privées de personnes et sur des personnes ».

Stallman appelle également à des lois qui restreignent l'utilisation de caméras de reconnaissance faciale dans les rues ou de caméras de reconnaissance de plaques d'immatriculation, faisant des États-Unis un exemple de mise en œuvre de méthodes de surveillance:

« Nous avons besoin de lois restreignant l'utilisation de ces caméras pour nous assurer que les bases de données qui permettent de suivre les personnes dans la ville lors de leurs déplacements ne peuvent pas être collectées. Toute tentative systématique de reconnaître des personnes autres que des personnes soumises à des ordonnances judiciaires spécifiques, par exemple, devrait être une exception limitée, car ces limites sont des filets de sécurité pour la société. Elles ne conduiront pas à une répression générale. C'est l'approche qui doit remplacer la protection des données. »


Stallman propose l'alternative GNU Taler, bien qu'elle ne soit pas une cryptomonnaie, mais pourrait être utilisée pour des paiements numériques

Durant l’entretien, il lui a aussi été demandé quelle est son expérience personnelle avec la cryptomonnaie. Il lui a aussi été demandé s’il a déjà détenu ou procédé à la transaction d’une cryptomonnaie comme Bitcoin.

Et Richard Stallman d’indiquer :

« La réponse est non. Je ne fais aucun type de paiement numérique, et la raison en est que les systèmes existants ne respectent pas la vie privée de l'utilisateur, y compris Bitcoin. Chaque transaction Bitcoin est publiée. Maintenant, les gens ne savent peut-être pas que mon portefeuille m'appartient, mais si je l'utilisais plus de quelques fois, il serait possible de comprendre que c'est le mien. Les personnes disposant de suffisamment d'informations pourraient le faire. Je préfère utiliser de l'argent liquide. Et c'est comme ça que j'achète des choses.

« Je fais des vérifications postales pour un certain nombre de choses où les entreprises savent qui je suis. Quand je paie la facture d'électricité et la facture de gaz, eh bien j'ai un compte avec ces entreprises et je dois le payer. Ils m'envoient des factures avec mon nom dessus, donc je ne perds rien en leur envoyant des chèques avec mon nom dessus aussi. Mais, quand je vais dans un magasin et achète quelque chose, le magasin n'a pas le droit de savoir qui je suis. Et je ne lui dirai pas qui je suis, donc je n'utilise pas les systèmes de paiement numérique existants.

« Il y a une autre chose que je n'aime pas à propos du Bitcoin, c'est qu'il est facile à utiliser pour l'évasion fiscale. Maintenant, je ne fais pas cela, mais il y a des entreprises qui font d'énormes quantités d'évasion fiscale, et c'est un gros problème. Cela appauvrit la plupart d'entre nous. Cela signifie que le gouvernement n'a pas assez d'argent pour faire les choses qu'il devrait faire. Le gouvernement doit faire beaucoup de choses pour avoir une société qui soit bonne pour tout le monde ».

Suite à sa réponse, il lui a été demandé ce qu’il en est des diverses modifications Bitcoin conçues pour la confidentialité.

Et Richard Stallman de répondre :

«  Je n'en suis pas convaincu. Dans tous les cas, le projet GNU a développé quelque chose de bien meilleur, à savoir GNU Taler. GNU Taler n'est pas une cryptomonnaie. Ce n'est pas du tout une monnaie. C'est un système de paiement conçu pour être utilisé pour des paiements anonymes aux entreprises pour acheter quelque chose. Il est anonyme grâce à une signature aveugle pour le payeur. Cependant, le bénéficiaire doit s'identifier pour chaque achat afin de retirer de l'argent du système. L'idée est donc que vous pouvez utiliser votre compte bancaire pour obtenir des jetons Taler, et vous pouvez les dépenser et le bénéficiaire ne pourra pas dire qui vous êtes.

« Il ne pourra pas dire que vous avez obtenu le jeton d'un compte bancaire particulier à un moment donné, même si vous l'avez fait. Pour convertir votre paiement en argent dans sa propre banque, le magasin (le bénéficiaire) devra s'identifier. Cela confère donc une confidentialité beaucoup plus fiable que les cryptomonnaies et bloque l'idée d'utiliser ce système pour permettre l'évasion fiscale.

« GNU Taler a récemment franchi une étape importante. Il y a quelques mois, le système bancaire de la zone euro s'est intéressé à la prise en charge des paiements Taler et a récemment réussi à utiliser une configuration de test pour obtenir des jetons Taler avec un compte bancaire et les payer sur un autre compte bancaire via le système Taler. Maintenant, ce n'est pas quelque chose que n'importe qui peut utiliser, mais ça le sera, et ce sera vraiment intéressant.

« Les magasins pourront commencer à accepter le paiement dans Talers, ce qui sera initialement utile avec les achats numériques, car ce que vous payez avec un Taler, le site pourrait vous envoyer les données que vous avez demandées directement via cette même connexion. Il n'a pas besoin de savoir qui vous êtes, mais uniquement de savoir que vous avez payé. L'utilisation des paiements Taler pour les livraisons est un peu plus difficile. Cela nécessite un système d'envoi essentiellement anonyme. S'il y a des boîtes de ramassage et divers endroits, des bureaux de poste, des dépanneurs qui n'appartiennent pas à un monopoleur comme Amazon, mais si les boîtes de livraison étaient indépendantes de toute entreprise afin que quiconque puisse leur livrer, vous pourriez obtenir l'utilisation d'une boîte de livraison appropriée, et le spécifier avec votre paiement, et le produit y serait livré . Vous auriez du code pour démontrer que vous en êtes l'acheteur ».


Et que pense-t-il du projet Libra de Facebook ?

Richard Stallman indique :

« Je n'ai pas essayé d'étudier quoi que ce soit sur les détails du projet d'argent de Facebook parce que je sais déjà la chose la plus importante à ce sujet. Il est connecté à Facebook, et Facebook signifie surveillance. J'exhorte les gens à se joindre à moi en refusant absolument d'utiliser Facebook ou plutôt d'être utilisé par Facebook. Parce que Facebook n'a pas d'utilisateurs. Facebook a utilisé. Alors ne soyez pas une ventouse, ne soyez pas utilisé par Facebook.

A-t-il récemment vu quelque chose qui pourrait lui faire changer d'avis sur la cryptomonnaie ?

«  Ma critique des cryptomonnaies n'est pas nouvelle. J'ai ressenti cela à leur sujet depuis que je les ai vus pour la première fois. Maintenant, je n’ai rien contre elles. Je ne fais pas campagne pour les éliminer, je ne veux tout simplement pas les utiliser. Quant à l’idée d’étudier le code source de Bitcoin, eh bien, je suis sûr que c’est un programme extrêmement intéressant à étudier, mais je n’ai pas le temps d’étudier le code source du programme par curiosité. Je suis tellement surchargé de travail que ce n’est pas ce que je choisirais de faire quand je ne travaille pas ».

Source : Entretien avec Richard Stallman

Et vous ?

Partagez-vous l'avis de Richard Stallman ? Sur quels points ? Quels sont vos points de divergences ?

Voir aussi :

Rejeté par PayPal, Sci-Hub se tourne vers les donations en bitcoins pour continuer de donner accès gratuitement à la recherche scientifique
Le Pentagone avait envisagé la possibilité d'une rébellion bitcoin, et l'a simulée dans un jeu qui met en scène une réponse militaire à la rébellion nationale de la génération Z
Richard Stallman critique Bitcoin et vante une alternative développée au sein du projet GNU qui s'appelle Taler
Taler, le système de paiement électronique anonyme développé par GNU et l'INRIA, passe en version 0.3.0

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mimoza
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/08/2020 à 14:57
Non nazoreen, le Bitcoin est tout sauf anonyme !! Le livre de compte est lisible par tous, donc les paiements des extorsions/arnaque sont tout a fait traçable et bannit. C'est l'interface Bitcoin <=> monnaie étatique qui est plus ou moins anonyme selon les intermédiaire de change. Si tu veux de l'anonymat il faut aller voir du coté de Monero.

Et le bonhomme est tout sauf a coté de la plaque, il défend ses idéaux depuis des dizaines d'années et il n'est clairement pas étranger au développement de l'informatique tel que nous le connaissons.
6  1 
Avatar de ManUtopiK
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 17/08/2020 à 15:19
Il me semble que Richard Stallman est bien au fait de ce qu'est la monnaie.
Il y a 10 ans il rencontrait Stéphane Laborde, auteur de la théorie relative de la monnaie, et des "4 libertés économiques" :
  • La liberté de choix de son système monétaire
  • La liberté d’utiliser les ressources
  • La liberté d’estimation et de production de toute valeur économique
  • La liberté d’échanger, comptabiliser afficher ses prix “dans la monnaie”

Depuis, tout cela à fait des petits et la monnaie libre est née il y a plus de 3 ans !
Plus d'infos : https://monnaie-libre.fr/
Et tout savoir sur la blockchain/toile de confiance écologique et à création monétaire égalitaire par dividende universel : https://duniter.org/fr/
2  0 
Avatar de nazoreen
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/08/2020 à 16:50
Bonjour à tous,

Le problème du Bitcoin, c'est son anonymat ! C'est grâce à cela qu'il y a aujourd'hui cet émergence de ransomware avec paiement en Bitcoin car très difficile à tracer.

Cet anonymat peut être considéré comme un avantage s'il était utilisé à bon escient, ce n'est aujourd'hui pas le cas et c'est pour ça qu'il sera très difficile de lui accorder de la confiance.

Combien de personne ont perdu des bitcoins pour diverses raisons (vol, arnaque, porte-monnaie HS...) sans pouvoir les récupérés ?!?...

La confidentialité des paiements est quelque chose de positive, en soit le projet Taler est intéressant, pouvoir payer comme nous le ferions avec du cash permet de garder cette confidentialité et cet anonymat, le meilleur des deux mondes, tout en permettant l'enquête en cas de problème.
5  4 
Avatar de ManPaq
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/08/2020 à 9:39
La blockchain permet la traçabilité des transactions mais pas celle de leurs auteurs, ce qui confère à ce registre son universalité et sa transparence, outre sa vérité, ce qui ne serait plus permis avec des individus dont l'existence est aléatoire...
Non nazoreen, le Bitcoin est tout sauf anonyme
Une blockchain publique peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/08/2020 à 15:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Je préfère utiliser de l'argent liquide. Et c'est comme ça que j'achète des choses.
Il est vrai qu'en principe l'argent liquide garantit l'anonymat.
Malheureusement de plus en plus de lois empêchent les français de payer en liquide, par exemple :
Paiement en espèces
  • Plafonds
    Le paiement en espèces est soumis à des plafonds dans certaines situations.
    Le paiement en espèces entre particuliers (achat d'une voiture ou d'un tableau par exemple) n'est pas limité. Un écrit est nécessaire au-delà de 1 500 € pour prouver les versements.

    • Règlement des impôts et taxes
      Le paiement en espèces au guichet des centres des finances publiques est limité à 300 €.
    • Paiement à un professionnel
      Le paiement en espèces d'un particulier à un professionnel ou entre professionnels est autorisé jusqu'à 1 000 €.
      Ce plafond est relevé à 15 000 € si le domicile fiscal du débiteur est à l'étranger et qu'il règle une dépense personnelle.
    • Paiement d'un salaire
      Le salaire peut être payé en espèces jusqu'à 1 500 € par mois.
      Au-delà, l'employeur doit obligatoirement payer par chèque barré ou par virement bancaire.
    • Paiement d'une transaction immobilière
      Les paiements effectués ou reçus par un notaire pour le règlement d'actes authentiques donnant lieu à publicité foncière (par exemple : achat d'un terrain ou d'un logement) peuvent s'effectuer en espèces si la transaction ne dépasse pas 3 000 €. Au-delà, ils doivent s'effectuer par virement.

En parallèle on augmente le seuil de paiement par carte en mode sans contact :
Le plafond du paiement sans contact sera augmenté à 50 euros dès le 11 mai

Il existe des projets de société sans cash :
En Suède, la résistance grandit contre la société sans cash
L'argent liquide pourrait disparaître dès 2020 en Norvège
Si on payait tout par carte, nos banques auraient trop d'informations.

Mais d'un autre côté c'est vrai que c'est pratique de payer par carte.
0  0 
Avatar de Dennix
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/08/2020 à 11:27
J'aime beaucoup les propos de RMS. Ses commentaires sont toujours d'actualité. Pas étonnant qu'il soit le principal fondateur de la FreeSoftware et son analyse sur la cryptomonnaie est très intéressante en nous mettant en garde contre les dérives du numérique qui sont quasi omniprésentes. On constate que depuis la création du Bitcoin que l'inquiétude autour d'une monnaie électronique est toujours pérenne. Je ne vois pas en quoi on pourrait avoir davantage confiance en ce type de transaction ou monnaie cryptographique sous prétexte qu'elle serait plus sécurisée. Si on fait le rapprochement avec le minage des cryptomonnaies on se rendra compte de l'émission de polluant et de l'énergie créée pour l'utiliser, qui elles sont vraiment préoccupantes. Pourquoi faire compliqué quand il y a plus simple. Les monnaies ou "argent liquide" tel que l'Euro sont par exemple une garantie de l'anonymat et de la vie privée dans la mesure ou elles sont utilisées en petite quantité et si on ne désire pas décliner son identité. Il est évident qu'il faut montrer patte blanche lorsque l'on veut effectuer des gros paiements en argent trébuchant. Cela dit la fraude ne sera peut-être jamais impossible. Rien qu'au niveau des législations de certains pays tout est question de business et la monnaie quelque soit sont apparence n'est que la représentation symbolique d'un bien terrien ou d'un service de ressource humaine. Les transactions des multinationales par exemple trouvent toujours le moyen de contourner les lois d'un pays et ce de façon légale ou à la limite de la légalité, gouvernements de ces pays en tête.
0  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/08/2020 à 11:59
Ce type est toujours autant à coté de la plaque le but de bitcoin n'est pas d'avoir des transactions confidentielle c'est exactement l'inverse, puisque qu'étant un livre de compte publique infalsifiable.
4  13