Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le département de police de Chicago met fin à l'accès à son API des arrestations,
Qui permettait de vérifier les détails sur les arrestations de la ville

Le , par Stan Adkens

375PARTAGES

4  0 
Alors que la police est beaucoup critiquée ces derniers mois suite au meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis, un autre département de police aux États-Unis fait parler de lui à cause de sa décision de restreindre l’accès à l’information qu’il détient. Selon le Chicago Reporter, le département de police de Chicago (CPD) a fermé une API qui avait été longtemps utilisée pour donner accès aux dossiers d'arrestation de la ville. La publication mensuelle de Chicago déclare que le blocage de l'accès aux données clés des services de répression entrave les efforts essentiels de responsabilisation par les journalistes et les chercheurs et limite en fin de compte le discours sur la sécurité publique.

Le Chicago Reporter affirme que la suppression de l'accès à l'API est en représailles directes à un article qu'il a publié et qui critiquait les déclarations faites par le CPD qui étaient prétendument incompatibles avec les données librement accessibles via l'API en question. Cette API de données (Interface de programmation d'applications) permet d'accéder à des informations structurées de manière à ce que les machines puissent les lire, à la différence de l'obtention de données dans un fichier de tableur et leur copie à la main dans un autre fichier. Selon la publication, l'API du CPD a permis d'accéder à des données complètes et opportunes sur les arrestations remontant jusqu’à 2014, de manière à ce qu'elles puissent être traitées et analysées par des ingénieurs en informatique et des journalistes.


A la suite du meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis, le Chicago Reporter avait utilisé l'API des arrestations du département de police de Chicago « pour analyser les tactiques de la police lors des manifestations de masse locales ». La publication a alors remarqué que les chiffres avancés par les responsables du département de police ne correspondaient pas fidèlement aux données sources. Le CPD avait publié des données indiquant que la majorité des arrestations effectuées le week-end du 29 mai étaient pour des comportements criminels liés à des pillages, alors que le Chicago Reporter a pu vérifier grâce à l’API que la majorité des arrestations civiles effectuées avaient été pour des délits liés à la protestation.

Le Chicago Reporter a publié un rapport sur la divergence sur lequel le bureau du maire est également intervenue, en disant au mensuel qu'il « travaillait avec le département de police de Chicago pour s'assurer qu'ils réexaminent toutes les données pendant cette période afin de garantir une représentation plus précise des arrestations dans toute la ville ».

Seulement le Reporter ne pourra plus utiliser cette API, dont l’accès a été fermé dans la journée suivant la publication du rapport qui soulignait la divergence dans les propos de la police.

« Nous avons examiné la question et avons confirmé avec notre département informatique que l'API était un outil qui était auparavant disponible à un moment donné, mais qui a été interrompu / désactivé. Le site d'accès à l'API est stagnant et n'est pas surveillé. Il aurait dû être supprimé dès que l'outil n'était plus accessible au public, et par conséquent, les demandes d'accès n'étaient pas examinées », a répondu le CPD à la publication lorsqu’elle a voulu savoir la raison de la fermeture de l’accès à l’API.

Le Reporter a soumis deux demandes de FOIA (Freedom of Information Act) au CPD pour des courriels et autres communications internes sur la fermeture de l'accès à l'API des arrestations, qui sont restées sans suite. Le Civilian Office of Police Accountability a répondu à une demande pour des communications similaires en déclarant qu'il n'existait aucun dossier pertinent à ce sujet. Le mensuel affirme par ailleurs qu’obtenir l'accès à l'API avait en fait été un long processus pour lui.

Les journalistes et les chercheurs n’utiliseront plus l’API dans les nouvelles affaires

Cette publication intervient alors que le Reporter a soumis une FOIA pour des données des arrestations du 2 au 5 juillet – une autre méthode pour obtenir des données détaillées sur les arrestations – afin d'analyser les tactiques de la police ce week-end.

En effet, selon le Reporter, au moins 17 personnes, dont de jeunes enfants, ont perdu la vie lors des fusillades le 4 juillet pendant une opération d’arrestation de masse dirigée par le commissaire de police David Brown. « Notre objectif final est de procéder à des arrestations pour les précurseurs de la violence », a déclaré M. Brown lors d'une conférence de presse lundi suivant. « Mais quand nous aurons franchi le cap, nous plaiderons auprès des tribunaux : gardez-les en prison tout le week-end ».

Le Chicago Reporter veut en savoir plus sur les conditions des arrestations, « Mais il est désormais beaucoup plus difficile de vérifier les affirmations du CPD et les détails des arrestations. C'est parce que le département a récemment fermé son API sur les arrestations utilisée par les journalistes et les chercheurs », a dit le mensuel dans son article du mercredi dernier. L'API étant inaccessible, la publication et d'autres n'ont désormais qu'un accès direct aux informations sur les arrestations via le portail de données de recherche des arrestations du CPD, qui ne fournit pas les données de manière à ce qu'elles puissent être facilement analysées, d’après l’article.


« Avoir accès aux données sur les arrestations au niveau individuel permet à des chercheurs comme moi de répondre à de nombreuses questions importantes », a déclaré Justin Feldman, chercheur au Centre pour la santé et les droits de l'homme de Harvard FXB, qui utilisait les données obtenues grâce à l'API des arrestations pour étudier comment les pratiques policières pourraient contribuer à la propagation du covid-19. « Limiter notre accès aux données sur les arrestations signifie que les chercheurs ne peuvent pas répondre à des questions cruciales qui pourraient éclairer la politique de justice pénale dans l'ensemble des États-Unis ».

La perspective de la prolifération des API pour donner accès à des données sensibles pose de plus en plus problème

Le fournisseur de nouvelles et d’information sur les API, ProgrammableWeb, a donné son avis sur la publication du Chicago Reporter. Selon le site Web, « il est étonnant de voir que les API sont utilisées pour donner accès à des données réelles qui ont un impact très réel et puissant sur les individus ». Pour lui, « La transparence des services de police, l'interopérabilité des données sur les soins de santé et l'accessibilité des données en temps réel pour la recherche médicale ne sont que la partie visible de l'iceberg proverbial ».

Les services de police, les hôpitaux, les universités et même les petites entreprises sont désormais des fournisseurs d'API, a fait remarquer le site. Selon lui, à mesure que la technologie des API s'étend à toutes les facettes de notre vie, de plus en plus de personnes se retrouvent responsables de ressources qu'elles sont mal équipées pour gérer. « Je ne peux qu'imaginer que c'est ainsi que l'on arrive à un point où les représentants des services de police citeraient des chiffres qui ne correspondent pas à leurs propres ensembles de données », a écrit le site en faisant référence à la vérification des chiffres des arrestations du CPD par le Chicago Reporter.

« Pour moi, cela montre une méconnaissance des données qui sont exposées et de la façon dont les utilisateurs finaux en tirent parti. Une considération qui nous semble évidente à tous, à savoir que le travail dans l'Économie de l'API est souvent complètement négligé par de nombreux décideurs dans le monde des affaires », a écrit ProgrammableWeb.

Selon le site Web, même « si l'on comprend que les API ne sont plus reléguées au secteur technologique, il incombe à toutes les parties impliquées dans la gestion des entreprises de s'informer sur le rôle que jouent les API dans leur activité et sur la manière dont les clients exploitent ces données ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Sources : The Chicago Reporter, ProgrammableWeb

Et vous ?

Que pensez vous du fait que le CPD a fermé l’accès à l’API qui donnait accès aux informations sur les arrestations par la police ?
Quel commentaire faites-vous du fait que la presse, les universitaires et les chercheurs ont accès aux détails des données de la police ?
Que pensez vous des commentaires de ProgrammableWeb ?

Voir aussi :

Sur iOS, une application permet d'enregistrer les interactions avec la police, il suffirait d'un « Siri je me fais arrêter » pour que la magie opère
La Californie se dote d'un outil pour collecter les données relatives aux incidents, suite à l'emploi de la force par la police
« Pas de contrats avec la police », plus de 1600 salariés de Google lui demandent d'arrêter de travailler avec les forces de l'ordre, dans le contexte de la lutte contre le racisme
Le gouvernement américain veut accéder à vos données pour prédire les événements de santé mentale, dans le cadre de HARPA, une initiative basée sur des capteurs utilisant l'IA, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !