Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Allemagne a proposé en open source tout le code de Corona-Warn-App
Son application de contact tracing qui va lui coûter 3 millions d'euros tous les mois

Le , par Stéphane le calme

323PARTAGES

6  0 
L'Allemagne a lancé un appel au public mardi pour télécharger Corona-Warn-App, sa nouvelle application pour smartphone qui viendrait aider à briser la chaîne des infections à coronavirus. Il s’agit de l'une des nombreuses applications de ce type qui, selon les gouvernements européens, permettront de relancer les voyages et le tourisme en toute sécurité.

Comme l’expliquent les développeurs sur la page GitHub : « Ce projet a pour objectif de développer une application basée sur la technologie avec une approche décentralisée - fortement inspirée par les protocoles DP-3T (Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing) et TCN et basée sur les spécifications Privacy-Preserving Contact Tracing d'Apple et de Google. Comme DP-3T et le protocole TCN, les applications et l'infrastructure backend seront entièrement open source - sous licence Apache 2.0 ! Les applications (pour iOS et Android) collecteront des données pseudonymes à partir de téléphones mobiles à proximité à l'aide de la technologie Bluetooth. Les données seront stockées localement sur chaque appareil, empêchant l'accès et le contrôle des données par les autorités ou toute autre personne. Nous respecterons les normes de protection des données applicables et garantirons un niveau élevé de sécurité informatique. Ce faisant, nous répondons aux préoccupations des utilisateurs en matière de confidentialité et visons ainsi à accroître l'adoption de l'application ».

La Corona-Warn-App est donc désormais disponible pour les appareils Apple et Android. Sur l'iPhone, elle fonctionne à partir d’iOS 13.5 (dernière version d’iOS) qui est disponible à partir de l'iPhone 6s. En clair, disposer d’un iPhone 6, 5S, 5 ou un modèle plus ancien ne permet pas de s’en servir. Pour les téléphones Android, Bluetooth LE doit être pris en charge. De plus, Android 6 ou une version plus récente doit être en cours d'exécution et les services Google Play doivent être activés, car la société ne fournit pas les interfaces via Android, mais via ces services Google.

« Cette application n'est pas une panacée. Ce n'est pas un laissez-passer gratuit. Mais c'est un outil supplémentaire important pour aider à contenir la pandémie », a déclaré le ministre de la Santé Jens Spahn lors d'un événement de lancement. L'Allemagne rejoint l'Italie, la Pologne et la Lettonie qui ont lancé des applications basées sur la technologie d'Apple et de Google Alphabet qui préserve la confidentialité en enregistrant les contacts Bluetooth en toute sécurité sur les appareils.

Le ministre a refusé de dire combien de personnes auraient besoin d'utiliser l'application pour que ce projet soit considéré comme étant couronné de succès. Il a également rejeté une étude publiée par l'Université d'Oxford qui affirmait qu'une telle application ne pouvait être utile que si elle était utilisée par plus de 60% de la population.

Spahn a déclaré que la performance va dépendre également de la façon dont les personnes qui téléchargent l'application s’en serviront et il a particulièrement convié les personnes empruntant les transports publics à l’installer. Leur participation ferait une « différence qualitative », a estimé Spahn. Le gouvernement allemand affirme que l'application a coûté 20 millions d'euros pour son développement et qu'elle aura besoin d'environ 3 millions d'euros par mois pour fonctionner.

Sebastian Wolf (SAP), l’un des développeurs de l’application, a essayé de répondre à certaines questions des Allemands au sujet de Corona-Warn-App. L’un d’eux a demandé pourquoi le développement coûte aussi cher et pourquoi ne pas avoir utilisé une application étrangère existante. Il lui a expliqué que cela était principalement dû à l’intégration dans le système de santé allemand. D’ailleurs plus de détails à ce sujet sont fournis sur le référentiel concernant l’architecture de l’application.


Un autre a voulu savoir si l’application fonctionne également en arrière-plan, c’est-à-dire une fois que la fenêtre est fermée, et a proposé, si tel était le cas, de laisser visible une icône sur la barre de notification pour montrer qu’elle est active. Le développeur a répondu « oui, elle fonctionne en arrière-plan ».

Et un autre a demandé au développeur : « Je sais que le code source est sur Github, mais comment savez-vous que l'application dans le Play / App Store a également été compilée à partir de ce code ? » Il a répondu : « Vous devez avoir confiance en nous ou en l'Institut Robert Koch. Lors de la conférence de presse officielle en particulier, notre conseil technologique a confirmé de manière explicite que nous travaillerons sur des versions reproductibles. » En effet, le 13 mai, un utilisateur avait déjà proposé cela : « ce serait formidable si vous pouviez permettre aux utilisateurs d'Android d'exécuter des versions reproductibles pour vérifier que la version téléchargée à partir de Google Play est 100% équivalente au code source ici sur Github. »

Un autre a voulu savoir l’impact de l’application sur son volume de données : « L'application affecte-t-elle mon volume de données et, si oui, dans quelle mesure ? » Le développeur a répondu « Il n'y a aucun impact sur le volume de données. Tous les fournisseurs ont donné l'assurance que les données transmises sont gratuites, le mot-clé est "taux zéro". »

Des internautes semblent confirmer ses dires puisque l’un d’eux déclare : « L'application vérifie régulièrement sur Internet si vous avez rencontré une personne dont le test est positif. L'application a donc des effets minimes sur le volume de données. Je compte environ 6 Ko par heure. » Un autre de dire : « L'application consomme environ 1,5 Mo par jour ».

En marge de cette annonce, les membres de l’Union européenne ont convenu de normes techniques pour que les applications nationales puissent « se parler » - une étape vers la possibilité de retracer les infections à travers les frontières. « À l'approche de la saison des voyages, il est important de veiller à ce que les Européens puissent utiliser l'application depuis leur propre pays où qu'ils voyagent dans l'UE », a déclaré le commissaire Thierry Breton dans un communiqué.

Toutefois, l'enthousiasme du public pour l'application a été mitigé ; un sondage d'opinion du Politbaromètre de la semaine dernière pour ZDF a révélé que 42% des Allemands avaient l’intention de la télécharger, 46 % avaient déclaré ne pas le faire, tandis que 8% ne disposaient pas d’un smartphone suffisamment nouveau.

Sources : AFP, GitHub

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée de proposer tout le code en open source ?
Que pensez-vous de l'idée de donner au public des versions reproductibles pour s'assurer que c'est le même code source qui est utilisé dans l'application sur les différents Store ?
Que pensez-vous du fait que l'application ne tourne que sur la dernière version de iOS ?
Que pensez-vous des coûts (20 millions d'euros en développement et 3 millions d'euros tous les mois) ?
Que pensez-vous de l'idée de définir des normes techniques pour que les applications nationales puissent « se parler » ?

Voir aussi :

Immuni, l'application italienne de suivi des contacts, est développée en open source sous la version 3 de la licence GNU Affero General Public
StopCovid : l'application de contact tracing est enfin disponible sur iOS et Android, les utilisateurs avaient d'abord téléchargé en grand nombre une app catalane qui porte pratiquement le même nom
Un restaurant aux Pays-Bas fait appel à des robots serveurs comme moyen pour réduire les contacts interhumains et faire respecter la distance sociale
Covid-19 : la première application mobile de traçage de contacts au monde utilisant l'API Google-Apple est lancée, SwissCovid étant testée à grande échelle en tant que projet pilote

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 3:12
Faudrait le détail de la facture, parce que 3 millions par mois pour une Apps et des serveurs, par instinct, ça fait un peu cher (et je suis généralement plutôt bon pour évaluer des coûts au pif).
3  0 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 12:09
Citation Envoyé par robertledoux Voir le message
le prix est d'autant plus sujet à contrôle pour fraude ou escroquerie au vue du nombre d'utilisateur et des besoins. A titre d'exemple, The Pirate Bay fonctionnait avec 3 ou 4 machines parfaitement configurées (voir le documentaire TPB: AFK), et pour les besoin d'une app de tracing, pas besoin d'un supercalculateur... Encore une fois, c'est claire que tout à été fait dans l'urgence et pour privilégier les copains. C'est pas grave, c'est les impôts qui paie scandaleux
En lisant l'article, je comprends que l'Allemagne déploit une appli dont on parle depuis des mois, qui va être utilisée par des millions de gens et qui a des gros enjeux de santé publique et de sécurité informatique.

Donc en quoi c'est clair que "tout à été fait dans l'urgence et pour privilégier les copains" ? Si tu as des sources à ce sujet, ce serait sympa de nous les partager.
2  0 
Avatar de robertledoux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 9:15
le prix est d'autant plus sujet à contrôle pour fraude ou escroquerie au vue du nombre d'utilisateur et des besoins. A titre d'exemple, The Pirate Bay fonctionnait avec 3 ou 4 machines parfaitement configurées (voir le documentaire TPB: AFK), et pour les besoin d'une app de tracing, pas besoin d'un supercalculateur... Encore une fois, c'est claire que tout à été fait dans l'urgence et pour privilégier les copains. C'est pas grave, c'est les impôts qui paie scandaleux
0  0 
Avatar de laloune
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 9:36
A titre d'exemple, The Pirate Bay fonctionnait avec 3 ou 4 machines parfaitement configurées (voir le documentaire TPB: AFK)
ça me rappelle le joli fiasco de france.fr en 2011, qui tournait sur un foudre de guerre mais qui n'avait pas de proxy cache statique, uptime 24 heures...
0  0